Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 00:20

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Les États-Unis sont le seul pays du monde où un mineur peut être condamné à vie.

Les États-Unis sont le seul pays du monde où un mineur peut être condamné à vie.

Partager cet article
Repost1
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 20:45
Les États-Unis, menace principale pour la paix - et pour la santé publique Les États-Unis, menace principale pour la paix - et pour la santé publique

par Gilles Questiaux

Note du 3 avril 2020 :

Loin d'être l'occasion d'une trêve pour les Docteur Folamour de Washington, la pandémie du Covid-19 semble être pour eux une occasion d'escalade. Elle soumet le système de santé américain, et même ses forces armées, à un stress extrême et les responsables sont tentés de fuir leurs responsabilités gravissimes, par la provocation, l'agressivité diplomatique et la fuite en avant militaire. Les cibles ne manquent pas : Cuba, et tout pays acceptant son aide médicale, Venezuela, Iran, Russie, Chine, Syrie, Corée, etc. (même le Mexique!).

Note du 30 novembre : Joe Biden s'annonce encore pire que Trump sur les questions internationales, si c'est possible.

Note du 17 juillet 2021 : la dangerosité de l'administration Biden se confirme chaque jour, uniquement tempérée par l'état problématique des forces armées américaines qui sont à la fois surfinancées et mal équipées pour une vraie guerre contre un véritable adversaire.

 

GQ , 13 août 2017, relu et mis à jour le 7 novembre 2021

La guerre mondiale, qui la veut?

Le danger de guerre actuel provient exclusivement des États-Unis qui ont obtenu leur hégémonie mondiale en gagnant les trois précédentes (on peut considérer la Guerre froide en comptant les conflits localisés qui l’ont accompagnée (Corée, Viet Nam, Proche Orient, Afrique, etc.) comme la troisième), et qui sont tentés de la conserver en s’engageant dans une quatrième.

Aucune autre puissance n’est en mesure de menacer la paix. Le terrorisme, notamment, n’est qu’un instrument au service des États-Unis, soit un allié direct comme en Syrie, soit un adversaire idéal qui ne présente aucun danger réel, et qui joue son rôle dans la mise en condition militaire des peuples occidentaux, et leur acceptation tendancielle, au rebours de leurs valeurs individualistes, d’un État policier et d’une société de surveillance et de fichage généralisés.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 18:02

"Imaginez que la Chine ou la Russie demandent l’extradition d’Assange ou de tout autre opposant. Cela déclencherait immédiatement une tempête politique dans tous les parlements du monde occidental et les médias nous offriraient la visite guidée du système carcéral inhumain de ces pays. On ne parlerait pas alors de prison extrême mais d’un système de détention. Inévitablement, le terme goulag serait utilisé, en référence au système pénitentiaire de l’Union soviétique de Staline. Et oui, il y aurait des menaces de boycott, de sanctions et d’autres mesures coercitives. Pourquoi les États-Unis, le pays avec la plus grande population carcérale au monde, continuent d’échapper à cette qualification (et donc au boycott économique ou politique et aux sanctions) ? Voilà qui reste un mystère, ou alors peut-être pas du tout."

La décision de la Cour suprême de Londres du 10 décembre 2021 n’a pas surpris. Sur la base des garanties étasuniennes, deux juges ont annulé le verdict d’un tribunal inférieur qui empêchait l’extradition en janvier vers les États-Unis du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. La juge Vanessa Baraitser avait alors jugé que l’extradition d’Assange et son éventuel placement dans une prison à sécurité maximale (supermax) et/ou sous un régime de Mesures Administratives Spéciales (SAM) risquaient de le pousser au suicide, compte tenu de son état mental fragile. Sur l’essentiel, à savoir le droit de divulguer des documents classifiés sur le mépris de la vie humaine, la corruption, les mensonges et les innombrables crimes de guerre étasuniens commis dans la guerre contre le terrorisme, la juge avait accepté la demande d’extradition des EU.

Ce n’était donc qu’une question de report. Sans le vouloir, le premier verdict représentait pourtant un aveu sans précédent de l’horreur du système étasunien d’isolement des prisonniers mais il était certain que les autorités se précipiteraient pour présenter des garanties. Les États-Unis ont en effet assuré à la Cour suprême britannique qu’Assange serait traité avec humanité et qu’il ne serait pas soumis aux mesures extrêmes susmentionnées (« à moins, ont-ils ajouté cyniquement, qu’il commette un acte à l’avenir rendant ces mesures nécessaires »). L’extradition peut donc avoir lieu.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 17:34

Le pays de la liberté détient 22 % des prisonniers du monde.

Treize faits hallucinants sur les prisons américaines

par

Dans quelques minutes, vous aurez envie d’abolir les prisons. Si vous n’êtes pas prêt pour cette transformation intellectuelle et émotionnelle, alors arrêtez tout de suite de lire cet article, ou allez mettre une veste Thundershirt pour vous calmer.

Si vous avez grandi aux États-Unis, comme moi, vous pensez probablement que les prisons font partie de la vie en société. Nous vivons au jour le jour en supposant qu’une grande partie de notre population doit être composée de grands criminels (ce qui est très différent des criminels endurcis : des voyous impliqués dans des cambriolages et excités à l’idée d’y participer) et que sans les prisons, ces délinquants courraient partout, casseraient tout, donneraient des coups de pied aux écureuils et urineraient sur la fenêtre de votre voiture lorsque vous attendez au feu rouge. Nous supposons simplement que les prisons existent depuis toujours, comme si à l’époque des hommes des cavernes, on avait posé un mur dans une grotte et on y avait ajouté des bâtons ainsi que des lianes pour y enfermer Blartho, parce que c’était un véritable enquiquineur.

[...]

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 17:14


La plateforme numérique d’hébergement Airbnb a payé une amende infligée par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) des États-Unis pour avoir accepté des invités à Cuba et enfreint les sanctions sur l’île. La société de tourisme a accepté les paiements des Nord-Américains qui se sont rendus dans le pays des Caraïbes en dehors des 12 catégories autorisées par la Maison Blanche. Le département du Trésor, auquel appartient l’ OFAC, a rapporté dans un communiqué qu’Airbnb avait accepté de payer 91 000 dollars pour régler sa responsabilité civile potentielle pour la violation apparente.

L’ancien conseiller à la sécurité nationale du président Barack Obama (2009-2017) Ben Rhodes a qualifié l’amende de « stupide, contre-productif et trumpien » pour avoir refusé aux Américains la possibilité de fournir directement des revenus aux Cubains et d’établir des liens avec ce peuple. Depuis 2015, l’entreprise a lancé ses services à Cuba, mais les mesures restrictives adoptées par la suite pendant le mandat du président de l’époque, Donald Trump (2017-2021) et maintenues sous l’actuelle administration Joe Biden, limitent la portée de ses activités.

2021 s’est conclue pour La Havane avec le blocus de Washington intensifié avec les 243 dispositions adoptées par Trump pour étouffer la plus grande des Antilles, dont 55 en pleine pandémie de covid-19. Dans sa campagne électorale, Biden a assuré qu’il annulerait les sanctions du républicain qui nuisent aux familles cubaines, rétablirait les voyages et réglerait les problèmes d’intérêt mutuel avec le gouvernement du pays des Caraïbes. Cependant, la politique hostile reste intacte.

Lu sur Cuba Coopération France

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 15:29
Mikhail Metzel/Sputnik, Kremlin/APLe président russe Vladimir Poutine rencontre le président Joe Biden par vidéoconférence dans la résidence Bocharov Ruchei à Sotchi, en Russie, le 7 décembre 2021. La réunion s’est tenue en réponse au renforcement des troupes russes le long de la frontière ukrainienne, dont certains craignent qu’il ne soit un précurseur d’une invasion russe du pays.

Mikhail Metzel/Sputnik, Kremlin/APLe président russe Vladimir Poutine rencontre le président Joe Biden par vidéoconférence dans la résidence Bocharov Ruchei à Sotchi, en Russie, le 7 décembre 2021. La réunion s’est tenue en réponse au renforcement des troupes russes le long de la frontière ukrainienne, dont certains craignent qu’il ne soit un précurseur d’une invasion russe du pays.

 
Voici un article qui a le mérite de trancher sur les âneries dont nous abreuvent nos médias, il le fait sans mettre en cause l’hypothèse de la pression armée de Poutine, alors que celui-ci la nie. Mais son auteur pose relativement clairement les termes de l’affrontement face aux rodomontades de ceux qui se prennent pour le “monde libre” tout puissant.  La nouveauté est qu’ils font face à des gens qui n’acceptent plus leur menace permanente,la force de la Chine alliée à la Russie change la donne. Notez qu’il y a au moins un précepte de Mitterrand que, selon une conception bourgeoise de la tactique, les adversaires mettent en oeuvre : “celui qui sort de l’ambiguïté le fait à ses dépends”. Bourgeoise parce qu’une des bases de la diplomatie socialiste, celle de l’URSS, de la Chine , de Cuba est de ne pas tout dire mais de dire la vérité sur le fond. D’abord pour leurs peuples, pour avoir la paix et pour cela il faut forcer l’autre à sortir de l’ambiguïté dans laquelle il exploite et menace sous couvert de grands sentiments. De ce point de vue Lavrov est souvent soviétique. Dans ce cas, ce qui parait vraisemblable c’est que quelques pays européens et les Etats-Unis ont lancé une opération visant à intégrer l’Ukraine dans l’OTAN; alors que tout était calme, comme ont tenté de protester les Russes, en vain. Alors le gouvernement russe a décidé qu’il était temps d’utiliser la situation que les occidentaux avaient créée pour exiger des engagements clairs concernant l’OTAN. On peut imaginer qu’ils se sont dit : "Puisqu’ils veulent croire à la menace russe au moins que ça serve à quelque chose"… (note et traduction de Danielle Bleitrach)

13 décembre 2021

Le cliquetis du sabre russe fait parler l’Occident. Un accord avec l’OTAN est-il le prochain ? – CSMonitor.com

MOSCOU

Le destroyer USS Ross de la marine américaine en route vers la mer Noire, à Istanbul, en Turquie, le 26 juin 2021. YORUK ISIK / REUTERS

L’expansion continue de l’OTAN en Europe de l’Est et dans les anciens pays soviétiques est une question amère pour Moscou depuis près de 30 ans.

Le Kremlin a vu tous les alliés du Pacte de Varsovie de l’ex-Union soviétique et trois anciennes républiques soviétiques rejoindre l’OTAN, tandis que la ligne de front entre l’OTAN et la Russie s’est déplacée d’environ 600 miles vers l’est. Les Russes affirment, avec des preuves considérables,que l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a reçu de fortes assurances verbales que l’OTAN ne se déplacerait « pas d’un pouce » vers l’est.

Maintenant, Vladimir Poutine semble croire qu’il est enfin temps de le mettre par écrit.

POURQUOI NOUS AVONS ÉCRIT CECI

En renforçant les troupes russes près de l’Ukraine, le Kremlin a fait pression sur l’Occident pour qu’il soit enfin question de l’expansion de l’OTAN. Maintenant, au milieu d’une vague d’échanges diplomatique, Moscou a l’impression que la Russie va enfin être entendue .[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 00:06
Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.
Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.

Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.

Il a été attribué à deux journalistes à la tête des journaux russe « Novaïa Gazeta » et philippin « Rappler ».

L'académie dit les récompenser pour « leur combat courageux pour la liberté d’expression ». Il s’agit du premier prix Nobel de la paix à récompenser la liberté d’information en tant que telle.

Julian Assange que la justice de Ben Johnson travaille à livrer aux faucons US ne bénéficie pas de la même mansuétude.

Pourtant ce qui met en fureur les gouvernements des USA ne relève-t-il pas plus encore du combat mondial pour la paix ?  Il semblerait que pour J. Assange la paix ait un prix qu'il paie au plus fort : celui de  sa liberté.

Canaille Lerouge

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 00:10
photo : Annalena Baerbock

Le cœur de l’empire américain est sa domination de l’Europe, directement par le biais de l’OTAN et indirectement par un réseau de traités, d’institutions et d’organisations d’élite qui élaborent un consensus politique et sélectionnent les futurs dirigeants des pays européens. L’influence américaine omniprésente a entraîné une détérioration radicale des relations entre les pays d’Europe occidentale et la Russie.

[...]

La suite sur le site "Le Grand Soir" :

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 17:54
 Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, et Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, et Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

Cet article du Berliner Zeitung (berliner-zeitung.de)  est un des plus explicites sur la situation réelle en Europe. Bizarrement l’invraisemblable campagne électorale française semble l'ignorer totalement alors que, comme l’explique l’article, la quasi totalité des Russes sont convaincus de l’imminence d’une guerre qu’ils ne veulent pas et ils supplient l’occident de reconnaitre l’existence d’une ligne rouge à ne pas franchir et de négocier un cadre contraignant avec l’OTAN pour éviter cette guerre. A cette angoisse russe, il faut ajouter d’autres dimensions, comme son active diplomatie vers l’Inde, l’Asie centrale dans le cadre d’un partenariat renforcé avec la Chine (notons que dans ce grand jeu asiatique, comme en Afrique la Turquie joue le double jeu de ses ambitions avec ou contre l’Otan). Comment ignorer la dernière provocation stupide des USA d’un boycott diplomatique (pas de représentants du gouvernement) face auquel La Chine a exprimé sa colère mardi après l’annonce par les Etats-Unis au nom de la défense des droits de l’Homme ? Les Etats-Unis enverront leurs athlètes mais aucun représentant diplomatique aux JO de 2022 en raison des violations des droits de l’Homme, et l’Europe hésite à faire de même. Le tout en tentant d’entraîner les autres nations asiatiques comme le japon, la Corée du sud et l’Inde dans un pseudo groupe de lutte pour les droits de l’homme. Là encore la campagne électorale française devient une pitrerie. A propos de la réalité des menaces auxquelles la France et l’UE sont soumises, je dois dire que le seul qui a soulevé le problème est ce pitre fascisant de Zemmour qui propose la sortie de l’OTAN dans un interview par ailleurs totalement provocateur, c’est dire où en est le débat public en France… et en quoi les procédures démocratiques électorales manifestent leur inadaptation, mais nous y reviendrons. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

La Russie veut un traité avec l’OTAN sur l’élargissement orienté vers l’Est. Si cela ne se produit pas, Moscou voit un réel danger de guerre en Ukraine.

Michael Maier, 5.12.2021 –

Le président américain Joe Biden et le chef de l’Etat russe Vladimir Poutine veulent organiser un sommet vidéo mardi, selon les informations du Kremlin. La conversation est prévue pour la soirée (heure locale de Moscou), a annoncé samedi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La durée de l’échange sera déterminée par les présidents eux-mêmes, a déclaré Peskov, selon les agences de presse russes. Le sommet entre les deux présidents est destiné à contribuer à atténuer la crise ukrainienne. Moscou critique la présence massive de l’OTAN en Ukraine, Washington met en garde contre le déploiement de troupes russes à la frontière ukrainienne. L’Ukraine craint même une invasion russe. Lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères à Stockholm, Anthony Blinken et Sergueï Lavrov ont parlé de la crise.

La suite et l'article du Berliner Zeitung ci-dessous :
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 17:32

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1

Articles Récents