Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
6 juillet 2022 3 06 /07 /juillet /2022 23:18
Des trains plus chers, des lignes fermées, des milliers d’emplois en moins : le sombre avenir du ferroviaire français

Malgré le défi climatique et la hausse des carburants, l’État abandonne le train en sous-investissant dans l’entretien du réseau ferré. Contrer ce démantèlement programmé sera l’une des batailles politiques majeure au sein de la nouvelle Assemblée.

Nouveau record ! Avec une hausse des fréquentations de 10 % par rapport à l’été 2019, la SNCF prévoit un afflux historique de voyageurs. C’est l’heureux présage d’un changement d’habitudes des Français qui rend atteignable l’objectif que s’est fixé la France de doubler la part du train dans la moyenne des transports d’ici à 2030. Un obstacle demeure : l’absence de volonté politique de la part du gouvernement pour investir dans le train.

En dépit des ambitions affichées, le gouvernement a renoncé à donner à la SNCF les moyens d’affronter le mur d’investissement qui se dresse face à elle. La chasse aux coûts devra s’intensifier, avec des suppressions massives d’emplois et la fermeture des dessertes non rentables. Cette spirale infernale menace de faire péricliter le réseau et fait courir un risque nouveau d’accident, alertent les syndicats de cheminots.

L’ambiance est donc à la consternation dans le milieu ferroviaire, de l’Agence de régulation des transports aux syndicats de cheminots en passant par des parlementaires de gauche comme de droite et les cadres de la SNCF. L’État Français vient en effet d’entériner un véritable abandon du ferroviaire, par le biais du contrat de performance qui le lie pour dix ans à la SNCF, signé en catimini le 6 avril, en pleine période de réserve pré-présidentielle. « Ça ne pouvait pas être pire, on est dans une situation catastrophique », tranche Thierry Marty, ancien responsable de l’Unsa ferroviaire, tout juste retraité.

L’avenir des trains quotidiens gravement menacé

Il manque au moins un milliard d’euros par an, soit un tiers de l’enveloppe allouée par l’État, pour contrer le vieillissement du réseau, qui accuse une moyenne d’âge de 29 ans, soit 12 ans plus vieux que les voies ferrées allemandes [1].

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2022 3 08 /06 /juin /2022 14:41
Déjà, à Rouen, le 7 juillet 2021, Infirmières et aides soignantes se sont rassemblées devant l'entrée de l'hôpital ce mercredi après midi, à l'appel de la CGT. © Radio France - Christine Wurtz

Déjà, à Rouen, le 7 juillet 2021, Infirmières et aides soignantes se sont rassemblées devant l'entrée de l'hôpital ce mercredi après midi, à l'appel de la CGT. © Radio France - Christine Wurtz

3000 personnes réunies à Oloron-Sainte-Marie contre la fermeture des urgences. 1000 à Carhaix contre celle des soins continus. La grève des urgences annoncée le 7 juin dans les hôpitaux s’annonce suivie parce qu’elle s’appuie sur des zones de résistance, déjà mobilisées tout au long du mois de mai…et parfois victorieuses. Tour d’horizon.

« Nous sommes dans une situation inédite : il n’y a jamais eu autant de fermetures de services d’urgences. Il n’y a jamais eu autant de fermetures de lits, jamais eu un taux d’absentéisme aussi élevé partout  », résume Cédric Volait animateur du groupe de travail national de la CGT sur les services d’urgence.

Syndicats et associations professionnelles s’accordent : environs 120 services d’urgences rencontrent actuellement des problèmes d’effectif au point de voir leur fonctionnement fortement perturbé. Certains d’entre eux sont fermés la nuit, d’autres ont mis en place un système de filtre consistant à demander à tout patient souhaitant se rendre aux urgence d’avoir préalablement contacté le 15 (voir notre article).

Une situation qui ne peut plus durer selon neuf syndicats et collectifs, qui appellent à la grève ce mardi 7 juin. Mis sous-pression, Emmanuel Macron a dores et déjà commandé une « mission flash » d’un mois pour faire un bilan de la situation dans les urgences. [...]

Lire la suite sur le site de l'ANC :

Partager cet article
Repost0
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 15:36
Recruter un professeur en 30 mn : des initiatives inacceptables ! [sur le site du SNES-FSU]

Job dating : vous n’accepterez pas qu’on recrute votre médecin comme cela. Cessons de l’accepter pour les enseignants de nos enfants !

Plusieurs académies se lancent des opérations de job dating pour recruter des personnels contractuels en vue de la prochaine rentrée. L’exemple le plus médiatique est sans doute celui de la rectrice de Versailles qui, à grands coups de vidéos promotionnelles sur les réseaux sociaux, fait la promotion sans vergogne de ce mode de recrutement. Mais l’académie de Toulouse avait déjà ouvert la voie il y a quelques mois et l’académie d’Amiens a déjà annoncé une opération du même genre pour le mois de juin.

Et dans un autre métier, à quoi ressemblerait un tel recrutement ?

L'intégralité sur le site du SNES : https://www.snes.edu/article/recruter-un-professeur-en-30-mn-des-initiatives-inacceptables/

Partager cet article
Repost0
1 juin 2022 3 01 /06 /juin /2022 22:37

La CGT et neuf syndicats et collectifs appellent à une journée d’action nationale le 7 juin prochain.

La carte des services d'urgence en difficulté en France. Infographie Humanité

La carte des services d'urgence en difficulté en France. Infographie Humanité

À Bordeaux, Rennes ou encore Oloron-Sainte-Marie, rares sont les hôpitaux épargnés par la crise de ces services vitaux. Partout, bricolages et bouts de ficelle soutiennent l’édifice. Pour combien de temps ? La parole à celles et ceux qui sont encore et toujours en première ligne pour pallier le manque de moyens.

Publié le Lundi 30 Mai 2022
 

Pour Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT santé et action sociale, il est plus que temps d’agir. « On se demande comment on va continuer à tenir avec les collègues qui démissionnent. Tant qu’il n’y aura pas d’augmentation significative des salaires et des recrutements massifs, ça continuera de se dégrader. » La CGT et neuf syndicats et collectifs appellent à une journée d’action nationale le 7 juin prochain.

1. Alerte rouge au CHU de Bordeaux

Les urgences du CHU, classé parmi les meilleurs du pays, ne peuvent plus accueillir les malades se présentant spontanément la nuit. Pour faire le tri à l’entrée de 17 heures à 22 heures : des bénévoles de la protection civile et un agent de sûreté chargés de la mise en lien avec le 15 (Samu). Entre 22 heures et 8 heures du matin, une seule personne répond à l’interphone. Du jamais-vu. « Est-ce que bientôt des bénévoles feront fonctionner tout le service ? Je ne reproche rien à ceux de la protection civile mais ce n’est pas comme avoir un infirmier régulateur à l’accueil », pointe Gilbert Mouden, représentant de SUD santé, avant de constater : « De nombreux malades arrivent désormais entre 8 heures et 9 heures du matin. Ils diffèrent leur entrée alors qu’il peut s’agir de pathologies graves. »

De son côté, Alain Es-Sebbar, secrétaire de la CGT de l’hôpital, relève que ce dispositif « pose des problèmes d’intimité. On demande aux patients ce qu’ils ont alors qu’ils sont les uns à côté des autres ». Cet aménagement est parti pour durer. 40 % des médecins manquent à l’appel et la pénurie de paramédicaux est réelle. « On nous dit qu’il va falloir apprendre à travailler comme ça, mais on ne s’y résout pas. Olivier Véran nous avait annoncé des milliers d’emplois pour l’hôpital public qu’on n’a jamais vu venir », déplore Gilbert Mouden. [...]

La suite sur le site de l'Humanité
Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 13:31
Appel à des entreprises privées pour remplacer les services publics ( vocabulaire officiel : " mission de service public" ) : 160 Milliards d'euros, la moitié du budget de l'Etat ...

"Le recours à l'externalisation, soit le fait de confier à un acteur privé la réalisation de tout ou partie de l'action publique, est souvent présenté comme une façon d'adapter les services publics aux besoins et contraintes du XXIe siècle. Il ne s'agit pourtant pas d'une tendance nouvelle : le recours à des entreprises privées pour exécuter certaines missions existe dès le XVIIe siècle et a donné naissance à la riche histoire française des concessions et délégations de service public. Mais ce mouvement a connu une accélération récente, que l'on peut dater du milieu des années 1990 ; ses traductions juridiques sont désormais très variées et le recours à l'externalisation peut aujourd'hui être estimé à la somme de 160 Mds€, soit l'équivalent de la moitié du budget de l’État."

Source : Nos services publics

Intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
9 avril 2022 6 09 /04 /avril /2022 13:12
Au Havre, les urgences de l’hôpital Jacques-Monod saturées : l’alerte du groupe hospitalier

Le résultat de près de 40 ans de politique de la santé des gouvernements successifs ...

Partager cet article
Repost0
7 avril 2022 4 07 /04 /avril /2022 20:53

E Macron, président : suppressions de postes dans les services publics ... Et d'abord dans l'Education nationale.  Et aussi dans les services hospitaliers.Ce n'est qu'un début.

Valérie Pécresse veut rayer 150000 postes.  Où les choisira-t-elle ?

E Macron avait promis 120000 postes en moins en 2017.  Mais il n'a pas pu.  Il est vrai que le Covid est passé par là et a souligné des besoins criants tant la fonction publique, notamment hospitalière, a été malmené depuis plus de 30 ans. 

Les fonctionnaires sont les boucs émissaires de la politique libérale.  Désengager l'Etat de services essentiels dûs à la population et laisser le privé les gérer contre dividendes pour les actionnaires.

On a vu ce que cela donnait pour les Ehpad ...

Rien de ce qui touche aux besoins essentiels ne doit être laisser aux actionnaires et aux profits.

Transports, énergie, éducation, santé, services de proximité, sécurité ... Rien ne doit être abandonné au privé et aux profits.

En se battant pour les postes d'enseignants, les parents et enseignants du collège Albert Camus se battent pour des services publics dignes de ce nom.

YG

 

Une opération collège mort a été organisée ce mercredi 6 avril 2022 au collège Albert-Camus de Neuville-lès-Dieppe (Seine-Maritime) pour protester contre la fermeture d’une classe. (©Les Informations dieppoises/M. DS.)

Une opération collège mort a été organisée ce mercredi 6 avril 2022 au collège Albert-Camus de Neuville-lès-Dieppe (Seine-Maritime) pour protester contre la fermeture d’une classe. (©Les Informations dieppoises/M. DS.)

Ce mercredi 6 avril 2022, seuls cinq élèves sur 274 se sont retrouvés sur les bancs du collège Camus, à Dieppe, menacé d'une fermeture de classe à la rentrée prochaine.

 

Un parvis quasiment déserté. Il n’y avait pas foule ce mercredi 6 avril 2022 à 8 h devant le collège Albert-Camus de Neuville-lès-Dieppe.

Aucun élève pour se saluer d’un check. Aucun copain pour en chambrer un autre. Seule une poignée de parents et quelques enseignants sont présents. Une opération collège mort a en effet été menée par les parents d’élèves pour protester contre la fermeture d’une classe.

Une opération largement suivie puisque cinq jeunes seulement ont retrouvé les bancs du collège ce mercredi matin contre 274 habituellement.

Il faut dire que dans cet établissement situé en Rep +, en réseau d’éducation prioritaire, on est particulièrement remonté.

Lire la suite :
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 16:16
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 16:07

Lu dans actu.fr

Au pont Ango de Dieppe (Seine-Maritime), 130 manifestants se sont rassemblés samedi 29 janvier 2022 face à des fermetures de classes et une augmentation d'effectif en Ulis.

Ulis : Unités localisés pour l’inclusion scolaire

Toujours moins de services publics.  Et des élèves et enseignants privés de bonnes conditions de travail. 

A Dieppe (Seine-Maritime), parents, élèves et professeurs ont manifesté samedi 29 janvier 2022 face à des suppressions de classes et à l’augmentation du seuil des élèves en dispositif Ulis. (©Les Informations Dieppoises) - Campagne de La CGT pour la défense des services publicsA Dieppe (Seine-Maritime), parents, élèves et professeurs ont manifesté samedi 29 janvier 2022 face à des suppressions de classes et à l’augmentation du seuil des élèves en dispositif Ulis. (©Les Informations Dieppoises) - Campagne de La CGT pour la défense des services publics

A Dieppe (Seine-Maritime), parents, élèves et professeurs ont manifesté samedi 29 janvier 2022 face à des suppressions de classes et à l’augmentation du seuil des élèves en dispositif Ulis. (©Les Informations Dieppoises) - Campagne de La CGT pour la défense des services publics

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 23:03
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -

A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -

13 janvier… 2000 dans la rue à Rouen, 1000 au Havre, 400 à Dieppe, 400 à Evreux

CGT Educ'Action :

3300 emplois précaires, 5 millions de masques FFP2 ! Les miettes ne nous suffisent pas !
Après le 13 janvier, tous et toutes en grève et dans la rue le 27 janvier POUR UN PLAN D’URGENCE DANS L’EDUCATION NATIONALE

ROUEN : 10h00 Cours Clémenceau pour une manif jusqu’au rectorat
Le HAVRE : 10h00 Cercle Franklin
DIEPPE : 10h30 Gare SNCF (Place P. Semard)
EVREUX : 14h00 Pré du Bel Ebat

La CGT Éducation se félicite de la réussite exceptionnelle de la journée de grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale. Les personnels se sont largement mis en grève pour dénoncer leur état de fatigue et la dégradation de leurs conditions de travail face à la faillite de la gestion sanitaire ministérielle, mais aussi le mépris de leur ministre et le fait qu’aucune de leurs revendications portées depuis de très nombreux mois ne soit écoutée.

Depuis de trop nombreuses années, ils subissent des politiques d’austérité qui suppriment des postes, génèrent des manques flagrants de personnels (remplaçants notamment), surchargent les classes, attaquent la liberté pédagogique et vident de sens leurs métiers, amplifient le tri social des élèves et accentuent le décrochage salarial en gelant la valeur du point d’indice et instaurent les rémunérations au mérite. C’est donc contre tout cela que les personnels, avec la CGT Éduc’action, se sont mobilisés ce jeudi 13 janvier et ce ne sont pas les quelques miettes consenties par le gouvernement qui pourront calmer la contestation et les revendications.

[...]

Le communiqué intégral en cliquant ci-dessous :

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents