Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 15:48

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Publié en 2014

Partager cet article

Repost1
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 18:09

Cerise sur le gâteau : Multisol et Lubrizol affirment n'y être pour rien.  Ces odeurs ne proviendraient pas de leurs usines.  Expérience oblige, les Rouennais peuvent douter de ces affirmations ...

Fortes odeurs à Rouen : selon un syndicat, les explications de la préfecture seraient erronées

Les premiers jours de l'année 2021 ont été marqués par de fortes odeurs à Rouen. La CGT assure que ces odeurs feraient suite à un incident dans une usine de Sotteville, Multisol.

Depuis le 1er janvier 2021, de fortes odeurs sont ressenties à Rouen (Seine-Maritime). La préfecture de Seine-Maritime indiquait, dans un communiqué du 2 janvier, que ces dernières « proviennent essentiellement […] [du] chauffage au bois et des chaudières qui sont fortement sollicitées en ce moment au regard des températures basses ».

Mais mercredi 6 janvier 2021, la CGT a fait parvenir un communiqué à la presse, assurant que ces odeurs proviendraient d’une toute autre source. Selon le syndicat, il y aurait eu un incident dans l’usine Multisol, à Sotteville-lès-Rouen. [...]

L'intégralité ci-dessous

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 00:04

Cet article est reposté depuis Le blog des salarié-es de Korian.

Partager cet article

Repost1
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 00:44

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article

Repost1
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 06:03

Pour le pouvoir macronien, la liberté d'expression est à géométrie variable.  Elle ne s'applique ni aux salariés, ni aux syndiqués ... Ils inventent le délit de "tapage diurne" et rêvent de faire taire les salariés ...Une dérive liberticide s'installe. 

ROUEN - Libertés confisquées, revendications confinées, slogans interdits, syndicalistes traduits en justice pour avoir exercé leurs libertés et droits syndicaux ... Manifestation à l'appel de l'UD-CGT le lundi 23 novembre
ROUEN - Libertés confisquées, revendications confinées, slogans interdits, syndicalistes traduits en justice pour avoir exercé leurs libertés et droits syndicaux ... Manifestation à l'appel de l'UD-CGT le lundi 23 novembre
ROUEN - Libertés confisquées, revendications confinées, slogans interdits, syndicalistes traduits en justice pour avoir exercé leurs libertés et droits syndicaux ... Manifestation à l'appel de l'UD-CGT le lundi 23 novembre

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 18:37
Photos glanées sur Internet : Sputniknews
Photos glanées sur Internet : Sputniknews

Photos glanées sur Internet : Sputniknews

Publié le 27 fév 2020
 

 

 
 
 
 
 
 
Depuis plusieurs années, l’arsenal répressif visant toutes formes d’expression collective n’a fait que se renforcer.

La récente loi du 10 avril 2019 « visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » en est la parfaite illustration, celle-ci venant créer de nouvelles infractions de nature à entraver la liberté de manifester. De même, la proposition sénatoriale, à paraître dans les prochains jours, visant à renforcer la sécurité intérieure, promet de poursuivre ce mouvement de surveillance accrue au détriment de la liberté d’expression et de la liberté d’aller et venir.

Dans ce contexte, l’évolution des techniques de maintien de l'ordre, favorisant non pas la désescalade mais l'affrontement entre les manifestants et les forces de l'ordre, ne fait que poursuivre ce mouvement de tension et alimenter la crainte d’aller manifester : nassage et utilisation systématique de bombes lacrymogènes lors d'importants événements populaires essentiellement pacifiques, redéploiement des  « voltigeurs », recours à des techniques d'interpellation inappropriées, usage répété d'armes mutilantes…

Ce constat accablant est partagé par les instances européennes et internationales. Ainsi le Parlement européen, le Conseil de l’Europe et la Haut-commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU ont de manière unanime dénoncé les atteintes excessives à la liberté de manifester, l’escalade des violences policières contre les manifestants et notamment l’usage du lanceur de balles de défense (LBD).

Malgré le rejet de notre recours visant à l’interdiction de l’usage du LBD 40 par le Conseil d’Etat le 24 juillet 2019, en tant qu’organisations syndicales attachées à la sauvegarde des libertés publiques et notamment de la liberté de manifester, il nous est apparu essentiel de continuer le combat pour qu’enfin les autorités cessent de déployer ces armes dangereuses et mutilantes.

En effet, ces armes, en provoquant des dommages irréversibles aux manifestants, portent atteinte à la liberté d’expression, de réunion et de manifestation, ainsi qu’au droit à la vie et au droit de ne pas être soumis à des traitements inhumains et dégradants.

C’est pourquoi, nos organisations ont déposé une requête devant la Cour européenne des droits de l’homme le 22 janvier dernier, requête qui apparaît d’autant plus essentielle dans le contexte des mobilisations actuelles.

27 février 2020

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 09:28

Les salariés d'Europac en grève, les Gilets jaunes les soutiennent

Les salariés de l'usine stéphanaise de papier et de carton Europac sont en grève depuis ce matin 5 heures, lundi 17 décembre. Ils réclament une prime de 1000€ alors que les 23 sites de leur groupe, dont 5 en France, sont en cours de rachat pour 1,9 milliard d'euros par l’industriel papetier britannique DS Smith.

Les salariés CGT de l'usine stéphanaise Europac ont posé de lourdes bobines de papier à l'entrée de leur site, en interdisant l'accès aux camions de livraison. Selon Rino Cirefice, le secrétaire du Comité d'entreprise, et Guy Quevilly, le représentant CGT, l'usine devrait être à l'arrêt d'ici 24 heures, faute de matières premières.
Le piquet de grève des salariés Europac a reçu l'appui d'une trentaine de Gilets jaunes venus du rond-point des Vaches situé à une centaine de mètres. Ces derniers y ont renforcé leur présence depuis le week-end dernier, construisant notamment de nouveaux abris de fortune.
Réclamée depuis le 11 septembre, cette prime de 1000 € fait néanmoins écho aux propos d'Emmanuel Macron qui, le 10 décembre dernier, avait demandé aux «employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d'année» à leurs salariés.
Avec 5,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2016-2017, le groupe DS Smith semble «pouvoir» faire cet effort, estime la CGT: «Cela ne représente que 0,04% du gâteau, lâche Rino Cirefice, ce sont toujours les millions pour les actionnaires et jamais rien pour nous. Notre site génère 48 millions d'euros de bénéfices avant impôt et frais de siège et ce seront certainement nous, les salariés, qui devront payer le 1,9 milliard de notre propre rachat! Ce que nous demandons, c'est une question de respect et de reconnaissance des efforts que nous avons consentis pour sauver la boîte et la rendre à nouveau rentable. Tout ne doit pas revenir aux seuls actionnaires.»
Dans son allocution du 10 décembre, Emmanuel Macron avait en outre déclaré: «J'ai besoin que nos grandes entreprises et que les plus fortunés aident la Nation à réussir», en améliorant le pouvoir d'achat des salariés grâce notamment à une «prime exceptionnelle défiscalisée» d'un maximum de 1000 euros. «Les amis actionnaires et fortunés d'Emmanuel Macron ne semblent pas l'avoir encore entendu», ironisent les représentants CGT…

Source : le site de la ville de Saint-Etienne du Rouvray.  Cette information sur le site de la ville dirigée par le maire communiste Joachim Moyse est un soutien affirmé.

La papeterie Europac de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) était bloquée, lundi 17 décembre 2018, par des salariés qui réclament une prime de leur nouvel actionnaire.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 16:01

Cet article est reposté depuis ARAGON43.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 22:09

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article

Repost0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 11:10

Cet article est reposté depuis ARAGON43.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents