Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 07:50

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Il y a 60 ans, le 17 août 1956, l’Allemagne capitaliste interdisait le Parti communiste allemande (KPD).

A peine 11 ans après la victoire sur le nazisme, le gouvernement de l’Allemagne capitaliste, la RFA, faisait interdire le Parti communiste allemand, le KPD, parti des 150.000 déportés et des 30.000 fusillés dirions-nous en France. C’était il y a 60 ans, le 17 août 1956.

L’impérialisme allemand, déjà remis en selle à l’ouest du pays, vassal de l’impérialisme américain et en passe de retrouver sa prépondérance sur ses partenaires d’Europe de l’ouest, affichait sa conception de la démocratie.

La plupart des cadres ayant officié sous le 3ème Reich, avait gardé ou repris leur poste. De nombreux nazis avaient été recyclés, y compris dans la vie politique et les partis bourgeois et dans l’armée en reconstitution.

A l’inverse, la répression anticommuniste s’accentue. Dans le contexte de guerre froide, elle atteint un sommet, avec l’élimination du KPD légal. Elle continuera les décennies suivantes avec, notamment, les interdictions professionnelles frappant les communistes, jusqu’aux années 80. En 1968, le Parti communiste allemand DKP a pu être créé, mais avec des statuts différents du KPD qui demeurera interdit.

Le combat pour la réhabilitation et l’indemnisation des communistes lésés, mené notamment par le DKP, montre aujourd’hui, combien, malgré la fin de la guerre froide, l’Allemagne capitaliste a moins que jamais tourné la page.

Nous reprenons l’article de Markus Bernhardt, publié dans le quotidien progressiste allemand Junge Welt, le 10 août 2016. Traduction MlN pour « Solidarité internationale PCF – Vive le PCF ».

Lire la suite ci-dessous sur le site Solidarité Internationale PCF

Repost 1
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 15:15
Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.
Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.
Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.
Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.
Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.

Les présidents des Etats-Unis et leurs représentants en très mauvaise compagnie : Obama et le roi d'Arabie Saoudite - Le dictateur cubain Batista et Roosevelt - Nixon et le Shah d'Iran - Pinochet et H. Kissinger - Somoza, dictateur du Nicaragua, et l'ambassadeur des E.U.

En photo et en vidéo:  la à la façon américaine ! ou comment les États-Unis soutiennent de sanglants dictateurs partout dans le monde

En image : voici les « démocraties » et les valeurs du camp capitaliste, les valeurs démocratiques des États-Unis ou comment les États-Unis soutiennent des dictatures féroces partout dans le monde.

Car il suffit d’ouvrir un livre d’histoire sérieux pour se rendre compte que la politique de l’ capitaliste américain, c’est le soutien des dictatures. Partout et tout le temps.

Et cela continue, puisque partout dans le monde, de l’Ukraine à la Syrie, de la Libye à l’Afghanistan, de l’Amérique latine à l’Afrique, les continuent de financer, organiser et soutenir les pires forces réactionnaires, fascistes pour déstabiliser la paix et étendre le règne de leur classe capitaliste sur le monde.

Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:04
“bombardement au napalm d’un village près de Hanchon, Corée du Nord, le 10 mai 1951. L’utilisation du napalm sur des villages est devenue plus tard tristement célèbre au Viêt-Nam, mais beaucoup plus a été larguées sur la Corée du Nord. (Photo : AP)”

“bombardement au napalm d’un village près de Hanchon, Corée du Nord, le 10 mai 1951. L’utilisation du napalm sur des villages est devenue plus tard tristement célèbre au Viêt-Nam, mais beaucoup plus a été larguées sur la Corée du Nord. (Photo : AP)”

Source : Association d’amitié franco-coréenne, 24-06-2010 repris par le site "Les Crises"

Quand les Etats-Unis détruisaient un pays pour le sauver

Le 25 juin 2010 marque le soixantième anniversaire du début de la Guerre de Corée, appelée «Guerre de Libération de la patrie » en République populaire démocratique de Corée.  Entre 1950 et 1953, les hostilités ont fait près de quatre millions de victimes, mais l’ « héritage » de cette guerre va  bien au-delà de ce bilan humain déjà terrifiant : l‘accord d’armistice signé à Panmunjom le 27 juillet 1953 a scellé la division de la péninsule coréenne en établissant une ligne de démarcation militaire entre le nord et le sud, et, faute de véritable traité de paix, la Corée reste « techniquement » en état de belligérance.

Au lendemain de la libération de la Corée (15 août 1945), après 35 ans de colonisation japonaise, le peuple coréen pouvait pourtant légitimement prétendre à recouvrer son indépendance et sa souveraineté, comme s’y étaient engagés les pays alliés lors de la Conférence du Caire (novembre 1943). Cette légitime aspiration de la nation coréenne ne fut malheureusement pas réalisée dans le contexte d’affrontement des grandes puissances : dès le mois de septembre 1945, deux zones d’occupation, soviétique et américaine, se mirent en place de part et d’autre du 38emeparallèle. En 1948, l’organisation d’élections séparées au sud, sous l’égide de l’ONU où les Etats-Unis disposaient de la majorité, aboutit à la création de deux Etats coréens : la République de Corée au sud, la République populaire démocratique de Corée au nord. La partition de fait de la Corée était réalisée. La nation coréenne se trouvait dramatiquement divisée contre son gré par la « frontière » artificielle du 38eme parallèle, autour de laquelle divers accrochages firent des milliers de morts de 1945 à 1950. [...]

La suite ci-dessous

Repost 0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 15:33
  • Écrit par  Suzie georges
  • mardi 8 août 2017 dans La Marseillaise
 

Le Mouvement de la Paix des Bouches-du-Rhône organise un rassemblement commémoratif des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, ce mercredi 9 août à 18h00 sur le Vieux Port. Le Mouvement de la Paix des Bouches-du-Rhône organise un rassemblement commémoratif des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, ce mercredi 9 août à 18h00 sur le Vieux Port. photo dr

 

Pourquoi la commémoration des victimes d’armes nucléaires reste-elle importante à vos yeux, 72 ans après les événements ?

Parce que les survivants sont les seules traces visibles des explosions. Les cérémonies perpétuent leur mémoire et célèbrent leur travail pour le désarmement. Dès 1956, ils ont agi pour qu’aucun être humain ne puisse jamais souffrir de la même chose. Et ça, sans une parole de haine pour les Américains qui les avaient bombardés ! Cette année, c’est aussi particulier parce que célébrons le traité d’interdiction des armes nucléaires [adopté à l’ONU le 7 juillet dernier Ndlr]. Cette décision, c’est aussi leur victoire.[...]

Lire la suite de l'entretien sur le site de La Marseillaise

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 21:48
Article détaillé : Guerre américano-philippine. Source :Wikipedia

 
Adultes et enfants fusillés sous les ordres du général Jacob H. Smith .

Après la fin de la guerre hispano-américaine, l'Espagne a cédé les Philippines aux États-Unis dans le cadre de l'accord de paix conclu lors du traité de Paris (1898). Cela a déclenché un nouveau conflit entre les forces armées des États-Unis et la Première République des Philippines sous le président Emilio Aguinaldo.

Pendant cette guerre américano-philippine, entachée de massacres et d'exactions contre des populations civiles, sous les ordres du général Jacob H. Smith , surnommé Hell-Raising (« Le diabolique »), futur criminel de guerre et déjà formé dans des expéditions génocidaires contre les amérindiens d’Amérique du Nord, les forces américaines ont tué entre 2 500 et 50 000 civils. Des villages furent rasés et leurs habitants massacrés. Des soldats américains appelèrent la guerre américano-philippine, la guerre indienne et qualifièrent les Philippins de « nègres », de « sauvages vicieux » ou encore de « gugus traîtres » (ou « goo-goos » - terme péjoratif qui refera notamment surface lors de la Guerre du Vietnam sous la forme de « gook »). Un soldat américain déclara que « le pays ne sera pacifié que lorsque ces nègres seront tués comme les Indiens ».

Un officier américain déclara à un journaliste du Public Ledger: « Inutile de mâcher ses mots. On a exterminé les Indiens d'Amérique, et je crois que la plupart d'entre nous en sont fiers, ou du moins, pensent que la fin justifie les moyens ; et nous ne devons avoir aucun scrupule quant à l'extermination de cette autre race qui se met en travers du chemin du progrès des lumières ».

Le général Jacob H. Smith ordonna le massacre des habitants de l’île de Samar, avec son ordre célèbre : « Kill Every One Over Ten » (Tuez tous ceux de plus de 10 ans). Il déclara ainsi : « Je ne veux aucun prisonnier. Je veux vous voir tuer et brûler, plus vous tuerez et brûlerez et plus je serai satisfait. Je veux que soit tuée tout personne en mesure de porter les armes dans les combats actuels contre les États-Unis ». La cruauté de Smith durant cette campagne a finalement abouti à un passage en cour martiale ou il sera contraint à la retraite forcée.

Durant la rébellion des Moros, les troupes américaines ont abattu des centaines de Moro musulmans notamment des femmes et des enfants.

Repost 0
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 16:06

Enseignant-chercheur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO / Paris), historien, géopolitiste, Bruno Drweski, revient sur le processus dit de « décommunisation » en cours en Pologne

Une loi votée par les députés polonais en avril 2016, impose aux collectivités locales d’effacer de l’espace public (rues, équipements, etc.) tout référence au « communisme ». Que traduit-elle à vos yeux ? Peut-on parler d’une volonté du gouvernement polonais de revisiter l’histoire dans un sens ultranationaliste et clérical ? S’agit-il de gommer de la mémoire tous les aspects positifs de la République populaire de Pologne (1944 – 1989) ?

Il est clair que la loi qui a été votée veut « terminer » l’œuvre de décommunisation visuelle entreprise dès 1990, mais qui s’était en fait très souvent heurtée à des réticences, et parfois à des résistances, au niveau local. Soit de la part des habitants concernés, soit de la part des pouvoirs locaux, le plus souvent des deux.

Maintenant, les pouvoirs locaux sont sommés de procéder à des changements de noms. Il s’agit de faire disparaître tout vestige non seulement de la Pologne populaire mais aussi, dans bien des cas, des luttes politiques et sociales qui ont marqué la Pologne avant 1944. Pour le pouvoir, c’est aussi un moyen de renforcer son niveau de contrôle sur les autorités locales et de voir celles qui sont les plus rétives à ses ordonnances.

Il s’agit aussi de renforcer l’alliance du pouvoir avec les secteurs les plus traditionalistes du clergé polonais. Et enfin de démontrer en même temps sa fidélité à ses alliés extérieurs occidentaux puisque chaque manifestation d’anticommunisme sonne en Pologne comme un témoignage d’adhésion aux deux alliances occidentales (OTAN et Union européenne (UE).

[...]

Lire la suite sur le site d'Investig'Action en cliquant ci-dessous:

Repost 0
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 19:08
19 Juillet 2017

Il y a eu la diffusion d’un clip vidéo de l’OTAN, qui a fait grand bruit en Russie et dans les ex-pays soviétiques. Ce clip célébrait la résistance héroïque à « l’occupation soviétique », l’OTAN ne pouvait pas ignorer qui étaient « ces résistants » et qui ont été leurs victimes, soldats soviétiques, mais surtout civils, femmes, enfants vieillards, kolkhoziens, et juifs. je dois dire que le frère de mon père mort en Lituanie à 23 ans me rend particulièrement sensible à ces complicités, mais ce qui m’effraie le plus c’est la complicité de certains comme BHL qui font profession de judaïsme et qui cautionnent cette réhabilitation de criminels nazis par pure allégeance aux Etats-Unis.(note de danielle Bleitrach)

 

manif nazie ukrainiende Fabrizio Poggi
de  contropiano.org

L’OTAN a diffusé un clip vidéo de huit minutes sur « Les Frères des bois qui se battent pour la mer Baltique », qui agissaient à la fin de la Seconde Guerre mondiale, multipliant  les exploits contre l'« occupation soviétique » qui , selon les « frères » de l’ OTAN  qui de ce fait aussi et, par conséquence,  assument le joug nazi..

Maintenant, qui étaient ces « frères des bois » – en russe « Lesnye Bratja » – qui semaient la terreur dans les pays baltes, entre 1944 et 1953, avant d’ être finalement vaincu par les forces du ministère de l’ Intérieur de l’URSS? En grande partie, ceux-ci étaient d’ anciens membres des légions baltes de la SS ou les services de police auxiliaires , sous les ordres des nazis : la variante de la Baltique, en substance, la division SS « Galicie » formée par l’Ukraine pro-nazie OUN-UPA, qui a semé le carnage , principalement en 1942-43, y compris contre  les soldats soviétiques et les  civils d’origine juive, ukrainienne, biélorusse et se distingue en particulier dans les massacres de civils polonais dans Volinija. Parmi les « actes héroïques » de l’ex – SS Baltique après la guerre, qui, selon l’ OTAN, se battrait pour un « Etat balte », il y a un grand nombre de massacres de civils, leurs compatriotes, coupables de soutenir le système soviétique.

Et, en fait, si pendant  l’occupation nazie, les formations  baltes étaient aux ordres du IIIe Reich d’Hitler, après la guerre, et surtout depuis les années 50, elles ont commencé à recevoir des fournitures et des instructions de Washington et, par conséquent, du commandement de l’ OTAN. Les  documents de la CIA liés  à l’OUN-UPA  ukrainien sont maintenant déclassifiés, en dépit d'avoir été définis par Washington  comme « organisation terroriste », elle a été classée parmi les « facteurs de résistance » dans les zones de l’Ukraine où, selon les Etats – Unis, la population pourrait soutenir des opérations anti-soviétiques spéciales. C’est la même chose pour la mer Baltique. Sans surprise, la glorification du passé nazi, en vogue depuis trois ans ici depuis le coup d’Etat en Ukraine, a une tradition de plus vingt ans en Estonie, en Lituanie et en Lettonie .  Ce n’est pas un  hasard, et parce qu’il n’y a pas de doutes sur les actuels objectifs de la vidéo, les auteurs soulignent que « l’ esprit » des « frères de la forêt » continue à vivre dans des unités spéciales des forces armées des trois pays baltes d’aujourd’hui. De même, on peut ajouter, avec lequel  l’ « esprit » de  Mussolini continue à vivre dans les paras Italiens qui vont chaque année  célébrer El Alamein. [...]

Lire la suite ci-dessous

Repost 0
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 09:35

17 Juillet 2017 par sur le site d'Investigaction

Comme les vainqueurs de la Commune de Paris, les vainqueurs de la « guerre froide » ne se contentent pas de la répression (dans la France de 1871) ni du démembrement (de l’URSS dans les années 1990) ; ils ont besoin de la diabolisation des vaincus.

Pour Bismark et les « républicains » conservateurs français, les Communards n’étaient que des délinquants de droit commun qu’il fallait traiter comme tels en en tuant le souvenir. Quant à la révolution en Russie, elle n’était qu’une manifestation supplémentaire de son retard culturel qu’il s’agissait d’associer au mépris antirusse traditionnel.

Dans les deux cas, il s’agissait de l’élimination d’une soudaine irruption de la barbarie au sein de la civilisation. La « preuve » de cette théorie est l’analogie des méthodes répressives, c’est-à-dire la violation des droits de l’homme : l’exécution des otages dont l’Archevêque de Paris et le vandalisme des Communards ; les crimes du bolchevisme dont l’exécution de Nicolas II et la brutalité du stalinisme en Russie.
 
La diabolisation de la Russie post-soviétique passe par l’accusation portée contre elle de violation des principes démocratiques : cette violation est dans la « nature » même de la société russe. Elle est « incorrigible ».  En réalité, ce dont on fait le procès et ce qui est en cause, c’est la réaffirmation par les autorités russes de la souveraineté de la Russie et la renaissance de sa puissance, réduisant la marge de manœuvre du monde occidental. Les campagnes antirusses (comme antichinoises) résultent de l’irritation suscitée par le fait que d’immenses territoires échappent à l’influence politique américaine et ouest-européenne, limitant le déploiement des intérêts occidentaux. C’est un immense « manque à gagner » pour l’Occident.

[...]

La suite en cliquant ci-dessous

Repost 0
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 14:22
Repost 0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 21:54
  • 14/07/2017
LE GEANT DE ROYAL DE LUXE AU HAVRE: QUAND LA POESIE REJOINT L’HISTOIRE SOCIALE.

A deux pas d’où le Géant, scaphandrier de Royal de luxe nous est arrivé le 6 juillet dernier au Havre, un autre scaphandrier, mais bien réel celui là à donner son nom à une rue: Pierre GUINARD, dans le quartier de l’ Eure, près des anciens établissements CAILLARD Levage.

Qui était Pierre GUINARD ? (1)

Né le 25 mai 1907 à Ploubalay (Côtes-du-Nord), mort au Havre le 27 juillet 1961 ; marin, scaphandrier ; syndicaliste CGT de Seine-Inférieure, Seine-Maritime ; Résistant membre du Front national et des Front Tireurs Partisans Français ; communiste ; membre du Comité de Libération de la ville du Havre ; conseiller général de Seine-inférieure (1945-1955).

C’est à l’école des apprentis mécaniciens de la Marine nationale à Lorient qu’il apprit son métier de marin, et, après sept années passées dans la marine nationale, il navigua au commerce comme ouvrier mécanicien sous les pavillons de la « Nochap », de « la Transat », puis de « Delmas ». C’est sur les navires de ces compagnies qu’il se syndiqua et commença son activité militante. Pierre Guinard fut élu secrétaire au Syndicat des Marins Cgt du Havre en1935, puis secrétaire général en 1938. En 1937 il fut élu secrétaire de la section communiste des marins du Havre.
Mobilisé à la déclaration de guerre, il fut fait prisonnier, puis libéré. Il entra alors dans la Résistance. Membre du Front national, il fut arrêté fin octobre 1941 comme 203 autres communistes de Seine-Inférieure. Il fut libéré, début novembre, avec 42 autres, après un interrogatoire.
A la Libération il devint scaphandrier jusqu’en 1950, et mena cette activité parallèlement à son engagement politique. Sa santé fut une première fois durement affectée. Il fut membre du 1er Comité local de libération de la ville du Havre , au titre de la section communiste locale dont il était le secrétaire. [...]

Lire la suite ci-dessous sur le site de l'IHS-CGT 76

Repost 0

Articles Récents