Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 03:59
Le n°145 (de septembre 2017) est sorti
Peuples d’Afrique en lutte. Néo-impérialisme vert. Rwanda 1994. Le Hirak marocain. Les "Nouvelles maladies". L’énergie en Afrrique. etc.
jeudi 28 septembre 2017

01. Le Billet . Renforcer l’AFASPA et Aujourd’hui l’Afrique (Jean-Paul Escoffier)

02. La diplomatie vaticane et l’Afrique (Francis Arzalier)

05. Boualem Khalfa vient de nous quitter (Alger républicain)

06. La FrançAfrique, un virus qui mute... Interview de Mor Mbengue (Le Chahut)

10. Néo-impérialisme vert. Comment, au nom du climat, la France cherche à imposer ses intérêts et ses entreprises à l’Afrique (Olivier Petitjean, Observatoire de la mondialisation

12. Maroc. Le Hirak ou le Rif en révolte (Rosa Moussaoui)

14. Dans les colonies, la promesse d’Octobre (Françoise Vergès, L’Humanité - Hors-série)

16. France-Rwanda 1994. Quand Paris armait les génocidaires (Jean Chatain)

19. Conflit et génocide rwandais  : la République française est-elle «  totalement compromise  »  ? Interview de Paré Harana (Russia Today - France)

22. Le fardeau des «  nouvelles  » maladies (Zipporah Musau, Afrique Renouveau)

24. L’avenir pacifique du continent africain c’est l’accès à l’énergie (Jean-Paul Escoffier)

26. Contenant une enquête sur la décennie noire en Algérie, le dernier numéro du Monde diplomatique censuré (El Watan)

27. Macron et l’Afrique (Bernard Deschamps)

28. L’AFASPA en tournée d’été 29. Notes de lecture (Francis Arzalier et Elisabeth Logié)

30. Flashes d’actualités africaines (Robert Lavaud)

Davantage de détails ci-après sur le site de l'AFASPA :

Repost 0
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 05:38

Longtemps persécutés dans l’ombre, les Rohingya, communauté musulmane du Myanmar, se trouvent aujourd’hui sous le feu des projecteurs médiatiques. Situation embarrassante pour Aung San Suu Kyi et ses sponsors occidentaux qui l’avaient plébiscitée pour incarner la transition démocratique du Myanmar ? La dirigeante, lauréate du prix Nobel de la Paix en 1991, peine à condamner les violences commises par l’armée et ses partisans à l’encontre des Rohingya. Et voilà que parmi ces derniers apparaît un groupe armé, soutenu et encadré par l’Arabie saoudite. Washington aurait-il décidé de rebattre les cartes au Myanmar ? Pour Tony Cartalucci, spécialiste de l’Asie, il s’agit avant tout de créer un désordre géopolitiquement profitable dans une région importante pour le développement du fameux projet chinois, la nouvelle route de la soie. Explications. (IGA)

Lire l'article intégral sur le site "Investig'action":

Repost 0
Published by Action communiste - dans International Impérialisme
commenter cet article
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 14:58

Interview de Thierry Deronne (1) par Maxime Vivas, pour « Le Journal de l’Insoumission« .

Propos recueillis à Caracas, le 20 septembre 2017, en marge des rencontres internationales de solidarité : « Todos somos Venezuela ».

Maxime Vivas. Le Venezuela est le pays d’Amérique Latine dont on parle le plus à travers le Monde (désormais plus que de Cuba). Pourquoi ?

Thierry Deronne. Eh bien, Maxime, je pense qu’on n’a encore rien dit du Venezuela. La vitesse de projection des Européens sur notre réalité est due parfois à leur histoire de domination, à l’excès de théorie, aux besoins de plus-value idéologique de certains courants politiques ou à la « négociation science-po» avec le pouvoir médiatique. Soyons plus humbles, plus attentifs à « l’autonomie du réel ».

MV. Qu’est-ce que nous devrions mieux comprendre ?

TD. D’abord que la politique au Venezuela voit s’affronter en permanence deux grands « champs magnétiques ». Le premier, c’est la formation historique « social-démocrate » : le parti Acción Democrática comme appareil clientéliste, fabriquant de sommeil populaire avec télévision de masse, État « magique »au service du pillage de la nation par une élite surtout blanche. C’est l’école politique première, avec ses rêves d’ascension sociale, qui a duré longtemps (40 ans), assez pour expliquer beaucoup de comportements à l’intérieur de notre Etat. La fosse commune des 3000 manifestants anti-FMI laissée par le président Carlos Andrés Pérez en 1989 fit tomber le masque de cette « social-démocratie » et déclencha l’entrée en politique du deuxième « champ magnétique », celui des marrons (2), ces ex-esclaves qui appelaient au son de leurs tambours à fuir les chaînes coloniales pour créer la « vraie vie » dans les montagnes, ranimés cette fois par Hugo Chavez. L’élite vit d’abord en lui son « Obama », celui qui sauverait le système discrédité, et qu’on pourrait acheter une fois élu : les militants de la social-démocratie se déguisèrent massivement en chavistes. Mais l’esclave fit un pied de nez au maître, et la guerre commença : avec le coup d’Etat de 2002 mené par l’alliance des médias privés, du Medef local, et de militaires de droite, déjoué par une mobilisation populaire et par les militaires bolivariens, qui ramenèrent Chavez au pouvoir en 48 heures. [...]

