Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 juin 2020 3 03 /06 /juin /2020 22:52

Partager cet article

Repost0
1 mai 2020 5 01 /05 /mai /2020 13:33

C’est lors du congrès constitutif de la IIème Internationale, se tenant à Paris en 1889 à l’occasion du centenaire de la Révolution française, que prend naissance l’idée d’une journée de manifestation internationale pour le 1er mai :

« Il sera organisé une grande manifestation internationale à date fixe, de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail… »

Vu sur le site de la Fédération syndicale mondiale.  Quelques images du 1er mai 2020 à travers le monde.

Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes - Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes -
Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes - Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes -
Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes - Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes - Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie -  Philippines - Athènes -

Chili - Amérique latine - Sénégal - Cheminots Versailles - Indonésie - Philippines - Athènes -

Partager cet article

Repost0
1 mai 2020 5 01 /05 /mai /2020 13:17

À l’occasion de la célébration de ce 1er mai 2020, la FSM publie aujourd’hui un hommage musical à des chansons ouvrières et militantes du monde entier.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 00:41
Entretien exclusif avec Nicolas Maduro, président du Venezuela

lundi 6 janvier 2020   |   Ignacio Ramonet
 

Dans un entretien exclusif réalisé par Ignacio Ramonet – publié en espagnol le 1er janvier 2020 – le président de la République bolivarienne du Venezuela Nicolas Maduro aborde l’ensemble des questions qui se posent aujourd’hui au sujet de son pays. Crise économique, sociale, politique, rapports avec l’opposition, tensions avec les Etats-Unis – qui entreront en campagne électorale cette année –, évolutions géopolitiques en Amérique latine et dans le monde. Sur tous ces sujets, le président vénézuélien expose ses analyses et points de vue.

Une échéance sera au coeur de l’année politique au Venezuela : l’élection législative. « Nous sommes déjà en 2020, c’est l’année où nous allons reconquérir l’Assemblée nationale du Venezuela avec le vote du peuple, pour la mettre au service de l’intérêt national » déclare Nicolas Maduro.

Lire l’intégralité de l’entretien sur le site de mémoire des luttes :http://www.medelu.org/Entretien-exclusif-avec-Nicolas-Maduro-president-du-Venezuela

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:18
L’absence (éditorial paru dans l’édition de décembre) - [Ruptures]

"Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique."

Le temps des insurrections ? Chili, Colombie, Equateur, mais aussi Hong-Kong, et bien sûr Iran, Irak, Liban, Algérie… Faut-il d’ailleurs ajouter la France, ainsi que la Finlande (où une puissante vague de grèves s’annonce) ? La tentation de l’analogie est grande. Mais elle est périlleuse, tant chaque mouvement est ancré dans des réalités historiques, économiques et sociales, culturelles et politiques propres et dissemblables.

Bien souvent, il s’agit d’incendies qui ont pris tout le monde de court. Mais les similitudes s’arrêtent là. Quel sens y a-t-il à fourrer dans le même sac les manifestants qui ont déferlé à Bogota contre un pouvoir ultra-libéral, et la jeunesse dorée de La Paz réussissant à annuler le verdict des urnes qui venait de reconduire le progressiste Evo Morales ? Ou bien les émeutiers aisés pro-occidentaux de Hong-Kong, et les révoltés de Santiago du Chili, pour qui la hausse du ticket de métro signifie le basculement dans la misère ?

Deux critères, parmi d’autres, permettent de se faire une première idée de chaque mouvement. D’une part la description qu’en proposent les médias dominants : selon que vous défilerez à Caracas pour renverser le pouvoir chaviste, ou à Bogota pour exiger un niveau de vie décent, vous serez salué avec enthousiasme, ou juste évoqué de manière distraite. Et d’autre part leur composition sociale. Ainsi, la fureur du peuple irakien s’exprime en première ligne au travers des plus démunis, notamment la classe ouvrière. Au Liban en revanche, les classes moyennes ont fait figure de moteur du mouvement.

Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique. Un manque cruel qui, objectivement, ne laisse pas beaucoup d’espoir aux révoltés. De Bagdad à Beyrouth en passant par Alger, nombreux sont ceux qui refusent même l’idée de porte-parole – ce qui n’est pas sans rappeler l’état d’esprit des Gilets jaunes. Ce rejet de la représentation est compréhensible après l’expérience de la désinvolture et des trahisons des partis politiques traditionnels. Mais elle constitue un fatal handicap. Dans aucun des pays cités – pas plus que dans l’Hexagone – ne s’esquisse une force politiquement déterminée, rigoureusement organisée et idéologiquement cohérente susceptible de porter des perspectives de rupture.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 17:14
La Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) confirme l’obligation de l’étiquetage des produits des colonies israéliennes

Communiqué du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens

La mobilisation internationale contre l’occupation des territoires palestiniens par Israël avait abouti à une réglementation européenne en octobre 2011 qui imposait l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes des territoires occupés depuis 1967. L’application de cette réglementation par le ministre français de l’Économie et des Finances avait été contestée devant le Conseil d’État par une société israélienne située dans une colonie et l’Organisation juive européenne (relais de la politique israélienne en Europe). Cette plainte ayant entraîné la suspension de l’application de la réglementation européenne en France, l’affaire a été renvoyée devant la Cour de Justice de l’Union européenne(CJUE) qui a rendu sa décision le 12 novembre.

Elle confirme le règlement européen de 2011 dans un souci de protection des consommateurs afin d’éviter qu’ils ne puissent pas être induits en erreur quant au fait que « l’État d’Israël est présent dans les territoires concernés en tant que puissance occupante et non pas en tant qu’entité souveraine ». Elle souligne également que les colonies de peuplement sont installées dans certains des territoires occupés par l’État d’Israël « en violation des règles du droit international humanitaire ».

Cette victoire sur le plan européen est un premier pas pour interdire l’importation en Europe de tous les produits des colonies israéliennes installées dans les territoires palestiniens.

Dans l’immédiat, le collectif demande au gouvernement français de mettre en œuvre cette décision de la CJUE sur l’étiquetage des produits des colonies israéliennes, de contrôler son application et d’instaurer des sanctions contre les opérateurs économiques en cas de non-respect.

Le collectif appelle à poursuivre et intensifier la mobilisation pour le retrait de l’État d’Israël des territoires palestiniens occupés depuis 1967.

La suite et les signataires sur le site de l'AFPS :http://www.france-palestine.org/La-Cour-de-Justice-de-l-Union-europe%CC%81enne-CJUE-confirme-l-obligation-de-l

 

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 16:57

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 00:53
Jean-Michel HUREAU

Trois jours seulement après avoir exigé la démission du président légitimement élu, Evo Morales, le général William Kaliman s’est installé aux Etats-Unis après avoir reçu 1 million de dollars, en échange de ses bons et loyaux services, de la part de l’attaché commercial de l’ambassade des Etats-Unis à La Paz, Bruce Williamson.

La même somme a été remise à tous les autres commandants militaires et seulement 500 000 dollars, les pauvres, aux hauts dirigeants de la police, tous partis aux Etats-Unis. C’est Bruce Williamson qui a été chargé de les contacter et de coordonner les actions qui ont mené au coup d’Etat, entre la mutinerie de la police et l’inaction de l’armée. La sénatrice auto-proclamée présidente, Janine Añez s’est empressée de nommer d'autres commandants en remplacement des fuyards, en évitant ainsi toute enquête immédiate des instances locales et internationales. Comme par hasard, la majorité d’entre eux viennent des provinces de Santa Cruz, Beni et Oriente qui sont, traditionnellement, les foyers les plus réactionnaires et d’où sont nés la plus grande partie des coups d'Etat dans ce pays qui en compte presque plus que d’années d'indépendance. Les nommés sont : Pablo Arturo Guerra Camacho, Commandant en chef d’Etat-major des Forces Armées Iván Patricio Inchausti Rioja, Commandant de l’Armée de Terre Ciro Orlando (...) Lire la suite  sur le site "Le Grand Soir"»
 

 

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2019 3 11 /09 /septembre /2019 15:14

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 09:36
La Campagne BDS France à la fête de l’Humanité 2019

Partager cet article

Repost0

Articles Récents