Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 12:34

Lu sur le site de CGT Educ'ation Rouen

  • ROUEN : manif 10h30 à la DSDEN (place des faïenciers)
  • Le HAVRE : AG à 9h00 à Franklin, manif Franklin 10h30
  • EVREUX : 14h devant l’Inspection Académique
  • DIEPPE : AG à 9h30 maison des associations / manif 10h30 sous préfecture

La rentrée dans les écoles, les collèges, les lycées s’avère catastrophique avec pour plus d’élèves moins de postes, un nombre accru d’heures supplémentaires utilisées comme « arme » pour détruire les postes, la précarité galopante, un système de remplacements des personnels exsangue, des administratifs à bout de souffle.... Blanquer a fait le choix des suppressions de postes, notamment dans le second degré qui perd au moins 1883 postes, mais aussi chez les personnels administratifs, alors même que la crise sanitaire a fait éclater au grand jour le manque criant de moyens, de postes dans les services publics, notamment dans les hôpitaux, mais aussi dans l’Éducation nationale et dans les collectivités locales..
La crise sanitaire a aussi dévoilé le mépris complet de Blanquer pour les conditions de travail et de santé des personnels. Plus d’élèves par classe et plus d’heures supp ; des protocoles casse-tête ; le retour à des classes entières en lycée et aucun dédoublement dans les autres niveaux ; une médecine du travail inexistante en pleine pandémie ; aucune création de postes d’infirmier.e.s scolaires ; le recours à la précarité, voire l’hyper-précarité pour les remplacements ; l’éviction d’élèves non vacciné.e.s des classes en cas de test positif à la COVID sont les réponses faites aux personnels, aux élèves et aux familles au moment où la Haute Autorité de santé est inquiète avec le variant delta et le brassage qu’implique le retour à l’école. Toujours aucun dépistage massif et gratuit n’est prévu, aucune réduction des effectifs de classe, aucun investissement important pour des purificateurs d’air, très peu de moyens pour mettre en place une prévention et une vaccination de masse contre la COVID-19.

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:39

Le 18 juin, Jean-Luc Léger, président du conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Normandie, indiquait : « Si Chapelle Darblay ferme définitivement, il ne sera tout simplement plus utile de trier les papiers et cartons puisque les conséquences économiques, sociales et environnementales seraient pires que l’intérêt de recycler à l’autre bout du monde. Implicitement, si les décideurs publics acceptent la fin de l’activité de production de papier par recyclage, ils acceptent du même coup de détruire ce qu’il est convenu d’appeler de la matière première. Quelle société peut aujourd’hui accepter de détruire de la matière première ? »

Source : http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/2021/07/06/une-solution-avec-veolia-pour-chapelle-darblay/

Les salariés obtiennent un report de la vente de l’usine Chapelle Darblay, à Grand-Couronne, près de Rouen

La cession de l’usine Chapelle Darblay est retardée jusqu’à la rentrée 2021. Les salariés, qui ne veulent pas du projet Samfi, ont obtenu vendredi 9 juillet 2021 une expertise sur ce projet.

Le projet de cession du dernier site de recyclage de papier en France, Chapelle Darblay, à Grand-Couronne, près de Rouen, est « retardé » par une demande d’expertise des salariés. Vendredi 9 juillet 2021, la direction du groupe UPM a ainsi confirmé ce qu’annonçaient les salariés en milieu de semaine. « Nous sommes en discussion avec Samfi et Paprec » qui projettent de racheter le site ensemble, mais « la décision est malheureusement retardée » jusqu’à septembre 2021, car les représentants du personnel « ont demandé une expertise externe » sur le projet, indique encore la direction d’UPM.

 

 Un rapport dans trois mois

Lors d’un CSE (Comité social économique) central, les salariés ont demandé une expertise afin d’en savoir plus sur le projet industriel de Samfi et Paprec, explique Arnaud Dauxerre, élu au CSE central. L’expert a légalement trois mois pour boucler son rapport, selon lui. Ce représentant des cadres fait partie des cinq derniers salariés du site, après le licenciement de 228 personnes en 2020. Un accord avait été conclu pour préserver jusqu’en juin 2021 l’outil industriel de ce site baptisé la Chapelle Darblay.

Les salariés espèrent que le temps de l’expertise permettra à un autre projet, moins avancé mais prometteur de plus d’emplois, de se concrétiser. Selon la CGT et Arnaud Dauxerre, Veolia travaille, avec le Canadien Fibre excellence et le négociant en encres et consommables Têtu, sur un projet de rachat du site. « Ce consortium a besoin d’un peu de temps pour remettre une offre mais ils sont déterminés. On a encore eu les équipes de Veolia et Fibre excellence ce matin [vendredi 9 juillet 2021, NDLR] au téléphone », poursuit Arnaud Dauxerre. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 00:20

Sur le site de la CGT Chapelle-Darblay

 Philippe Martinez soutient une alternative au projet dans l’hydrogène de Samfi Invest. –

Philippe Martinez a fait le déplacement. Le secrétaire général de la Confédération nationale du travail (CGT) s’est rendu, le vendredi 2 juillet, à Grand-Couronne (Seine-Maritime) pour dénoncer, avec une centaine de manifestants, le projet de reconversion de Chapelle Darblay vers l’hydrogène.

Lors d’un conseil social et économique (CSE) extraordinaire, le finlandais UPM présentait ce même vendredi un « projet de cession » de la papeterie à Samfi Invest. Un projet, porté par H2V dont Samfi Invest est actionnaire, qui « manque de cohérence », car dans « l’hydrogène aujourd’hui, il n’y a rien de très concret », selon Philippe Martinez.

De source syndicale, un projet porté par Veolia permettrait toujours de produire des papiers recyclés comme les papiers pour ondulé (PPO) issus de papiers et cartons à recycler (PCR). Cette solution permettrait de préserver 300 à 350 postes, soit trois fois plus d’emplois que le projet de Samfi Invest.

Aberration Pour Greenpeace, la fermeture définitive de l’usine de recyclage serait « une aberration sociale autant qu’environnementale ». Jusqu’à son arrêt en 2020, la papeterie avait pour spécialité le papier journal recyclé. Selon l’organisation non gouvernementale (ONG), « depuis l’arrêt des machines », quelque « 480 000 tonnes de papier ont été envoyées à l’étranger, incinérées ou enfouies, et des tonnes d’équivalent CO2 ont été inutilement produites ».

Une position en ligne avec celle de la Fédération des activités de dépollution et de l’environnement (Fnade) pour qui Chapelle Darblay était « un très gros débouché » pour la collecte française. Sérieux La CGT indique que Veolia a deux partenaires : Tetu et Fibre excellence. « Ils sont besoin de trois mois pour finaliser leur offre. Ils se sont engagés à payer pendant trois mois eux-mêmes le coût du maintien en état du site ».

Estimant qu’UPM n’est pas intéressé par « un projet concurrent », Philippe Martinez regrette que le gouvernement dise « qu’on ne peut plus rien faire ».

Maire PS de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol soutient le projet « sérieux » de Veolia. Implanté à Saint-Gaudens (Haute-Garonne), Fibre excellence est, par ailleurs, engagé dans la relance de l’usine de pâte de Tarascon (Bouches-du-Rhône).

Député de Seine-Maritime, Stéphanie Kerbarh ne cache pas sa déception dans le quotidien Paris-Normandie le 3 juillet : « C’est un sentiment d’immense gâchis, compte tenu des potentialités du site, qui prédomine chez moi aujourd’hui. En faisant le choix du projet visant à transformer la papeterie Chapelle Darblay de Grand-Couronne en unité de production d’hydrogène, le groupe finlandais UPM vient non seulement de porter un rude coup à la filière française de recyclage du papier, mais aussi de réduire considérablement l’offre d’emplois susceptibles d’être proposés sur le site ».Exclue de La République en marche (LREM), la secrétaire de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale était candidate aux régionales en Normandie, à la tête d’une liste sans étiquette.

Conséquences Le 18 juin, Jean-Luc Léger, président du conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Normandie, indiquait : « Si Chapelle Darblay ferme définitivement, il ne sera tout simplement plus utile de trier les papiers et cartons puisque les conséquences économiques, sociales et environnementales seraient pires que l’intérêt de recycler à l’autre bout du monde. Implicitement, si les décideurs publics acceptent la fin de l’activité de production de papier par recyclage, ils acceptent du même coup de détruire ce qu’il est convenu d’appeler de la matière première. Quelle société peut aujourd’hui accepter de détruire de la matière première ? »

Publié dans CGT UPM Chapelle Darblay | Pas de Commentaire »

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2021 4 01 /07 /juillet /2021 23:57

Près de Rouen, Chapelle Darblay, la seule usine de papier journal 100% recyclé ...

Bruno Lemaire, le gouvernement les ont donc trompés ?

"Relocalisations" chantaient-ils en choeur quand les masques ne parvenaient pas dans nos hôpitaux ...

"Délocalisation", "camions sur les routes pour transporter les déchets"  ... décident-ils aujourd'hui.

"Ce n'est pas moi", dit le ministre

"Ce n'est pas moi", dit le premier ministre

Le président, lui, ne dit rien ...

Comment s'étonner donc que les Français, les ouvriers, les premiers de corvée et premiers licenciés ou envoyés en pré-retraite, les jeunes qui veulent un emploi ou une formation se détournent du vote et de l'isoloir quand ceux qui doivent décider et faire détournent le regard quand l'industrie disparaît ?

YG.

Capture d’écran 2021-06-29 153331

https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/pres-de-rouen-la-seule-usine-de-papier-journal-100-recycle-attend-detre-fixee-sur-son-sort/

https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/pres-de-rouen-la-seule-usine-de-papier-journal-100-recycle-attend-detre-fixee-sur-son-sort/

Lu sur le blog de CGT-Chapelle Darblay : http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/

Le site de La Chapelle Darblay près de Rouen est unique en France et tous les acteurs que la CGT a réuni pour être porteurs de projets diversifiés industriels en conviennent : on ne peut pas faire une croix sur cet outil moderne qui répond aux défis environnementaux d’aujourd’hui et de demain.

Les débouchés pour les vieux papiers sont multiples : papier-presse, sacherie, ouate, production d’énergie…L’avenir du site on le sait est multiple,et le gouvernement qui s’était engagé à oeuvrer à porter des projets industriels papetiers est prêt aujourd’hui à trahir la confiance des salariés en portant un projet hydrogène qui risque de condamner l’outil industriel et de le voir complètement démanteler.

Perdre ce site serait un non sens social et environnemental !

La France n’est pas particulièrement exemplaire sur le traitement des déchets, La Chapelle l’est! Elle est un acteur essentiel de l’économie circulaire de la Région, de l’axe Seine et au delà. La Chapelle, c’est plus de 30% du recyclage des vieux papiers de toute la France, celui qui est trié par les citoyens et collecté par des centaines de collectivités.

Le temps s’est écoulé, un Comité Social Economique se tient vendredi pour sceller le sort de La Chapelle. Le gouvernement peut encore agir pour donner du temps aux acteurs qui croient dans l’avenir du site.

Nous appelons toutes les forces de la CGT, et aussi tous les acteurs associatifs, politiques et économiques qui soutiennent depuis de longs mois les projets et qui croient à l’avenir de l’industrie en France à se mobiliser ensemble.

Capture d’écran 2021-06-29 153331

Partager cet article
Repost0
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 23:54
 Les internes alertent depuis des mois sur leurs durées de travail excessives et dangereuses. • © Felix Bollez / France Télévisions

Les internes alertent depuis des mois sur leurs durées de travail excessives et dangereuses. • © Felix Bollez / France Télévisions

Alors que leur profession représente 40% des effectifs des hopitaux publics, ces professionnels de santé demandent la mise en place du décompte horaire de leur temps de travail. En moyenne, ils effectuent 58 heures par semaine. Des journées à rallonge devenues insupportables.

[...]

La suite sur actu.fr ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 05:14

Le 15 juin, ils seront en grève !

Les premiers de corvée en grève à Rouen.  Conséquence de la loi de transformation de la Fonction publique, la mairie de gauche veut leur retirer une semaine de congés ... Photo actu.76

Les premiers de corvée en grève à Rouen. Conséquence de la loi de transformation de la Fonction publique, la mairie de gauche veut leur retirer une semaine de congés ... Photo actu.76

Le mouvement de grève est principalement suivi par les premiers de corvées, ceux et celles qui sont les plus mal payés et les plus mal considérés, les invisibles : les agents du nettoiement et du service des poubelles ainsi que les personnels des crèches et des cantines. Salut à eux et tout notre soutien.

YGenestal

 

"Entendre des élus dire au personnel, dire à des agents qui gagnent 600 balles par mois, qu'il faut faire des efforts : c'est inadmissible de la bouche de quelqu'un qui se dit de gauche !"

"Ces gens-là, il faut les renvoyer chez eux, qu'ils démissionnent de leur mandat : ils n'ont rien à foutre dans les mairies."

Handy Barré,
secrétaire de l'union locale CGT de Rouen , sur France Bleu le 1er

L'article intégral (FR3 Normandie), ci-dessous :

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 16:59
ROUEN - Les agents territoriaux en grève

ROUEN - Les agents territoriaux en grève

Extraits :

Les agents en grève protestent contre la perte de cinq jours de congés et une RTT dans le cadre de l’application de la loi de la transformation publique. « La question à poser à tout le monde c’est : ‘Est ce que vous seriez prêts a travailler cinq jours de plus gratuitement ?’, indique Cédric Largillet de Force ouvrière. Je pense que la réponse unanime serait non. On demande la juste compensation par rapport à la prise de ces congés. »

[...]

« On nous a demandé de lever le barrage après confirmation de cet entretien, révèle Guillaume Larose de la CGT. On a bien fait comprendre qu’on le ferait seulement quand l’intersyndicale aura obtenu satisfaction sur ses revendications. »

Ci-dessous l'article intégral, un extrait du texte de soutien de l'UD CGT 76 et de l'UL CGT de Rouen, et ce texte en fichier attaché :

Loi de transformation de la fonction publique - A Rouen, les agents territoriaux, premiers de corvée, ne veulent pas qu'on leur supprime des jours de congé, obtenus et conquis il y a 40 ans !
Partager cet article
Repost0
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 22:00
Papeterie de CHAPELLE-DARBLAY : Une belle action avec le collectif « plus jamais ça »

Reçu ce matin par courriel :

..."au pied du ministère de l’économie nous sommes réunis avec des salarié·es et des militant·es de 8 des organisations du collectif Plus jamais ça, pour exiger la sauvegarde de la papeterie de Chapelle-Darblay.

Nous sommes à peu près 130 avec des banderoles, des drapeaux, des tambours et des mégaphones pour soutenir les salariés de l'usine.


Nous sommes en action ce matin devant Bercy pour sauver la papeterie de Chapelle-Darblay qui est en danger. Si nous sommes aux côtés de la CGT, d’Attac, de la F.S.U, de Solidaires, des Amis de la Terre, d’Oxfam France et de la Confédération Paysanne (rien que ça !), c’est bien parce que nous sommes solidaires des salarié·es, pour que vive ce site industriel qui est un modèle d’économie circulaire et un fleuron de l’économie de demain !

Business as usual ?

Le 15 juin prochain, le site de Chapelle-Darblay, seule papeterie en France à produire du papier journal 100% recyclé, sera démantelé si aucun repreneur ne se manifeste d’ici-là. Au total, 228 salarié·es se retrouvent au chômage et 567 emplois indirects vont disparaître.

Le groupe finlandais UPM, propriétaire de l’usine située en Seine-Maritime, près de Rouen, a décidé d’exporter son activité dans un pays où le coût de la main-d'œuvre est beaucoup moins élevé, et produira du papier à partir de bois et non de papier recyclé.

Oui ! Industrie peut rimer avec écologie

Pourtant, Chapelle-Darblay était rentable (16 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2019) et ses activités avaient un impact positif d’un point de vue environnemental. L’usine recyclait chaque année 350 000 tonnes de papier, fournies essentiellement par les collectivités territoriales, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de Français·es, et près de 250 000 tonnes de papier recyclé sortaient de ses gigantesques machines, destinées entre autres au monde de l’édition. De plus, l’usine dispose d’une station d’épuration qui peut subvenir aux besoins de 400 000 personnes et d’une chaudière biomasse qui peut chauffer 20 000 foyers

 
Je participe à la sauvegarde

 
Chapelle-Darblay est le symbole qu’il est possible de concilier industrie et préservation de l’environnement. La fermeture de cette usine nous priverait d'une place de choix dans ce secteur, dans notre autonomie industrielle, et condamnerait la filière du recyclage.

Pour toutes ces raisons, nous, le collectif d’associations Plus Jamais Ça, demandons au gouvernement d'intervenir pour soutenir les collectivités territoriales qui se disent prêtes à une reprise du site.

Alors que l’État et les collectivités locales ont la possibilité d'éviter le démantèlement de Chapelle-Darblay en garantissant que l'intégralité des activités de cette usine soient maintenues sur le site, n’attendez plus, apportez votre soutien aux salarié·es de Chapelle-Darblay, et parlez-en autour de vous !
 
Je signe la pétition
 
Je partage la pétition sur Twitter
 
Je partage la pétition sur Facebook
 
Je partage la pétition sur Whatsapp
 
Je partage la pétition par email

 

 

Si vous voulez signer et faire signer la pétition, soutenue par 8 organisations du collectif Plus jamais ça : CGT, Attac, F.S.U, Solidaires, les Amis de la Terre, Oxfam France, Confédération Paysanne et Greenpeace France. cliquez et diffusez  : "Sauvons #ChapelleDarblay"

Et voir les photos de la manif de ce 28 avril à Paris sur le site du syndicat CGT Chapelle-Darblay

Partager cet article
Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 23:41

Il vient de publier Reprendre le pouvoir (éd. Les Liens qui libèrent), son «manuel d’émancipation politique».
«J’ai essayé de décrire le néolibéralisme, mais sans partir de l’idéologie ou de la description qu’en font les intellectuels. Je suis parti de la pensée concrète des gens. De ce que j’entendais dans les débats, dans la rue, au bistrot, avec mes amis, etc.», explique l’avocat.

Son but? Démonter «les arguments, les poncifs, les idées reçues» que, selon François Boulo, «l’on entend en permanence». «C’est toujours cinq principes économiques. D’abord, seule la croissance peut permettre d’augmenter le pouvoir d’achat des citoyens. Ensuite, la concurrence, avec la pensée que l’État ne sait pas gérer et que seuls le marché et le secteur privé sont performants et efficaces», analyse-t-il. Et d’enchaîner sur la question de la dette en se moquant des néolibéraux: «Mon Dieu, la dette, notre pays est en faillite, les générations futures… Il faut rembourser! C’est la catastrophe.»

«On ne peut pas débattre de certains sujets»

Le porte-parole des Gilets jaunes à Rouen évoque également la question fiscale. François Boulo résume la contribution néolibérale à la réflexion sur… les contributions: «On ne peut pas augmenter les impôts des plus riches, car sinon ils vont fuir le pays et l’économie va s’effondrer.» «Puis vient enfin la flexibilité qui veut que le marché du travail soit trop rigide et inflexible et qu’il faille donc le libérer pour libérer les énergies», poursuit l’avocat.

 
 
Lire la suite ci-dessous :
Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 03:28
Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Seule usine en France à produire du papier journal 100% recyclé et pionnière dans l'économie circulaire, Chapelle-Darblay est un fleuron de l'industrie de demain. Pourtant, dans le seul but d'accroître ses profits, le groupe finlandais UPM a décidé de fermer l’usine, sans la mettre en vente, afin de pouvoir la démanteler...

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Parce que s’il n’y a pas de repreneur avant le 15 juin pour l’ensemble de l’activité de Chapelle-Darblay, l’usine fermera définitivement ses portes. Ce sera la perte d’un savoir-faire unique et d’une activité qui ont fait prospérer la région depuis près de 100 ans. Il y a quelques mois encore, ce sont plus de 200 personnes qui travaillaient sur le site et 567 emplois indirects qui en dépendaient !

Parce que Chapelle-Darblay a déjà les deux pieds dans le monde d'après. Avec son raccordement au rail et son accès à la Seine, l’usine récupérait annuellement 350 000 tonnes de papiers, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de personnes. Elle produisait 240 000 tonnes de papiers recyclés par an, soit l’équivalent de 50% de la consommation française de papier journal. L’usine possède également une chaufferie biomasse capable de chauffer l’équivalent d’une ville de 20 000 habitants, ainsi qu’une station d’épuration pouvant subvenir aux besoins de 400 000 habitants. Elle est la démonstration qu’on peut concilier industrie et préservation de l’environnement.

Suite ci-dessous et signez la pétition :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents