Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 18:03

Pourquoi le gouvernement français soutenu par EELV, le PS et malheureusement FI, veut-il démanteler les centrales nucléaires mais refuse-t-il de signer ce traité ?

On peut s'étonner que l'engouement anti-nucléaire en France ne vise que la production d'électricité, bénéfique tout de même pour le plus grand nombre.  Chez les mêmes, notamment les Verts, c'est silence radio sur les armes nucléaires, beaucoup plus dangereuses pour les populations.

L'OTAN réaffirme : " Les armes nucléaires sont une composante essentielle des capacités globales de dissuasion et de défense de l'OTAN, aux côtés des forces conventionnelles et des forces de défense antimissile."

Mais toutes les puissances détenant l’arme atomique, en particulier les cinq principales – États-Unis, Russie, France, Royaume-Uni et Chine – ont exprimé leur rejet du TIAN, et ne seront donc pas contraintes d’éliminer leur arsenal comme cela est prévu dans le traité.

Extraits

Porté par l’ONU et la société civile, le traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) est entré en vigueur vendredi 22 janvier. Fruit de dizaines d’années de travail de nombreuses ONG, ce texte demeure rejeté par les principales puissances nucléaires, dont la France.

Si ce traité est mis en œuvre, ce sera pour le moment plus symbolique qu’autre chose. En effet, toutes les puissances détenant l’arme atomique, en particulier les cinq principales – États-Unis, Russie, France, Royaume-Uni et Chine – ont exprimé leur rejet du TIAN, et ne seront donc pas contraintes d’éliminer leur arsenal comme cela est prévu dans le traité.

Les puissances nucléaires préfèrent et encouragent un meilleur suivi du traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), nettement plus avantageux pour elles. « Le problème, c’est que le TNP ne remet pas en cause les États qui détiennent déjà ces armes. Il empêche seulement les autres de la développer. Ce qui, explique le porte-parole du CICR, n’est ni égalitaire ni satisfaisant. »

[...]

« Aujourd’hui est un jour de victoire pour l’humanité. Ce Traité – le résultat de plus de 75 années d’effort – affirme avec force que les armes nucléaires sont inacceptables d’un point de vue moral, humanitaire et désormais juridique. En renforçant l’arsenal juridique visant à lutter contre les armes nucléaires et en portant plus loin la délégitimation de ces armes inhumaines, il nous permet de croire en l’avènement possible d’un monde enfin libéré de la menace nucléaire », a déclaré Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge.

51 Etats sont d'ores et déjà signataires :

Afrique du Sud, Antigua-et-Barbuda, Autriche, Bangladesh, Belize, Bénin, Bolivie, Botswana, Costa Rica, Cuba, Dominique, Équateur, El Salvador, Fidji, Gambie, Guyane, Honduras, Îles Cook, Irlande, Jamaïque, Kazakhstan, Kiribati, Laos, Lesotho, Malaisie, Maldives, Malte, Mexique, Namibie, Nauru, Nicaragua, Nigéria, Niue, Nouvelle-Zélande, Palaos, Palestine, Panama, Paraguay, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Martin, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, Samoa, Thaïlande, Trinité-et-Tobago, Tuvalu, Uruguay, Vanuatu, Vatican, Venezuela, Viet Nam.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 15:53

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 15:31
1945 - Conférence de San Francisco et signature de la Charte des Nations-Unies

1945 - Conférence de San Francisco et signature de la Charte des Nations-Unies

Le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Zhang Jun, a appelé vendredi au multilatéralisme à l'occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

"Le multilatéralisme est un choix collectif fait par l'humanité au prix d'une guerre mondiale. Grâce au multilatéralisme, l'humanité a joui de 75 ans de paix et de développement. Aucun pays ne peut devenir grand dans l'isolement", a-t-il dit lors d'une réunion informelle du Conseil de sécurité de l'ONU tenue par visioconférence.

"Les Nations Unies sont un produit de la Seconde Guerre mondiale. Nous devons défendre le système international centré autour de l'ONU, maintenir l'ordre international basé sur le droit international et sauvegarder les objectifs et les principes de la Charte de l'ONU", a indiqué l'ambassadeur chinois, appelant à s'engager sur la voie d'un développement pacifique.

Le monde fait face à une évolution, une transformation et un réajustement majeurs, mais la paix et le développement demeurent la tendance de notre de notre époque. C'est un espoir partagé et dans l'intérêt de tous les peuples. La communauté internationale doit oeuvrer à un nouveau type de relations internationales caractérisé par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération mutuellement bénéfique, a-t-il souligné.

Source : http://french.china.org.cn/foreign/txt/2020-05/09/content_76023749.htm

Partager cet article
Repost0
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 00:35
Hiroshima

Hiroshima

Déclaration du Mouvement de la Paix après le discours du Président de la République prononcé à l’école de guerre le 7 février 2020
Lors de son discours à l’Ecole de guerre le 7 Février 2020, le Président de la République française E. Macron réaffirme l’engagement de la France dans la funeste course aux armes nucléaires.
 

Lors de son discours du 7 février à l’école de guerre, le Président de la République Française E. Macron, en ne faisant aucune proposition concrète en faveur du désarmement nucléaire, en confirmant son rejet du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires, en défendant une extension européenne des armes atomiques françaises, a en fait validé une nouvelle étape de la course aux armes nucléaires et de leur prolifération.

À trois mois de la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire qui aura lieu aux Nations Unies à New York en mai 2020, nous étions en droit d’attendre du Président de la République des propositions concrètes et innovantes en faveur d’un processus de désarmement nucléaire négocié, progressif et équilibré s’appuyant sur les dispositions prévues dans le cadre du Traité de Non-Prolifération Nucléaire (2) et du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires.

Le Président de la République a bien été obligé de concéder l’existence d’un débat éthique et juridique autour des armes nucléaires, en particulier après la déclaration du Pape à Hiroshima. Mais, c’est pour mieux refermer la porte du débat en ressortant la caricature du désarmement nucléaire unilatéral qui n’est au cœur d’aucun dispositif juridique actuel de désarmement nucléaire (TIAN ou TNP). II falsifie les objectifs de ceux qui agissent pour le respect par la France de ses engagements au titre du TNP et de ceux qui exigent la ratification par la France du Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté par 122 Etats à l’Onu le 7 juillet 2017,  signé à ce jour par 81 Etats, ratifié par 35 et qui rentrera en vigueur après sa ratification par 50 Etats.

Il demande enfin à participer aux négociations sur les forces nucléaires intermédiaires. Nous espérons que ce n’est pas seulement pour entrer dans le « club des grands ».

Par contre il a  franchi un pas très dangereux vers une nouvelle prolifération horizontale des armes nucléaires en défendant « la dimension authentiquement européenne des forces nucléaires françaises » et a appelé à des augmentations conséquentes des budgets militaires en Europe.

Il a hélas souligné que la dissuasion française s’intégrait parfaitement au concept stratégique de l’OTAN, alors que l’histoire récente montre que cette organisation illégale en termes de droit international, est un facteur d’insécurité et de reprise de la course aux armements y compris nucléaires.

Enfin, il a indiqué que l’utilisation de l’arme nucléaire française était possible, même en cas de menace non-nucléaire, en indiquant que la dissuasion s’adresse à « toute menace d’origine étatique contre nos intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne et quelle qu’en soit la forme ».

Il a rajouté que pour préserver ses intérêts vitaux, la France pourrait être amenée à délivrer « un avertissement nucléaire, unique et non renouvelable ».

Finalement, le Président de la République, avec quelques variantes sémantiques par rapport aux discours habituels, a en fait confirmé la volonté de la France, exprimée dans la revue stratégique et la loi de programmation nucléaire, de poursuivre son programme de « modernisation » qui va conduire la France à dépenser de l’ordre de 100 milliards d’euros en 15 ans pour de nouvelles armes nucléaires et en particulier pour le renouvellement de la totalité de la FOST (force océanique stratégique) en violation du TNP. Nous attendions qu’il fasse des propositions concrètes aux autres puissances nucléaires pour qu’elles arrêtent la reprise dangereuse de la course aux armements nucléaires et que tous les Etats en possession d’armes nucléaires contribuent multilatéralement au sein de l’ONU au succès de la conférence d’examen du TNP en mai 2020.

Les armes atomiques sont illégales, inutiles militairement, dangereuses, coûteuses et moralement inadmissibles. La seule alternative à leur prolifération, c’est leur élimination pour éviter in fine l’apocalypse nucléaire.

Alors que partout dans le monde, et depuis des mois en France,  les exigences populaires s’expriment pour la paix, la justice sociale et  la défense du climat, prévoir de consacrer des centaines de milliards d’euros pour de nouveaux armements nucléaires est irresponsable.

Le Mouvement de la paix entend porter les exigences de la grande majorité des Français qui à 76% demandent que la France s’engage dans le processus de désarmement nucléaire et à 67 % demandent  que la France ratifie le traité d’interdiction des armes nucléaires (sondage IFOP/la Croix/Planète Paix de juin 2018).

C’est en effet à la population de réaffirmer avec force ses exigences afin de développer le débat, au cœur de la société française, durant les 3 mois précédant la conférence d’examen du TNP qui réunira à New York la quasi-totalité des Etats du monde en mai 2020 et à laquelle participeront une centaine de citoyens français avec le Mouvement de la paix et aux cotés de milliers de militants venant du monde entier.

Le Mouvement de la Paix
8 février 2020

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 16:55

L’ARAC fondée le 2 novembre 1917 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier et d’autres poilus, n’a jamais imaginé qu’un hommage puisse être rendu aux maréchaux de la première guerre mondiale.

La mise à l’écart des associations d’anciens combattants lors de la cérémonie officielle du centenaire pose en soi un problème.

L’ARAC affirme qu’il est légitime de rendre un hommage appuyé aux millions de morts de tous les pays durant cette guerre.

Mais honorer les maréchaux de France responsables de ces millions de morts, de centaines de fusillés pour l’exemple est immoral.

Proposer d’honorer Pétain quand on connait son rôle vis-à-vis des fusillés pour l’exemple, quand on sait que Clémenceau lui a retiré sa confiance et son haut commandement suscite beaucoup d’interrogations de notre part.

Proposer d’honorer Pétain sachant son comportement vis-à-vis de l’occupant de 1939 à 1944 lui a valu d’être condamné à mort, peine commuée en indignité nationale en août 1945 est intolérable.

Dans cette période où le Président de la République et son gouvernement si prompt à céder au nom de l’Europe à l’Allemagne, nos outils de défense et de dissuasions nationales, partager avec le pays de madame Merkel notre siège au Conseil de sécurité de l’ONU, est inquiétant pour la souveraineté de la France et la place que veut donner le président Macron à l’Allemagne en Europe.

Est-ce pour cela que l’on minimise les cérémonies de l’armistice du 11 novembre 1918 en France, et que notre pays sera représenté par son président le 18 novembre en Allemagne pour « le jour du deuil national allemand ».

Au nom de la défense de la mémoire des Poilus, des Résistants de 39-45, la raison d’être de notre association, nous pousse à dénoncer cette intolérable position du Président de la République.

C’est pour cela que l’ARAC continuera inlassablement son action pour la paix et la reconnaissance de la Charte des Nations Unies. IL y va de l’avenir des générations futures.

Villejuif, le 8 novembre 2018

source: https://lereveildescombattantsblog.wordpress.com/2018/11/09/11-novembre-2018-le-combat-pour-la-paix-toujours-dactualite/

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 00:46

À l'invitation du Parti communiste allemand (DKP), des représentants des différents partis communistes des pays bordant la mer Baltique ont participé début novembre à Kiel à des activités commémorant le centenaire de la Révolution de Novembre. Le DKP avait notamment organisé une conférence intitulée "Pour que la mer Baltique soit une mer de Paix", à l'issue de laquelle la résolution commune ci-dessous a été adoptée - Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF ici:  http://solidarite-internationale-pcf.fr/2018/11/declaration-commune-des-partis-communistes-des-pays-riverains-de-la-mer-baltique-contre-les-exercices-militaires-de-l-otan.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Kiel

Nous, cinq partis communistes de Pologne, de Suède, du Danemark et d'Allemagne, avons donné un signe de paix et de compréhension internationale en participant à la conférence "Mer Baltique - Mer de paix", pour laquelle les partis communistes de la Fédération de Russie et de Finlande avaient également envoyé leurs contributions écrites. Depuis que les peuples se sont installés sur ses côtes, la mer Baltique a toujours été une mer servant à l'échange et au commerce entre les différentes nations qui la bordent. Cette mer ne doit pas devenir le théâtre d'agressions et d'exercices militaires.

Nous condamnons les manœuvres de l'OTAN, "Trident Juncture" - il y a quelques jours en mer du Nord, et "Northern Coast 2018", qui aura bientôt lieu en mer Baltique. La Suède et la Finlande, pays non membres de l'OTAN, sont en train progressivement d'être intégrées à l'OTAN par le biais de leur participation à ces exercices militaires. Nous exprimons notre solidarité avec la lutte des partis communistes de Suède et de Finlande et avec le mouvement pacifiste de ces pays contre l'adhésion à l'OTAN.

Ces exercices navals s'inscrivent dans le cadre de l'expansion vers l'Est de l'OTAN dans les États baltes et dans la majeure partie de l'Europe de l'Est, qui se poursuit depuis de nombreuses années déjà. La Fédération de Russie, dont le budget militaire ne représente qu'environ un dix-septième du budget d'armement des pays de l'OTAN, est désignée comme l'ennemi, quel que soit son système social. L'objectif est de mettre celle-ci sous pression et de la pousser vers une nouvelle course aux armements. La menace est réelle pour ce pays qui, en tant que membre de l'URSS de 1941 à 1945, a porté l'essentiel du fardeau de la lutte contre le fascisme, et auquel les peuples européens doivent leur liberté face au fascisme.

L'Union européenne participe aussi aux préparatifs de guerre après avoir convenu en 2017 d'une "coopération structurée permanente" (PESCO), à laquelle 25 des 28 États membres de l'UE, y compris tous les États de la mer Baltique à l'exception du Danemark, appartiennent, et qui est au service de la capacité d'intervention militaire de l'Union européenne.

L'agression de l'OTAN et de l'UE va de pair avec l'élimination de la résistance potentielle dans les pays voisins de la Fédération de Russie, où les partis communistes sont interdits ou sur le point de l'être. Nous condamnons le nationalisme et le nouveau fascisme, ainsi que toutes les tentatives de réécriture de l'histoire du socialisme !

En tant que partis communistes des pays riverains de la mer Baltique, nous appelons à :

- Arrêter l'agression contre la Fédération de Russie !

- Arrêter les manœuvres de l'OTAN en mer Baltique - pour une mer Baltique de paix !

- La restauration des droits politiques des communistes en Pologne, en Ukraine et dans les pays baltes !


Kiel, le 3 novembre 2018.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 14:45
Partager cet article
Repost0
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 17:24

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost0

Articles Récents