Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 17:14

La SNCF, comme France Télécom il y a une dizaine d'années, entend s'ouvrir à la concurrence.  "There is no alternative" dit Bruxelles.  Il n'y a pas d'autres choix disaient et disent Macron, Moscovici, Hollande, Sarkozy, Pépy ... et le Medef.

Au procès des dirigeants de France Télécom, l'ex numéro 2 avait le sentiment que l'entreprise "allait dans le bon sens", en 2008-2009, alors même que se développe ce qu'on appelle aujourd'hui la "maltraitance organisationnelle".

A la SNCF, c'est sans doute le sentiment de Guillaume Pépy.

Ces gens là ne sentent jamais venir la colère, la lassitude, le dégoût. 

Beaucoup de cheminots ont voté "NON" au traité constitutionnel qui instituait la libéralisation et l'ouverture à la concurrence à tout va des chemins de fer européens.  Leur vote aurait dû être souverain et respecté.  Bruxelles et la majorité des parlementaires français s'en sont moqué.

La colère des cheminots est intacte.

Comme celle des gilets jaunes.

Comme celle de ceux de Alstom.

Comme celle des salariés de General Electric.

Comme celle des urgentistes.

Et de tant d'autres.

Cette colère aujourd'hui est souvent sourde, rentrée.  Mais que toutes ces colères s'agrègent et les élites européistes et "libérales", partisans de la libre concurrence et du capitalisme mondialisé, pourront s'effrayer.

YG.

 

 

Manifestation des cheminots : « Ils font tout pour nous dégoûter et pour qu’on parte »

Extraits :

" On a l’impression de vivre la même chose qu’à France Télécom. La direction passe en force au nom de l’ouverture à la concurrence. "

« Ils sont en train de faire un plan social gigantesque »

Source - Le Monde : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/04/manifestation-des-cheminots-ils-font-tout-pour-nous-degouter-et-pour-qu-on-parte_5471453_3224.html

Partager cet article

Repost0
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 16:30

Les cheminots à Paris le 4 juin 2019

Les quatre syndicats de cheminots ont appelé à une manifestation contre la réforme ferroviaire qui ouvre le transport de personnes à la concurrence et instaure l'arrêt des embauches au statut de cheminot en 2020.

Ce 4 juin, les cheminots manifestent en France et à Paris pour la première fois depuis la promulgation du «nouveau pacte ferroviaire», fin juin 2018. Après leur longue grève de 36 jours sur trois mois du printemps 2018, la CGT-Cheminots, l'Unsa ferroviaire, SUD-Rail et la CFDT-Cheminots se mobilisent à nouveau pour dénoncer les incertitudes encore liées à cette réforme et les «réorganisations permanentes» à la SNCF, entraînant «sans exception des suppressions de postes».

Plusieurs centaines de manifestants se sont ainsi rassemblés. [...]

Lire la suite ici : https://francais.rt.com/france/62701-cheminots-retournent-dans-rue-contre-nouveau-pacte-ferroviaire

Partager cet article

Repost0
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 14:42

Mardi 21 mai au matin, la CGT a distribué de nombreux tracts devant les bureaux de poste de la gare et de l’hôtel de ville menacés de fermeture.

Le grand débat est clos depuis quelques semaines maintenant, mais l’interrogation sur l’avenir de certains services publics demeure. Mardi 21 mai au matin, plusieurs membres de la CGT se sont réunis devant deux bureaux de poste de Rouen menacés de fermeture : le bureau de la gare et celui situé rue Orbe, à proximité de l’hôtel de ville. « Nous sommes là pour informer et sensibiliser la population, car c’est elle qui va être directement touchée par ces fermetures », expose Fabien Leseigneur, représentant CGT. D’après le groupe La Poste, le bureau de la gare doit fermer d’ici la fin du mois de septembre 2019. Celui situé rue Orbe fermera, lui, en fin d’année.

Un « point de contact » en remplacement du bureau

Pour compenser cette fermeture, un « point de contact » est envisagé pour le bureau de la gare. Mais cette option ne convient pas : « On met en place ce genre de choses, mais avec des personnes qui ne sont pas formées. Et il faut savoir que toutes les opérations aujourd’hui réalisables en bureau ne le seront pas forcément dans ces points de contact ».[...]

La totalité de l'article ici, sur le site de Paris-Normandie : https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/rouen--une-petition-lancee-pour-sauver-les-bureaux-de-poste-de-la-gare-et-de-la-rue-orbe-CB15057126?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=f2c3147b0e&mediego_ruuid=16c55998-2517-4964-b656-97477c7a49c2_0&mediego_campaign=20190522_news_actu&utm_content=20190522&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email

Gares, bureaux de postes et guichets SNCF, Hôpitaux et maternité ... : Leur disparition progressive sur le territoire est un des symboles de l'attaque généralisée contre les services publics  C'est bien la politique de l'UE et  du capitalisme mondialisé qui inspire ces décisions et la casse de la Poste : suppression des bureaux de poste, précarisation accrue, recours aux sous-traitants et travailleurs indépendants, salariés sous-payés, parfois même en dehors de toute légalité ...

Vive l'Union Européenne et ses directives sur les services :  Macron en est un partisan et élève zélé.  Moins il y a de services publics, plus il y a de services privés et nous payons de plus en plus pour les actionnaires du capitalisme mondialisé. 

Doucement, depuis 1957 et le traité de Rome, le capitalisme a su mettre au pas les pays européens et aucune élection "européenne" n'y a rien changé.  En 2005, le vote des citoyens français pouvait y mettre un coup d'arrêt.  Ce vote n'a pas été respecté. 

Comme le dit Juncker, « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. » 

YG

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 23:39

- Le Havre : AG à 9h à Franklin, suivie d'une manifestation.

- Dieppe : manifestation à 10h30 devant la mairie.

- Rouen : manifestation à 10h30 au Cours Clémenceau.

- Évreux : manifestation à 14h au Bel Ébat.

Appel de la CGT Education

TOUS EN GRÈVE LE 9 MAI AVEC TOUTE LA FONCTION PUBLIQUE

Retrait des projets Blanquer

FAISONS DU 9 MAI LE POINT DE DÉPART D’UN MOUVEMENT DE GRÈVE DANS L’ÉDUCATION POUR OBTENIR LE RETRAIT DE LA LOI BLANQUER ET DES RÉFORMES DES LYCÉES, MAIS AUSSI DES MOYENS À LA HAUTEUR DES BESOINS !
ROUEN 10h30 Cours Clémenceau / AG éducation à l’issue de la manif salle Ostermyer (mairie annexe)
LE HAVRE 10h00 à Franklin / AG éducation à 9h00
DIEPPE 10h30 parvis de la mairie
EVREUX 14h00 Bel Ebat

Des maxima à 24 élèves en grande section de maternelle et en CP-et CE1 ainsi que 120000 postes de fonctionnaires qui ne seraient peut être plus supprimés : où est « l’arnaque » ?
Dans sa conférence de presse, Macron a annoncé qu’il pourrait revenir sur les suppressions de postes de fon
ctionnaires si c’est faisable. Les « experts » du gouvernement qui ont toujours jugé ces suppressions largement réalisables ne vont pas maintenant dire le contraire alors même que le président a annoncé des baisses d’impôts. Tant que nous n’aurons pas poussé le gouvernement Macron-Philippe à prélever sur les immenses profits des actionnaires pour augmenter les salaires de tous les salariés du public et du privé et pour renforcer les services publics, c’est le choix de l’austérité que le Président fera.
Dans le cadre de l’austérité, la promesse des maxima à 24 se fera à moyens constants. Les postes nécessaires pour tenir ces maxima déjà bien élevés, seront pris sur les autres niveaux et principalement dans le second degré grâce en partie aux réformes des lycées qui représentent une véritable arme de destruction massive de postes. Et pas un mot sur les AESH dont le statut que nous revendiquons n’est toujours pas à l’ordre du jour.
Les annonces Macron sur l’école trahissent surtout l’inquiétude du gouvernement face au mouvement de grève dans l’éducation contre la loi Blanquer, les réformes des lycées et les suppressions de postes qui prend forme et s’organise. Dans de nombreuses académies, de grosses Assemblées Générales se sont réunies, votant par endroits la reconduction de la grève sur plusieurs jours et des actions en dehors des appels nationaux à la grève du 19 mars et du 4 avril qui ont à chaque fois fortement mobilisé. C’est cette mobilisation forte qui a poussé Blanquer et Macron à faire une concession qui tient du seul tour de passe-passe, espérant faire oublier la loi Blanquer et son lot d’attaques tous azimuts : devoir de réserve, établissement des savoirs fondamentaux, création d’un statut d’AED-enseignant, écoles internationales pour riches (EPLEI) etc...
Continuons la mobilisation tous ensemble !
Loi Blanquer, réformes des lycées, suppressions de postes, gel des salaires, suppression des CHSCT alors que rien n’est vraiment fait pour lutter contre la souffrance au travail, affaiblissement des Commissions paritaires, fusion des rectorats, sont inadmissibles... Personnels des écoles, des lycées, des collèges, des rectorats, le 9 mai nous avons toutes les raisons d’être en grève avec les autres salariés de la fonction publique qui subissent les mêmes attaques que nous.
Macron, Philippe et Blanquer sont affaiblis par le mouvement social des gilets jaunes. Pour l’éducation et pour toute la fonction publique, nous avons la possibilité d’asséner un grand coup le 9 mai. Soyons nombreux en grève, dans la rue, et dans les Assemblées Générales pour discuter des suites.

Ci-dessous, appel sur le site du SNES

Lire ci-dessous l'appel de Sud Education

Partager cet article

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 23:33

Manifestations

ROUEN - Cours Clémenceau - 10h 30

LE HAVRE - Franklin - 10H 30

DIEPPE - Mairie - 10h30

Défense des services publics - Si vous ne payez plus de fonctionnaires, vous paierez des actionnaires - Jeudi 9 mai 2019 - Grèves et manifestations en Seine-Maritime - Le Havre, Dieppe, Rouen

Partager cet article

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 23:08

Manifestations

ROUEN - Cours Clémenceau - 10h 30

LE HAVRE - Franklin - 10H 30

DIEPPE - Mairie - 10h30

Le 9 mai : Ensemble pour la Fonction Publique

Le combat contre le projet de loi fonction publique c’est une lutte pour la population, les agents, le progrès social (tracts fonction publique)

Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a multiplié les attaques contre les agents de la Fonction publique : gel de la valeur du point, rétablissement du jour de carence, remise en cause de missions publiques, nouvelles et massives suppressions d’emplois, etc.
À présent, il s’attaque frontalement au Statut général avec un projet de loi aux dispositions dévastatrices.
En dépit de l’opposition de la plupart des organisations syndicales, le pouvoir exécutif presse le pas en escomptant faire adopter ce texte législatif fin juin au Parlement.
La CGT ne laissera pas faire cette oeuvre de démantèlement.
Pour faire grandir l’indispensable processus de mobilisation, elle passe au crible les principales mesures hautement nocives du projet de loi.

Retrouvez toutes les informations sur le site de la CGT FP en suivant ce lien.

Manifestations 10h30 :

Rouen, Cours Clemenceau
Dieppe, Mairie
Le Havre, Franklin

Partager cet article

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 14:03
La fermeture de la maternité a mobilisé de nombreux personnes et des élus pendant plus d’un an (photo: P. S./PN).

La fermeture de la maternité a mobilisé de nombreux personnes et des élus pendant plus d’un an (photo: P. S./PN).

L’association Liberté, égalité, proximité, qui porte la voix des opposants à la fermeture de la maternité bernayenne depuis mars 2018.

Dans une lettre adressée à Agnès Buzyn, elle précise :  « Nous tenons à vous aviser que, dans l’hypothèse redoutée d’un accident dont une maman ou un enfant pourrait être victime en raison de l’éloignement du lieu de l’accouchement de son domicile, nous n’hésiterons pas à mettre en cause votre responsabilité civile et pénale devant les juridictions compétentes, notamment pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui. »

Dans une lettre adressée à toutes les têtes de listes aux Européennes, elle leur demande de s'engager à tout faire pour « mettre un terme à la casse des services de soins de proximité et prévoir le retour de tous les services de proximité »

Partager cet article

Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 15:42

 

 

C’est un amendement au projet de loi « Pour une école de la confiance », soutenu par la majorité parlementaire : il prévoit la création d’établissements regroupant collèges et écoles primaires d’un même secteur, sous l’autorité du principal du collège. En milieu rural, cette réorganisation de l’Éducation nationale risque d’accélérer le rythme des fermetures de classes. La disparition des directeurs d’école pourrait fragiliser les liens entre les équipes d’enseignants, les communes et les familles. Deuxième volet de notre série d’articles pour décrypter plusieurs aspects de la réforme en cours qui suscite nombre d’interrogations.

L’amendement était-il prémédité ou fortuit ? Dans le cadre de l’examen du projet de loi « Pour une école de la confiance » du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, la députée du Val d’Oise Cécile Rilhac (LREM) a déposé un amendement, voté par la majorité, créant des « établissements publics locaux d’enseignement des savoirs fondamentaux » (article 6 quater de la loi). Il s’agit de regrouper, sur un même secteur, le collège et les écoles élémentaires. En clair, l’amendement ouvre la possibilité de créer un méga-établissement, dont le cœur serait le collège et les dépendances les écoles élémentaires. L’ensemble sera placé sous l’autorité du principal du collège. Il sera assisté de plusieurs « adjoints » en charge du premier degré, qui remplaceront donc les actuels directeurs et directrices d’écoles.

Ces méga-établissements entraîneront « une modification profonde de l’organisation scolaire », prévient le syndicat enseignant Snuipp-FSU. Mais comme ils sont instaurés par un amendement, et ne figurent pas dans le projet de loi initial, ces futurs établissements publics locaux d’enseignement échappent à l’avis du Conseil d’État, contournent la discussion en commission parlementaire et évitent l’étude d’impact. Ce qui se révèle bien utile au vu de la réorganisation « profonde » que cela pourra engendrer dans le premier degré. [...]

La suite sur Bastamag : https://www.bastamag.net/La-creation-de-mega-etablissements-regroupant-ecoles-primaires-et-colleges

Partager cet article

Repost0
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 09:03

par

 

 

L’une des mesures du projet de loi « Pour une école de la confiance », qui sera discuté au Sénat en mai, prévoit d’abaisser l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans, contre 6 ans aujourd’hui. Cela peut sembler une bonne idée, même si la plupart des enfants sont, dans les faits, déjà scolarisés dès 3 ans. Problème : inscrire l’obligation dans la loi entraînera d’importantes dépenses supplémentaires pour les communes, qui devront alors financer les écoles maternelles privées... en piochant dans les budgets pour le moment réservés à l’école publique. Premier volet de notre série d’articles pour décrypter plusieurs aspects de cette réforme de l’école qui suscite nombre d’interrogations. [...]

Entre 150 et 450 millions de plus à la charge des communes [...]

« Tout cela va aggraver la ségrégation sociale »[...]

Moins de postes de professeurs pour les écoles publiques[...]

Lire l'intagralité ci-après : https://www.bastamag.net/Pourquoi-les-ecoles-maternelles-privees-seront-les-grandes-gagnantes-de-la

Plus de précision encore ci-dessous avec cet ajout : " La loi introduit la possibilité d’instruire les jeunes enfants au sein de jardins d’enfants, structures privées aux personnels diversifiés (comprendre sans enseignants), ceci pour les 2 ans à venir."

Partager cet article

Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 14:27

https://www.europe1.fr/economie/points-de-vente-cartes-de-reduction-lignes-a-grande-vitesse-les-annonces-du-patron-de-la-sncf-3895473.amp

Voici des annonces qui vont réjouir le coeur de toutes les bonnes consciences branchées.  Et qui font rire jaune les vrais voyageurs SNCF qui galèrent sur les lignes de banlieues ou de TER, comme sur la ligne Le Havre-Paris ... Pour moi, ça a été la franche rigolade : j'ai 70 ans.  Alors la trottinette, même électrique ... Mes besoins sont les mêmes que ceux de beaucoup de Normands : aller facilement de Rouen à Fécamp, ou de Fécamp au Havre, ou encore de Dieppe à Rouen ou Paris ... sans encombrer les routes, ni en voiture, ni en car. 

Guillaume Pépy affirme ne pas supprimer de lignes.  Ce n'est pas sa décision.  C'est grâce aux batailles des usagers, des syndicalistes, d'élus locaux et certainement aujourd'hui aussi de la lutte des gilets jaunes (https://www.humanite.fr/sncf-le-train-des-luttes-rouvre-la-ligne-abbeville-le-treport-658021)

En revanche, des gares sont abandonnées. En Seine-maritime, Virville à la fin de 2018, et d'ici à la fin de l'année 2019, de nouveaux arrêts de trains disparaissent, notamment dans les gares de Saint-Martin-du-Vivier, Foucart et Bolbec. Il prévoit également moins de trains en arrêt sur Yvetot et Bréauté.  Ceci, avec le plein accord de la région et de son président Hervé Morin.

D'autres arrêts en Normandie sont menacés  : Coulibœuf (Calvados), Glos-Montfort (Eure), Le Merlerault et Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe (Orne).

Curieuse manière d'encourager les usagers à prendre le train et de mettre en place la transition énergétique ... Prenez donc le car, c'est beaucoup plus long et polluant.

En outre, des fermetures de guichets, ou réductions d'ouverture des guichets sont prévues : moins de lien social pour davantage de sentiment d'insécurité et d'abandon. Les gares sont désertifiées ( voir le lien avec actu.fr ).  Où est donc la "morale publique" dans tout ça ?  Dans la fréquentation accrue des bureaux de tabac de tabac qui vendront des billets de train ?

Une chose est sûre : on ne peut à la fois satisfaire la concurrence libre et non faussée et les besoins des citoyens et usagers.  On ne peut à la fois chercher à tout prix la rentabilisation et le besoin de services collectifs et publics.

Emmanuel Macron s'est plaint de la disparition de la morale publique sans en donner la définition.  Pour cause : Il en ignore le sens et la pratique.  La morale publique, ça se construit et ça se pratique.  Par exemple en rendant tout son sens au mot "usager", remplacé par "client" à La Poste ou à la SNCF et en développant les services publics.  Les salariés de la SNCF, de la Poste, de l'Education nationale, des hôpitaux  qui se battent pour les services publics avec les usagers sont les vrais acteurs de la "morale publique".

Yvette Genestal

Points de vente, cartes de réduction, lignes à grande vitesse : les annonces du patron de la SNCF

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents