Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 22:54

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Agent orange : Tran To Nga va poursuivre son combat - La justice française cède aux Etats-Unis et aux multinationalesAgent orange : Tran To Nga va poursuivre son combat - La justice française cède aux Etats-Unis et aux multinationales
Partager cet article
Repost1
11 avril 2021 7 11 /04 /avril /2021 15:05
Le porte-avions américain USS Nimitz en mer de Chine méridionale  Photo : via reuters / US NAVY

Le porte-avions américain USS Nimitz en mer de Chine méridionale Photo : via reuters / US NAVY

Source : Responsible Statecraft, Michael D. Swaine

 

Les défis sécuritaires dans la région indo-pacifique ont été le sujet dominant des récentes audiences au Capitole. Sans surprise, la discussion s’est concentrée sur la Chine et la Corée du Nord. Cependant, pour une nouvelle administration ostensiblement vouée à servir les classes moyennes et ouvrières américaines et à corriger les faux pas politiques de l’administration Trump, la plupart des remarques des législateurs et des témoins suggèrent que peu de choses ont changé depuis l’investiture le 20 janvier.

À son crédit, dans sa déclaration d’ouverture à la Commission des forces armées de la Chambre des représentants le 10 mars, le président Adam Smith (Démocrate-Etat de Washington) a insisté sur le fait que les États-Unis doivent éviter de tomber dans une guerre froide avec la Chine, et être suffisamment forts pour dissuader, et non dominer, Pékin militairement. Il a également affirmé que les États-Unis doivent être plus stratégiques dans l’utilisation de moyens de défense limités pour assurer la stabilité en Asie.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 15:57
VICTORIA NULAND : LE RETOUR - LIBYE, SYRIE, UKRAINE - ELLE FUT DE TOUS LES MAUVAIS COUPS - LESQUELS NOUS PREPARE-T-ELLE ?

VICTORIA NULAND : LE RETOUR - LIBYE, SYRIE, UKRAINE - ELLE FUT DE TOUS LES MAUVAIS COUPS - LESQUELS NOUS PREPARE-T-ELLE ?

Au moins, c’est clair. Ceux qui nourrissaient encore quelque illusion sur les vertus apaisantes de l’arrivée de Joseph Biden à la Maison Blanche sont désormais fixés : en matière de politique étrangère, le « retour à la normalité » vanté ici et là apparaît sous son vrai visage : la volonté américaine assumée de reprendre le contrôle des affaires du monde et de « remuscler » – les mots ont un sens – l’alliance atlantique. « America is back » (« l’Amérique est de retour »), tel est le slogan du nouveau président, qui proclame ainsi vouloir rompre avec « l’Amérique d’abord » de Donald Trump. Non pas que la politique étrangère de ce dernier ait été particulièrement aimable – au Moyen-Orient en particulier. Mais avec son mot d’ordre recopié de Ronald Reagan, le nouveau maître de Washington renoue délibérément avec l’esprit de guerre froide.

Dans son discours tenu le 4 février, M. Biden affirme que la « domination américaine » (« leadership ») se doit désormais d’« affronter la montée de l’autoritarisme, notamment les ambitions croissantes de la Chine pour rivaliser avec les USA, et la détermination de la Russie visant à abîmer et faire dérailler notre démocratie ». Si les dépendances économiques réciproques le contraignent à quelque prudence de langage vis-à-vis de Pékin, il n’en est pas de même vis-à-vis de Moscou : « l’époque où nous reculions devant l’agressivité de la Russie – interférences dans nos élections, cyber-attaques, empoisonnement de ses citoyens – est terminée. Nous n’hésiterons pas à faire grimper le coût (de ce comportement) » de Moscou. [...]

La suite sur le site de Ruptures :

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 00:59

Terrasses Éditions Alger Paris Marseille
www.terrasses.net
prix 11,50 euros
ISBN : 9782490887033
pour commander : 11,50 euros + 3,00 euros de frais de port

Nils Andersson en librairie le 29 janvier

Avec ce livre, Le capitalisme, c’est la guerre, sous-titré, Des guerres asymétriques de 1990 à 2020, à celles de haute intensité demain, Nils Andersson nous propose une analyse fine et implacable du capitalisme réel, et de sa nature première : la guerre. Et il ne s’agit pas ici de revenir sur les « guerres du passé », ou d’un énième souvenir facilement aseptisé des guerres, mais bel et bien d’une étude ne laissant aucun doute sur la réalité factuelle et idéologique des dernières décennies qui nous concernent directement, dont nous sommes contemporains, et qui ont porté la violence impérialiste et la guerre partout, de l’Irak à la Bosnie, de la Somalie au Mali.

Produit d’un long travail d’enquête à la croisée du journalisme critique et de l’expérience d’un engagement politique anti-impérialiste directement héritier des luttes de décolonisation de la deuxième moitié du 20ème siècle, cet ouvrage décortique l’infamie des doctrines impérialistes et capitalistes qui n’ont cessé de faire du monde un vaste champ de bataille en vantant les mérites d’un Occident soit-disant « pacifié ».

Plus que jamais il réaffirme cette exigence morale et politique que Jaurès et Käthe Kollwitz poursuivirent en leur temps : Nie Wieder Krieg, « Plus jamais la guerre » tout en proposant une analyse du futur proche de ce qu’annoncent les nouveaux rapports de pouvoir mondiaux et les doctrines militaires modernes.

[...]

Lire la suite sur le site de "Collectif Communiste Polex" :

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 18:03

Pourquoi le gouvernement français soutenu par EELV, le PS et malheureusement FI, veut-il démanteler les centrales nucléaires mais refuse-t-il de signer ce traité ?

On peut s'étonner que l'engouement anti-nucléaire en France ne vise que la production d'électricité, bénéfique tout de même pour le plus grand nombre.  Chez les mêmes, notamment les Verts, c'est silence radio sur les armes nucléaires, beaucoup plus dangereuses pour les populations.

L'OTAN réaffirme : " Les armes nucléaires sont une composante essentielle des capacités globales de dissuasion et de défense de l'OTAN, aux côtés des forces conventionnelles et des forces de défense antimissile."

Mais toutes les puissances détenant l’arme atomique, en particulier les cinq principales – États-Unis, Russie, France, Royaume-Uni et Chine – ont exprimé leur rejet du TIAN, et ne seront donc pas contraintes d’éliminer leur arsenal comme cela est prévu dans le traité.

Extraits

Porté par l’ONU et la société civile, le traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) est entré en vigueur vendredi 22 janvier. Fruit de dizaines d’années de travail de nombreuses ONG, ce texte demeure rejeté par les principales puissances nucléaires, dont la France.

Si ce traité est mis en œuvre, ce sera pour le moment plus symbolique qu’autre chose. En effet, toutes les puissances détenant l’arme atomique, en particulier les cinq principales – États-Unis, Russie, France, Royaume-Uni et Chine – ont exprimé leur rejet du TIAN, et ne seront donc pas contraintes d’éliminer leur arsenal comme cela est prévu dans le traité.

Les puissances nucléaires préfèrent et encouragent un meilleur suivi du traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), nettement plus avantageux pour elles. « Le problème, c’est que le TNP ne remet pas en cause les États qui détiennent déjà ces armes. Il empêche seulement les autres de la développer. Ce qui, explique le porte-parole du CICR, n’est ni égalitaire ni satisfaisant. »

[...]

« Aujourd’hui est un jour de victoire pour l’humanité. Ce Traité – le résultat de plus de 75 années d’effort – affirme avec force que les armes nucléaires sont inacceptables d’un point de vue moral, humanitaire et désormais juridique. En renforçant l’arsenal juridique visant à lutter contre les armes nucléaires et en portant plus loin la délégitimation de ces armes inhumaines, il nous permet de croire en l’avènement possible d’un monde enfin libéré de la menace nucléaire », a déclaré Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge.

51 Etats sont d'ores et déjà signataires :

Afrique du Sud, Antigua-et-Barbuda, Autriche, Bangladesh, Belize, Bénin, Bolivie, Botswana, Costa Rica, Cuba, Dominique, Équateur, El Salvador, Fidji, Gambie, Guyane, Honduras, Îles Cook, Irlande, Jamaïque, Kazakhstan, Kiribati, Laos, Lesotho, Malaisie, Maldives, Malte, Mexique, Namibie, Nauru, Nicaragua, Nigéria, Niue, Nouvelle-Zélande, Palaos, Palestine, Panama, Paraguay, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Martin, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, Samoa, Thaïlande, Trinité-et-Tobago, Tuvalu, Uruguay, Vanuatu, Vatican, Venezuela, Viet Nam.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 10:54

Janvier 1991. Guerre du Golfe, campagne Tempête du Désert. , Intense bombardement de 6 minutes sur Bagdad, diffusé en direct sur CNN..., Pour plus : http://thierrylefranc.midiblogs.com/archives/

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 00:45
Les États-Unis, menace principale pour la paix - et pour la santé publique Les États-Unis, menace principale pour la paix - et pour la santé publique

par Gilles Questiaux

Note du 3 avril 2020 :

Loin d'être l'occasion d'une trêve pour les Docteur Folamour de Washington, la pandémie du Covid-19 semble être pour eux une occasion d'escalade. Elle soumet le système de santé américain, et même ses forces armées, à un stress dont les responsables sont tentés de fuir leurs responsabilités gravissimes, par la provocation, l'agressivité diplomatique et la fuite en avant militaire. Les cibles ne manquent pas : Cuba, et tout pays acceptant son aide médicale, Venezuela, Iran, Russie, Chine, Syrie, Corée, etc. (même le Mexique!).

Note du 30 novembre : Joe Biden s'annonce encore pire que Trump sur les questions internationales, si c'est possible.

 

La guerre mondiale, qui la veut?

Le danger de guerre actuel provient exclusivement des États-Unis qui ont obtenu leur hégémonie mondiale en gagnant les trois précédentes (on peut considérer la Guerre froide en comptant les conflits localisés qui l’ont accompagnée (Corée, Viet Nam, Proche Orient, Afrique, etc.) comme la troisième), et qui sont tentés de la conserver en s’engageant dans une quatrième.

Aucune autre puissance n’est en mesure de menacer la paix. Le terrorisme, notamment, n’est qu’un instrument au service des États-Unis, soit un allié direct comme en Syrie, soit un adversaire idéal qui ne présente aucun danger réel, et qui joue son rôle dans la mise en condition militaire des peuples occidentaux, et leur acceptation tendancielle, au rebours de leurs valeurs individualistes, d’un État policier et d’une société de surveillance et de fichage généralisés.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 15:31

Rappel : la guerre de 14-18 fut précédée par une course aux armements entre les puissances qui s'opposèrent ensuite dans une guerre mondiale sans précédent, dans une guerre où des dizaines de millions de jeunes hommes servirent de cobayes aux industries des armes.  Des millions d'entre eux y moururent.  Ils étaient paysans, ouvriers, instituteurs, employés ... En 1917, en France,  des soldats se mutinèrent.  Ils furent traduits devant la justice militaire.  Certains furent fusillés.  D'autres, plus nombreux, désertèrent, notamment dans les armées autrichiennes, italiennes, russes ... par centaines de milliers.  A partir d'Août-Septembre 1918, plus d'un million de soldats allemands ne rejoignent pas leur unité.  En Russie, les désertions ou les refus de combattre se multiplient, surtout à partir de 1917.  Puis une grande partie des soldats russes participa à la révolution d'octobre 17.

Après l'hécatombe, les industriels de l'armement n'eurent aucun problème.  Pas plus ceux qui fournirent les canons et les chars que ceux qui vendirent les gaz de combat.  Les milliards qu'ils amassèrent alors servirent ensuite à financer du matériel de guerre de plus en plus sophistiqué. Il y eut Hiroshima et Nagasaki.  Et ils ont continué, ils continuent.  A fabriquer de plus en plus d'armes.  A faire de plus en plus de profits.

Ce sont les firmes américaines qui dominent aujourd'hui ce marché et elles forment aux Etats-Unis un complexe militaro-industriel très puissant, tant sur le plan économique que sur le plan politique. 

Le combat pour la paix est aussi important pour notre planète que le combat  pour la transition énergétique.  Et il nécessite de s'attaquer au même fauteur de crise : le profit capitaliste, le système capitaliste.

YG.

 

 

Le F35 de Lockheed Martin inonde le marché de l'aviation de combat mondial (Crédits : Handout .)

Le F35 de Lockheed Martin inonde le marché de l'aviation de combat mondial (Crédits : Handout .)

Selon le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute), les livraisons d’armes et de services à caractère militaire par les 25 plus grandes entreprises du secteur ont totalisé 361 milliards de dollars américains en 2019. Soit une hausse de 8,5 % par rapport à 2018.

L'instabilité géopolitique au niveau mondial entraine logiquement une hausse des ventes d'armes. Ainsi, les livraisons d'armes et de services à caractère militaire par les 25 plus grandes entreprises du secteur ont atteint en 2019 le montant de 361 milliards de dollars américains, soit une croissance de 8,5 % par rapport à 2018, selon le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute). Dans ce contexte, 19 des 25 plus grands groupes de défense ont augmenté leurs livraisons d'armes en 2019 par rapport à 2018, explique le SIPRI. "La plus forte augmentation, en termes absolus, a été enregistrée par Lockheed Martin : 5,1 milliards de dollars, soit 11 % en termes réels", précise l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm ans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Article intégral ici : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/livraisons-d-armes-lockheed-boeing-northrop-raytheon-et-gd-ecrasent-le-classement-2019-864845.html

 

Un article d'Investig'action de 2018 :

Le complexe militaro-industriel est la principale cause de la crise globale

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 00:04
Source - Stastita

Source - Stastita

Une note classée « confidentiel défense » dévoile la stratégie du gouvernement pour torpiller les propositions d’un rapport parlementaire sur un contrôle plus démocratique des exportations d’armement.

Silence radio. Depuis la publication, le 18 novembre dernier, du rapport parlementaire sur les ventes d’armes françaises, l’exécutif n’a pas réagi. Du moins pas officiellement. Car, en réalité, le gouvernement a préparé la riposte dans le secret des cabinets ministériels.


Objectif : torpiller le rapport des députés Jacques Maire (La République en marche, LRM) et Michèle Tabarot (Les Républicains, LR) et les pistes qu’ils suggèrent pour impliquer le Parlement dans le processus de contrôle des exportations d’armement.

Disclose a été destinataire d’une note de quatre pages rédigée par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), un service directement rattaché à Matignon. Classée « confidentiel défense » – le premier niveau du « secret-défense » –, elle a été transmise au cabinet d’Emmanuel Macron mais aussi à Matignon, au ministère des armées, et à celui des affaires étrangères et de l’économie, le 17 novembre dernier.
Soit la veille de la publication du rapport Maire-Tabarot.

étouffer les velléités

Sobrement intitulé « Analyse des 35 propositions du rapport de la mission d’information sur les exportations d’armement Maire-Tabarot », ce document stratégique révèle l’opposition ferme et définitive du gouvernement à une proposition inédite : la création d’une commission parlementaire chargée « du contrôle des exportations d’armement » .[...

La suite sur le site de l'ANC :

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 23:44
La France déploie le porte-avions Charles de Gaulle « prêt à la bataille » en Méditerranée orientale
Que la Turquie mène une politique exécrable en Méditerranée est un fait mais que la France entre quasiment en guerre sans le moindre débat de son parlement, sans que ses citoyens soient prévenus est une des tares de la Constitution de la Ve République, la moins démocratique du monde. Surtout que derrière le soutien à la Grèce, il y a bien d’autres enjeux et le coût prohibitif de telles expéditions (note et traduction de Danielle Bleitrach).
Partager cet article
Repost0

Articles Récents