Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 12:40

Vu sur actu.fr

Jeudi 21 septembre 2017, les syndicats organisent une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme du Code du travail. Voici la carte des rassemblements prévus en Normandie.

15 rassemblements en Normandie

En Normandie, le mouvement interprofessionnel du 21 septembre s’organise en intersyndicale. Selon les départements, les syndicats suivants ont en effet appelé à marcher aux côtés de la CGT : Solidaires, la Fédération syndicale unitaire (FSU), Force ouvrière (FO), l’Union nationale des étudiants de France (Unef), l’Union nationale lycéenne (UNL) et la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL).

Pour cette seconde journée de mobilisation, les syndicats de l’Orne, de l’Eure, du Calvados, de la Manche et de la Seine-Maritime annoncent 15 manifestations dans la région. Les voici rassemblées sur la carte ci-dessous.

[...]

Lire l'intégralité sur le site actu.fr

 
Repost 0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 13:49

Une rentrée « dans le flou » à la fac de Rouen : les étudiants manifestent

Rentrée retardée, problèmes d'inscriptions, de salles... Les étudiants et enseignants de la fac de Lettres et sciences humaines de Rouen ont manifesté lundi 18 septembre 2017.

La rentrée est encore retardée : les étudiants de Lettres et sciences humaines de l’université de Rouen (Seine-Maritime), se sont rassemblés pour manifester lundi 18 septembre 2017. (©GK/Normandie-actu)

Drôle de rentrée ! À la faculté de Lettres et sciences humaines de l’université de Rouen (Seine-Maritime), les étudiants se sont rassemblés, lundi 18 septembre 2017, devant la bibliothèque universitaire, sur le campus de Mont-Saint-Aignan. Pas pour reprendre les cours, mais pour protester.

La suite sur le site de 76-actu.

Et plus sur le site de FR3 Normandie

Repost 0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 01:11
dimanche 10 septembre 2017
 

    Les ordonnances ne sont pas neutres. Elles vont accroître les inégalités professionnelles, car «les salariés les plus touchés sont ceux en CDD ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées», alertent plus de 60 personnalités et organisations féministes. Emmanuel Macron l’a promis. Les femmes seront la grande cause nationale du quinquennat. Il est élu depuis à peine 150 jours et il a déjà réussi à se faire mentir 3 fois. Une première fois avec la nomination du gouvernement et l’absence de ministère dédié. Une deuxième fois cet été, avec la baisse de 27% du budget du Secrétariat d’État à l’Égalité. Une troisième fois avec la Loi Travail n°2.

    Comme souvent, des textes apparemment “neutres” ont en réalité des conséquences nettes sur les inégalités. Réforme des retraites, de l’assurance maladie ou du code du travail : toutes ces réformes qui visaient l’ensemble des salarié.e.s ont eu un impact différent sur les femmes et les hommes. Etonnant ? Pas tant que ça. Lorsque vous proposez une réforme dans un pays comme la France, où les inégalités professionnelles sont fortes (26% d’écart de salaire), la réforme est rarement neutre ou sans effet. Soit elle aggrave la situation et augmente les inégalités, soit elle s’attaque aux inégalités et les fait reculer.

    Les ordonnances rentrent dans la première catégorie. Les salarié.e.s les plus touché.e.s par la réforme sont ceux en CDD ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées. Plusieurs mesures vont donc peser particulièrement sur les femmes et accroître les inégalités professionnelles.

    L’inversion de la hiérarchie des normes renvoie à l’entreprise la définition de nombreux droits, et notamment les droits familiaux. Les congés enfants malades pris en immense majorité par les femmes, l’allongement du congé maternité et le maintien de la rémunération à 100%, l’allègement du temps de travail des femmes enceintes… tous ces droits, prévus jusqu’alors dans les conventions collectives de branche, pourront être demain remis en cause par accord d’entreprise. C’est le cas également des primes d’ancienneté, de départ en retraite ou de licenciement. [...

    Lire la suite sur le site de Respublica en cliquant sur le lien ci-dessous :

    Repost 0
    15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 04:52
    Repost 0
    27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 08:27
     
    Lu sur le site "Resrepublica"
    mardi 22 août 2017
     
     

    Comme l’UFAL l’avait souligné dès le 27 juillet 2016, par l’assassinat terroriste de Jacques Hamel, prêtre catholique qui célébrait son culte, ce ne sont pas seulement « les catholiques qui ont été frappés », mais « la liberté de culte qui [était] visée, et donc encore une fois la République laïque ».

    Il est donc particulièrement choquant que dans son discours d’hommage du 27 juillet 2017, le nouveau Président de la République n’ait pas une seule fois prononcé le mot « laïcité », ni évoqué les principes de la République. C’est pourtant la laïcité qui constitue le meilleur rempart aux guerres de religion, la liberté l’égalité et la fraternité qui cimentent notre République, au-delà des diverses options philosophiques ou religieuses des citoyens. Il était du devoir de M. Macron de le rappeler, non de réduire les fondements de la République à des valeurs spirituelles, et de rendre un hommage appuyé à « la fraternité et la charité de l’Église de France » – alors que seuls 4 % des Français vont à la messe.

    Cet abandon délibéré des principes par la plus haute Autorité de l’État n’a pu que faciliter le dérapage clérical et réactionnaire de l’archevêque de Rouen, Dominique Lebrun, qui n’a pas hésité à assimiler les attentats terroristes à l’IVG ou à l’aide à la fin de vie. De tels propos avaient été tenus après les attentats de janvier 2015, plus crûment, par l’évêque aux armées, Luc Ravel (promu depuis archevêque de Strasbourg). Exactement comme les partisans, terroristes ou non, de l’instauration de la « charia », ces cléricaux n’hésitent pas à proclamer la supériorité de la morale religieuse sur la loi : soit une régression de 112 ans par rapport à la loi de séparation des Églises et de l’État.

    L’UFAL proteste contre cette récupération cléricale, facilitée par les Pouvoirs publics, d’un hommage qui aurait dû rester républicain et humaniste. La République laïque, c’est bien autre chose que la réunion des responsables des cultes (monothéistes). Le libre exercice des cultes est une des composantes de la laïcité républicaine, non une référence de la République à quelque valeur religieuse particulière que ce soit. Jacques Hamel n’est un « martyr » que pour ceux qui partagent sa foi : pour tous les Français, il doit rester d’abord une victime d’un terrorisme qui combat la République.

    Communiqué repris sur le site de l’UFAL : http://www.ufal.org/laicite/non-au-detournement-clerical-des-hommages-a-jacques-hamel-defendons-les-principes-de-la-republique-pas-les-valeurs-religieuses/

    Repost 0
    2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 12:48

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Pour le professeur de droit constitutionnel, certains volets de la loi actuellement en débat à l'Assemblée menacent la liberté d'expression.

    Anne-Marie Le Pourhiet est vice-présidente de l'Association française de droit constitutionnel et professeur à l'université de Rennes-I.

    Repost 0
    29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 16:43

    Défensif, Castaner.

    Donc ce n'est pas répréhensible parce qu'elle n'a pas fait une bonne affaire.  Et si elle avait fait une bonne affaire, qu'aurait argutié le sieur Castaner?

    Quand même, les cours avaient flambé juste après l'annonce du plan social, c'est-à-dire des licenciements ... que Mme Penicaud était chargée de mettre en place, tout ça bien sûr dans le cadre du dialogue social dont elle est fort férue.  Les bénéfices de la "restructuration" et du plan social n'a pas été le même pour les salariés licenciés, ou mis à la  pré-retraite, ou devenus mobiles malgré eux ... Ils ont, au contraire, payé de leur licenciement ou de leur déplacement, les profits du groupe Danone et de ses actionnaires.

    Plus d'un million d'euros, ce n'est peut-être pas une bonne affaire pour les plus riches mais pour 90% des Français, surtout pour ceux victimes de la perte de leur emploi, ce serait une vraiment très bonne affaire... 

    Repost 0
    17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 12:29

    Violences policières : le rapport qui dit les faits

    29 juin 2016 / Camille Martin (Reporterre)
     

    Le maintien de l’ordre a pris en France un tour dangereux pour les libertés publiques et le droit de manifester. Animée par Reporterre, une Mission civile d’information a mené une enquête approfondie sur les dérives de l’action policière depuis le début des manifestations contre la loi travail. En voici le rapport. Il témoigne d’une dérive dangereuse pour la démocratie.

    La situation devenait insupportable : manifestation après manifestation, nous observions des violences de plus en plus nombreuses de la part des forces de police, bien au-delà de ce que pourrait exiger le maintien de l’ordre. C’est pourquoi, fin avril, avec l’appui initial de plusieurs députés, nous avons lancé une Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début, en mars 2016, des manifestations d’opposition à la loi sur le travail.

    Ce rapport, établi par les correspondants de Reporterre à Nantes, Rennes, Toulouse et Paris, nous le présentons ce mercredi 29 juin, alors qu’à l’Assemblée nationale, une conférence de presse réunit des députés, des organisations des droits de l’homme et de la société civile, des syndicats de salariés et de policiers, pour tirer l’alarme sur la dérive dangereuse en matière de maintien de l’ordre.

    • Télécharger le Rapport de la Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis les manifestations contre la loi Travail en février 2016 :
    Rapport de la Mission civile d’information sur les actions de maintien de l’ordre menées depuis le début des manifestations sur la loi Travail en février 2016
    Repost 0
    13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 13:47

    "Avec la vague de La République en marche aux législatives, de nombreux députés novices sont entrés au Parlement. Beaucoup découvrent ainsi les arcanes du travail législatif, mais certains ne semblent pas tout à fait en maîtriser les fondamentaux. "  Sur RT (voir l'intégral ci-dessous )

    Le problème, c'est que tout militant politique ( ou syndical ) de base sait ce qu'est un décret.  Dans la gauche radicale surtout, pour en fustiger l'usage.  Il est vrai que les députés d'En Marche, fussent-ils de La République, ne sont pas vraiment de gauche, ni vraiment des militants politiques, puisqu'ils sont, et ils s'en font gloire, de la dite "société civile".

    Le deuxième problème est que la constitution de la Vème République, les pouvoirs exécutif et législatif sont au programme de la classe de troisième en éducation civique.

    Mauvaise politique et mauvaise élève donc la présidente LREM de la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

    A lui signaler : chez les bouquinistes de Paris, on trouve certainement à prix cassés des livres d'éducation civique qui expliquent fort bien le fonctionnement de l'Assemblée nationale, et les pouvoirs du gouvernement et du président de la République.  Sinon j'en ai encore quelques-uns sur mes étagères ...

    Yvette Genestal

    Repost 0
    5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 20:31

    Moralisation de la vie publique : les premières observations du Syndicat de la magistrature

    Note remise à François Bayrou le 31 mai 2017 lors de l’entretien avec le Syndicat de la magistrature

    Documents, publié le 1er juin 2017, mis à jour le 1er juin 2017

    Le déroulement de la campagne présidentielle, secouée par des affaires impliquant des personnalités publiques et briguant un mandat comme les violentes accusations d’instrumentalisation adressées à l’institution judiciaire ont rappelé la nécessité d’enserrer la vie publique dans des règles plus strictes. L’appel à la « moralisation » - vocable peut-être impropre – de la vie publique implique aujourd’hui qu’une série de mesures soient prises afin de donner corps à des exigences citoyennes en matière de transparence et de lutte contre les abus par certains des prérogatives associées à leurs fonctions, notamment électives. Il en va de la confiance des citoyens dans les instances démocratiques : c’est ainsi de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen que chacun tire le droit « de demander des comptes à tout agent public de son administration ».

    Or, des formes de tolérance et d’impunité ont longtemps perduré en France, au point que des institutions telles que le Groupe d’Etats contre la Corruption (GRECO), organe du Conseil de l’Europe, et l’OCDE dressent un portrait préoccupant de la situation française s’agissant de la prévention de la corruption.

    En matière judiciaire, les causes sont multiples et tiennent tant à l’insuffisance des garanties textuelles (en matière d’indépendance des services d’enquête), de moyens humains (pour les services d’enquête spécialisés) que d’obstacles légaux à l’engagement de poursuites (insuffisance des textes ou verrou légal). De manière plus large, les mécanismes de transparence peinent à trouver leur voie dans notre démocratie. Dès lors qu’ils s’appliquent aux pouvoirs publics, ils constituent pourtant une assurance pour les citoyens, à la condition évidente qu’ils soient complétés par un contrôle effectif du respect des prescriptions ainsi introduites.

    La présentation d’un projet de loi relatif à la moralisation de la vie publique constitue l’un des premiers actes du nouveau gouvernement. A ce stade, aucun texte n’a été communiqué et le Syndicat de la magistrature ne dispose que des déclarations faites par voie de presse en la matière. C’est donc une première ébauche de réflexion, fondée sur des revendications anciennes, auquel il se livrera ici, avant d’élaborer, dans un second temps, une analyse plus fine et détaillée du texte qui sera présenté.

     

    L’intégration de ces premières observations se trouve en pièce jointe.

    Synthèse des mesures proposées :

    • Supprimer la Cour de justice de la République
    • Exiger un bulletin n°2 casier judiciaire exempt de condamnations pour certains faits pour tout candidat à un mandat public
    • Refonder le statut des magistrats du parquet et du siège pour mettre la justice à l’abri des pressions
    • En matière de fraude fiscale, supprimer le verrou de Bercy
    • Abroger le délai butoir de 12 ans prévu par la loi du 27 février 2017 en matière de prescription des infractions dissimulées
    • Renforcer le dispositif de déclaration devant la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique
    • Renforcer la traçabilité sur l’action des lobbyistes
    • Renforcer les effectifs des services d’enquête spécialisés
    • Supprimer l’immunité parlementaire pour les actes détachables des fonctions
    • Revenir sur le dispositif de convention de compensation d’intérêt public
    • Consacrer le reporting public pays par pays
    • Etendre la protection des lanceurs d’alerte
    Repost 0

    Articles Récents