Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 15:21
© afp.com/MARTIN BUREAU Le Défenseur des droits Jacques Toubon, le 8 juillet 2016 à Paris - Il doit quitter ses fonctions le 17 juillet 2020

© afp.com/MARTIN BUREAU Le Défenseur des droits Jacques Toubon, le 8 juillet 2016 à Paris - Il doit quitter ses fonctions le 17 juillet 2020

Le Défenseur des droits réclame notamment l'interdiction d'utiliser les lanceurs de balle de défense (LBD) dans les manifestations.

Dans une décision adressée au nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le Défenseur des droits insiste sur "l'urgence" de faire évoluer le maintien de l'ordre, notamment en interdisant le LBD et le port de la cagoule chez les policiers. Jacques Toubon, qui quitte dans une semaine cette autorité indépendante après six ans passés à sa tête, semble vouloir faire entendre sa voix jusqu'au bout.

 

Ces personnes brandissent une banderole, avec les photos de plusieurs manifestants, qui auraient été blessées lors de précédents rassemblements de gilets jaunes. © C. Agullo / FTV

 

Dans cette décision-cadre, le Défenseur des droits actualise ses recommandations en matière de maintien de l'ordre, à la lumière des presque 200 réclamations qu'il a reçu pendant le mouvement des gilets jaunes. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 05:21
© afp.com/MARTIN BUREAU Le Défenseur des droits Jacques Toubon, le 8 juillet 2016 à Paris - Il doit quitter ses fonctions le 17 juillet 2020

© afp.com/MARTIN BUREAU Le Défenseur des droits Jacques Toubon, le 8 juillet 2016 à Paris - Il doit quitter ses fonctions le 17 juillet 2020

Le Défenseur des droits réclame notamment l'interdiction d'utiliser les lanceurs de balle de défense (LBD) dans les manifestations.

Dans une décision adressée au nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, le Défenseur des droits insiste sur "l'urgence" de faire évoluer le maintien de l'ordre, notamment en interdisant le LBD et le port de la cagoule chez les policiers. Jacques Toubon, qui quitte dans une semaine cette autorité indépendante après six ans passés à sa tête, semble vouloir faire entendre sa voix jusqu'au bout.

 

Ces personnes brandissent une banderole, avec les photos de plusieurs manifestants, qui auraient été blessées lors de précédents rassemblements de gilets jaunes. © C. Agullo / FTV

 

Dans cette décision-cadre, le Défenseur des droits actualise ses recommandations en matière de maintien de l'ordre, à la lumière des presque 200 réclamations qu'il a reçu pendant le mouvement des gilets jaunes. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 16:32

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

La loi naturelle

La nature auxiliaire efficace pour aider à chasser les hors la loi? "Nature" : 1 - "Papon 2020" : 0 Le Conseil d’Etat tacle Lallement et son usage de drones par la Préfecture de Police de Paris une procédure a été intentée par La Quadrature du Net et la Ligue des droits de l’homme (LDH) ...

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 14:06
Un habitant du quartier Bonnefoy à Toulouse a été contraint d'enlever cette banderole de son mur, dimanche 26 avril 2020. / © DR

Un habitant du quartier Bonnefoy à Toulouse a été contraint d'enlever cette banderole de son mur, dimanche 26 avril 2020. / © DR

A Toulouse, une jeune femme a été placée en garde à vue pendant plusieurs heures pour avoir mis une banderole "Macronavirus, à quand la fin ?" sur sa maison. Ce lundi, tous ses colocataires sont à leur tour convoqués au commissariat, tandis que les manifestations de soutien se multiplient.

 

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 15:15

Toulouse : une jeune femme placée en garde à vue pour une banderole sur sa maison

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 14:50
Cette banderole affichée sur le mur d'une maison du quartier de la Roseraie à Toulouse a valu à une jeune femme d'être placée en garde à vue pour outrage au chef de l'Etat. / © DR

Cette banderole affichée sur le mur d'une maison du quartier de la Roseraie à Toulouse a valu à une jeune femme d'être placée en garde à vue pour outrage au chef de l'Etat. / © DR

 

Un petit coucou à nos amis magistrats, et à leurs organisations syndicales grands pourvoyeurs de leçons de morale et de proclamations la main sur le cœur que comment ils ne sont pas trop défenseurs de l’État de droit et des libertés publiques.

On avait pu malheureusement constater avec la répression contre les gilets jaunes, la protection de la bande à Macron, et la couverture des violences policières, accompagnées par silence obstiné des organisations syndicales qu’il y avait quelques ratés dans le moteur. Enfin quand on dit quelques ratés, cela commençait à ressembler plutôt à une panne générale.

Alors comme on est bon garçon, on va se permettre de signaler aux camarades magistrats qu’ils ont la possibilité de redorer un petit peu leur blason terni. Et qu’il serait bien qu’ils saisissent les occasions lorsqu’elles se présentent.

« Macronavirus » : retour du crime de lèse-majesté ?

Première occasion, l’affaire de la banderole de Toulouse. De simples particuliers utilisant leur liberté fondamentale d’expression avaient placardé une petite banderole brocardant Macron avec la reprise d’un terme d’une couverture de Charlie hebdo du mois de janvier que personne n’avait relevé.

Ils ont eu droit à un traitement particulier. Tout d’abord les pandores se sont présentés à leur domicile pour leur demander d’enlever le calicot (!). Première question, de quel droit ? Bon, la police sur le terrain entretient parfois dans le feu de l’action des rapports élastiques avec le respect scrupuleux des principes fondamentaux. Le problème c’est que le lendemain matin, nécessairement SUR ORDRE DU PROCUREUR LOCAL, les mêmes forces de l’ordre sont venues arrêter la personne qui avait posé la banderole pour la mettre en garde à vue ! Pour une infraction « D’OFFENSE au chef de l’État » qui n’existe plus depuis 2013 dans le droit français, abrogée à la suite d’un arrêt cuisant de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Notre procureur le sait parfaitement, alors pour mener sa petite opération d’intimidation, il a parlé d’une infraction D’OUTRAGE évidemment inapplicable, puisque l’outrage doit être effectué contre un agent public, dans le cadre de L’EXERCICE DE SES FONCTIONS. Ladite banderole n’a pas été brandie sous le nez d’Emmanuel Macron à l’occasion d’une cérémonie officielle par exemple. Détournement grossier manifestement dans le but permettre avec cette violation de la loi, une mise en garde à vue complètement arbitraire. Et qui constitue malheureusement pour son auteur « un acte attentatoire à la liberté individuelle » infraction gravissime si elle est commise par un fonctionnaire public, ce qu’est le procureur concerné.[...]

La suite ici : https://www.vududroit.com/2020/04/protection-des-libertes-fondamentales-les-magistrats-confines/

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 23:38
Une enquête administrative a été ouverte par la direction de l’hôpital du Rouvray de Sotteville-lès-Rouen dans le but de sanctionner les personnels qui auraient tenu des propos « injurieux et diffamatoire ». (©RT/76actu/archives)

Une enquête administrative a été ouverte par la direction de l’hôpital du Rouvray de Sotteville-lès-Rouen dans le but de sanctionner les personnels qui auraient tenu des propos « injurieux et diffamatoire ». (©RT/76actu/archives)

Depuis le 2 avril, sept agents de fonctions différentes ont été convoqués. Certains avaient ouvertement dénoncé le manque de masques pour se protéger du Covid-19. D’aucuns sont persuadés qu’il s’agit d’une « chasse aux sorcières » pour « intimider les lanceurs d'alerte".

 

 

Dans certaines salles de garde du centre hospitalier du Rouvray (Seine-Maritime), on trouve des masques accrochés à des cintres ou à des cordes à linge pour les faire sécher et les réutiliser. / © France Télévisions

France 3 Normandie -  28 mars

 

 

 

 

Mais cette enquête administrative ne serait que les stigmates du combat mené au printemps et à l’été 2018.

Ci-contre : Hôpital de Saint-Etienne du Rouvray en juin 2018© Ludivine Aurelle

Partager cet article

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 18:22

 

La reconnaissance du bout des lèvres, à la fois par le pouvoir et les médias qui le servent, de l’existence de « violences policières » nous a encore offert une séquence intéressante. Quiconque suit les réseaux, s’est penché sur le travail remarquable du journaliste David Dufresne, ou a lu les articles du Monde sait à quoi s’en tenir. Encouragée par le pouvoir à utiliser une violence débridée, protégée par une justice refusant de la contrôler et de la sanctionner, la police française s’est transformée en une milice qui par la violence et l’intimidation porte gravement atteinte à la liberté constitutionnelle de manifestation.  [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 17:00
A propos des violences verbales : La Marseillaise - Hymne national : un chant révolutionnaire, pas un chant de bisounours

Il a toute sa place dans les manifestations.  A côté de l'Internationale.

Il fut chanté à l'Arc de Triomphe le 11 novembre 1940 par les étudiants qui manifestèrent pour que "Vive la France".  C'est un chant qui appelle à la libération du peuple contre toute oppression et toute loi étrangère. C'est un chant beaucoup plus violent que tout ce que peuvent dire nos politiques accusés par les bien-pensants de violences verbales, beaucoup plus terrible que la violence symbolique utilisée par les manifestants.

Il répondait à la violence de la monarchie et de ses soutiens.

A la violence des trahisons de la monarchie qui appelait à son secours les nobles émigrés et les armées étrangères pour rétablir l'absolutisme.

A la violence de siècles d'oppression.

A la violence de siècles de répressions sanglantes, par l'épée ou par la pendaison, d'émeutes et de révoltes populaires.

Les Français avaient fait leur révolution.  Ils ne voulaient qu'on la leur vole avec l'aide des armées des monarchies européennes.

En voici le texte :

REFRAIN

Aux armes, citoyens !
 Formez vos bataillons !
 Marchons, marchons !
 Qu'un sang impur...
 Abreuve nos sillons !

COUPLETS

I

Allons ! Enfants de la Patrie !
 Le jour de gloire est arrivé !
 Contre nous de la tyrannie,
 L'étendard sanglant est levé ! (Bis)
 Entendez-vous dans les campagnes
 Mugir ces féroces soldats ?
 Ils viennent jusque dans vos bras
 Égorger vos fils, vos compagnes
 
 REFRAIN

II

Que veut cette horde d'esclaves,
 De traîtres, de rois conjurés ?
 Pour qui ces ignobles entraves,
 Ces fers dès longtemps préparés ? (Bis)
 Français ! Pour nous, ah ! Quel outrage !
 Quels transports il doit exciter ;
 C'est nous qu'on ose méditer
 De rendre à l'antique esclavage !
 
 REFRAIN

III

Quoi ! Des cohortes étrangères
 Feraient la loi dans nos foyers !
 Quoi ! Des phalanges mercenaires
 Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)
 Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !
 Nos fronts sous le joug se ploieraient !
 De vils despotes deviendraient
 Les maîtres de nos destinées !
 
 REFRAIN

IV

Tremblez, tyrans et vous, perfides,
 L'opprobre de tous les partis !
 Tremblez ! Vos projets parricides
 Vont enfin recevoir leur prix. (Bis)
 Tout est soldat pour vous combattre.
 S'ils tombent, nos jeunes héros,
 La terre en produit de nouveaux
 Contre vous tout prêts à se battre.
 
 REFRAIN

V

Français, en guerriers magnanimes
 Portons ou retenons nos coups !
 Épargnons ces tristes victimes,
 A regret, s'armant contre nous ! (Bis)
 Mais ce despote sanguinaire !
 Mais ces complices de Bouillé !
 Tous ces tigres qui, sans pitié,
 Déchirent le sein de leur mère !
 
 REFRAIN

VI

Amour sacré de la Patrie
 Conduis, soutiens nos bras vengeurs !
 Liberté ! Liberté chérie,
 Combats avec tes défenseurs ! (Bis)
 Sous nos drapeaux que la Victoire
 Accoure à tes mâles accents !
 Que tes ennemis expirants
 Voient ton triomphe et notre gloire !
 
 REFRAIN

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 13:58
Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...

Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...

Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire
Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire
Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire

Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ? Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ... Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire

Déclaration de l’ANC

dimanche 26 janvier 2020 par ANC

Nous sommes dans un pays où la violence du capitalisme est chaque jour plus forte.
Alors que nous sommes l’un des pays les plus riches du monde, il y a ici plus de dix millions de chômeurs, quatre millions de mal logés, des milliers de familles sans électricité et sans chauffage, des jeunes qui n’ont que la précarité comme perspective, des salariés qui se lèvent chaque matin pour faire des heures de transports afin d’aller gagner un revenu qui ressemble plus à une aumône qu’à un salaire, des millions de gens condamnés à vivre dans des cités ghettos où le service public est de plus en plus absent…

Et quand le peuple se révolte il se trouve face à un pouvoir qui au lieu d’entendre accentue la répression au point que depuis plus d’un an on ne compte plus les éborgnés, les mains arrachées et les multiples blessés dûs aux violences policières dont n’ont plus l’apanage les seuls syndicalistes ou jeunes issus des quartiers populaires.

Dans ce combat d’une violence terrible contre le monde du travail il s’en trouve certains pour « s’offusquer », « ne pas partager », « ne pas cautionner », voire « condamner » des actions menées par des jeunes en colère et des travailleuses et travailleurs en lutte.
Il en est même qui veulent bouter la CGT hors des ports !!

Sans nous immiscer dans les débats syndicaux l’ANC tient à donner son point de vue d’organisation communiste.
- Nous tenons à saluer le courage et la détermination de toutes celles et tous ceux qui luttent pour un avenir meilleur et parmi lesquels se trouvent les membres de l’ANC impliqués dans l’action syndicale
- Nous soutenons toutes les formes d’action que le combat de classe se donne et rappelons que ceux qui crient contre les organisations syndicales aujourd’hui ne sont que les héritiers de ceux qui, pendant des décennies ont interdit le droit de grève
- Notre repère n’est pas la légalité qui n’est que le reflet de ce que le peuple peut arriver à gagner à un moment donné de son histoire, mais la légitimité, qui, comme le disent les juristes, est le fait qui précède le droit.
- L’ANC fait confiance aux travailleurs pour leurs choix sur les formes d’action, le moment de les mettre en œuvre et les cibles qu’ils déterminent qu’il s’agisse du patronat, du pouvoir ou de leurs complices
- Les travailleuses et travailleurs en lutte peuvent compter sur le soutien indéfectible et déterminé de l’ANC dans leur combat et si des forces de répression veulent s’exercer.

Déclaration adoptée à l’unanimité à l’assemblée générale de l’ANC du 25 01 2020

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents