Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 16:13
Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 12:48

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Pour le professeur de droit constitutionnel, certains volets de la loi actuellement en débat à l'Assemblée menacent la liberté d'expression.

Anne-Marie Le Pourhiet est vice-présidente de l'Association française de droit constitutionnel et professeur à l'université de Rennes-I.

Repost 0
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 09:00

Communistes/Insoumis, quel avenir en commun ?

« La séquence électorale », selon l’expression consacrée, étant terminée, je mets de côté mon désarroi pour tâcher de partager quelques réflexions. Je préfère prendre le temps de les écrire ici, les invectives et les commentaires à l’emporte-pièce sur les réseaux sociaux me semblant constituer un des aspects les plus désagréables de la campagne qui s’achève (en tout cas, pour ce que j’en ai observé dans ma famille politique).

La progression de l’abstention, une maladie qui nous engage tou.te.s

Je retiens d’abord, de cette séquence qui s’achève, la maladie de nos institutions. A l’élection présidentielle, si le record d’abstention n’a pas été battu (celui-ci datant de 2002  avec 28.4% au 1er tour),  le fait que la participation se soit située en-deçà de celle de 2012 (22.2% au 1er tour et 25.4% au 2nd tour contre 20.5% et 19.6% en 2012) constituait déjà un signal d’alerte. Lors des élections législatives, le phénomène s’est accentué, atteignant des records sous la Ve République (51,3% d’abstention au premier tour). [...]

La suite sur le blog de Nora Saint-Gal

Repost 0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 15:53

L’Intervention de Christian Piquet de la Haute Garonne. Un bon exemple parmi d’autres d’interventions , différentes de celles que portent le réseau sur certains points, très proches sur beaucoup d’autres. L’absence de retranscription dans l’Huma, la faiblesse des comptes rendus et le caractère ultra résumé des transcriptions sur le site du parti sont un affaiblissement des possibilités de communications entre communistes ; cette publication a pour but de montrer comment nous pouvons beaucoup gagner à bien mesurer ce qui peut bouger dans cette période.
Paul Barbazange.

Conseil national des 23 et 24 juin
INTERVENTION DE CHRISTIAN PICQUET

Je voudrais faire quatre remarques, à partir du débat qui a commencé à ce conseil national.

D’abord, je partage la proposition de tenir un congrès extraordinaire en 2018. Mais ce congrès ne pourra faire l’économie d’un bilan soigné des raisons pour lesquelles nous venons de subir l’un des plus graves échecs de notre histoire.

Dresser ce bilan est la condition pour retrouver l’unité indispensable des communistes et pour pouvoir apporter à notre vie collective les changements qui s’impose. Rien ne serait, en effet, plus désastreux que des annonces qui ne se concrétiseraient pas.

Ma deuxième remarque portera, précisément, sur le bilan.

J’entends la tentation d’expliquer nos résultats des législatives par la brisure historique qui a conclu le XX° siècle pour le projet communiste. Des camarades en concluent qu’il faudrait dépasser le PCF.

L’échec dont l’idée communiste apparaît l’héritière à une échelle de masse a joué, bien sûr. Pas davantage, cependant, aujourd’hui qu’hier. Il nous faut, à cet égard, savoir faire preuve de lucidité : le thème des « communs », que beaucoup ont ici évoqué, peut représenter une approche pédagogique utile pour redessiner notre identité. Mais il sera nécessaire que surgisse une nouvelle expérience historique, à l’échelle de la planète, pour pouvoir surmonter que ce que le siècle précédent a imprimé dans les consciences.

En attendant, il me semble que nous venons plus précisément de payer trois choses.

Sur la période politique, les retards que nous avons pris à nous poser une série de questions fondamentales : les aggiornamentos théoriques et idéologiques à même de retrouver une cohérence globale donnant sens à toutes les dimensions de notre action ; notre relation à une société française en proie à de profondes mutations ; notre rapport à un monde du travail dont le capital est parvenu à diviser profondément, ce qui nous confronte au défi stratégique de la construction du bloc politique et social pouvant porter une visée transformatrice majoritaire ; notre approche des nouvelles formes de politisation, de radicalisation et d’intervention dans la vie publique, par exemple celles qui surgissent à partir des « réseaux sociaux ».

Sur la séquence électorale, nous avons aussi payé notre absence de la bataille présidentielle. Non seulement parce que n’avons pas présenté de candidature, mais parce que nous n’aurons disposé, à la différence de 2012, d’aucun moyen de peser sur la campagne du candidat que nous avions décidé de soutenir.

Et, pour remonter cette fois au moment où le Front de gauche a commencé à s’écarter de sa démarche initiale, en 2013-2014, nous avons payé le fait d’avoir rendu illisibles nos différences avec Jean-Luc Mélenchon. Et ce, jusque dans la rhétorique et les références que nous nous sommes mis alors à utiliser. Là me semble résider la raison de la désaffection d’une partie notable des électeurs qui nous faisaient jusqu’alors confiance et qui en sont venus à ne plus percevoir l’utilité du vote en notre faveur.

Troisième remarque. Pour rebondir, il nous faut, en premier lieu, reforger une conviction commune qu’il y a plus que jamais besoin d’un parti comme le PCF. Qui porte une expérience politique accumulée au fil du temps. Qui dispose d’un capital de militants et d’élus témoignant de la richesse de son enracinement. Qui transmet la mémoire des combats du mouvement ouvrier. Et qui est animé d’une conception de classe sans laquelle l’action pour la transformation sociale n’est qu’illusion.[...]

La suite ci-dessous

 

Repost 0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 12:28

Sur le site Communiste collectif polex

Le samedi 13 mai 2017 s'est déroulé à Saint Ouen, salle Maymana, une rencontre publique sur le thème " Libertés de circulation, des capitaux, des marchandises, des services et des hommes et Capitalisme mondialisé ". Six interventions liminaires de grande qualité, des témoignages personnels sur l'exploitation éhontée des " travailleurs détachés " grâce aux règles de libre circulation édictées par l'union Européenne, des analyses percutantes du Capitalisme qui travestit la " Liberté " en surexploitation et en concurrence xénophobes entre les travailleurs: les participants ont reconnu avoir beaucoup appris, et partir mieux armes pour les luttes à venir bien nécessaires contre le duo MACRON- LE PEN. Il reste à répandre autour de nous le contenu de ces échanges. Nous publions ci après l'enregistrement vidéo des échanges, et le texte des interventions qui nous sont parvenues.

mis à jour le : 26 Mai, 2017

EN INTRODUCTION, INTERVENTION DE F. ARZALIER, POUR LE COLLECTIF POLEX ORGANISATEUR :

" Nous vivons dans une société où le Capitalisme perpétue sa domination par la manipulation des esprits: les récentes élections présidentielles françaises en sont l'exemple parfait. Et l'un des mécanismes essentiels de cette manipulation est le détournement des mots et des concepts. Ainsi, monsieur MACRON qui menace de faire subir à la France une cure de destruction des conquêtes sociales a publié son programme d' ultra-Liberalisme aggravé sous le titre " Révolution " ! Et les médias qui depuis des mois formatent l'opinion à son service s'efforcent de persuader nos concitoyens que le débat politique se réduit à une opposition entre les méchants opposés à la liberté en général, et les gentils qui seraient ses tenants.

Cette dichotomie simpliste est absurde: on sait depuis Jean Jacques Rousseau que toute société humaine organisée à besoin pour fonctionner d'un Contrat social, de règles qui restreignent la liberté de nuire à autrui : Je n'ai pas la liberté de tuer un passant dans la rue, même si j'y trouve plaisir ou intérêt, et c'est heureux.

Les textes officiels de l'Union Européenne affirment qu'elle repose sur " la libre circulation des capitaux, des marchandises, et des hommes ". Il est facile de prouver que cette proclamation de liberté relève de l'escroquerie pure et simple.

[...]

Repost 0
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 13:54
Lettre ouverte à Emmanuel Macron© Philippe Wojazer / Reuters
 
 
Emmanuel Macron lors de la conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine, le 29 mai 2017

Lors de sa conférence de presse avec Vladimir Poutine à Versailles, Emmanuel Macron a qualifié RT d’«organe d’influence et de propagande». La rédaction de RT France a souhaité répondre à ces propos, point culminant d’une campagne de diffamation.

Monsieur le président,

Durant la conférence de presse que vous avez donnée avec Vladimir Poutine dans le cadre de sa visite en France, vous avez, une nouvelle fois, mis en cause la probité des journalistes de RT France, que vous avez qualifié d’«organe d'influence et de propagande».[...]

Lire la suite sur le site de RT :

Repost 0
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 14:00

Qu'est-ce que la liberté de la presse, d'opinion, de penser et d'écrire pour les tenants du monde "libre", c'est-à-dire du monde américain ? Y.G.

Bis repetita : oui je lis Sputnik et Russia Today (et je vous invite vivement à en faire autant)

Évidemment, pendant sa conférence de presse avec Poutine du 29 mai, le gringalet de l’Élysée n’a pas pu s’empêcher de dégommer les médias russes francophones, Russia Today et Sputnik, coupables selon lui de “fake news” (dont il ne donne aucune preuve) et de propagande (dont on rigolera en se rappelant l’attitude partisane obscène de nos propres médias français pendant la campagne présidentielle).

Alors, bis repetita, voici ce que j’écrivais le 24 novembre dernier sur la question :

N’en déplaise aux députés européens qui viennent de voter une résolution grotesque  pour « contrer la propagande russe et de Daesch »,  je confesse que les médias russes Russia Today et Sputnik font partie de mes sources d’information régulières.

Oui, je sais que Russia Today et Sputnik sont de parti pris pro-russe. De même que Reuters et l’AFP défendent naturellement les points de vue américain et français. Et alors ? Ne suis-je pas assez grand pour faire moi-même la part des choses, démêler le bon grain de l’ivraie ?

Et si je ne lis plus les torchons que sont Le Monde, Libération, le Point ou autre Obs, c’est parce qu’ils n’ont plus de journalistes, mais des chroniqueurs serviles qui relaient les dépêches d’agence en les assaisonnant à la sauce de leur petite clique de riches patrons.

Où puisé-je les sources d’information qui inspirent mes chroniques ? Sur des supports divers et alternatifs, sur les réseaux sociaux. Des sources de tous horizons, française, américaine, allemande… Et russe. À quel insigne degré de confusion sont donc tombés nos députés européens [et maintenant le Macron, ndlr] en prétendant m’interdire certaines de ces sources d’information ?

Suis-je conscient de leurs imperfections, des risques de manipulations qu’elles représentent ? Bien évidemment. Je n’ignore pas quels intérêts privés ou publics défendent des supports comme Facebook, Twitter, l’agence Chine nouvelle… ou Russia Today et Sputnik. Et alors ? Je préfère mille fois me fier à une information incertaine mais plurielle, qu’au prêche outrancier de notre insupportable clergé médiatique, appuyé par une brochette de députés européens en plein désarroi.

Ami lecteur, si tu ne veux pas mourir idiot sous le poids d’une pensée unique lourdingue, je t’invite vivement à multiplier toi aussi tes sources d’information. Russia Today et Sputnik font partie de ces médias que l’on peut certes critiquer, dont on ne partage pas forcément le point de vue, mais qui constituent un indispensable contrepoids à la propagande grossière qu’on nous inflige au quotidien.

Je vais même t’avouer un truc : je trouve ces deux-là particulièrement honnêtes et très pro.


=> Liste des médias que je suis régulièrement (par ordre alphabétique) :

Francophones

Non francophones

Repost 0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 01:10

Pascal Acot

L’écologie de la libération

Les dégradations de l’environnement sont des crimes contre l’humanité.

"L'écologie de la libération" par Pascal Acot est paru aux éditions " Le Temps des cerises"

Pascal Acot

L’écologie de la libération

Les dégradations de l’environnement sont des crimes contre l’humanité.

L’écologie de la libération est une critique radicale de la pensée dominante en matière de défense de l’environnement. Il s’agit d’un essai qui exprime la nécessité de comprendre pourquoi cette pensée a atteint la médiocrité à laquelle le public est désormais habitué et pourquoi elle nous conduit jour après jour plus près du désastre. Comme ces questions sont déjà anciennes, le début de l’ouvrage est consacré à une brève histoire de l’écologie scientifique et des problèmes éthiques soulevés par les rapports des êtres humains à leur environnement. Un chapitre est ensuite consacré au débat sur la question cruciale des limites à l’exploitation des ressources naturelles.
Les altérations des équilibres écologiques ont fait réagir des « spécialistes » médiatisés : politiciens, journalistes, animateurs de télévision, écrivains, vedettes de cinéma… Il apparaît hélas  ! que les solutions préconisées sont porteuses d’illusions ruineuses. C’est le cas de l’idée rassurante de régulations écologiques « naturelles ». C’est le cas surtout de « l’écologie des petits gestes  pour la planète » qui séduit tant les gens de bonne volonté, découragés par la stérilité de l’écologisme politicien. La signification profonde de cette illusion selon laquelle nous serions tous coupables fait l’objet d’un chapitre dans lequel il apparaît que sa fonction objective est de masquer la responsabilité majeure des grandes industries. Le « changement climatique » a suscité des critiques étrangement violentes à l’égard des « climatosceptiques ». Le point est donc fait sur la question climatique, sur les origines de la climatologie et sur les débats actuels que suscite cette discipline. Une approche sérieuse de la climatologie politique conduit toutefois à identifier les obstacles qui s’opposent à la popularisation d’analyses dignes de ce nom. Ainsi, le fait que le « capitalisme vert » – censé relancer les économies en crise – est une invention de la banque Goldman Sachs, mérite qu’on y réfléchisse.
Plus généralement, cet essai montre non seulement que le libéralisme en économie est un poison mortel pour notre planète, mais il invite aussi à jeter un regard nuancé sur les myriades de conférences internationales qui se sont tenues dans le monde entier depuis la fin des années 1960 : quelle fut leur utilité réelle ?
Enfin la question plus philosophique d’un rapport entre le souci écologique de l’environnement et la libération humaine est posée dans la perspective nécessaire d’un monde qui pourrait enfin devenir à terme, durable.

à propos de l'auteur

Author

L'auteur est chargé de recherche honoraire au CNRS à l’Institut d’histoire et philosophie des sciences et des techniques (CNRS, Université de Paris 1, ENS). Bibliographie sur l’écologie et les sciences environnementales : L’Écologie, Paris, PUF, 1977 (textes choisis et commentés), 157 p. Histoire de l’écologie, Paris, PUF, La maîtrise du milieu (ouvr. coll.), préface de Patrick Blandin, Paris, Librairie Philosophique Vrin – Institut Interdisciplinaire d'études épistémologiques, 1994, 151 p. Histoire de l’écologie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ? 1994, 128 p. The European Origins of Scientifc Ecology (1800-1901), 2 vols., cd-rom, introduction de P. Blandin, Amsterdam, 1998, Gordon & Breach, 932 p. The concept of biosphere, Detroit, USA, Farmington Hills, 2000. L’éthique environnementale (avec A. Fagot-Largeault, Collège de France), Chilly-Mazarin, Éditions SenS, 2000. Histoire du climat, Paris, Perrin, 2003, 309 p. Seconde édition revue et augmentée, 2003, édition de poche, 2004.Catastrophes climatiques, désastres sociaux, Paris, PUF, avril 2006, 205 p. Climat, un débat dévoyé ? Paris, Armand Colin, septembre 2010, 158 p. Certains de ses ouvrages ont été traduits en chinois, italien,  tchèque, espagnol, portugais, espagnol, allemand et grec.

Repost 0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 11:51

Michel Onfray exaspère souvent.  Mais sur ce soutien unanime à Macron sur les médias, il a raison.

Repost 0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 14:05

Débat public organisé par le  Collectif communiste Polex

 

Samedi 13 mai 2017

de 14 h 30 à 17 h

 Espace Maymana, 8 rue Raspail             

Saint Ouen

Métro Garibaldi, ligne 13

-----

LIBERTÉS DE CIRCULATION

"des capitaux,des marchandises, des services, et des hommes"(selon l'Union Européenne )

et CAPITALISME MONDIALISÉ

----

Intervenants en introduction au débat:

        .Un représentant du Collectif Polex

        . Monika Karbowska,militante polonaise

     Vladimir Caller, directeur du Drapeau rouge( Belgique )

     Bruno Drweski, enseignant-chercheur, ARAC

    Charles Hoareau, CGT 13, ancien dirigeant des comités CGT des chômeurs

----------

17h a 19h30: centenaire de la Révolution Soviétique

Un film évocation de 1928, accompagné par un pianiste russe:

DZIGA VERTOV, la onzième année

Repost 0

Articles Récents