Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 15:15

Le gouvernement prépare-t-il la fin du confinement en renouvelant son stock de gaz lacrymogènes ? Craint-il donc tant la colère des Français ?

Gazer des manifestants ou tester les salariés, les enfants, les enseignants en vue de préparer le déconfinement ...

Stocker des masques ou des gaz ?

Stocker des gaz lacrymogènes ou des tests ?

Dis-moi ce que tu stockes et je te dirai qui tu sers ...

Partager cet article

Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 17:45
© IP3 PRESS/MAXPPP

© IP3 PRESS/MAXPPP

Coronavirus : l'incompréhension de ces salariés qui doivent déjà retourner à l'usine

Ce lundi, des entreprises normandes ont décidé de réouvrir, malgré les mesures de confinement élevé. Et malgré des soupçons de cas de coronavirus. Qu'en est-il alors de la sécurité sanitaire ? Exemple chez Arconic à Dives-sur-Mer.

Un salarié de l'usine Arconic, à Dives-sur-Mer, aurait été déclaré "contaminé" par le coronavirus, par son médecin traitant, vendredi dernier. Il a été arrêté. "On a mis sous ses collègues au courant, au nom du droit d'alerte", assure ce lundi soir le délégué syndical FO du site, Anthony Milcent."Cela renforce notre volonté initiale de fermeture de l'usine pour 2 semaines minimum", pour éviter aux porteurs sains de transmettre ce virus, avec toutes les manutentions pratiquées sur place.
 

"Certains se sont vus refuser le droit de porter un masque"

La suite ci-dessous :

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/coronavirus-incomprehension-ces-salaries-qui-doivent-deja-retourner-usine-1805210.html

Le PCF, la France insoumise, des organisations syndicales réclament que seules les entreprises et services essentiels continuent de fonctionner.

Le PCF : "Sur tout le territoire national, de trop nombreuses entreprises continuent de produire et fonctionner au détriment de la santé de leurs salariés, parfois même dans des entreprises où des salariés ont été dépistés positifs au COVID-19

Cela doit cesser : Seul ce qui est essentiel doit fonctionner.

Le confinement doit s'étendre rigoureusement à tout le reste afin de répondre efficacement au défi qui est devant nous."

La France insoumise :

"Face à la crise sanitaire, un maximum de monde doit rester en confinement. Les mesures prises par le gouvernement ne protègent pas suffisamment les salariés, notamment les employés et les ouvriers. Seules les personnes dans les secteurs essentiels dans ces temps de crise, ne pouvant travailler de chez elles, doivent se rendre sur leur lieu de travail."
 
Pour leur part, les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires de Seine-maritime exigent notamment la "mise à l’arrêt de tous les secteurs non vitaux, non nécessaires pour lutter contre l’épidémie. Maintien intégral des salaires et revenus pour les salariés. Interdiction des licenciements et de sanctions contre ceux qui utilisent le droit de retrait."
 

Partager cet article

Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 14:55

Paru le 17/03

Alors que les Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire ont décidé de maintenir leur activité, les ouvriers ont refusé de commencer le travail à bord ce mardi matin.

Plusieurs centaines d’ouvriers s’étaient rassemblés (©L’Écho de la Presqu’île)

Cela a commencé dès l’embauche de la première équipe ce mardi matin. Les ouvriers des Chantiers de l’Atlantique refusent depuis de monter à bord travailler, alors que la direction du chantier naval de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) avait annoncé maintenir l’activité, malgré les consignes contre la propagation du coronavirus. [...] Voir la suite ici : https://actu.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire_44184/coronavirus-saint-nazaire-ouvriers-chantiers-latlantique-refusent-monter-bord_32317607.html

Ci-dessous le tract de la CGT :

Coronavirus : à Saint-Nazaire, les ouvriers des Chantiers de l’Atlantique refusent de monter à bord
Coronavirus : à Saint-Nazaire, les ouvriers des Chantiers de l’Atlantique refusent de monter à bord

Partager cet article

Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 18:17
Image relevée sur Basta

Image relevée sur Basta

En Nouvelle Aquitaine, l’Agence régionale de santé veut obliger les centres psychologiques pour enfants et adolescents à changer de fonctionnement. Et à exclure du soin des milliers d’enfants, pour les renvoyer vers le secteur privé.

Lire l'article sur Basta :

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 15:44
Droit de grève chez KORIAN : Les salariés non grévistes récompensés ? La CGT Korian réclame des explications
26 décembre 2019

APRES LES « NICHES ÉLECTORALES »,  LES « NICHES POUR SALARI.ES NON GRÉVISTES »…

 

La direction générale de Korian a décidé d’octroyer 100€ de chèques culture à des salarié.es sur une cinquantaine d’établissements de Paris Ile de France (les salarié.es des autres régions apprécieront), que l’on peut assimiler à une prime ou à un avantage en nature, pour :

« Il s’agit d’un geste pour remercier les salariés des établissements franciliens qui se sont déplacés et ont été très investis pour venir travailler pendant les grèves. »

Ceci est la réponse officielle de la direction suite à une demande de la CGT Korian.

Pourtant ce geste que l’on peut assimiler à une prime est totalement illégal et discriminatoire ; une cassation l’atteste : Cass. Soc. 1er juin 2010, n° 09-40.144 :

pour la Haute Cour, « est discriminatoire l’attribution d’une prime aux salariés selon qu’ils ont ou non participé à un mouvement de grève ». Peu importe la surcharge de travail subie par les salariés non-grévistes. ».

A ce sujet, nous adressons le lien d’un article fort intéressant :

https://www.netpme.fr/actualite/attribution-prime-salaries-non-grevistes-discriminatoire/

Il ne s’agit pas pour nous de faire retirer cette gratification aux salarié.es, pour une fois que Korian éprouve de l’empathie et de la reconnaissance…vive la grève !

Néanmoins on s'interroge sur le bien-fondé et les véritables motivations de Korian à travers ce geste.  Surfer avec la légalité pour stigmatiser la grève... alors que nous les alertons depuis des années sur les ravages de leur politique de non remplacement dans tous les établissements. Et cela concerne non pas 50 établissements de la région parisienne mais les sites de l'ensemble du parc français. On aimerait que Korian soit aussi reconnaissant avec tous ses salariés qui voient leurs conditions de travail être impactées au quotidien.

La CGT Korian interpellera la direction générale à ce sujet.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 23:55
 
par Mathias Reymond, Pauline Perrenot,

On le sait : Jean-Michel Aphatie ne tolère aucune critique contre les médias dominants. Critiquez le rôle des médias lors des élections, il aboie. Critiquez le rôle des médias pendant les mobilisations sociales, il aboie. Critiquez le rôle des gardiens du temple médiatique, il aboie. Et lorsqu’il arrive au journal d’un milliardaire de publier des « révélations » qui dérangent d’une manière ou d’une autre le pouvoir en place – ce que personne ne nie – l’occasion est trop belle de prendre à partie ceux qui critiquent les médias. Tel fut le cas au moment de « l’affaire » Delevoye. [...]

Lire la suite ici : https://www.acrimed.org/

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:18
L’absence (éditorial paru dans l’édition de décembre) - [Ruptures]

"Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique."

Le temps des insurrections ? Chili, Colombie, Equateur, mais aussi Hong-Kong, et bien sûr Iran, Irak, Liban, Algérie… Faut-il d’ailleurs ajouter la France, ainsi que la Finlande (où une puissante vague de grèves s’annonce) ? La tentation de l’analogie est grande. Mais elle est périlleuse, tant chaque mouvement est ancré dans des réalités historiques, économiques et sociales, culturelles et politiques propres et dissemblables.

Bien souvent, il s’agit d’incendies qui ont pris tout le monde de court. Mais les similitudes s’arrêtent là. Quel sens y a-t-il à fourrer dans le même sac les manifestants qui ont déferlé à Bogota contre un pouvoir ultra-libéral, et la jeunesse dorée de La Paz réussissant à annuler le verdict des urnes qui venait de reconduire le progressiste Evo Morales ? Ou bien les émeutiers aisés pro-occidentaux de Hong-Kong, et les révoltés de Santiago du Chili, pour qui la hausse du ticket de métro signifie le basculement dans la misère ?

Deux critères, parmi d’autres, permettent de se faire une première idée de chaque mouvement. D’une part la description qu’en proposent les médias dominants : selon que vous défilerez à Caracas pour renverser le pouvoir chaviste, ou à Bogota pour exiger un niveau de vie décent, vous serez salué avec enthousiasme, ou juste évoqué de manière distraite. Et d’autre part leur composition sociale. Ainsi, la fureur du peuple irakien s’exprime en première ligne au travers des plus démunis, notamment la classe ouvrière. Au Liban en revanche, les classes moyennes ont fait figure de moteur du mouvement.

Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique. Un manque cruel qui, objectivement, ne laisse pas beaucoup d’espoir aux révoltés. De Bagdad à Beyrouth en passant par Alger, nombreux sont ceux qui refusent même l’idée de porte-parole – ce qui n’est pas sans rappeler l’état d’esprit des Gilets jaunes. Ce rejet de la représentation est compréhensible après l’expérience de la désinvolture et des trahisons des partis politiques traditionnels. Mais elle constitue un fatal handicap. Dans aucun des pays cités – pas plus que dans l’Hexagone – ne s’esquisse une force politiquement déterminée, rigoureusement organisée et idéologiquement cohérente susceptible de porter des perspectives de rupture.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 16:35

Le vrai titre de France Info est :

Grève des transports : le gouvernement autorise les chauffeurs de cars à rouler plus longtemps

Des cars dans une gare routière à Paris, le 8 décembre 2019.

Nous avons rectifié. Les chauffeurs n'ont vraiment pas leur mot à dire dans l'affaire.  Le titre adéquat aurait été :

"Pour casser la grève, Macron et Philippe autorisent les patrons de Flixbus et leurs compères à exploiter les chauffeurs de cars à leur aise."

Merci Macron ! Vos bus n'auront jamais tant mérité leur sobriquet : Cars Macron

https://mobile.francetvinfo.fr/economie/greve/greve-du-5-decembre/greve-des-transports-le-gouvernement-autorise-les-chauffeurs-de-cars-a-rouler-plus-longtemps_3750895.html#xtref=android-app://com.google.android.googlequicksearchbox/https/www.google.com

et

https://www.lavoixdunord.fr/682836/article/2019-12-19/les-cars-macron-autorises-rouler-plus-longtemps-pendant-la-greve

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 16:09

Il est conseillé à Pascal Praud de lire cet article et de prendre le temps de la réflexion afin de cesser de transformer un plateau de télévision en règlements de compte contre la CGT, les syndicalistes et les grévistes. 

La contestation contre le projet du gouvernement s'ajoute aux revendications préexistantes sur les salaires ou les conditions de travail dans plusieurs professions.

Elle cristallise les mécontentements. La réforme des retraites, qui doit fusionner les 42 régimes existants en un seul, a provoqué une grève reconduite depuis le 5 décembre dans plusieurs secteurs, notamment dans les transports. Mais l'inquiétude liée au futur système à points se conjugue avec des revendications préexistantes. Les policiers sont à ce jour les seuls à avoir eu gain de cause sur la réforme des retraites : ils conserveront finalement leur régime dérogatoire, a confirmé le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, aux syndicats, samedi 14 décembre. Mais chez les cheminots, les enseignants, les infirmiers, les routiers, la fronde reste d'actualité. [...]

Parce que les cheminots sont déjà échaudés par la mise en concurrence de la SNCF

[...]

Parce que les enseignants exigent de meilleurs salaires

[...]

Parce que le personnel hospitalier réclame toujours un plan d'urgence

[...]

Parce que les routiers se mobilisent aussi pour de meilleures conditions salariales

[...]

Lire la totalité de l'article : https://mobile.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/cheminots-enseignants-infirmieres-pourquoi-la-reforme-des-retraites-a-ete-le-declencheur-des-coleres_3747431.html#xtref=android-app://com.google.android.googlequicksearchbox/https/www.google.com

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2019 3 11 /12 /décembre /2019 23:29
Sur Europe 1, Fabien Roussel a été prié de reconnaître que Bernard Arnault créait des emplois en France. - Capture d'écran Europe 1 / AFP
 
Ce mardi 10 décembre, Europe 1 recevait Fabien Roussel, patron du Parti communiste, pour un entretien musclé tournant notamment autour de l'imposition des plus fortunés. Le 26 novembre dernier, la même radio avait Bernard Arnault pour invité. La comparaison des deux interviews révèle... un traitement pour le moins différencié des convives.
[...]
 
Lire l'article sur le site de Marianne ici :

Partager cet article

Repost0

Articles Récents