Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 14:18

Le "président" Macron n'a besoin de personne pour frapper la Syrie

Macron_armee_francaise.jpg

Macron, président savonnette au rabais élu par défaut, aurait plutôt tendance à susciter les rires. Mais ceux-ci vous restent vite en travers de la gorge quand vous apprenez certains de ses propos publics. Ainsi, ceux qu’il vient de prononcer — au nom de la France — dans un entretien accordé à huit médias européens, à propos de l’attitude de l’armée française en Syrie :

« S’il est avéré que des armes chimiques sont utilisées sur le terrain et que nous savons en retracer la provenance, Paris sera en mesure de bombarder seule afin de détruire les stocks d’armes chimiques identifiés. »

Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 14:53
Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 14:10

Publié par El Diablo

Le néonazisme en Europe c’est l’OTAN [par Manlio Dinucci]
Le néonazisme en Europe c’est l’OTAN [par Manlio Dinucci]

Le néonazisme en Europe c’est l’OTAN

L’Ukraine, de fait déjà dans l’Otan, veut à présent y entrer officiellement. Le parlement de Kiev, le 8 juin, a voté majoritairement (276 voix contre 25) un amendement législatif qui rend prioritaire cet objectif. Son admission dans l’Otan ne serait pas qu’un acte formel. La Russie se trouve accusée par l’Otan d’avoir annexé illégalement la Crimée et de conduire des actions militaires contre l’Ukraine.

En conséquence, si l’Ukraine entrait officiellement dans l’Otan, les 29 autres membres de l’Alliance, sur la base de l’Article 5, devraient « assister la partie attaquée en entreprenant l’action jugée nécessaire, utilisation de la force armée comprise ». En d’autres termes, ils devraient entrer en guerre contre la Russie.

Le mérite d’avoir introduit dans la législation ukrainienne l’objectif d’entrer dans l’Otan revient au président du parlement Andriy Parubiy. Co-fondateur en 1991 du Parti national-social ukrainien, sur le modèle du Parti national-socialiste d’Adolf Hitler ; chef des formations paramilitaires néo-nazies, utilisées en 2014 dans le putsch de Place Maïdan, sous direction USA/Otan, et dans le massacre d’Odessa ; chef du Conseil de défense et sécurité nationale qui, avec le Bataillon Azov et d’autres unités néo-nazies, attaque les civils ukrainiens de nationalité russe dans la partie orientale du pays et effectue avec les meutes armées de féroces agressions de militants du Parti communiste, dévastant ses sièges et brûlant les livres dans le plus pur style nazi, alors que ce même Parti va être mis officiellement hors la loi. Voilà qui est Andriy Parubiy qui, en habit de président du parlement ukrainien (charge qui lui a été conférée grâce à ses mérites démocratiques en avril 2016), a été reçu le 5 juin à Montecitorio par la présidente de la Chambre, Laura Boldrini. « L’Italie - a souligné la présidente Boldrini- a toujours condamné l’action illégale opérée au détriment d’une partie du territoire ukrainien ». Elle a ce faisant approuvé la version Otan selon laquelle c’est la Russie qui aurait annexé illégalement la Crimée, ignorant le fait que le choix des Russes de Crimée de se détacher de l’Ukraine et de revenir dans la Russie a été prise pour empêcher d’être attaqués, comme les Russes du Donbass, par les bataillons néo-nazis et les autres forces de Kiev.

 

[...]

Manlio Dinucci

Édition de mardi 13 juin 2017 de il manifesto
https://ilmanifesto.it/e-nato-il-neonazismo-in-europa/
Traduit de l’italien par M-A Patrizio

L'article intégral ci-dessous

Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 13:48
Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 13:34

Cet article est reposté depuis Front Syndical de Classe.

Repost 1
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 06:55

Source : Chroniques du Yéti

Les_meurtriers_de_la_Grece.jpg
Les assassins ont le sourire

15 juin 2017 : l’Eurogroupe et le FMI vont accorder un nouveau prêt de 8,5 millions d’euros à la Grèce, déjà écrasée par une dette phénoménale, avec la complicité bienveillante et active du gouvernement Tsipras. Autopsie d’un assassinat organisé…

Le 4 octobre 2009, les électeurs grecs font subir une énorme défaite à la droite grecque. Le gouvernement de droite est balayé.

Le 6 octobre 2009, le socialiste Giorgos Papandréou devient le nouveau premier ministre de la Grèce.

Le 17 octobre 2009, Giorgos Papandréou annonce au monde entier une terrible nouvelle : le précédent gouvernement de droite avait menti, les chiffres étaient faux, la Grèce est en faillite.

On appelle ça soigner le mal par le mal  !

Et huit ans plus tard ?

Huit ans plus tard, en 2017, la Grèce est encore plus en faillite.

La Grèce est dans une situation encore plus désespérée : la Grèce était déjà hyper-endettée en 2009, et malgré ça, la zone euro et le FMI n’ont fait que prêter des milliards d’euros supplémentaires à la Grèce.

Autrement dit : depuis 2009, la zone euro et le FMI rajoutent des milliards d’euros de prêts supplémentaires sur les épaules de la Grèce, alors qu’elle était déjà écrasée par des centaines de milliards de dette ! On appelle ça soigner le mal par le mal :  une absurdité criminelle !

Résultat : le PIB de la Grèce s’est complètement effondré, les classes populaires et les classes moyennes sont tombées dans la misère, et la Grèce ne pourra jamais rembourser sa dette.

Rappel :

Dette publique de la Grèce :
2009 : dette de 301,062 milliards d’euros, soit 126,7 % du PIB.
2017 : dette de 314,897 milliards d’euros, soit 179 % du PIB.

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 06:27
Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:38
Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:02
Un livre-enquête documenté et irréfutable

Vive le Che !

Notre ami Jean Ortiz (dont LGS s’honore d’avoir publié 150 articles) a écrit un livre indispensable sur le Che, un livre sur une indémodable icône dénigrée par les ennemis des peuples, les bobos à la Souchon (qui commit contre le guérillero héroïque une misérable chanson politique construite sans vérification sur les pires racontars).

Avec « Vive le Che ! » Jean Ortiz, fils d’un guérillero qui se dressa contre Franco, confirme qu’il est un talentueux et rigoureux porteur de vérité.

Le livre est publié avec le soutien financier du Grand Soir. Merci à nos lecteurs-donateurs.
LGS

Le livre-document sur Ernesto Guevara écrit par l’ancien correspondant de l’Humanité à La Havane, Jean Ortiz. Un livre indispensable pour tout comprendre sur l’homme hors du commun qui a marqué le 20eme siècle.

Il y aura cinquante ans, le 9 octobre prochain, Ernesto Guevara, dit le « Che » mourrait assassiné sur ordre de la CIA dans une bourgade appelée La Higuera, en Bolivie. Il est désormais au panthéon des mythes de notre temps.

[...]

Lire la suite ci-dessous

Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 14:56

Au Venezuela, la fable des manifestations pacifiques

Par Maurice Lemoine  |  15 juin 2017   

Violence ? Quelle violence ? Sur Sabana Grande, très longue rue piétonne du centre populaire de Caracas, les badauds déambulent, qui dégustant une glace, qui promenant les enfants. Plus à l’ouest encore, royaume des petites motos de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une auto – sociologiquement plutôt « chavistes » –, la capitale vénézuélienne palpite et, comme dans plus de 90 % des agglomérations et des territoires du pays, chacun y vaque tranquillement à ses occupations.

En revanche, ce 13 mai, tandis que des pneus crament sur la chaussée, une petite foule d’opposants au président Nicolás Maduro stationne sur la place Francia du quartier bourgeois d’Altamira (Est de Caracas). « J’ai 57 ans, j’ai vécu diverses périodes présidentielles et, bien qu’il y ait toujours eu de la pauvreté et de l’insécurité, il y avait une bonne qualité de vie, nous explique une aimable femme à la discrète élégance. Hélas, depuis [Hugo] Chávez, la situation a bien changé… » Quelque peu perplexe, elle fixe l’épais nuage de fumée qui s’élève, à cent cinquante mètres de là, à proximité de la Torre Británica : « Des jeunes ont monté une barricade, la Garde nationale est arrivée et il y a eu une grande confusion. Un autobus a été incendié, mais cela n’a pas été provoqué par les manifestants, il a brûlé (elle cherche ses mots) … spontanément. » Autour d’elle, malgré l’évidence de la situation, la paranoïa rôde, instillée jour après jour par les médias : « C’est des “colectivos” infiltrés qui ont fait ça. » Les supposés paramilitaires du « régime », systématiquement accusés de tous les maux. Notre interlocutrice, elle, nous fixe avec gentillesse : « Vous êtes seul ? Faites attention à vous, il y a des délinquants qui pourraient vous voler vos appareils photos. »

[...]

La suite ci-dessous

Repost 0

Articles Récents