Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 10:22

"L’Union Européenne et l’euro : une chance pour Yannick Jadot, un blocage pour l’écologie"

"Déserter les mesures sociales c’est aussi déserter l’écologie "

Le constat est difficile mais partagé : à moins de trois mois des présidentielles, peu d’idées parviennent à émerger dans cette campagne… A part, peut-être, chez Eric Zemmour dont le projet, limpide, tient globalement en une ligne : « virer les musulmans ».

Cette situation est évidemment malsaine puisqu’elle signifie que la compétition se fait essentiellement sur des questions de personnes, ce qui permet d’ailleurs d’expliquer l’important décalage, voire même la franche contradiction, entre les mesures souhaitées par les Français (augmentation du SMIC, limitation des écarts de salaires…) et les programmes des candidats en tête des sondages. En témoignent par exemple, ceux et celles qui attendent Christiane Taubira comme d’autres attendent le Messie, peu importe son absence de sérieux, d’idées et de mesures…

Au milieu de tout ça, le cas Jadot/Europe Ecologie Les Verts est un peu particulier. Si aucune mesure lisible ne se distingue, les électeurs EELV ne votent évidemment pas EELV pour la personnalité de Jadot (il n’y a vraiment que lui sur Terre pour le penser) mais pour ce qu’incarne, à tort ou à raison, le parti qu’il représente : l’écologie politique. Ce n’est donc pas à la personne de Jadot que nous nous attaquerons ici, ni au malaise qu’il instaure quand, en meeting, il se prend pour un chauffeur de salles pour vacanciers du 3ème âge à Ibiza, ni de l’antipathie générale qu’il dégage, mais bien de la question qui se pose à travers lui : pourquoi le programme d’un parti s’identifiant à l’écologie comme EELV n’aurait en réalité que très peu d’impact sur la lutte contre la destruction de notre environnement ?

La raison est simple et tient en une phrase, Yannick Jadot et son parti refusent catégoriquement les 2 ruptures essentielles et préalables à tout programme écologique conséquent : la rupture avec le capitalisme et la rupture avec l’Union Européenne.

1- Une écologie sérieuse est une écologie antibourgeoise

En effet, une écologie digne de ce nom implique de changer radicalement, c’est-à-dire profondément, nos manières de produire et de consommer, nos manières de vivre (de travailler, de manger, de penser, de se déplacer, d’habiter…). Ces changements impliquent eux-mêmes de rompre avec le capitalisme et en particulier avec ses penchants les plus libéraux : libéraux au sens de facilitation du commerce, et encore davantage, de facilitation du commerce international. Concrètement, un programme écologique demande des investissements massifs pour la transition énergétique, qui ne peuvent avoir lieu dans une pure logique de rentabilité et encore moins de rentabilité à court terme. Ils impliquent donc une action très forte de l’Etat et le recours probable au déficit budgétaire.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2021 3 17 /11 /novembre /2021 17:13
Sur parismatch.com

Sur parismatch.com

Les ménages les plus riches parmi les plus riches sont ceux qui ont le plus profité des mesures sociales et fiscales décidées par le gouvernement depuis 2017, selon une étude de l’Institut des politiques publiques dévoilée ce mardi.

Entre les gilets jaunes et la pandémie, on aurait pu penser que le constat fait au début du quinquennat changerait, mais ce n’est pas le cas : les très riches restent les premiers gagnants des choix fiscaux du gouvernement. Entre 2017 et 2022, les mesures sociales et fiscales ont fait augmenter de 2,8 % le niveau de vie du 1 % des Français les plus aisés (qui vivent avec 126 654,20 euros en moyenne par an)

Source : Alternatives économiques

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 23:25

jeudi 21 octobre 2021 par Emmanuel Todd

Todd avait prévu au début des années 1980 la chute de l’URSS. Ce n'est donc pas un soviétophile primaire, ni d’ailleurs un russophobe, ce qui rend son analyse ici d’autant plus pertinente. (B.D-ANC)

La société américaine semble malade. Pour l’anthropologue Emmanuel Todd, l’une des raisons est à chercher du côté de la Guerre froide, durant laquelle le système social états-unien n’aurait pas résisté à la concurrence de son homologue soviétique.

"Comment est-ce qu’on peut continuer dans ce délire russophobe sans se poser de questions ?"

Et si le déclin de l’Empire américain était avant tout social ?
Et si c’était feu l’URSS qui avait précipité cet affaiblissement, remportant une victoire posthume sur son adversaire de la Guerre froide ?

C’est la thèse, paradoxale en apparence, qu’a développé Emmanuel Todd lors d’une conférence qu’il a animée le 14 octobre à Paris pour le Dialogue franco-russe.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 14:14
Banderole de tête à Rouen lors de la manifestation du 5 octobre

Banderole de tête à Rouen lors de la manifestation du 5 octobre

Sous la pluie et le vent - 5 Octobre, manifestation - La banderole des retraités et montée vers l'Hôtel de ville
Sous la pluie et le vent - 5 Octobre, manifestation - La banderole des retraités et montée vers l'Hôtel de ville

Sous la pluie et le vent - 5 Octobre, manifestation - La banderole des retraités et montée vers l'Hôtel de ville

la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads.  Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.
la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads.  Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.
la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads.  Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.
la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads.  Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.
la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads.  Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.

la FSU, des gilets jaunes, beaucoup de banderoles CGT, Sanofi-Sanofric, l'UL-CGT d'Elbeuf et la lutte des Ehpads. Etaient aussi présents quelques troupes de FO et SUD.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 23:45

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 12:05
Derrière la contre-réforme des retraites, les recommandations de la Commission de Bruxelles

Cette caricature a été publiée en 2013 ici :https://www.podcastjournal.net/DESSIN-DE-PRESSE-Bruxelles-prepare-nos-retraites_a14323.html. 

Elle est toujours valable.  Bruxelles utilise les petits pas pour mieux endormir les opposants et les fatiguer.  Ne croyez pas que nous en avons fini avec les réformes des retraites.  La présidente de la Commission est allemande. Les Allemands nés à partir de 1964 partiront en retraite à ...67 ans.

Sur le site du Pardem

Extraits des recommandations de la Commission à la France :

"La Commission RECOMMANDE que la France s'attache, en 2019 et 2020 :
1. à veiller à ce que le taux de croissance nominale des dépenses primaires nettes ne dépasse pas 1,2 % en 2020, ce qui correspondrait à un ajustement structurel annuel de 0,6 % du PIB; à utiliser les recettes exceptionnelles pour accélérer la réduction du ratio de la dette publique; à réduire les dépenses et à réaliser des gains d’efficacité́ dans tous les sous-secteurs des administrations publiques, notamment en précisant pleinement les mesures concrètes nécessaires dans le contexte du programme Action publique 2022 et en surveillant étroitement la mise en œuvre de ces mesures; à réformer le système de retraite pour uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite, en vue de renforcer l'équité́ et la soutenabilité́ de ces régimes;
2. à favoriser l’intégration de tous les demandeurs d’emploi sur le marché́ du travail, à garantir l’égalité́ des chances, en mettant particulièrement l’accent sur les groupes vulnérables, notamment les personnes issues de l’immigration, et à remédier aux pénuries et aux inadéquations de compétences; "

Le Pardem a traduit cette novlangue de la Commission et voici ce que ça signifie pour les retraites :

« Réformer le système de retraite pour uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite » signifie harmoniser vers le bas pour diminuer la dépense publique (le préambule des GOPÉ 2018, chiffrait « l’économie » à 5 milliards d’euros pour les dépenses publiques). C’est la raison de la toute prochaine réforme Macron sur les retraites : fusionner tous les régimes en un régime unique, en supprimant les régimes dits «spéciaux », relever l’âge de départ à la retraite, en créant un âge «d’équilibre » (64 ans, alors que l’âge légal est de 62 ans) et diminuer les pensions. Passer à la retraite par points qui induit la baisse des pensions et le recours aux assurances retraites privées en complément, pour ceux qui en ont les moyens bien sûr.

Voir le texte entier des recommandations sur le site du Pardem en, cliquant ci-dessous  :

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:28
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 18:09
Hypocrisie, mensonges - Non, l'âge moyen effectif de la cessation d'activité des seniors n'est pas 63 ans - Mais ils sont chômeurs, pré-retraités, ou encore dispensés de recherche d'emploi ...

Publié en juillet 2019 sur ce blog

"... selon la Caisse nationale d'assurance-vieillesse (Cnav) (1), l'âge moyen de départ en retraite a atteint 62,7 ans dans le secteur privé en 2018, mais ce chiffre est trompeur. Il ne traduit pas l'âge auquel les Français arrêtent de travailler, mais celui auquel ils "liquident" leur retraite, en clair touchent leur première pension."

"  A l'heure de souffler leurs 60 bougies, seuls 42,2% des Français sont encore au travail, révèle l'enquête Emploi de l'Insee, réalisée sur la période 2015-2017."

" La photographie se noircit encore à 62 ans. A cet âge, il n'y a plus que 20% des Français qui travaillent encore, sans compter les 5% qui cumulent retraite et emploi. 3% sont au chômage."

 

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 16:02

Cet article est reposté depuis Le blog de Roger Colombier.

Partager cet article
Repost0
29 août 2019 4 29 /08 /août /2019 16:16

Manifestation en Argentine contre l'austérité et le FMI en 2018

Par Joël Perichaud, secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales
Le 26 août 2019

Les élections primaires du 11 août « Primaires Ouvertes Simultanées et Obligatoires » (Élections primaires où chaque alliance électorale ou parti politique détermine les candidats aux fonctions de députés et de sénateurs, qui se présenteront deux mois plus tard aux élections législatives) permettent d’évaluer les rapports de force politique dans le pays. Le score est sans appel : le Frente de Todos * a obtenu 47,65% des voix, alors que Cambiemos, le parti de Macri, a tout juste dépassé 32%. L‘écart de 15 % représente environ quatre millions de voix (sur 34 millions d’électeurs). Avec un taux de participation de 75,8% ((malgré le vote obligatoire), similaire à celui des primaires de 2015 et un taux de 4% de votes nuls et blancs, l’élection donne un avantage difficilement rattrapable par Macri pour les élections du 27 octobre prochain (présidentielle, législatives et sénatoriales) présageant le retour d’un gouvernement plus social en Argentine.

Le Frente de Todos a gagné les gouvernements dans 22 des 23 provinces, à l’exception de Cordoba et de la ville autonome de Buenos Aires, où le large avantage de Macri, lors des élections précédentes, a été considérablement réduit. La victoire est définitive dans la province de Buenos Aires dont le poids électoral représente 37% du total.

Le résultat a, bien sûr, créé des tensions au sein du gouvernement et certains ministres ont présenté leur démission… Les rats quittent le navire... [...]

La suite ci-dessous  sur le site du Pardem :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents