Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 13:39
Un recours a été déposé au Conseil d’Etat pour demander l’ouverture des archives

Depuis de longs mois, des archivistes, des juristes, des historiennes et des historiens, relayés par une pétition signée par plus de 15 000 personnes, dénoncent une restriction inadmissible dans l’accès aux archives contemporaines de la Nation. Le 23 septembre 2020, l’Association des archivistes français, l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche et l’Association Josette et Maurice Audin, ainsi qu’un collectif d’historiennes et historiens, d’archivistes et de juristes, ont saisi le Conseil d’État pour obtenir l’abrogation de l’article 63 de l’Instruction générale interministérielle n° 1300, une mesure réglementaire qui entrave l’accès aux archives contemporaines de la Nation.

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 23:43
La Grande peur précéda la nuit du 4 Août 1789
La Grande peur précéda la nuit du 4 Août 1789

La Grande peur précéda la nuit du 4 Août 1789

Par Joël Perichaud, Secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales.
Le 4 août 2020

An 1789, la révolution est en marche. En effet, la réunion des « États Généraux » à Versailles le 5 mai doit être considérée comme le 1er acte révolutionnaire. Non pas la réunion en elle-même car la réunion d’États Généraux n’est pas une nouveauté même si les précédents remontent assez loin (les derniers s’étaient réunis en 1614), mais c’est la nouvelle composition de cette Assemblée et son nouveau fonctionnement qui sont sans conteste révolutionnaires.


Les « États Généraux » étaient composés d’environ 900 membres, chaque ordre de la Nation (clergé, noblesse et Tiers état) y déléguant 300 des leurs. Lors des votes, chaque ordre ayant 1 voix, le résultat ne posait aucun problème à la royauté, les députés du clergé étant en large majorité des membres du haut clergé issus de la noblesse.
Mais, grâce à des actions soutenues, le Tiers état a réussi, en 1789, à arracher au pouvoir royal deux réformes capitales : le « doublement du tiers » et « le vote par tête ». Les États Généraux de 1789 comportent donc environ 1 200 députés dont 600 représentants du Tiers état, et désormais lors des votes, chaque député comptera pour 1 voix. Le Tiers état, par ses pressions incessantes et résolues, s’est donné les moyens de mener à bien son projet, à savoir « ne pas se séparer avant d’avoir donné une Constitution à la France » (serment du Jeu de Paume).
Une révolution juridique vient de s’accomplir : la souveraineté nationale s’est substituée à l’absolutisme royal grâce à l’union de tous les députés conscients de la nécessité de réformes.

[...]

Lire la suite ci-dessous ;:

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 16:52

Cet article est reposté depuis NBH-pour-un-nouveau-bloc-historique.over-blog.com.

Les troupes françaises saccagent le Palais d'été - 1860

Les troupes françaises saccagent le Palais d'été - 1860

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 16:35

Cet article est reposté depuis Réveil Communiste.

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 04:39

 

Auteur des Mythes de l’Histoire moderne, Jacques Pauwels nous explique pourquoi le nouvel ouvrage d’Annie Lacroix-Riz, La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950, est indispensable pour remettre quelques pendules à l’heure. L’historiographie académique se voit en effet de plus en plus dominée par la droite. Le rôle de la Résistance se voit ainsi minimisé, voire diabolisé. Tandis que bon nombre de collaborateurs sont présentés comme des gens honnêtes, victimes de coercition par les Allemands. Corriger le tir est donc primordial, surtout dans le contexte politique actuel qui voit des mouvements fascistes remonter à la surface. Mais qui voit aussi des gouvernements dit démocratiques liquider l’Etat-Providence et l’héritage de la Résistance… (IGA)


Dans son livre le plus récent, «La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950 », l’historienne Annie Lacroix-Riz affronte la vision falsifiée de la Libération du pays en 1944-1945 – et ses conséquences – telle qu’elle a récemment évolué vers une historiographie « académique » de plus en plus dominée par l’aile droite du spectre politique. Cette vision devenue dominante dans l’appareil universitaire est très critique à l’égard de la Résistance et, à l’inverse, plutôt indulgente à l’égard de la collaboration. On y prétend, par exemple, que la Résistance était généralement inefficace, de sorte que la France devait sa libération presque exclusivement aux efforts des Américains et des autres Alliés occidentaux – ces derniers appuyés par les forces des «Français libres» de de Gaulle – qui débarquèrent en Normandie en Juin 1944. De plus, il y est prétendu que la Résistance aurait saisi l’opportunité offerte par la libération de commettre toutes sortes d’atrocités, y compris des meurtres et la « tonte » publique de jeunes femmes innocentes qui coupables de «collaboration horizontale», c’est-à-dire , ayant eu des relations amoureuses avec des soldats allemands. Cette «épuration sauvage» des collaborateurs y est présentée comme un nouvelle période de «terreur», orchestrée par les communistes, vrais ou faux membres de la Résistance, pour tenter d’atteindre d’atroces objectifs révolutionnaires.[...]

La suite ici :https://www.investigaction.net/fr/de-petain-a-macron-de-la-resistance-aux-gilets-jaunes/

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 23:40

Le 17 juin, à la station de métro Gallieni, à Bagnolet, le terminus de la ligne 3 du métro parisien, une opération symbolique a été organisée pour l’appeler « Josette et Maurice Audin », conjointement à une demande officielle à la RATP pour qu’elle soit ainsi rebaptisée. Ci-dessous l’article de Rosa Moussaoui que le quotidien l’Humanité a publié le 19 juin 2020, et les échos de ce rassemblement sur LCI et la radio France bleu, Paris. Nous reprenons également le dossier réalisé par les Archives nationales sur la carrière militaire et coloniale du général Joseph Gallieni et son gouvernorat sanglant de Madagascar (de 1896 à 1905).

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 15:24
 Les statues de Victor Schoelcher situées à Schoelcher et à Fort-de-France ont été détruites le 22 mai 2020.  Le 22 mai 2020, c'est le jour où la Martinique commémorait l’abolition de l’esclavage. • ©Claude Gratien

Les statues de Victor Schoelcher situées à Schoelcher et à Fort-de-France ont été détruites le 22 mai 2020. Le 22 mai 2020, c'est le jour où la Martinique commémorait l’abolition de l’esclavage. • ©Claude Gratien

Le vendredi 22 mai, des militant(e)s ont détruit deux statues de Victor Schoelcher en Martinique, à Fort-de-France et à Schoelcher. Ce jour-là, l’île commémorait l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage, par un décret de la Deuxième République du 27 avril 1848 pour lequel Victor Schoelcher avait longtemps combattu. Nous publions la réaction de l’historien Marcel Dorigny, ainsi que celles de trois universitaires antillais, Myriam Cottias, Louis-George Tin et Dominique Taffin, recueillies par le quotidien 20 Minutes. Ils s’interrogent sur le bien fondé de cet acte, mais aussi sur ses raisons, dans le contexte actuel de lutte contre le racisme et d’inégalités persistantes dans la société des Antilles. Nous reproduisons aussi les liens vers une vidéo qui justifie ces destructions et vers le communiqué publié à ce sujet par la Fondation pour la mémoire de l’esclavage. [...]

La suite sur le site "Histoire coloniale et poste coloniale" :

Complément.  Pour comprendre, analyser, légiférer, il faut écouter les premiers concernés, imaginer, à partir de ce qu'ils nous disent, ce qu'ils ressentent et admettre que nous avons une vision, une appréhension de la situation d'aujourd'hui liée à nos histoire et expérience propres. Pour cela, lire ce court article d'un journaliste de France TVinfo Martinique aide à sortir d'une appréhension unilatérale de l'histoire et construire une mémoire qui devrait tendre, pour le moins, à être commune. YG.

Partager cet article

Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 15:56
Conseil National de la Résistance : un étrange engouement 75 ans après.

lundi 1er juin 2020 par Francis Arzalier (ANC)

 

Curieusement, ces temps derniers où la peur de l’épidémie a transformé bien des Français en bétail apeuré, la mémoire de la Libération de la France il y a trois quarts de siècle a ressurgi un peu partout. Ils n’étaient avant 2020 que quelques militants "anti-Européens", nostalgiques d’un passé où Gaullistes et PCF collaboraient à chasser l’occupant allemand. Mais on a vu fleurir ces mois-ci d’étranges partisans d’un retour à " l’Union de la Gauche" élargie aux Libéraux-Écologistes, clamer leur volonté d’un " Nouveau CNR ".

D’autres, surgis des décombres des anciens partis centristes à la recherche d’un parcours vers le Pouvoir, paraphrasant un film sur les conquêtes sociales de 1945, parlent des "Jours Heureux " que devrait enfanter le "Monde d’après", assagi selon eux par la pandémie. On a même entendu quelques "philosophes" intronisés par nos médias, comme Onfray, évoquer avec émotion cet exemple d’"Union" entre Gauche et Droite, pour sauver " l’identité française".

Même s’il est souvent peu rationnel, nous ne nous plaindrons pas de ce regain de popularité d’un épisode positif de l’histoire de notre pays. Ce retour d’affection pour cette époque si lointaine où furent nationalisés les transports et l’automobile, où furent inventés la Sécu et Le Statut de la Fonction Publique, est une façon pour la Nation Française malmenée de désavouer les brutes libérales qui nous gouvernent, et s’évertuent à l’appel du MEDEF à détruire tous les acquis qui en subsistent de la Libération. [...]

La suite sur le site de l'ANC :

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 15:31
1945 - Conférence de San Francisco et signature de la Charte des Nations-Unies

1945 - Conférence de San Francisco et signature de la Charte des Nations-Unies

Le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies, Zhang Jun, a appelé vendredi au multilatéralisme à l'occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

"Le multilatéralisme est un choix collectif fait par l'humanité au prix d'une guerre mondiale. Grâce au multilatéralisme, l'humanité a joui de 75 ans de paix et de développement. Aucun pays ne peut devenir grand dans l'isolement", a-t-il dit lors d'une réunion informelle du Conseil de sécurité de l'ONU tenue par visioconférence.

"Les Nations Unies sont un produit de la Seconde Guerre mondiale. Nous devons défendre le système international centré autour de l'ONU, maintenir l'ordre international basé sur le droit international et sauvegarder les objectifs et les principes de la Charte de l'ONU", a indiqué l'ambassadeur chinois, appelant à s'engager sur la voie d'un développement pacifique.

Le monde fait face à une évolution, une transformation et un réajustement majeurs, mais la paix et le développement demeurent la tendance de notre de notre époque. C'est un espoir partagé et dans l'intérêt de tous les peuples. La communauté internationale doit oeuvrer à un nouveau type de relations internationales caractérisé par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération mutuellement bénéfique, a-t-il souligné.

Source : http://french.china.org.cn/foreign/txt/2020-05/09/content_76023749.htm

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 16:53

"la France libre et la France combattante et, par la suite, le Comité français de la libération nationale et le Gouvernement provisoire de la République française, ont été, à compter du 16 juin 1940, dépositaires de la souveraineté nationale et ont assuré la continuité de la République."

Le 18 juin 1941, pour le premier anniversaire de son appel de l’année précédente Charles de Gaulle prononçait un discours devant le Comité français d’Egypte qui commençait par ces mots :

« Le 17 juin 1940 disparaissait à Bordeaux le dernier Gouvernement régulier de la France. L’équipe mixte du défaitisme et de la trahison s’emparait du pouvoir dans un pronunciamento de panique. Une clique de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux se ruait à l’usurpation en même temps qu’à la servitude. Un vieillard de quatre-vingt-quatre ans, triste enveloppe d’une gloire passée, était hissé sur le pavois de la défaite pour endosser la capitulation et tromper le peuple stupéfait.

Le lendemain naissait la France Libre. »

La suite sur le site "Vu du droit"

« la France libre et la France combattante et, par la suite, le Comité français de la libération nationale et le Gouvernement provisoire de la République française, ont été, à compter du 16 juin 1940, dépositaires de la souveraineté nationale et ont assuré la continuité de la République. Il s’ensuit que les documents qui émanent de ces institutions et de leurs dirigeants et représentants procèdent de l’activité de l’Etat et constituent, dès lors, des archives publiques.

Arrêt du Conseil d'Etat à propos du statut juridique des archives du général de Gaulle - 1" Avril 2018

Partager cet article

Repost0

Articles Récents