Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 02:21

Intéressant cet article paru dans le journal belge "Le Soir".  L'aveu est de taille.  Oui, les multinationales ont bénéficié de rabais d'impôts énormes.  Sans que rien ne bénéficie en retour aux salariés et aux citoyens qui, eux, paient leurs impôts.

Depuis plusieurs dizaines d'années, les Etats se livrent à un dumping fiscal exorbitant pour complaire aux grandes entreprises sans que cela profite à la population.  Et c'est l'UE qui tient la première place dans ces faveurs faites au Capital mondialisé.  Soit-disant, comme le dit E.Macron, tout cet argent soutiré aux peuples, aurait dû ruisseler ensuite "naturellement" sur les populations dévalisées ... Mais rien n'est venu, sinon l'appauvrissement des Etats et des services publics.

Extrait de l'article ci-dessous : "L’impôt sur les profits des entreprises n’a cessé de baisser au cours des trois dernières décennies. A l’échelle mondiale, le taux théorique de l’impôt des sociétés a été divisé par près de deux depuis 1990, passant en moyenne de 40 % à 24 %. (1) Au niveau de l’Union européenne, il est passé de 40 % à moins de 21 % (2). Aux États-Unis, la réforme fiscale adoptée en décembre 2017 par l’Administration Trump a provoqué une baisse de l’impôt des sociétés de 35 % à 21 %. Les États se privent ainsi de recettes fiscales considérables sans nécessairement gagner en compétitivité, vu que tous les gouvernements tendent à mener la même politique."

Que les perroquets des Républicains et d'En Marche cessent donc de croasser " Baisse d'impôts, Baisse d'impôts" ... ou encore "Baisse de charges, baisse de charges".

Les peuples ont assez donné.  Ils sont exsangues.  Ils n'en peuvent plus.  Cela ne peut plus durer.  C'est cela que les démocrates américains, que l'OCDE, ont compris, malgré leur soutien, ou à cause de leur soutien à l'économie capitaliste.

Biden a décidé de tout changer pour que rien ne change et que perdure le système capitaliste que les dirigeants américains ont toujours défendu.

Mais les valets sont toujours les derniers à comprendre que leurs maîtres vient de changer de politique.  La commission européenne, les politiques européens, risquent d'avoir du mal à réviser leur dogme ...  Ce sont les inspirateurs des financiers de Wall Street qui le leur avaient enseigné.

Lire l'article ici :

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 13:56
La boulimie de McDonald’s pour les aides publiques
La boulimie de McDonald’s pour les aides publiques

Sandrine Foulon

[Dans l’arrière-cuisine de McDonald’s France 1/4] Alternatives Economiques dévoile en exclusivité les conclusions d’un rapport de l’ONG ReAct, qui dénonce les pratiques du géant de la restauration rapide en France. McDonald’s est passé maître dans l’art de solliciter les subventions publiques, sans pour autant tenir ses promesses de créations d’emplois. Premier épisode d’une série de révélations sur les juteux profits du roi du fast-food.

Qu’on aime ou pas le Royal Cheese ou le Sundae caramel, le succès de McDo n’est plus à démontrer. « La multinationale est leader mondial de la restauration rapide avec plus de 38 000 restaurants dans 119 pays, lesquels servent plus de 70 millions de client.es par jour », rappelle un rapport du ReAct (Réseau pour l’action collective transnationale, organisation qui appuie depuis 2010 les communautés citoyennes et syndicales dans leur lutte contre les inégalités sociales) qu’Alternatives Economiques a pu consulter en exclusivité.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 11:10

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Manifestations de paysans en Inde : des paysans du monde entier envoient leurs messages de solidarité et de soutien

18 JANVIER 2021  ASIE DU SUD, MULTINATIONALES ET AGRIBUSINESS

Bravant les intempéries et un gouvernement apathique, les paysans indiens continuent de camper dans la capitale nationale pour exiger que le gouvernement central revienne sur les trois projets de loi controversés ayant été adoptés à la fin de l’année dernière. Le sixième cycle de négociations, qui s’est tenu le 4 janvier, n’a pas non plus permis de faire de progrès significatifs, le gouvernement national refusant d’abroger les trois lois. Un autre cycle de pourparlers aura lieu le 8 janvier. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost1
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 06:25
Résilience dans les rangs ! Vu sur le blog CGT-EP

Résilience dans les rangs ! Vu sur le blog CGT-EP

Depuis peu un mot a conquis les salles de rédaction, les intellos branchés, les politiques dominants : "Résilience".  De quoi vous faire haïr le concept et le mot.  Employé par les gouvernants, les institutions, la presse, nous sommes sommés d'être résilients et d'adorer la résilience.

Ce mot a été popularisé par Boris Cyrulnik.  Selon lui " La résilience est un processus qui se met en place chez certaines personnes leur permettant de rebondir, de « renaître » après un traumatisme ou une expérience négative..." https://www.onmeda.fr/forme-et-bien-etre/resilience-selon-boris-cyrulnik.html.  Cyrulnik envisage la résilience neuronale, la résilience affective, la résilience psychologique, et même la résilience sociale.  Cela s'applique donc aux êtres humains et aux groupes humains.

Mais le détournement opéré aujourd'hui dit tout autre chose.

 

Résilience : Tout changer pour ne rien changer

Les idéologues l'appliquent ainsi aux systèmes sociaux, au système économique ...

Dans la Recommandation du Conseil concernant le programme national de réforme de la France pour 2020 et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2020, le mot "résilience" est employé 4 fois ! 

Le rédacteur, approuvé par les chefs d'état du conseil européen, a saupoudré, ce texte  abscons du mot "résilience".

Le Conseil, c'est-à-dire les chefs d'état européens, invite la France, entre autres "recommandations" : " à agir pour limiter et maîtriser la propagation de la pandémie de Covid-19, renforcer la résilience des systèmes de santé nationaux, "

Ou : " Afin de remédier à l'inadéquation des compétences et d'améliorer la résilience du marché du travail, la France devrait poursuivre ses efforts afin d'encourager la réaffectation de la main d'oeuvre entre différents secteurs". Entendez flexibilité ou restructuration, termes très mal supportés aujourd'hui par les salariés.

3ème emploi, à propos des aides de l'Etat dans le cadre de la crise Covid : "Une mise en oeuvre effective et efficace est essentielle pour garantir que les entreprises, et en particulier les PME, en bénéficient.  Il convient de prendre en compte la résilience du secteur bancaire lors de la conception et de la mise en oeuvre de ces mesures".

Pour le conseil européen, le monde d'après doit redevenir le monde d'avant ...

Et que dire de ce titre de l'"Echo touristique" à propos d'Airbnb et de sa future entrée en bourse ( entrée faite maintenant et avec succès ... ).

"Face à la crise, Airbnb montre une certaine résilience".  Le journaliste veut sans doute souligner l'accélération des profits de la multinationale.

Ou encore cette publicité pour un organisme de conseil financier :

"Oracle aide les équipes financières à renforcer leur résilience et à renouer avec la croissance"

C'est limpide.  "Tout changer pour que rien ne change"

 

Soyez résilients ! Tout est de votre faute !  Adaptez-vous !

Les dominants s'emparent de ce concept pour exhorter les salariés :  " Soyez résilients, faites face à votre licenciement, adaptez-vous aux nouvelles conditions managériales de l'entreprise ...".( Frustration )

Le site "Frustation" dénonce l'usage du mot : "Faire preuve de “résilience” : s’en prendre à soi plutôt qu’aux bourgeois"

"La résilience comme privilège de classe

Quand le Code du travail fait de l’employeur le responsable de la santé physique et mentale de ses salariés, la “résilience” en entreprise fait des “collaborateurs” leurs propres responsables, éventuellement assistés d’un coach (souvent d’ex-DRH reconvertis) que l’employeur leur a généreusement payé. Ainsi, les salariés y vont pour se reconstruire “de façon socialement acceptable” donc, c’est-à-dire sans grève, sans droit de retrait, sans pétage de câble, et puis sans prud’hommes, tant qu’à faire. Et si vous sombrez ? Ben ce sera de votre faute, pas celle de l’entreprise, hein."https://www.frustrationmagazine.fr/faire-preuve-de-resilience-sen-prendre-a-soi-plutot-quaux-bourgeois/

Et si la vraie résilience sociale, c'était de s'organiser pour faire face au Covid-19, à ses causes et conséquences sociales ?   S'organiser dans les organisations syndicales de masse et de classe, s'organiser pour changer cette société et mettre fin au pouvoir capitaliste, au pouvoir financier, aux régimes politiques qui les soutiennent.  S'organiser pour mettre fin à la désindustrialisation, à la mondialisation capitaliste, au pouvoir des firmes pharmaceutiques. S'organiser pour changer le système, pas pour le sauver.  Se battre collectivement contre les ennemis de classe, voilà de quoi sortir de la morosité ambiante et du fatalisme social.

Yvette Genestal

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 18:17
blog Educpro

blog Educpro

Le projet de modernisation de la recherche française s’appuie sur le modèle américain. Il favorise les financements privés, une logique commerciale et compétitive, suscitant de vives critiques de la communauté scientifique.

par Amelia Veitch

Le modèle universitaire américain séduit par son prestige. Est-il transposable en France ? Frédérique Vidal, ministre qui a mené la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) jusqu’à son adoption finale le 20 novembre, semble penser que oui. En important des mesures du système universitaire anglo-saxon, la LPR ambitionne de « porter la France à la pointe de la recherche scientifique mondiale pour relever les défis de demain » et à « améliorer l’attractivité des métiers scientifiques ».[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 06:50
 Démondialisons ! La série - Episode 5 -  L’Union européenne : la dictature des marchés - par le Pardem

Depuis sa création, par la volonté des Etats-Unis, l’Union européenne s’est forgée à coups de traités qui ont, pas à pas, détruit les souverainetés nationales et orienté la construction européenne dans une seule direction : celle de la liberté de circulation des marchandises, des capitaux, des services, de la main-d’œuvre (les « quatre libertés ») et de la mise en concurrence des systèmes économiques.
Dans le contexte de pandémie de la Covid-19, l’Union européenne est restée fidèle à son « ADN » politique. Elle a démontré, une fois de plus, qu’elle n’est en rien là « pour protéger » et encore moins pour « garantir l’unité, la force et la stabilité » comme elle voudrait le faire croire. Certes la Commission a suspendu la clause obligeant les États à une stricte discipline budgétaire (notamment la limite de 3% du PIB d’endettement et l’aide directe aux entreprises). Certes la BCE a augmenté ses achats de titres de dette des États. Mais, dans la réalité, ce sont bien les États qui interviennent pour sauver leur pays respectif. Sous la surveillance étroite de l’Union européenne, déjà prête à mettre fin aux « concessions » qu’elle a concédées provisoirement.
Prise entre les excédents allemands et les déficits des autres pays, l'Union Européenne supranationale et a-démocratique cherche depuis longtemps à créer un étage fédéral, pour installer une dette européenne. La démocratie, d’ores et déjà grièvement amputée de la souveraineté des peuples, est en phase terminale.

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 14:34
Démondialisons ! la Série - Épisode 4 - La mondialisation par la financiarisation

traders

Par le Parti de la démondialisation

Le 23 juin 2020

Nous avons vu dans l’épisode précédent que le libre-échange permet de s’approvisionner là où l'absence de démocratie, c’est-à-dire de souveraineté nationale, permet de surexploiter le peuple et donc de vendre à bas prix. Les capitalistes ont libéré progressivement les déplacements de capitaux afin de pouvoir investir directement dans des pays où les contraintes sociales, fiscales et écologiques sont moindres, en réorganisant la production mondiale. Les groupes multinationaux ont progressivement délocalisé leurs unités de production en Afrique du nord, dans les pays de l’Est et en Asie. Par le biais des marchés financiers, à l’importance désormais bien plus que décuplée grâce à la dérégulation financière mondiale, le capital mondial possède une arme stratégique d’une importance et d’une efficacité qui le renforce comme jamais auparavant.

Cette liberté de circulation des capitaux, accompagnée d’une dérégulation et d’outils informatiques puissants, a permis le développement de multiples instruments financiers, outils de spéculation sur les marchés mondialisés.

Grâce aux marchés boursiers, la propriété des grandes entreprises est devenue volatile sans véritable nationalité et leur gestion est dictée par des injonctions de rentabilité de leurs actions achetées en bourse et comparée à celle d'autres placements, « justifiant » licenciements et délocalisations. La finance ne supporte plus l’économie réelle, elle la détruit.

Par ailleurs, le dogme libéral selon lequel les États soumis à la pression des revendications populaires, sont trop dépensiers, a conduit, en particulier au sein de l’Union européenne, à les priver de la ressource de la création monétaire. La monnaie a été exclue du choix démocratique et est captée par la Banque Centrale européenne « indépendante » des États mais pas du capital !

La liberté de choix politique est désormais encadrée par les exigences du capital mondial : les Etats financent les déficits de leurs budgets en s'endettant sur le marché mondial des capitaux.

Le libre-échange et la mondialisation de la finance dépouillent ainsi les États, qui n’ont plus rien de démocratique, particulièrement les pays membres de l’Union européenne, les privant de toute indépendance donc de toute politique industrielle et sociale.

C’est la fin de la politique donc de la possibilité même des processus démocratiques.

Lors de la vente de la branche Energie d’Alstom à l’Américain Général Electrique (GE) en octobre 2014, Macron qui s’opposa à toute nationalisation de cet actif stratégique, déclarait : « C’est l’actionnaire qui décide, nous ne sommes pas au Venezuela » (sic).

Pour accéder à l’épisode 4 de notre série Démondialisons ! :

https://pardem.org/analyses/la-mondialisation/338-la-mondialisation-par-la-financiarisation-de-l-economie

A lire prochainement le 5e épisode : L’Union européenne, c’est le marché total.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 05:57

Cet article est reposté depuis Le blog des salarié-es de Korian.

Détail de l'actionnariat de Kervita, maison-mère de DomusVi. Crédits : Adrien Colrat - Le Média.

Détail de l'actionnariat de Kervita, maison-mère de DomusVi. Crédits : Adrien Colrat - Le Média.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2020 2 21 /07 /juillet /2020 04:55

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 16:10

JEUDI 20 FÉVRIER
ROUEN : 10h30 Cours Clémenceau
le HAVRE : manifestation 10h00 à Franklin

CAC 40 - Siège de Natixis - Dividendes versés au niveau mondial depuis 2009 en milliard de dollars (en jaune l'estimation pour 2019). (Crédits : Janus Henderson)CAC 40 - Siège de Natixis - Dividendes versés au niveau mondial depuis 2009 en milliard de dollars (en jaune l'estimation pour 2019). (Crédits : Janus Henderson)
CAC 40 - Siège de Natixis - Dividendes versés au niveau mondial depuis 2009 en milliard de dollars (en jaune l'estimation pour 2019). (Crédits : Janus Henderson)

CAC 40 - Siège de Natixis - Dividendes versés au niveau mondial depuis 2009 en milliard de dollars (en jaune l'estimation pour 2019). (Crédits : Janus Henderson)

Total dans le Top des 20 multinationales qui ont versé le plus de dividendes à leurs actionnaires ...

Total dans le Top des 20 multinationales qui ont versé le plus de dividendes à leurs actionnaires ...

Et commentaires d'Yvette Genestal :

"Les dividendes versés aux actionnaires ont atteint un nouveau record mondial de 1 430 milliards de dollars en 2019 ..."

Et l'article précise : "mais leur croissance (+3,5%) a marqué le pas et devrait se maintenir au même niveau en 2020, d'après un rapport publié lundi 17 février". 

Pour la journaliste, +3,5%, c'est un ralentissement.  Pour les retraités et les salariés, ce serait une forte progression ! Et pour les détenteurs de Livrets A également !

Un peu plus loin, nous apprenons que " La France – principal payeur de dividendes sur le Vieux Continent – a été le seul pays à battre son record annuel (+1,3% à 63,9 milliards de dollars), grâce aux importants dividendes extraordinaires de Natixis et d'Engie."

Si vous ne pratiquez pas la lutte de classes, les capitalistes et leurs soutiens la pratiquent pour vous.  Grâce au président de la finance et du Capital, E.Macron, et de ses prédécesseurs, voilà que nos multinationales se portent bien.  Mais le président des profits et des profiteurs veut faire encore plus avec la contre-réforme des retraites.  Alors heureux ?

Ne leur laissons pas le champ libre. Pratiquons la lutte de classes ensemble, jeudi prochain, 20 Février, au Havre, à Rouen, à Dieppe, dans les entreprises, dans les services, à l'hôpital ... pour que leur gouvernement retire le projet des retraites.

Ci-dessous l'article entier :

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents