Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 16:16

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

A Moscou, le 16 avril 2021. KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

A Moscou, le 16 avril 2021. KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Partager cet article
Repost1
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 09:25
Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen ... Ici des photos de ma manif à Rouen ( Photos Y.G.)
Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen ... Ici des photos de ma manif à Rouen ( Photos Y.G.)
Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen ... Ici des photos de ma manif à Rouen ( Photos Y.G.)
Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen ... Ici des photos de ma manif à Rouen ( Photos Y.G.)

Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen ... Ici des photos de ma manif à Rouen ( Photos Y.G.)

"Mais pour contrer les volontés libérales du patronat et du gouvernement, et changer en profondeur notre modèle de société, va devoir franchir un nouveau palier dans les semaines et mois à venir…"

La colère des salariés, des privés d’emploi, des retraités et des jeunes, s’est exprimée avec détermination contre les reculs sociaux imposés par le gouvernement et le patronat, à l’occasion de la journée d’action interprofessionnelle unitaire du 5 Octobre 2021.
Ainsi, c’est près de 5 000 manifestants, malgré les mesures sanitaires et la météo pluvieuse, qui ont parcouru les rues de Dieppe, Elbeuf, Eu, Fécamp, Le Havre et Rouen, pour exiger le retour au plein-emploi, le renforcement de notre système de retraite par répartition, une augmentation générale des salaires et des minima sociaux, le développement de notre protection sociale, et une véritable égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes, et contre les mesures gouvernementales en matières d’assurance chômage et de retraites ! [...]

La suite sur le site de la CGT-76

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 22:06
Ruptures septembre 2021

Ruptures septembre 2021

Au sommaire :

– l’éditorial qui pointe le rêve de certains de remettre sur le tapis l’urgence d’une « défense européenne », et notamment d’une force militaire d’intervention rapide de 5 000 militaires

– une analyse de la flambée des prix de l’énergie partout en Europe, alors que l’ouverture à la concurrence était censée bénéficier aux consommateurs ; en cause notamment : le durcissement par Bruxelles des contraintes environnementales, et les quotas de CO2

– un tableau du fiasco de l’OTAN en Afghanistan, et des tentatives de relancer le projet d’« autonomie stratégique » de l’UE ; mais le thème divise déjà les Vingt-sept, qui n’ont guère soutenu Paris après la gifle infligée par Canberra et Washington dans l’affaire des sous-marins

une analyse des résultats des élections du 26 septembre en Allemagne : les électeurs ont infligé un revers historique au parti de la chancelière ; le suspense demeure sur la formation d’une future coalition et le nom du prochain chancelier, mais pas vraiment sur la politique qui sera menée

– un point sur les élections du 19 septembre en Norvège, où les sociaux-démocrates sont en passe de revenir au pouvoir malgré un score médiocre, et où la question de l’énergie a marqué la campagne

– et, bien sûr, comme chaque mois, les brèves

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 10:16

Cet article est reposté depuis Le blog de Roger Colombier.

Les prix de l'énergie explosent

Les prix de l'énergie explosent

Partager cet article
Repost1
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 10:02
Die Linke subit une sévère défaite lors des élections fédérales le 26 Septembre 2021

Die Linke subit une sévère défaite lors des élections fédérales le 26 Septembre 2021

Le futur de l'Allemagne s'écrira sans la Gauche.

A l'issue des élections législatives, le SPD s'impose de nouveau comme la première formation politique du pays avec 26,4% des voix et devant les conservateurs de la CDU/CSU.

A l'issue de cette élection, Die Linke subit une déroute électorale et politique.

Article et traduction Nico Maury
Les élections législatives allemandes se sont terminées par la victoire du Parti social-démocrate (SPD) avec 26,4% des voix et 206 sièges (+53) au Bundestag, la chambre basse du parlement allemand.

Les conservateurs de la CDU terminent second avec le score de 22,5% (-7,7) et 151 sièges (-49). Pour l'allié bavarois de la CDU, la CSU, les résultats sont moins désastreux. La CSU remporte 45 sièges de remportés (-1) et 6% des suffrages (-1). Au final, la coalition conservatrice allemande disposera de 196 sièges au Bundestag.

Les verts terminent ces élections avec la troisième place et 14,0% des voix (+5,9) et 118 sièges (+51).
L'extrême droite (AfD) avec 10,1% des suffrages (-1,3) remporte 83 sièges (-11).
Les libéraux du FDP terminent avec 92 sièges (+12) et 8,7% des voix (+1,7).

Die Linke ferme le ban avec le catastrophique résultat de 4,9% (-3,6) et 39 sièges (-30). Die Linke s'effondre dans ses anciens bastions de l'ex-RDA et perd sa place de leader à Berlin-Est. Pendant toute la nuit, Die Linke était annoncée à moins de 5% (seuil pour obtenir une représentation proportionnelle) et risquait de n'avoir que 3 sièges, ceux issues des circonscriptions uninominales (2 à Berlin-Est et 1 à Leipzig).[...]
 
La suite sur le site de Nicolas Maury :
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 15:25

 

" En nous opposant à la ratification du plan Schuman, nous sommes conscients de défendre à la fois les intérêts des travailleurs français et les intérêts de la Nation. C’est pourquoi nous sommes prêts à lutter contre ce plan antinational avec tous les Français, sans distinction d’opinion, de croyance ou de condition sociale."

Dénonciation de la création de la CECA : 4 décembre 1951

14, rue d’Athènes, PARIS (IXe)

Monsieur le Président et chers camarades,

Des députés communistes ont reçu votre motion relative au traité de pool charbon-acier, motion votée à l’unanimité le 27 novembre dernier par le Comité central d’Entreprise représentant, toutes tendances réunies, les 16.000 cadres, agents de maîtrise, employés et ouvriers de l’Union Sidérurgique du Nord de la France (USINOR).

Le traité du pool charbon-acier, plus connu sous la dénomination de Plan Schuman, étant considéré par vous comme comportant de graves dangers en ce qui concerne l’emploi de la main-d’œuvre dans l’industrie française, vous nous demandez de ne pas voter sa ratification.

Je tiens tout de suite à vous dire que le groupe communiste a pris la décision de voter contre la ratification de ce traité pour des raisons conformes à la fois à l’intérêt de la classe ouvrière et à l’intérêt supérieur du pays.

Le pool charbon-acier, d’inspiration américaine, tend en effet à assurer la prédominance, en Europe, de l’économie de l’Allemagne de l’Ouest, au détriment des intérêts français.

Les inspirateurs américains de ce traité n’ont d’ailleurs pas manqué de faire savoir aux capitalistes allemands qu’ils peuvent « s’attendre à être les principaux bénéficiaires du marché unique » s’étendant aux six pays signataires de ce que l’on appelle « la communauté européenne du charbon et de l’acier », à savoir : l’Allemagne de l’Ouest, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.

La suppression de tous droits de douanes et de tous contingents à l’intérieur du marché unique constitué par ces six pays et par les territoires d’Outre-Mer dépendant de l’un ou de l’autre d’entre eux ne peut que favoriser le pays disposant du potentiel économique le plus puissant. Et chacun comprend aisément que dans le cas concret qui vous préoccupe et préoccupe tous les Français soucieux de l’avenir de la Patrie, l’Allemagne de l’Ouest, à qui de grandes possibilités de modernisation de son équipement sont données, part gagnante à coup sûr.

Que M. Adenauer soit enchanté du pool charbon-acier plein de promesses pour les magnats de la Ruhr, cela se comprend. Mais l’attitude de M. Robert Schuman et des députés français qui l’approuvent est moins facile à expliquer du point de vue des intérêts français. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 15:16

jeudi 8 juillet 2021 par Bruno Drwresky et Monville Aymeric

Certains d’entre vous connaissent Michal Nowicki, un ouvrier habitant la région parisienne qui anime en France le site polonais basé en France "Odrodzenie komunizmu" ("Renaissance du communisme"), dans sa version polonophone et anglophone, et dont l’objectif est de promouvoir le communisme, en particulier en Pologne, et le Parti ouvrier polonais.

Étant en vacance dans son pays, il vient d’être arrêté, puis relâché (?) par les services de sécurité de l’État polonais ABW (souvent tourné en dérision sous l’appellation "ABWehr") lors de son jogging matinal.

Son épouse qui l’attendait à son retour n’a pas été prévenue, en revanche des monsieurs à la triste mine se sont rendus chez sa mère, par ailleurs députée de gauche libérale, pour la prévenir que son fils se trouvait à la fameuse, en Pologne, prison de la rue Rakowiecka où il doit être interrogé.

C’est la poursuite des répressions répétitives organisées depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel gouvernement polonais et qui vise les personnes accusées de sympathies pro-russes, pro-chinoises, pro-iraniennes ou pro-communistes alors que les activités violentes des groupes d’extrême droite bénéficient de la tolérance des autorités malgré leur caractère illégal. [...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 14:45

Cet article est reposté depuis Le blog de Roger Colombier.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 10:00

Cet article est reposté depuis Bordeaux-moscou... Loubianka..

Partager cet article
Repost0
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 15:33
La Pologne de l’espérance autogestionnaire à la sauvagerie capitaliste. Entretien avec Bruno Drweski

Dans son dernier opus, Une solidarité qui a coûté cher ! Histoire populaire de Solidarnosc*, l’historien Bruno Drweski nous plonge au cœur d’une décennie-charnière de l’histoire de la Pologne. En 1981, le syndicat Solidarnosc mobilisent dix millions de Polonais autour d’un programme autogestionnaire d’ « amélioration du socialisme ». Dix ans plus tard, convertis au néolibéralisme, les dirigeants de cette organisation engagent le pays dans la voie de la restauration du capitalisme, avec le soutien d’une partie de l’appareil du Parti ouvrier unifié polonais (POUP) et les encouragements de l’Occident ! En cette fin de siècle, Leszek Balcerowicz, ministre des Finances, impose la « thérapie de choc » aux allures de « choc de la thérapie » pour les citoyens polonais. Des grandes grèves d’août 1980 à la proclamation de l’état de siège de décembre 1981, jusqu’à la « table ronde » de 1989, prélude au changement le régime, Bruno Drweski analyse les ressorts d’une évolution sociétale avortée et les mécanismes qui ont conduit à la restauration d’un capitalisme pur et dur. Rencontre.

 

Comment vous est venue l’idée de cet ouvrage ?

Observant ce qui se passait en Pologne, quand j’y étudiais dans les années 1970 puis ensuite, quand j’ai vu monter la colère populaire devant un régime de moins en moins efficace, il y a eu un moment l’espoir d’une démocratisation des institutions socialistes existantes. J’ai d’abord cru dans la naissance de Solidarnosc comme outil de réparation du socialisme, mais au bout de quelques semaines d’existence, j’ai perdu confiance dans cette organisation à la vue des courants réactionnaires qui s’y développaient et cohabitaient avec des partisans trop romantiques d’un socialisme autogestionnaire et de conseillers intellectuels manipulant dans l’ombre ce jeune syndicat dans une direction pro-occidentale. Mais en raison de la dégénérescence de l’appareil central du Parti ouvrier unifié polonais (POUP/ PZPR, communiste) tombé largement aux mains d’une nouvelle bourgeoisie émergente, la lutte de classe en Pologne a été déviée, puisque dans les deux camps, on trouvait à la fois des partisans d’une refondation du socialisme et des partisans d’une contre-révolution capitaliste. Au final, après plusieurs péripéties dont l’instauration de la loi martiale en décembre 1981, a entraîné le coup de force au sommet de 1988/89. Il a décidé la politique de privatisation accélérée. Aujourd’hui, après trente ans, le temps d’établir un bilan est arrivé, d’où ce livre. L’époque veut aussi que beaucoup de secrets des années 1980 sortent au fur et à mesure que les anciens de Solidarnosc se combattent et se salissent mutuellement. Par ailleurs, en France Solidarnosc a donné naissance à un mythe qui a facilité le développement surtout chez les intellectuels et les médias d’un « anticommunisme de gauche » qui a progressivement évolué vers la droite. Là encore, le temps de faire le bilan de cette génération anticommuniste est arrivé. [...]

La suite ci-dessous :

 

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents