Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 16:25

Rouen - Rue de la République le 19 mars - Photo YG.

Sur France 3 Normandie.  Vidéos et commentaires.

 

Partager cet article

Repost0
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 00:21

Une partie de la manifestation à Rouen le 19 Mars 2019

Les trois-quarts des Français (73%) soutiennent le mouvement de mardi auquel ont appelé la CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens), selon le baromètre des services publics Odoxa pour la Banque Française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale.

Le retour des corps intermédiaires ? Alors que le mouvement des Gilets jaunes ne connaît plus le même engouement, la journée de grève nationale de ce mardi 19 mars, organisée par les syndicats (CGT, FO, Solidaires, FSU et les organisations de jeunesse Unef et UNL), est approuvée par 73 % des Français. C'est ce qui ressort du baromètre des services publics Odoxa pour la Banque Française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale, publié ce mardi.

Dans ce sondage, 35% des personnes trouvent ce mouvement pour « l'augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l'égalité femmes-hommes et un véritable droit à l'éducation et à la formation » « tout à fait justifié » et 38% « plutôt justifié », contre 27% qui l'estiment « pas justifié »

Dans le secteur public, ils sont 88% à juger ce mouvement « justifié »

Le soutien est encore plus fort au sein des agents du secteur public qui sont 88% à juger ce mouvement « justifié », contre 12% qui considèrent qu'il ne l'est pas. 

Parmi les Français qui trouvent ce mouvement justifié, 12% disent prévoir d'y participer, tandis que 69% ont de la sympathie mais n'y participeront pas.

14% y sont indifférents et 5% y sont opposés, même s'ils comprennent la mobilisation. Au sein des salariés du service public, ils sont 18% à dire qu'ils ont prévu d'y participer, et 72% qu'ils ont de la sympathie, mais n'y participeront pas. [...]

La suite ici sur le site de "Ouest-France" : https://www.ouest-france.fr/economie/greve/greve-nationale-les-3/4-des-francais-soutiennent-la-journee-d-action-de-ce-mardi-19-mars-6269522

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 16:16

"Parmi les revendications les plus partagées parmi les quelque 17 000 douaniers figurent l’augmentation de l’allocation complémentaire qui leur est versée, mais aussi une hausse des effectifs et l’octroi de moyens supplémentaires pour faire face à l’incertitude du Brexit."

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 15:54

ROUEN   10 h Cours Clémenceau

 

DIEPPE  10 h 30 - Rond-point devant l’hôpital, avenue Pasteur.

 

LE HAVRE  10h  devant la chambre de commerce

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 00:08

Les parents d’élèves du collège Jean-Jacques Rousseau de Darnétal réclament l’ouverture d’une classe de 5e à la rentrée de septembre. En faisant les calculs, ils ont ainsi compté que les futures classes de 5e auront un effectif de 29 à 30 élèves

Ils font circuler une pétition. Explications.

Dimanche 10 mars 2019, les parents d’élèves du collège Jean-Jacques Rousseau se sont mobilisés sur le marché de Darnétal, près de Rouen (Seine-Maritime) pour faire signer une pétition demandant l’ouverture d’une classe de 5e à la rentrée. (©Le Bulletin de l’arrondissement de Rouen. )

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 00:21

Seine-Maritime : 102 fermetures de classes contre 89 ouvertures

L’inspection académique de Seine-Maritime présente jeudi ses arbitrages provisoires sur la carte scolaire, dénoncés par bon nombre d’enseignants, parents et élus.

Aux Loges, parents et élus ont organisé le blocage de la maternelle, hier (photo Christophe Dubuc)

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 00:18

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 17:22

Au moment où Orange lance une politique agressive d'installation de la fibre, il est bon de se demander pourquoi les installations sont réalisées par des entreprises sous-traitantes ...

De fait, les usagers, tout comme les salariés, sont victimes du choix des dividendes contre l'investissement, l'emploi et la sauvegarde des savoir-faire, compétences acquises de longue date.

Orange coûte cher à l'Etat, aux citoyens, aux usagers, aux salariés.  La question de l'appropriation publique, nationalisation ou renationalisation, de cette entreprise se pose.  Avant sa destruction complète par les actionnaires qui se moquent bien de l'équipement et de l'aménagement  des territoires.  YG.

"Ce sont près de 10 000 emplois qui ont été détruits ces 3 dernières années sur le périmètre France". [...] "A cela s’ajoute, le recours massif à la sous-traitance permettant de faire des économies et d’organiser le dumping social." [...] En résulte "la perte des compétences, principalement dans le domaine réseau".  Cela compromet "la capacité de groupe à répondre à l’exigence de maintenir en état un réseau cuivre vieillissant, tout en déployant les réseaux FTTH". CGT-FAPT

Résultats financiers de 2018

Le groupe Orange vient de publier ses résultats financiers pour l’exercice 2018. Avec un chiffre d’affaires en progression de 1,3% à 41,4 milliards d’euros , un EBITDA  (marge) qui s’améliore de 3,4% et un résultat net qui croit de 5,8% à 2,2 milliards, Orange affiche des résultats qui restent solides dans un marché chahuté par la guerre des prix, guidée par la vison court terme des marchés financiers.


Après avoir versé 65 centimes d’euros par action en 2018 (pour un résultat net de 59 centimes), la majorité du conseil d’administration a validé l’augmentation du dividende à 70 centimes d’euros (pour un résultat net de 62 centimes par action) , c’est donc la 4ème fois en 5 ans qu’Orange versera plus de la totalité de son résultat en dividende … Cette stratégie où seul l’actionnariat compte, que la CGT combat dans toutes les instances, se fait dans un contexte de progression de la dette à plus de 1,5 milliards et entraînent des conséquences préjudiciables pour les salariés et le service rendu. Ce choix du dividende et de l’endettement contre l’emploi et l’investissement va à l’encontre des intérêts de l’entreprise.


L’impact social de cette politique se traduit par une nouvelle décroissance des effectifs avec 3 500 emplois supprimés dont 3 000 pour la France. Ce sont près de 10 000 emplois qui ont été détruits ces 3 dernières années sur le périmètre France. Cette politique de destruction d’emploi s’étend à l’ensemble du groupe dans le monde. A cela s’ajoute, le recours massif à la sous-traitance permettant de faire des économies et d’organiser le dumping social.


Cette baisse marquée des effectifs et la perte des compétences qui en résulte, principalement dans le domaine réseau n’est pas sans impact sur la capacité de groupe à répondre à l’exigence de maintenir en état un réseau cuivre vieillissant, tout en déployant les réseaux FTTH.


L’autre conséquence est la dégradation très marquée des indicateurs sociaux internes à l’entreprise, notamment dans la confiance dans la stratégie et dans les dirigeants du groupe. Loin de la promesse du « faire autrement », le toujours « faire plus » pour palier à la décroissance des effectifs et satisfaire l’appétit des marchés est une politique qui n’est pas sans impact sur le personnel d’Orange. La CGT attend un geste fort de la direction lors de la négociation salariale qui vient de débuter. Nous souhaitons également l’ouverture de négociations sur l’emploi, les  formations professionnelles qualifiantes et les conditions de travail.


La baisse des investissements annoncée dès 2019 (qui ne devrait pas toucher la France), est une réponse aux demandes des marchés financiers, alors qu’au contraire les opérateurs doivent faire face à un cycle d’investissement (FTTH , 4G, 5G) pour une vision de long terme de l’évolution de l’entreprise. Pour la CGT, il est impératif d’avoir une politique d’investissement ambitieuse qui permet de relever les défis technologiques, de développer les activités et ainsi garantir l’avenir du groupe.


Alors que notre PDG a multiplié dans la presse les déclarations pavées de bonnes intentions, pour une prise en compte de la colère qui s’exprime dans le pays, des actions contre l’exclusion, une prise en compte des différentes fractures ( sociales, territoriales, numérique) qui déchirent  notre pays, la réponse donnée par le CA d’Orange dont il est le président : la satisfaction des marchés comme unique boussole…


D’autres choix sont possibles :
La CGT demande l’ouverture d’un débat sur le rôle et la place de l’opérateur historique dans les quartiers et les territoires, sur un projet d’entreprise pour la satisfaction de tous afin de redonner du sens au travail et fournir une qualité de service de haut niveau à nos clients.
La CGT exige une autre répartition des richesses créées par le travail des salariés(es).

22 février 2019 - CGT-FAPT

Lu dans le N°788 12 Sept 2018 de  l'ufc-cgt-fapt

 

Spirale infernale

La situation du monde des télécoms où règne la finance (100 Md€ pour les marchés) permettrait à Bouygues de s’offrir SFR pour 24 Md€, incluant la dette alors reportée sur les salariés comme les plans de «départs volontaires» subis à SFR. Xavier Niel se dit prêt à vendre Free. Le secteur des télécoms est généreux avec les 1% de la population cumulant les richesses, mais l’est beaucoup moins pour augmenter les salariés qui les produisent. Les télécoms osent même faire appel à l’Etat, ainsi les collectivités, donc les citoyens, financeront 2/3 des 20 Md€ du plan THD pour des services ultra rentables.

La CGT milite pour le droit à la communication et revendique l’appropriation publique du secteur pour garantir qualité, proximité, égalité des territoires et défense des intérêts des salariés et des usagers

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 17:04

Les grèves du printemps dernier n’y ont rien changé : le gouvernement persiste à garder le cap en matière de politique ferroviaire. Pour la première fois depuis la nationalisation de la SNCF, l’Etat va imposer la concurrence du transport de personnes sur deux lignes Intercités en 2022. Mais la compagnie est d’ores et déjà vendue par pièces aux entreprises privées au travers de la sous-traitance, un phénomène qui s’accélère alors que le nombre de cheminots chute toujours. La SNCF sera-elle la future icône de la déstructuration du service public, au nom de l’injonction à la privatisation ?


La SNCF entre privatisation progressive et sous-traitance ©Yves Souben

Une inquiétante vague de privatisation

Les cheminots ne portent pas de gilets jaunes. Ce 18 janvier, devant l’entrée du siège de l’infrapôle SNCF de Limoges, en Haute Vienne, ils ont revêtu leurs vestes réfléchissantes orange, la tenue de travail des employés « à la voie », le long des rails. Ils veulent voir le directeur, lui demander des comptes, mais le directeur se dérobe. Alors ils s’installent sur le rond-point voisin, sortent les fumigènes, allument la sono du syndicat.

« Je ne veux pas que le privé vienne me prendre mon boulot », explique Max aux journalistes du Populaire du Centre. Il est venu de la Creuse voisine, où il travaille à l’entretien des voies, pour rejoindre le rassemblement des cheminots. « La direction se prépare à externaliser toutes nos missions », explique un peu plus loin Philippe Blanchon, un vieux militant de la CGT, au quotidien local. « D’ici 2020, 100 % des investissements et de 25 à 30 % de la maintenance iront au privé. Le tout encadré dans un premier temps par des cheminots », poursuit-il. [...]

La suite ici sur le site de LVSL : https://lvsl.fr/la-sncf-gangrenee-par-la-sous-traitance-et-la-privatisation

 

 

Partager cet article

Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 16:01

Les entreprises du CAC 40 ont gagné 91,15 milliards d’euros en 2018 ( Le Monde - 08/03/2019)

Les entreprises du CAC 40 ont versé des dividendes records en 2018 ( sur le site de RTL- 09-01-2019 )

Mais elles paieront moins d'impôts en 2022 ... c'est logique ... C'est la logique capitaliste.  C'est la logique de Bruxelles et de l'UE.  De plus en plus brutale.  De plus en plus cynique.

Les impôts des familles ne baisseront pas en proportion de ceux des entreprises.  De fait, ils augmentent.  Ils paieront la taxe sur les carburants, l'augmentation des autoroutes, du gaz, de l'électricité et des produits alimentaires, la TVA ... L'impôt local ne sera pas supprimé pour tous.  Et l'impôt foncier augmentera pour tous ceux qui ont préféré l'achat d'un logement à la location.

Quant à la suppression des cotisations sociales, c'est aux entreprises qu'elle profite.  Pour baisser les cotisations sociales des salariés et surtout celles des sociétés, les retraités paient davantage de CSG et des complémentaires plus chères.  Avec les retraités, les salariés sont les dindons de la farce.  Moins de cotisations sociales, moins de sécurité sociale.  Les familles devront payer plus cher pour se soigner ( médecins conventionnés secteur 2 ou hors convention de plus en plus nombreux, complémentaire obligatoire dorénavant, etc ...).   Pour les plus grands profits des assurances privées. 

Pour baisser les impôts des sociétés, le gel des retraites et des salaires du public est instauré.  Des suppressions d'emploi dans les services publics sont programmées.  Si il y a moins de services publics, il faudra galérer et prendre la voiture pour le moindre papier administratif, pour avoir un peu d'aide et d'explication d'un ou d'une fonctionnaire sûrement plus humains qu'un site internet.  C'est déjà le cas.  Ce sera encore pire.  L'éducation nationale et la santé seront privés des moyens nécessaires.  Pour les plus grands profits des cliniques et établissements scolaires privés.

Avec ce gouvernement et Bruxelles, les salariés, retraités, ubérisés, les familles paient et paieront pour les multinationales ... Avec leur argent et avec leur vie dégradée.

Et comme le dit la CGT:

Bref de quoi nourrir encore davantage la colère des salariés, des travailleurs précaires, des retraités, des ubérisés,  et des gilets jaunes ...

Partager cet article

Repost0

Articles Récents