Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 12:46

« La réforme portée par loi El Khomri est déjà un modèle pour l’Europe », aurait dit un haut fonctionnaire européen ...

Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:52
" La seule solution pour sauvegarder une industrie française et pour réduire le déficit commercial est une sortie de l’Euro. Le plus tôt sera le mieux. "

Les derniers chiffres du commerce extérieur confirment ce que nous savions depuis des années. L’Euro est, pour la France, un piège mortel. L’accroissement récent du déficit commercial avec les autres pays montre bien la nature même de ce piège. Le problème, ici n’est pas conjoncturel. Cela fait plus de 15 ans que le commerce extérieur de la France est régulièrement en déficit. Au-delà d’accidents qui peuvent être liés à la conjoncture, et qui peuvent accroitre ou diminuer ce déficit, la question de l’Euro doit donc être posée.

 

La publication de l’édition 2017 du External Sector Report du FMI a souligné ce problème.  Dans ce rapport, les économistes et les statisticiens du FMI calculent, par rapport à la balance courante mais aussi à la balance des capitaux, les écarts du taux de change réel (soit corrigé de l’inflation) entre les pays. On voit que cet écart est aujourd’hui dramatique entre l’Allemagne, dont la monnaie est largement sous-évaluée, et la France l’Italie et l’Espagne. Si l’Euro n’existait pas, les taux de change se seraient modifiés, à la hausse pour l’Allemagne, et à la baisse pour la France bien évidemment. Ces résultats ne sont que la confirmation de ceux du même rapport de l’année précédente. Déjà, le External Sector Report 2016 montrait bien l’ampleur du problème[...].

Lire la suite

Repost 0
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 14:14

Le 12 septembre, CGT, Solidaires et FSU appellent à la mobilisation contre la réforme du code du travail

Repost 0
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 14:10
Repost 0
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 14:03

CETA 

En pleine période estivale, encore un mauvais coup pour les travailleurs, l’emploi, les consommateurs, l’environnement et la démocratie 

mercredi 2 août 2017

Saisi en février par plus de 110 député.e.s et 40 sénateur.trice.s progressistes qui demandaient de censurer l’Accord économique et commercial global (AEGC) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), le Conseil constitutionnel vient de considérer le CETA conforme à la Constitution. Conscient du mauvais coup qu’il porte à notre modèle social en ouvrant la porte d’une régression en matière de standards sociaux et environnementaux, le Conseil constitutionnel a choisi la période estivale (le 31 juillet) pour annoncer en catimini sa décision[1].

Dans une décision très courte[2], le conseil rejette donc les objections présentées par les parlementaires.

Malgré les risques que cet accord fait subir aux Européens, à ses entreprises et à l’emploi, malgré les risques que cet accord fait subir aux populations en termes de santé et de sécurité, malgré les risques que cet accord, négocié dans le secret le plus absolu, fait courir à la démocratie, le Conseil constitutionnel sans prendre en compte les enjeux présents et futurs (JEFTA…), rend une décision sans réels arguments et sans cohérence. Il valide ainsi cet accord et ouvre à la France une application provisoire de l’accord en édictant que « L’accord économique et commercial global entre le Canada, d’une part, et l’Union européenne et ses États membres, d’autre part … ne comporte pas de clause contraire à la Constitution. »

Le Président Macron qui s’est d’ores et déjà exprimé en faveur du CETA a nommé, sous pression des syndicats et ONGs, une commission d’expert.e.s pour donner son avis, avant la mise en application provisoire (prévue le 21 septembre).

La CGT s’interroge sur l’objectivité des expert.e.s nommé.e.s dans cette commission. Des expert.e.s qui par le passé ont soit participé.e.s à l’élaboration du CETA, soit fait connaître leur approbation des accords de libre-échange.

La CGT continuera à faire entendre sa voix et à lutter contre tous les accords de libre-échange (dit communément accord FTA de nouvelle génération) qui iraient à l’encontre des besoins des travailleurs, des consommateurs, de l’emploi, de l’environnement et de la démocratie.

Montreuil, le 2 août 2017


[1] http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2017/2017-749-dc/communique-de-presse.149544.html

[2] http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2017/2017-749-dc/decision-n-2017-749-dc-du-31-juillet-2017.149543.html

"
Repost 0
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 13:03

Aujourd'hui la SNCF et sa direction sont devenus le bouc émissaire des défaillances de la politique des transports des différents gouvernements. 

En s'alignant sur la politique européenne du rail, ces derniers ont contribué à démanteler un outil exceptionnel dont nous étions tous propriétaires.

Déréglementation, ouverture à la concurrence, investissements hasardeux à l'étranger, priorité donnée au TGV au détriment des "petites" lignes, économies meurtrières sur l'entretien du réseau ... : c'est la soumission aveugle à la politique européenne dictée par le traité de Lisbonne, mis en oeuvre par la droite, puis par les socialistes, appliquée avec zèle par la direction de la SNCF qui aboutit à ces catastrophes inimaginables il y a trente ans.

Renationalisation de la SNCF, refus des différents "paquets ferroviaires" imaginés par Bruxelles, sortie des traités européens : voici des mots d'ordre qui semblent tout à fait d'actualité aujourd'hui.  YG.

Programme de la FI :

Jean-Luc Mélenchon

Une SNCF insoumise

Jean-Luc Mélenchon promet une SNCF insoumise à l’application des successifs paquets ferroviaires européens ficelés par Bruxelles. Il entend « bloquer l’ouverture à la concurrence du trafic intérieur de voyageurs prévue en 2023 ». Au niveau national, « une nouvelle loi de réforme du système ferroviaire » s’impose « pour unifier le rail en un seul pôle public ». Et d’insister sur le fait que la fusion RFF-SNCF n’a notamment pas « apuré la dette de 44 milliards d’euros, résultat du financement du réseau des lignes à grande vitesse ». Or cette dette, développe Laurent Courtois, constitue aujourd’hui « un des moyens de pression de la direction de la SNCF pour faire fonctionner cet établissement public comme une entreprise commerciale privée, pour supprimer des lignes et pour diminuer les effectifs tout en payant des intérêts juteux aux banques privées ».

Source :http://www.lettreducheminot.fr/politique/presidentielles-2017-propositions-candidats-ferroviaire/

Programme du PCF:

Rien sur l'UE, tout comme dans l'article de l'Huma sur l'arrêt du trafic ferroviaire à Montparnasse ... L'Union Européenne avec "la concurrence libre et non faussée" appliquée au rail a favorisé le tout TGV et la recherche de profits, au détriment de l'entretien du réseau et des lignes plus modestes mais indispensables.  Rien sur l'ouverture à la concurrence des trains voyageurs pour 2023.  Pourquoi ne pas le dire ? C'est maintenant qu'il faut dénoncer cette infamie pour préparer les combats futurs.

"• Création d’un pôle national des transports publics favorisant le développement des transports collectifs et leur accès pour toutes et tous, du transport ferroviaire et fluvial et du transport maritime côtier.

Abrogation des lois de libéralisation du rail, de la loi Macron, lancement d’un processus de désendettement du système ferroviaire, fin des mesures de défiscalisation et exonération favorisant le transport aérien par les entreprises à bas coût.

Renforcement de la tarification sociale jusqu’à la gratuité en zone urbaine et création de parking relais pour les voitures.

Doublement, généralisation et modulation du « versement transport » payé par les entreprises."

 

 

 

Repost 0
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 12:30

Quand on prononce le mot « Europe », le visage de certains devient soudain rayonnant. Ils pensent : avenir radieux, grande aventure, bonheur commun à l’horizon. Bon, ceux-là, on va les laisser rêver, après tout, c’est bien leur droit. A vrai dire, au grand désespoir des élites dirigeantes, ces euro-enthousiastes sont de moins en moins nombreux. [...]

La suite ici : https://ruptures-presse.fr/actu/ruptures-zapping-4-visage-institutions-europeennes-dessous/

Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 12:28
Repost 0
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:25
Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 16:06

Enseignant-chercheur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO / Paris), historien, géopolitiste, Bruno Drweski, revient sur le processus dit de « décommunisation » en cours en Pologne

Une loi votée par les députés polonais en avril 2016, impose aux collectivités locales d’effacer de l’espace public (rues, équipements, etc.) tout référence au « communisme ». Que traduit-elle à vos yeux ? Peut-on parler d’une volonté du gouvernement polonais de revisiter l’histoire dans un sens ultranationaliste et clérical ? S’agit-il de gommer de la mémoire tous les aspects positifs de la République populaire de Pologne (1944 – 1989) ?

Il est clair que la loi qui a été votée veut « terminer » l’œuvre de décommunisation visuelle entreprise dès 1990, mais qui s’était en fait très souvent heurtée à des réticences, et parfois à des résistances, au niveau local. Soit de la part des habitants concernés, soit de la part des pouvoirs locaux, le plus souvent des deux.

Maintenant, les pouvoirs locaux sont sommés de procéder à des changements de noms. Il s’agit de faire disparaître tout vestige non seulement de la Pologne populaire mais aussi, dans bien des cas, des luttes politiques et sociales qui ont marqué la Pologne avant 1944. Pour le pouvoir, c’est aussi un moyen de renforcer son niveau de contrôle sur les autorités locales et de voir celles qui sont les plus rétives à ses ordonnances.

Il s’agit aussi de renforcer l’alliance du pouvoir avec les secteurs les plus traditionalistes du clergé polonais. Et enfin de démontrer en même temps sa fidélité à ses alliés extérieurs occidentaux puisque chaque manifestation d’anticommunisme sonne en Pologne comme un témoignage d’adhésion aux deux alliances occidentales (OTAN et Union européenne (UE).

[...]

Lire la suite sur le site d'Investig'Action en cliquant ci-dessous:

Repost 0

Articles Récents