La suite ci-dessous :

Repost 0
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 13:23

- Avec AFP

Venezuela : pour Mélenchon, l'impérialisme américain est «responsable du mal et de la guerre civile»© BERTRAND LANGLOIS Source: AFP
Le député des Bouches-de-Rhône Jean-Luc Mélenchon lors des journées d'été de la France insoumise, le 25 août à Marseille

A l'occasion des journées d'été de la France insoumise à Marseille, Jean-Luc Mélenchon a réitéré sa position sur la crise que traverse le Venezuela. Selon lui, l'impérialisme américain reste «le principal responsable du mal».

«Nous ne perdrons notre temps à jeter des pierres à nos amis dont nous savons qu'ils ne sont pas parfaits puisque nous mêmes ne le sommes pas», a déclaré le 25 août Jean-Luc Mélenchon en référence au Venezuela, lors des journées d'été de La France insoumise à Marseille. [...]

Lire la suite sur le site de RT ci-dessous :

Repost 0
27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 08:53

Un rapport dévoile les liens entre cinq banques et assurances françaises et les colonies israéliennes

29 mars 2017 - Communiqué conjoint

Paris, le 29 mars 2017 – Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient aujourd’hui un rapport sur « Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne ». Il met en lumière les liens entre certaines banques et assurances françaises et des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes.


 

Lire le rapport

La colonisation israélienne dure depuis 50 ans. Illégale au regard du droit international, elle ne cesse de s’accélérer. La planification de 6 000 nouveaux logements depuis janvier 2017 en est la dernière manifestation. Dans la continuité de ses résolutions antérieures, le Conseil de

Sécurité de l’ONU a adopté le 23 décembre 2016 la résolution 2334, exigeant notamment d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ».

[...]

Lire l'article intégral en cliquant ici : http://BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), et AXA.

Repost 0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 15:00

Venezuela

 

Repost 0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 14:35

VENEZUELA

Repost 0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 12:50

sur le site du PRCF "Initiative communiste"

En 1973, le coup d’Etat du général Pinochet contre le gouvernement d’Unité populaire au Chili provoqua une vague d’indignation sans précédent dans les milieux progressistes du monde entier. La européenne en fit le symbole du cynisme des classes dominantes qui appuyèrent ce “pronunciamiento”. Elle accusa Washington, complice du futur dictateur, d’avoir tué la démocratie en armant le bras meurtrier des militaires putschistes. En 2017, au contraire, les tentatives de déstabilisation du pouvoir légitime au Vénézuéla ne recueillent au mieux qu’un silence gêné, un sermon moralisateur, quand ce n’est pas une diatribe antichaviste de la part des milieux de , qu’il s’agisse des responsables politiques, des intellectuels qui ont pignon sur rue ou des organes de presse à gros tirage.

Du PS à l’extrême-gauche (à l’exception du “Pôle de renaissance communiste en France”, qui a les idées claires), on louvoie, on ménage la chèvre et le chou, on reproche au président Maduro son “autoritarisme” tout en accusant l’opposition de se montrer intransigeante. Dans le meilleur des cas, on demande au pouvoir légal de faire des compromis, dans le pire on exige qu’il se démette. Manuel Valls, ancien premier ministre “socialiste”, dénonce la “dictature de Maduro”. Son homologue espagnol, Felipe Gonzalez, trouve scandaleux l’appel aux urnes, et il incrime “le montage frauduleux de la Constituante”. Mouvement dirigé par la députée de la “France Insoumise” Clémentine Autain, “Ensemble” condamne le “caudillisme” du pouvoir chaviste. Eric Coquerel, également député de la FI et porte-parole du Parti de gauche, renvoie dos-à-dos les fauteurs de violence qui seraient à la manœuvre “des deux côtés”, tout en avouant ingénument qu’il n’a “pas envie de critiquer Maduro”. [...]

Lire la suite ci-dessous

Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 08:12

Sur Investig'action : une nouvelle rubrique

Pourquoi une rubrique sur l’Europe de l’Est?

 

L’ignorance et l’indifférence de l’Occident impérialiste vis-à-vis de l’Est périphérique est une constante historique lourde de conséquences dont les raisons sont profondes : racisme vis-à-vis de l’Europe « périphérique », séquelles de la vision féodale du monde dans laquelle les habitants de l’Est restent d’éternels « moujiks barbarisés », retombées de la propagande anti-communiste intense des médias occidentaux pendant trois générations et qui continue sous une forme à peine transformée…

[...]

La suite ci-dessous:

 

Repost 0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 14:30
lundi 7 août 2017, article repris sur Rouge-Midi

 

En Espagne aussi d’autres voix se font entendre sur le Venezuela...

Jusqu’il y a peu, le problème vénézuélien faisait partie de la politique intérieure du pays. Le show électoral espagnol a influé sur l’ordre du jour de tous les partis politiques de l’éventail aussi bien de droite que de gauche.
Mais en ce moment, il y a des éléments qui indiquent que le gouvernement espagnol a joué un rôle plus actif dans la guerre sale contre le Venezuela, comme il l’a fait en son temps contre Cuba pour influencer les gouvernements européens.

La politique espagnole est toujours pleine de paradoxes, de simulacres et d’actions excessives. Beaucoup d’entre elles sont mises en scène pour essayer de convaincre les Espagnols qu’en plus d’utiliser leurs fonctions pour s’enrichir, ils font quelque chose qui ressemble à ce que, sous d’autres cieux, on appelle « gérer les affaires publiques et défendre les intérêts du pays. »

Mais quand on analyse, même superficiellement, la politique étrangère concernant le Venezuela, on trouve tellement d’incohérences et de non-sens qu’on ne peut que penser qu’il y a un scénario écrit et/ou dirigé de l’étranger ou, ce qui revient au même, que notre politique étrangère est subordonnée aux intérêts de l’empire états-unien.[...]

Lire la suite

Repost 0

Articles Récents