Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 10:59
Partager cet article
Repost1
22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 00:08
Une manifestation a eu lieu lundi 15 février 2021 devant l’école de Belmesnil, près de Dieppe (Seine-Maritime). (©Les Informations dieppoises)

Une manifestation a eu lieu lundi 15 février 2021 devant l’école de Belmesnil, près de Dieppe (Seine-Maritime). (©Les Informations dieppoises)

Menace d'une fermeture de classe près de Dieppe : parents d'élèves et élus disent « non »

A Belmesnil près de Dieppe (Seine-Maritime), parents d'élèves et élus ont protesté contre la menace de fermeture d'une classe ce lundi 15 février 2021.

Extrait : "La classe de Belmesnil passera à trois niveaux avec 30 élèves de CE2, CM1, CM2, avec deux AESH et quatre élèves à besoins particuliers. Autrement dit, un problème de place en classe et une impossibilité de respecter la distanciation que le protocole qui change sans cesse nous demande ». Laurent Levavasseur, pour les parents d'élèves

La suite ci-dessous :

Chaque jour, chaque semaine, de nouvelles luttes contre les suppressions de classes, d'heures d'enseignement, ou de postes en Seine-Maritime.  Déjà sur ce blog :

Mis en ligne le 9 et 8 février:

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 23:45
Moins d’options, des classes surchargées, la colère gronde au lycée Maurois à Elbeuf
Paris-Normandie

 

Extraits

37 % d’élèves défavorisés

Et c’est d’ailleurs ce que pointe Antoine Penneret, professeur dans l’établissement : « Cette année, il y a huit classes de première, et le rectorat prévoit sept classes de terminale à la rentrée. Cela oblige tout le lycée à casser des heures, à supprimer d’autres enseignements ». Une situation d’autant plus révoltante pour l’enseignant que « 37 % des élèves sont issus de familles défavorisées ».

Lancée mardi par les enseignants sous le titre « Le lycée André-Maurois d’Elbeuf en DANGER », une pétition a déjà récolté plus de 1 600 signatures sur Change.org.

Lire l'intégral et la pétition ci-dessous :

C’est une attaque sans précédent sur les moyens que va subir le lycée Maurois d'Elbeuf sur Seine (76500), à la rentrée scolaire prochaine en septembre 2021. Alors que la réforme du lycée mise en place par le ministre M. Blanquer, prévoyait un large choix pour les élèves pour choisir leurs spécialités de première et de terminale afin de les préparer au mieux aux études supérieures, ce sont des choix par défaut qu’ils vont devoir faire.

Le lycée doit, faute de moyens accordés par le rectorat de Rouen :

  • Diminuer le nombre de groupes de spécialités à la rentrée prochaine.
  • Fermer l'option LCA (Latin) en seconde.
  • Fermer l'option LV3 italien en seconde
  • Regrouper des élèves de première et de terminale dans certains cours.
  • Augmenter à plus de 35 élèves par classe ses effectifs dans tous les niveaux.
  • Supprimer des dédoublements dans de nombreuses matières.
  • Refuser l'inscription des élèves redoublants en classe de terminale.
  • Obliger des enseignants et des élèves à partir du lycée.

Alors que les élèves subissent de plein fouet la crise sanitaire actuelle depuis deux ans et que, plus que jamais ils ont besoin d’un enseignement adapté et individualisé pour combler leurs lacunes et les retards pris, c’est le contraire qui est proposé.

Bienvenue dans l’éducation « low-cost ».

L’heure est aux économies dans l’éducation nationale !!! Embauche de contractuels, recours aux heures supplémentaires, diminution des professeurs alors que le nombre d’élèves augmente, voila la réalité de l’enseignement public en France en 2021. Tant pis pour les élèves qui ont des difficultés ! Les inégalités se creusent et rien ne pourra être mettre mis en place pour les aider par une équipe pédagogique débordée par le volume travail et des classes surchargées. 

Les assemblées d’enseignants, de parents et d’élèves demandent donc à Mme la Rectrice, une révision à la hausse de la DHG (le nombre d’heures d’enseignement) permettant le maintien de toutes les spécialités présentes au lycée Maurois en 2020 ainsi que l’ouverture d’une classe de seconde et le maintien des 8 classes de terminale à la rentrée prochaine afin d’avoir des effectifs « raisonnables » dans tous les niveaux et de maintenir une offre ambitieuse et variée aux élèves, leur donnant ainsi toutes les conditions nécessaires de réussite pour leurs études Post-BAC. 

Merci de votre soutien.

Cliquez ici pour signer : https://www.change.org/p/enseignants-le-lyc%C3%A9e-andr%C3%A9-maurois-d-elbeuf-en-danger

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 16:09
Des enseignants et des parents d'élèves déjà mobilisés - Le Havre Collège Descartes - Dieppe, Rouen, 26 janvier -
Des enseignants et des parents d'élèves déjà mobilisés - Le Havre Collège Descartes - Dieppe, Rouen, 26 janvier -
Des enseignants et des parents d'élèves déjà mobilisés - Le Havre Collège Descartes - Dieppe, Rouen, 26 janvier -

Des enseignants et des parents d'élèves déjà mobilisés - Le Havre Collège Descartes - Dieppe, Rouen, 26 janvier -

Vu sur le site du SNES-Rouen

Les instances académiques et départementales ouvrant la préparation de la rentrée 2021 ont eu lieu cette semaine.

Quelques élèves en plus, beaucoup de postes en moins !

L’académie de Normandie est particulièrement maltraitée dans la répartition des moyens nationaux. Dans un contexte de 1880 suppressions d’emplois à l’échelle nationale, 150 emplois sont retirés du budget normand pour le second degré, après les 145 emplois de l’année 2020 !

Les services académiques prévoient une augmentation des effectifs de 260 élèves.
220 élèves sont attendus en plus dans les collèges normands, pour 63,5 emplois supprimés.
En LGT, les effectifs varient très peu : -10 en pré-bac et +43 en post-bac. Mais les lycées normands devront rendre 27,5 postes !
Les LP sont également concernés par la baisse des moyens : 59 emplois en moins, pour des effectifs quasi-inchangés (+7).

La suite ici : https://rouen.snes.edu/rentree-2021-en-normandie-la-maltraitance-ministerielle-continue.html

Collège Marcel Pagnol au Havre - Collège Paul Eluard à Saint-Etienne du Rouvray : Encore des heures d'enseignement en moins - Combien de postes d'enseignants en moins, d'heures d'enseignement supprimées en Seine-Maritime lors d'une probable 2ème rentrée Covid en Septembre 2021 ?
Information vue sur le blog des conseillers départementaux communistes
Dégradation des conditions d’enseignement au collège, Marcel-Pagnol à son tour touché par le coup de rabot du Ministère

Le Conseil d’administration du collège Marcel-Pagnol du Havre a appris à son tour, lors de sa réunion du 5 février, la prévision de baisse de sa dotation horaire globale (DHG) pour la prochaine rentrée.

Baisse de moyens éducatifs dans les collèges : ça continue ! Le collège Paul-Eluard alerte à son tour

Voir plus : http://departement.elus76.com/2021/02/degradation-des-conditions-denseignement-au-college-marcel-pagnol-a-son-tour-touche-par-le-coup-de-rabot-du-ministere/

http://departement.elus76.com/2021/02/baisse-de-moyens-educatifs-dans-les-colleges-ca-continue-le-college-paul-eluard-alerte-a-son-tour/

Déjà des actions contre cette destruction. 

Sur ce blog :

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 15:43
La destruction de l’hôpital public : le témoignage édifiant d’un médecin réanimateur au Centre Hospitalier du Belvédère à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen !

La démolition de l’ Public a commencé de façon rampante il y a une quarantaine d’années et j’y ai assisté de l’intérieur, mais j’ai vraiment  pris conscience du processus lorsque, pour des raisons familiales, j’ai quitté mon CHU de formation et d’exercice, une fois le cursus de ma spécialité d’Anesthésie-Réanimation terminée au CHU du Kremlin-Bicêtre en 1984.

J’ai donc intégré le Centre Hospitalier du Belvédère à Mont-Saint-Aignan, en région Rouennaise. Maternité de 3300 accouchements par an, avec une activité de chirurgie gynécologique modérée. Je passe sur le parcours du combattant à travers les arcanes administratifs et la méconnaissance des statuts de l’Assistance publique par la DDASS de la Seine-Maritime qui ont failli me coûter 9 ans d’ancienneté dans mon exercice d’anesthésiste-réanimateur pédiatrique…

L'intégralité sur le site du PRCF, Initiative communiste :

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 16:23

 

Le cortège rouennais, ici rue Jeanne d’Arc, qui comportait notamment des acteurs du monde de la culture. (©FM/76actu) - Parti de Dresser Rand, le cortège s’est dirigé jusqu’au centre-ville du Havre, jeudi 4 février 2021. (©MB/76actu)
Le cortège rouennais, ici rue Jeanne d’Arc, qui comportait notamment des acteurs du monde de la culture. (©FM/76actu) - Parti de Dresser Rand, le cortège s’est dirigé jusqu’au centre-ville du Havre, jeudi 4 février 2021. (©MB/76actu)

Le cortège rouennais, ici rue Jeanne d’Arc, qui comportait notamment des acteurs du monde de la culture. (©FM/76actu) - Parti de Dresser Rand, le cortège s’est dirigé jusqu’au centre-ville du Havre, jeudi 4 février 2021. (©MB/76actu)

Partager cet article
Repost0
2 février 2021 2 02 /02 /février /2021 17:37
Une partie des agents de l’assainissement étaient en grève le 2 février. (Photo Christophe Frébou/Paris-Normandie)

Une partie des agents de l’assainissement étaient en grève le 2 février. (Photo Christophe Frébou/Paris-Normandie)

Les agents de l’assainissement à la communauté urbaine étaient en grève mardi 2 février 2021. Ils dénoncent à la fois un mal-être et un manque de mesures les protégeant face au Covid-19.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 14:46

Lu sur IHSCGT 76

 

"Hercule" - Souveraineté énergétique et négociations opaques entre la Commission européenne et l'Elysée
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 11:44
Après les accidents industriels dans l’agglo de Rouen (Seine-Maritime), les inspecteurs de la Dreal sont pointés du doigt par des élus et des citoyens. (©Illustration/Adobe Stock)Après les accidents industriels dans l’agglo de Rouen (Seine-Maritime), les inspecteurs de la Dreal sont pointés du doigt par des élus et des citoyens. (©Illustration/Adobe Stock)

Après les accidents industriels dans l’agglo de Rouen (Seine-Maritime), les inspecteurs de la Dreal sont pointés du doigt par des élus et des citoyens. (©Illustration/Adobe Stock)

Après Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime) puis l’incident industriel de Multisol à Sotteville-lès-Rouen, des élus et des citoyens ont élevé la voix et ont pointé du doigt le travail des inspecteurs des installations classées de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de Normandie.

Élus et citoyens ne comprennent pas comment un incident comme celui de Multisol peut encore arriver dans l’agglo de Rouen, territoire marqué au fer rouge par la catastrophe industrielle de Lubrizol. Que font les services de l’État ? Sont-ils assez nombreux pour inspecter les sites industriels ? Et comment se déroulent ces visites ? Sont-elles inopinées ?

[...]

La suite ci-dessous :

Rappel :

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 14:51

Lu sur le site de la ville de Saint-Etienne du Rouvray

Nouvelle mobilisation mardi 19 janvier, la lutte continue pour les salariés du site d'Enedis à Saint-Étienne-du-Rouvray contre le projet Hercule.

 

Le 17 décembre puis le 19 janvier, une trentaine de manifestants se rassemblaient devant le site d’Enedis au Madrillet pour protester contre le projet « Hercule ». Pour eux, l’enjeu est ni plus ni moins le démantèlement du service public.

L’histoire débute en 1996 lorsqu’une première directive européenne lance le processus de libéralisation du secteur de l’énergie. Pour permettre l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché, EDF est alors scindée en plusieurs entités dont RTE (filiale depuis 2005) gère le réseau de transport (lignes à haute tension) et Enedis (anciennement ERDF) les réseaux de distribution.

À partir de 2007, le principe du libre choix du fournisseur par les particuliers est posé. Faute de moyens de production, les fournisseurs auront accès à un quota de 25 % de la production d’EDF (aujourd’hui 150 TWh) à prix coûtant selon le dispositif en principe transitoire de l’ARENH – accès régulé à l’électricité nucléaire historique – mis en place en 2011. Un dispositif avantageux pour les fournisseurs mais pénalisant pour EDF dont l’endettement dépasse déjà les 35 milliards d’euros. Ultime étape de ce plan européen, en discussion depuis des mois entre le gouvernement et Bruxelles, le projet de réorganisation, baptisé « Hercule » arrive donc dans ce contexte.

La suite sur le site de la ville de Saint-Etienne du Rouvray :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents