Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
6 décembre 2022 2 06 /12 /décembre /2022 00:10

Sanofi. Mercredi 23 novembre, la police a réprimé les grévistes de chez Sanofi à coup de matraques et de lacrymogènes. 

 

Gazage Sanofi

Depuis lundi, les travailleurs de chez Sanofi sont en grève pour demander des augmentations de salaires face à l’inflation et des embauches en CDI contre le développement des contrats précaires. A l’occasion de la réunion de fermeture des NAO (Négociations annuelles obligatoires), ce mercredi, la CGT avait appelé à un rassemblement devant le siège de Sanofi à Paris. Au bout de plusieurs heures, les grévistes ont tenté d’envahir les locaux, protégés par des cordons de CRS qui n’ont pas tardé à réprimer les travailleurs à coup de gazeuses et de matraques. Plusieurs grévistes ont notamment été touchés au visage. Les grévistes de chez Sanofi avaient déjà eu affaire à la gendarmerie la veille, à Sanofi le Trait (Seine-Maritime). Alors que 300 salariés étaient mobilisés pour bloquer le site, celle-ci intervenait pour forcer la sortie des camions. De quoi nous rappeler quel est le véritable rôle des « forces de l’ordre » et de la répression policière : protéger le capital et ses intérêts. Et à Sanofi, la situation ne déroge pas à la règle. Le 28 octobre, le groupe déclarait que le bénéfice par action ajusté pour 2022 avait augmenté d’environ 16 % et son bénéfice d’exploitation de 26,5 % au troisième trimestre, de quoi atteindre 4,5 milliards d’euros au total. Des chiffres exceptionnels réalisés grâce au travail des salariés qui subissent aujourd’hui l’explosion des prix. Face à l’inflation à laquelle les travailleurs sont confrontés, au mépris de la direction et à la répression policière, notre parti révolutionnaire Communistes apporte tout son soutien et toute sa solidarité aux grévistes.

Goodyear-Amiens. Après sa subvention, l’État accorde un prêt de 85 millions d’euros pour moderniser l’usine Goodyear (Dunlop) !!! Ce prêt vient s’ajouter à une subvention de 44,6 millions d’euros accordée en mars dernier par l’État à l’usine de pneus pour moderniser et agrandir son site d’Amiens Sud. Le principe avait été acté en mars dernier lors de la venue de l'ancien premier ministre Jean Castex à l’usine Goodyear Amiens Sud. Dans un décret paru ce samedi 26 novembre au Journal Officiel, l’État vient de valider un prêt de 85 millions d’euros accordé au géant américain du pneu qui emploie 800 salariés sur le site amiénois. Ce prêt s’inscrit dans le cadre d’un plan d’investissement massif de 150 millions d’euros destiné à agrandir de près de 10 000 m² l’usine et à moderniser l’outil de production «  de manière à répondre aux nouvelles exigences des clients de la filière automobile  » ! Une énorme bouffée d’air !!! Lors de sa visite, le Premier ministre avait aussi acté le versement par l’État d’une subvention de 44,6 millions d’euros à l’usine dans le cadre du plan France Relance destiné à réindustrialiser le territoire et à favoriser l’innovation (100 milliards d’euros dont 35 pour le seul secteur de l’industrie). En échange, Goodyear s’était engagé à investir 100 millions d’euros pour moderniser l’outil et produire des pneus à plus haute valeur ajoutée. «  On commençait à être inquiets. Si cet investissement ne se faisait pas, cela voulait dire la fermeture de l’usine dans quatre ou cinq ans  », craignait à l’époque le président d’Amiens Métropole Alain Gest (LR). Aucun mot sur les 1143 licenciements effectués en janvier 2014 lors de la fermeture après plus de 8 ans de combats de l'usine historique Goodyear situé de l'autre côté de la route, aucune pensée pour les familles détruites, les vies gâchées, les maladies professionnelles dues à la poussière de caoutchouc et à l'amiante, les nombreux suicides. Seul compte l'argent public distribué aux actionnaires américains qui à terme, les millions d'euros encaissés et un nouveau chantage à l'emploi, fermeront le site, comme chez Continental, Bridgestone, Michelin, etc … Goodyear compte 73 000 salarié-es travaillant sur 57 sites dans 23 pays à travers le monde et produit plus de 20 % de la production mondiale de pneumatiques.

[...]

La suite ci-dessous :

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 09:46
Clara Zetkin

Clara Zetkin

Paru en 2011 sur Comité Valmy

Clara Zetkin : Une grande dame à l’origine de la Journée internationale des femmes

Nous fêtons le 8 mars de chaque année, la Journée internationale des femmes. C’est à Clara Zetkin (1857-1933) qu’est attribuée la maternité de cette journée, à l’occasion de laquelle sont mises à l’honneur les luttes des femmes. Fotoula Ioannidis

Au sein du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), dans les années 1910, diverses tensions se manifestent autour de la question de la guerre. Clara Zetkin s’affirme clairement en opposition à la guerre qui se prépare, avec son amie, aussi révolutionnaire allemande, Rosa Luxembourg.

Oubliée de l’histoire, Clara Zetkin est pourtant en Europe et peut-être dans le monde, peu avant la Première Guerre mondiale, la femme socialiste la plus connue.

Pour Clara, ce que les femmes sont, leurs façons d’être et de penser, découlent moins de leur nature que de leur culture. Elle a restitué la femme dans l’histoire des femmes. La plupart des entraves dont elles souffrent sont à attribuer au système économique existant. Pourtant, elle est assez lucide pour noter que « Même dans la société socialiste, la femme devra mener une lutte ardente pour établir en toute clarté la démarcation entre son travail au foyer familial et son activité professionnelle. »

Développer le mouvement féministe autour d’une tasse de café

Clara Zetkin est née le 5 juillet 1857 à Wiederau en Saxe (Allemagne) et décédée le 20 juin 1933 à Arkhangelskoïe, près de Moscou. Après avoir brillamment réussi ses études, elle devint enseignante puis journaliste. Vers les années 1870, Clara Zetkin commence à fréquenter le mouvement féministe, et adhère aux idées socialistes dans le contexte de l’essor industriel de l’Allemagne de Bismarck. Puis, à travers son rôle de rédactrice en chef du journal Die Gleichheit (L’égalité), qu’elle fonde en 1891, elle a contribué au développement et à l’organisation du mouvement féministe prolétarien, mais aussi, là où les autorités interdisaient les organisations de femmes à peine constituées, en regroupant les militantes simplement en tant qu’abonnées de la Gleichheit. Elles se réunissaient soi-disant pour fêter un anniversaire ou prendre ensemble une tasse de café : en réalité, on discutait des buts et de l’avenir du mouvement.

Elle participe également à des réunions clandestines du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). Elle s’exilera à Zurich après l’interdiction par Bismarck, de tous rassemblements et publication du SPD. C’est encore au SPD, qu’elle rencontrera son futur compagnon, le révolutionnaire russe Ossip Zetkin avec qui, en dehors du mariage, elle aura 2 enfants, Maxime et Konstantin

Plus tard, elle sera élue présidente du Secrétariat International des Femmes Socialistes en 1907, lors de la première Conférence internationale des femmes socialistes à Stuttgart. C’est elle qui a fait adopter une résolution par le congrès de l’Internationale, qui dit que « les partis socialistes de tous les pays ont le devoir de lutter énergiquement pour l’instauration du suffrage universel des femmes. » C’est lors de la deuxième conférences internationale des femmes socialistes qu’elle proposera la création de la journée internationale des femmes .

Les femmes contre la guerre

Au sein du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), diverses tensions se manifestent autour de la question de la guerre. Clara Zetkin s’affirme clairement en opposition à la guerre qui se prépare, avec son amie, révolutionnaire allemande aussi, Rosa Luxembourg. Elle mène de nombreuses actions pour la paix.

En novembre 1912, devant la cathédrale de Bâle, en sa qualité de secrétaire du mouvement international des femmes socialistes, elle appelle toutes les femmes et les mères à se dresser contre la guerre. Rosa Luxembourg et elle participent toutes deux à l’aile gauche du SPD. Mais le Parti finira par voter les crédits de guerre. Elles contribueront alors à fonder la Ligue spartakiste qui deviendra le Parti communiste d’Allemagne.

Elle organisera en 1915, en pleine Première Guerre mondiale, une conférence internationale pacifiste de femmes à Berne, en passant illégalement la frontière pour sortir de son pays. Mais à son retour, elle sera arrêtée et emprisonnée.

La révolution allemande de 1918 permet aux femmes d’obtenir le droit de vote et d’être élue. Clara Zetkin deviendra rapidement parlementaire pour le Parti communiste d’Allemagne à l’assemblée du Reichstag de 1920 à 1933. Clara Zetkin sera aussi parmi les rares femmes membres du Komintern de 1921 à 1933, année où, peu avant de décéder, elle appelait encore vivement à lutter contre le nazisme.

Reçu de Roger Romain

Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 00:31

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Alexandra Mikhaïlovana Kollontaï est née en 1872 à Saint-Pétersbourg. Issue de l’aristocratie russe, elle s’affirme comme marxiste dès 1898 et se lie avec Lénine, Rosa Luxemburg ou Paul Lafargue.

Alexandra Mikhaïlovana Kollontaï est née en 1872 à Saint-Pétersbourg. Issue de l’aristocratie russe, elle s’affirme comme marxiste dès 1898 et se lie avec Lénine, Rosa Luxemburg ou Paul Lafargue.

Partager cet article
Repost1
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 22:27

Cet article est reposté depuis SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI.

Vu sur FR3 et vu sur révolution permanente
Vu sur FR3 et vu sur révolution permanente

Vu sur FR3 et vu sur révolution permanente

Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 23:54
Extrait
Ambroise Croizat mis à l'honneur du 1er mai 2021 à Dieppe

L'ancien député communiste et ministre du travail Ambroise Croizat a désormais une esplanade et une plaque à son nom, à Dieppe, inaugurées ce 1er mai 2021.

C’est un symbole très politique. Sur proposition du maire de Dieppe Nicolas Langlois et du député seinomarin Sébastien Jumel, et avec l’accord du directeur de l’hôpital Jean-Yves Autret, une plaque a été dévoilée en présence du petit-fils de l’homme politique, Pierre Caillaud-Croizat.

Source :

https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/ambroise-croizat-mis-a-l-honneur-du-1er-mai-2021-a-dieppe_41511819.html

Rouen 1er Mai

Rouen 1er Mai

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 23:45

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 15:04
Le syndicat de Google est né après des années de lutte

Le syndicat de Google est né après des années de lutte

La création de l’Alphabet Workers Union est une rareté dans la Silicon Valley, c’est le résultat d’années de luttes par les travailleurs de Google. Il s’agit de donner une forme pérenne originale à ce que représentent ces professions qui prétendent intervenir non seulement sur les droits des salariés mais sur l’éthique et sur la finalité de leur intervention sociale. Il y a là un phénomène novateur qui prolonge le mouvement ouvrier et lui donne une nouvelle vocation dans les nouvelles technologies. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société).

Plus de 225 ingénieurs et autres travailleurs de Google ont formé un syndicat, après plusieurs années de lutte au sein de l’une des plus grandes entreprises du monde, établissant un précédent important pour l’organisation des syndicats dans la Silicon Valley, la ville antisyndicale par excellence. Bien que ce chiffre soit faible par rapport aux plus de 200 000 travailleurs du géant de la technologie dans le monde, il augmente.

La création du syndicat est le fer de lance de la création d’organisations de travailleurs dans l’industrie de la technologie qui, aux États-Unis, ont des liens étroits avec la mondialisation. Pendant longtemps, l’entreprise a mis d’énormes obstacles à l’organisation des travailleurs. La plupart sont des cols blancs, hautement qualifiés, bien payés et installés dans un endroit clé du capitalisme américain. La fondation du syndicat est également le produit des demandes croissantes des travailleurs de Google sur les politiques salariales, le harcèlement sexuel, et l’éthique des affaires, et donc les tensions avec les employeurs sont susceptibles d’augmenter.[...]

La suite ci-dessous :

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 18:04
Révolte des agriculteurs de l’Inde - [ Blog Histoire et Société]
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 14:08

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...
Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...
Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...
Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...
Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...
Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...

Le gouvernement indien tente de forcer une prise de contrôle de son secteur agricole par les entreprises – mais leurs plans ont rencontré une résistance farouche de la part des agriculteurs du pays ...

Extraits

"Environ deux tiers de la main d’oeuvre indienne tire ses revenus de l’agriculture, qui contribue environ à 18 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Inde."

Les fermiers et paysans "ont protesté contre la privatisation de l’agriculture, qui dégraderait la souveraineté alimentaire de l’Inde et éroderait leur capacité à rester agriculteurs."

"Environ 250 millions de personnes de tout le pays ont rejoint le mouvement, en faisant la plus grande grève de toute l’Histoire. Si les grévistes formaient un pays, il serait le cinquième plus peuplé du monde après la Chine, l’Inde, les Etats-Unis et l’Indonésie. Des zones industrielles dans toute l’Inde – de Telangana à Uttar Pradesh – ont cessé toute activité, les travailleurs des ports de Jawaharlal Nehru (Maharashtra) à celui de Paradip (Odisha) ont arrêté de travailler."

Article intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 15:38
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.
Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.

Dieppe, Le Havre, Rouen - Photos FR3 et actu-76 - Voir des vidéos sur les sites signalés.

A Caen, mais aussi au Havre, à Dieppe et à Rouen, des milliers de personnes ont défilé pour exprimer leur désaccord avec la politique du gouvernement.

Extraits FR3 Normandie.

Ici l'article complet : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/deuxieme-samedi-manifestations-normandie-contre-projet-loi-securite-globale-1902518.html#xtor=EPR-521-[france3regions]-20201206-[info-titre5]&pid=726375-1458206835-639c8bda

"Rouen : une manifestation sous haute surveillance

A Rouen, en plus de l'opposition à la loi "sécurité globale", le syndicat CGT appelait à manifester contre la précarité."

"Des rues de Rouen bloquées

Finalement, le cortège est parti du théâtre des Arts en direction de la rive gauche en traversant la Seine par le pont Jeanne d'Arc. Un bon millier de personnes a défilé jusqu'à la place Saint-Marc. Certains manifestants, une fois revenus rive droite, ont tenté de pénétrer dans la zone interdite et se sont fait repousser par la police.  "

A Dieppe

"Un peu plus de 200 personnes étaient mobilisées ce samedi matin (5 décembre 2020) sur les quais de Dieppe pour la première mobilisation normande de la journée contre le projet de loi "sécurité globale"."

"Le Havre 

D'autres rassemblements étaient organisés en début d'après-midi, à l'appel d'organisations syndicales et de partis politiques. C'était le cas au Havre avec un rendez-vous devant l'hôtel de ville pour défiler ensuite dans les rues. Selon François Vanhove, notre confrère du quotidien régional Paris-Normandie, présent sur place, le cortège rassemblait environ 350 personnes. "

 

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents