Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:33
 

 

 

Delcy Rodriguez (au milieu) a été choisie comme présidente de l'Assemblée constituante du Venezuela vendredi 4 août.
Juan Barreto, AFP
 
Jean Ortiz

Venezuela. « Ensemble ! » s’égare

Lorsque le vent souffle en sens contraire, commencer à lâcher un peu, c’est souvent capituler beaucoup. « Ensemble ! » vient de publier ce 4 août  effarant, à charge quasi totale, contre le président Maduro et son gouvernement bolivarien. 

On dirait ce texte repris aux médias « chiens de garde ».
Le déséquilibre de ce communiqué ne peut qu’inquiéter. Il ne s’agit même pas d’un renvoi dos-à-dos, mais d’une accusation en règle contre l’une des parties qui serait la principale responsable de la « répression des opposants », des « violences contre les manifestants », etc. Les manifestations de l’opposition donnent lieu aujourd’hui à de véritables émeutes, fomentées par des groupes violents. Les images tournent en rond dans les médias et réseaux sociaux, le plus souvent attribuées aux chavistes, alors qu’il s’agit de « guarimbas », sortes d’insurrections urbaines. La gravité de la crise, les affrontements, créés par la droite et l’extrême-droite, sont mis, essentiellement, sur le dos du Président Maduro. L’élection d’une Constituante, présentée comme une « pseudo-constituante », ne condamne pas l’Etat de droit, et ne fait pas du Venezuela une dictature. La possibilité de convoquer des élections constituantes, qualifiées par « Ensemble ! »  de « farce électorale », de « nouveau coup de force », est inscrite dans l’actuelle Constitution. [... ]
La suite ci dessous sur le blog de Jean Ortiz, sur le blog de l'Humanité

Et d'autres réactions ...

Repost 0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 14:08

Pologne : La famille démocratique européenne en pleine action !

publié le : 3 Août, 2017 sur Parlons Clair (Collectif communiste Polex)

Vous trouverez ci dessous la traduction française de la lettre d'un ami polonais, Mateusz Piskorski, qui est en prison à Varsovie pour des raisons politiques depuis le printemps 2016. Il a été arrêté mais n'a toujours pas reçu d'acte d'accusation. Au début, le pouvoir de Varsovie l'a accusé dans les médias pour des liens supposés avec la Russie, puis la Chine, puis ...l'Irak (en fait, on pense qu'il s'agissait de l'Iran, mais les incultes au pouvoir à Varsovie ne font sans doute pas la différence entre ces deux pays) ...et la suite, vous pourrez la lire ci dessous. Pendant un an, il a été emprisonné sous le coup de l'injonction du procureur et, au bout d'un an, il y a quelques semaines, après avoir été copieusement battu et envoyé à l'hôpital, c'est le juge qui a prolongé sa détention. Au début tout contact avec lui, que ce soit sa famille, ses amis ou ses avocats étaient interdits. Aucun courrier non plus. Il n'a lui-même pu intervenir qu'une seule fois en plus d'un an pour se défendre devant le procureur dans une session à huis clos. Maintenant, depuis son arrestation sous contrôle judiciaire et non plus du procureur, il peut écrire et lire mais ses droits de visite restent très limités. et évidemment aucun procès public n'est prévu.

On le réprime en fait parce qu'il dénonce l'OTAN et la politique de l'Ukraine, et qu'il prône un rapprochement avec la Russie et a développé un réseau de contacts dans l'ex-URSS avec des journalistes, des militants, etc et créé en Pologne un petit parti de gauche ("Zmiana" -Changement) soutenant cette orientation. Il condamne par ailleurs la guerre visant la Syrie et il s'était rendu à Tripoli en 2011 lors de l'attaque de l'OTAN contre ce pays. Il enseigne la science politique à l'université, a créé un centre de recherche et un site en ligne d'études géopolitiques (geopolityka.org) qui a organisé plusieurs conférences internationales et publié plusieurs livres en version papier (dont certains avec ma participation).

Il est dénoncé par l'extrême droite fascisante pour ses positions anti-maïdan et "pro-russes", par les libéraux pour ses positions anticapitalistes et anti-OTAN, mais il est souvent mal vu aussi des milieux de la gauche "modérée" ou même "radicale" mais pro-OTAN pro-UE, pour ses positions anti-OTAN et le fait qu'il participe à des activités dans plusieurs pays où l'on trouve des personnes accusées d'être d'extrême droite. Comme vous le savez on peut être ouvertement nazi et cela ne pose aucun problème si c'est en faveur de l'OTAN, ce que l'Ukraine et les pays baltes en particulier démontrent quasi-quotidiennement, mais si on est contre on est forcément "rouge-brun". [...]

Lire la suite ci-dessous

 

Repost 0
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 15:27

VENEZUELA

La « guerre économique » pour les Nuls (et les journalistes)

par Maurice Lemoine

Sous la forme d’un feuilleton en quatre parties que vous pourrez retrouver chaque jour à partir du 11 août 2017, Mémoire des luttes publie une enquête exclusive de Maurice Lemoine consacrée à la question de la « guerre économique » au Venezuela.


Alors que la vague de violence déclenchée par une opposition décidée à le renverser a provoqué la mort de plus de cent dix personnes depuis début avril, le président « chaviste » Nicolás Maduro a réussi son pari : faire élire une Assemblée nationale constituante le 30 juillet. Malgré une situation extrêmement tendue et les menaces proférées contre les électeurs par les groupes de choc d’extrême droite, plus de 8 millions de citoyens (41,5 % de l’électorat) se sont déplacés et ont choisi leurs représentants.

Largement traitée par des médias totalement acquis à l’opposition, la grave crise que traverse le Venezuela comporte une dimension systématiquement passée sous silence : comme dans le Chili de Salvador Allende, une sournoise mais féroce « guerre économique » déstabilise le pays.

 

PARTIE 1

Le 18 janvier 2013, alors que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (en anglais FAO) vient de publier son rapport annuel [1], son ambassadeur Marcelo Resende de Souza visite au Venezuela un marché de Valencia (Etat de Carabobo), accompagné du vice-président de l’époque Nicolás Maduro. « Nous possédons toutes les données sur la faim dans le monde, déclare-t-il. Huit cents millions de personnes ont faim ; 49 millions en Amérique latine et dans la Caraïbe, mais aucune au Venezuela parce qu’ici la sécurité alimentaire est assurée. »[...]

La suite ci-dessous

Repost 0
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 08:19
Repost 0
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 16:26

Assange : «Les Etats-Unis se préparent à faire du Venezuela un second Irak»

Assange, WikiLeaks, Venezuela, Maduro

Les puissances occidentales sont prêtes à tout pour mettre à genoux le Venezuela. D. R.
Repost 0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 08:12

Sur Investig'action : une nouvelle rubrique

Pourquoi une rubrique sur l’Europe de l’Est?

 

L’ignorance et l’indifférence de l’Occident impérialiste vis-à-vis de l’Est périphérique est une constante historique lourde de conséquences dont les raisons sont profondes : racisme vis-à-vis de l’Europe « périphérique », séquelles de la vision féodale du monde dans laquelle les habitants de l’Est restent d’éternels « moujiks barbarisés », retombées de la propagande anti-communiste intense des médias occidentaux pendant trois générations et qui continue sous une forme à peine transformée…

[...]

La suite ci-dessous:

 

Repost 0
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 12:00

 

           Il y a 15 ans, la plupart des anticapitalistes de France et d'Europe, désolés de la dégénérescence des partis communistes et de Gauche dans leurs pays, ne pouvaient que se réjouir de l'exception latino-américaine: un peu partout sur ce continent, que semblait avoir épargné la contre-révolution ultra-libérale déferlant sur le monde du XXIème siècle, naissaient des régimes anti-impérialistes au service des plus pauvres, du Venezuela de Chavez au Brésil de Lula, de l'Equateur à la Bolivie, etc... Toutes ces expériences anti-capitalistes semblaient en plus capables d'éviter les erreurs répressives du " socialisme réel " défunt, marier la démocratie sociale et le suffrage universel. Certains camarades s'enflammèrent même au point de prôner la création d'une Cinquième Internationale régénérée, dont le centre eut été Caracas, et nous étions quelques-uns au risque de passer pour timorés, à dire l'illusion d'un " nouveau modèle " de socialisme, alors que celle cultivée au XXème siècle à l'égard de l'URSS a coûté si cher aux partis communistes. Car cet engouement sans réserves oubliait que ces expériences latino-américaines, si positives qu'elles soient pour les pays concernés ( éradication de la pauvreté prolétarienne, développement sanitaire et culturel, etc ) reposait presque exclusivement sur la redistribution, enfin, des bénéfices engrangés par l'Etat grâce à la flambée des prix du pétrole et des matières premières, lié au contexte mondial ( forte demande de la Chine, etc... ). Car, même si les succès électoraux répétés le cachaient, des aspects négatifs persistaient : personnalisation du pouvoir, corruption parfois, et surtout, incapacité politique d'aller vers la diversification des ressources de l'Etat, et vers l'autosuffisance alimentaire et industrielle de la nation.

                À partir de 2010, ces difficultés sont devenues dramatiques, du fait de l'effondrement des prix du pétrole et des matières premières, dû d'abord et avant tout a la volonté de l'impérialisme des USA et de leurs alliés qui contrôlent les marchés mondiaux. C'était pour EUX le moyen de détruire les régimes d'inspiration socialiste d'Amérique, Venezuela, puis Cuba. Cela ne pouvait manquer de déstabiliser l'économie à Caracas, à Rio, et ailleurs, d'y provoquer des pénuries quotidiennes, avec l'aide d'une bourgeoisie locale restée très influente, grâce à ses relais bien placés dans les médias, dans les entreprises, le personnel politicien, les Universités, etc... Cette offensive de l'impérialisme et des bourgeoisies locales a réussi à basculer les régimes " de gauche " au Brésil et en Argentine. Il est presque miraculeux que cette opération de retour au Capitalisme ultra-libéral n'ait pas pour l'instant réussi au Venezuela, alors que l'opposition au régime " bolivarien " a tout essayé, de l'insurrection militaire aux émeutes de rue, en passant par l'escroquerie " démocratique " d'une consultation contrôlée par elle seule. Depuis plusieurs semaines, ces opposants que les médias français baptisent "démocrates", font tout ce qu'ils peuvent pour empêcher la consultation au suffrage universel du 30 juillet, pour désigner de façon pluraliste les représentants du peuple vénézuélien à l'Assemblée Constituante, en détruisant les bureaux de vote par la force, quitte à brûler de temps en temps un policier ou un militant pro-Maduro au cocktail Molotov. Ces émeutiers armés, inspirés par l'extrême-droite ukrainienne, n'ont pas réussi malgré cela à empêcher plus de huit millions d'électeurs à venir voter. L'avenir dira si la droite pro-étatsunienne parviendra à ses fins, comme elle le fit à Kiev, avec la caution des dirigeants politiques et des télévisions occidentales et notamment françaises, ou si le peuple vénézuélien trouvera la force unitaire de sauvegarder ses acquis et de poursuivre en l'améliorant le processus révolutionnaire. Il aura besoin de l'appui sans réserve des hommes et des femmes de notre pays, qui lui a parfois manqué jusqu'ici. La "Gauche" occidentale, y compris parfois les dirigeants du PCF, n'ont pas hésité à ergoter sur les " erreurs " supposées des dirigeants chavistes, comme si elles étaient la cause première des émeutes armées des contre-révolutionnaires locaux, soutenus par Trump et ses amis. Et comme si EUX étaient en droit de jouer les donneurs de leçons à l'issue de 30 ans de trahisons opportunistes.

               Cette bataille est aussi la nôtre, nous sommes tous bolivariens, résolument.

             Pour paraphraser Aragon,

" quand le blé est sous la grêle, fou qui fait le délicat"...

                                 Francis Arzalier, le 04/08/2017

Repost 0
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 14:46

203562

Aux côtés de Donald Trump et du vice-président Pence, le sénateur d’extrême droite Marco Rubio (droite)

et Lilian Tintori – ex-speakerine d’une télévision privée au Venezuela, épouse de Leopoldo Lopez, leader

de l’extrême droite vénézuélienne, co-organisateur du coup d’État manqué contre le président Chavez

en avril 2002, condamné pour l’organisation de violences meurtrières qui ont causé la mort de 43 personnes

en 2014, et aussitôt transformé par les médias internationaux en « prisonnier politique ». Membre de

l’oligarchie vénézuélienne, formé dans une institution étroitement liée à la CIA – la Kennedy School

of Government de Harvard, il a pour mentor principal l’ex-président colombien Alvaro Uribe. Pour

une galerie non-complaisante de photos de ce « combattant de la liberté » et de ses amis paramilitaires,

voir « Venezuela : la presse française lâchée par sa source ? », http://wp.me/p2ahp2-20J

Rien de ce qui se passe dans la géopolitique mondiale n’est étranger au Venezuela. La lutte pour des territoires, des influences et des ressources entre puissances pétrolières, d’état ou privées, maintient notre pays sur le devant de la scène dans cet hémisphère, avec les États-Unis à l’offensive de par leur appui à l’opposition vénézuélienne dans leur désir de renverser le chavisme.

Exxon-Mobil derrière les plans de coup d’État

Ces trois derniers mois de violence se sont inscrits dans le cadre d’une lutte des grandes corporations énergétiques privées pour s’emparer du pétrole et des ressources naturelles sur le territoire vénézuélien. Parmi elles, Exxon-Mobil s’impose comme celle qui a le plus investi pour « le changement de régime » dans le pays.[...]

Repost 0
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 12:39

Partout en France, on marche pour la Paix !

 

Le texte de l’Appel national signé par 115 organisations :


Partout en France le samedi 23 septembre 2017, marchons ensemble pour un monde de solidarité, de justice, de liberté, d’égalité, de fraternité et de Paix !

En marche pour la paix – Stop la guerre – Stop les violences

L’aspiration des peuples à vivre ensemble en paix dans la solidarité, la justice et la fraternité est immense.
Nous sommes persuadés qu’aucune de nos différences de convictions, d’appartenance ou de sensibilités philosophiques, politiques, religieuses, syndicales ou autres ne doit faire obstacle à l’expression de cette aspiration commune.

Nous sommes révoltés face à l’augmentation incessante des dépenses militaires qui sont passées de 1.144 milliards de dollars en 2001 à 1773 milliards en 2015 (Sipri en USD taux de change 2014) et favorisent un commerce des armes immoral et dangereux, alors que le budget des Nations Unies pour les opérations de paix est de seulement 8,7 milliards et que la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des moyens importants tout comme la réalisation des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Signez l’appel « En marche pour la Paix » :

Au titre d’une association (nationale, régionale, départementale ou locale)

A titre individuel

Repost 0
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 19:34

par Viktor DEDAJ

 
 
 
 
 
 
 
Photo : Venezuela, février 1989. Les forces armées massacrent des milliers de personnes lors d’une manifestation populaire.

Au Venezuela (comme ailleurs), la différence entre une dictature de droite et une dictature de gauche est la suivante : sous une dictature de droite, les opposants "disparaissent". Sous une dictature de gauche, les opposants passent tous les soirs à la télé et dans tous les médias internationaux pour dénoncer la dictature.

Comme toujours, vous commencez par soulever un sourcil. Alors voici un test : citez-moi une seule dictature de droite. J’entends par là un régime de droite que les médias qualifient de dictature. L’Arabie Saoudite ? Raté. l’Arabie Saoudite n’est pas une « dictature » mais un « royaume », et elle n’est pas « de droite » mais « théocratique ». (*) Autre exemple ?

Vous séchez, et c’est normal.

Au Venezuela (comme ailleurs), la question de « qui est qui ? » est ignoré, sauf pour un des « qui ». Comme si le contexte n’avait aucune importance, comme si la nature de l’adversaire d’un processus ne déterminait pas le cours du processus. Annoncer 100 morts lors de manifestations sous-entend une foultitude de choses, aussi fausses les unes que les autres. Cela sous-entend que tous ces morts sont des « opposants ». Cela sous-entend qu’il n’y a aucun représentant des forces de l’ordre parmi les victimes. Ce que cela ne sous-entend pas, par contre, c’est la petite entorse à l’éthique journalistique – qui me paraît éminemment volontaire – qui consiste à ne pas trop insister sur l’identité de ces morts. Car cela démontrerait une chose : rarement un gouvernement aura fait preuve d’autant de retenue devant des violences systématiques, des violences qui cherchent à faire des victimes. Et rarement les forces de l’ordre d’une dictature (qu’elle soit instaurée ou en devenir) n’auront compté dans leurs propres rangs autant de victimes sans une réaction, disons, « déterminée ».

[...] Lisez la suite sur le site du Grand Soir

Repost 0

Articles Récents