Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 11:16
 Novembre 2020 - Un quartier populaire de Dieppe • © Bruno Belamri / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)

Novembre 2020 - Un quartier populaire de Dieppe • © Bruno Belamri / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)

Dans plusieurs départements, des dizaines de maires ont signé une lettre adressée au président de la République pour alerter sur la situation dans les quartiers défavorisés.

Parmi les élus locaux signataires de cette lettre il y a Nicolas Langlois, le maire de Dieppe, très attentif à la situation difficile vécue par de nombreux habitants de sa commune de Seine-Maritime :
"Le confinement, il n'est pas le même pour tout le monde. La crise sanitaire elle a des conséquences humaines et économiques très fortes  qui aggravent les inégalités et encore plus  fortement dans les quartiers populaires."

L'article intégral ci-dessous, sur Fr3 Normandie :

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 15:13

Source : Bi.team
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Alors que le Royaume-Uni entre dans son deuxième confinement national, une lumière a émergé dans un petit pays d’Europe centrale. Le week-end dernier, la Slovaquie a testé 3,6 millions de personnes pour le coronavirus, soit 97% de la population éligible (personnes âgées de 10 à 65 ans).

L’objectif était d’identifier le plus grand nombre possible de cas positifs et de les mettre à l’isolement – et ce afin d’éviter la mise en place d’un confinement en Slovaquie. Cette idée pourrait aider à atteindre le compromis consistant à sauver des vies tout en préservant les modes de vie.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 12:17

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), rattachée au ministère de la Santé atteste que, "la baisse de 69.000 lits d’hospitalisation complète entre 2003 et 2017 est établie". ( Source LCI)

Le but : baisser les dépenses publiques, objectif réclamé dans toutes les recommandations annuelles du conseil européen ( alias la "commission européenne", gouvernement autocratique de l'UE ). Les gouvernements successifs ont donc, en France, diminuer les budgets de l'hôpital public : selon les syndicats hospitaliers, "la baisse est de 10% sur 10 ans, 8,4 milliards d'euros !"

Le personnel hospitalier, ainsi que les malades du Covid-19 en paient le prix aujourd'hui.

YG

Alors que la seconde vague frappe la métropole du Havre plus fort qu’ailleurs en Normandie, les soignants de l’hôpital Monod tirent la sonnette d’alarme sur l’épuisement qui se fait sentir dans les services mobilisés face au Covid-19.(©Illustration Adobe Stock)

Alors que la seconde vague frappe la métropole du Havre plus fort qu’ailleurs en Normandie, les soignants de l’hôpital Monod tirent la sonnette d’alarme sur l’épuisement qui se fait sentir dans les services mobilisés face au Covid-19.(©Illustration Adobe Stock)

Alors que Le Havre connaît une importante recrudescence des hospitalisations pour Covid-19, les syndicats alertent sur la situation des soignants, en première ligne dans la crise.

« Il y a une grande tension sur les médicaux et paramédicaux. Aujourd’hui, les collègues répondent présents, mais ils souffrent. » Alors que la seconde vague de Covid-19 semble frapper plus durement l’agglomération du Havre (Seine-Maritime) que la première, le syndicat Sud a tiré la sonnette d’alarme lors d’une conférence de presse donnée jeudi 5 novembre 2020, pour alerter quant à la situation des soignants à l’hôpital Jacques-Monod.

La suite sur le site d'actu-76 :

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 16:41
«Santé en danger, vite des cours en demi-groupe !», réclament les enseignants en grève du lycée Monet. (Photo LB/PN)

«Santé en danger, vite des cours en demi-groupe !», réclament les enseignants en grève du lycée Monet. (Photo LB/PN)

Au lycée Claude-Monet, le mouvement de grève commencé lundi 2 novembre 2020 s’est poursuivi le lendemain. Des enseignants demandent un dédoublement des classes pour améliorer les conditions sanitaires, en ces temps de pandémie de Covid-19.

"Le proviseur du lycée n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations." écrit la journaliste.

Ci-dessous l'article intégral dans Paris-Normandie :

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 23:31

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 17:45

RT france

Des dizaines de lycéens se sont réunis devant le lycée Colbert à Paris pour demander la fermeture de leur établissement en l'absence de protocole sanitaire renforcé. Un rassemblement qui a donné lieu à des affrontements avec la police.

De violentes confrontations se déroulent depuis le matin du 3 novembre 2020 devant le lycée Colbert du Xe arrondissement de la capitale. Des dizaines d’étudiants protestent contre la gestion de la pandémie. Les lycéens demandent «la fermeture des établissements tant qu’un véritable protocole sanitaire ne sera pas mis en place», rapporte le journaliste de RT France Charles Baudry présent sur place.

Lors de ce rassemblement, un journaliste a été gazé alors qu’il filmait les lycéens venus protester. Sur la vidéo mise en ligne par une journaliste de Sputnik, on peut entendre la personne qui filme parler aux policiers : «On va aller de l’autre côté.» Un membre des forces de l'ordre dit à son collègue «écrase-les, tant pis». L’une des personnes présentes demande au policier : «Pardon ? Répétez». Un policier use alors de sa bombe lacrymogène. Son collègue l'encourage : «Non, non, mais gaze-les si ça continue, allez, allez». Le journaliste Clément Lanot est visé en plein visage pendant plusieurs secondes. [...]

Vu sur canempechepasnicolas

Lire la suite sur RT : https://francais.rt.com/france/80315-paris-lyceens-manifestent-contre-ouverture-etablissements-confinement

Des dizaines de lycéens se sont réunis devant le lycée Colbert à Paris pour demander la fermeture de leur établissement en l'absence de protocole sanitaire renforcé. Un rassemblement qui a donné lieu à des affrontements avec la police. De violentes confrontations se déroulent depuis le matin du 3 novembre 2020 devant le lycée Colbert du Xe arrondissement de la capitale. Des dizaines d’étudiants protestent contre la gestion de la pandémie. Les lycéens demandent «la fermeture des établissements tant qu’un véritable protocole sanitaire ne sera pas mis en place», rapporte le journaliste de RT France Charles Baudry présent sur place.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80315-paris-lyceens-manifestent-contre-ouverture-etablissements-confinement
Paris : des lycéens manifestent contre l'ouverture des établissements en période de confinement

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80315-paris-lyceens-manifestent-contre-ouverture-etablissements-confinement
Paris : des lycéens manifestent contre l'ouverture des établissements en période de confinement

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80315-paris-lyceens-manifestent-contre-ouverture-etablissements-confinement
Paris : des lycéens manifestent contre l'ouverture des établissements en période de confinement

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/80315-paris-lyceens-manifestent-contre-ouverture-etablissements-confinement

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 15:27

En septembre 2019, la Caisse Nationale d'assurance maladie exigeait 170 millions d'euros d'économie sur les analyses médicales sur 3 ans ...

Prévoyants les technocrates aux ordres de Bruxelles ...

Santé - Economies exigées par Bruxelles - Déjà en 2019 la Caisse Nationale d'Assurance Maladie exigeait 170 millions d'économies sur les analyses médicales - Les salariés s'étaient mis en grève

22 octobre 2019.

C'était le 23 septembre dernier, les syndicats avaient appelé à une grève partielle d’une durée d’une semaine. Un mouvement très suivi en Guadeloupe. Une pétition qui tournait dans toute la France et l'Outre-mer a recueilli plus de 300 000 signataires. 

Mais, malgré tout, cela n'a rien changé face à la position de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM). Cette dernière reste ferme sur sa proposition : une baisse de financement de plus de 10% sur 3 ans. Autrement dit 170 millions d’euros d’économies à réaliser en 2020.

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 13:45
La fameuse soirée qui fait polémique. - DR

La fameuse soirée qui fait polémique. - DR

Le hall de l'Agora, le siège administratif du CHU de Poitiers, a été privatisé jeudi soir dans le cadre d'un congrès de professionnels de la restauration hospitalière. Un dîner réunissant une petite centaine de convives qui ne passe pas du côté de la CGT dans le contexte sanitaire actuel.[...]

"Il est demandé à chacun de faire des efforts afin d'éviter la propagation de la Covid-19. Pourquoi avoir autorisé une telle garden party avec un DJ en plus dans des locaux d'un établissement de santé public ? Ce sont des agents de l'hôpital qui ont effectué le service. C'est un manque de respect vis-à-vis du travail que tout le personnel a fourni depuis le début de la crise sanitaire" - Christophe Boutet, responsable CGT et salarié à l'hôpital depuis plus de trente ans. 

Source : France Bleu Poitiers.  Voir le lien ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 05:20

"Très peu de réactifs sont fabriqués en France et en Europe. Nous devons ainsi aller nous fournir en Chine, en Corée du Sud et aux Etats-Unis." [Marianne]

François Bayrou, nommé récemment haut-commissaire au plan a déclaré le 22 septembre : « Lorsque les intérêts privés contredisent l'intérêt général, alors il y a un devoir de la puissance publique […] de les prendre en charge ». 

Chiche ! Il est grand temps.  Le tout est de savoir quel parti prendra ce grand européiste de Bayrou quand l'intérêt général sera contredit par les orientations de la commission de l'UE.  Car quelle autre solution que de nationaliser l'industrie pharmaceutique peut-on prendre quand il est impératif de protéger la santé des Français contre la logique financière des grandes multinationales de la santé ?  Tout autre solution ne serait que passagère tant le capitalisme est fort peu patriote, fort peu écolo, fort peu socialement responsable dès lors qu'il s'agit de satisfaire les appétits des actionnaires. YG. 

MANQUE DE REACTIFS ?

MANQUE DE REACTIFS ?

Marianne : Les retards dans l'obtention des résultats des tests de dépistage du Covid-19 se multiplient. L'origine de ces délais tient principalement sa source dans la pénurie de réactifs à laquelle font face les laboratoires​. En cause, la fabrication de ces produits à l'étranger, dénonce Lionel Barrand, président du syndicat national des jeunes biologistes.

Les tests sont-ils les nouveaux masques ? Une petite musique monte depuis plusieurs semaines : la France ferait face à une pénurie, ou du moins une tension, sur les réactifs – ces produits chimiques nécessaires à l'analyse des tests PCR. Le 8 septembre, le syndicat national des jeunes biologistes médicaux alertait sur la situation par voie de communiqué. "Certains fournisseurs de réactifs n'arrivent pas à suivre et de nombreux laboratoires sont en pénurie de réactifs et donc menacés d'arrêter toutes activités PCR Covid", écrivaient-ils. Une situation qui expliquerait, entre autres, pourquoi les files d'attente ne dégrossissent pas devant les laboratoires des métropoles, mais aussi pourquoi les résultats tardent souvent à arriver. Plus d'une semaine après, rien n'a changé selon Lionel Barrand, le président du syndicat. Explications.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 05:44
Manifestation en 2018

Manifestation en 2018

Pas mal comme prime Covid pour une première de cordée.  Pas sûr que les premiers et premières de corvée des Maisons de retraites et Ehpad Korian,  aides-soignantes, infirmières ... bénéficient de la même générosité.  Le monde d'après n'était qu'un mirage.  Le monde capitaliste des spéculateurs est bien de retour. YG

Actionnaires :

Actionnaires 23,71 % Predica ;
13,84 % Investissements PSP (Office d'Investissement des Régimes de pensions du secteur public)
6,49 % Malakoff Médéric Assurances
55,96 % flottant2.

Source Wikipédia :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Korian

 

La directrice générale de l'exploitant de maisons de retraite, Sophie Boissard, a cédé 11.340 titres sur le marché le 28 août dernier. En Bourse, les analystes sont partagés sur l'action Korian.

La directrice générale de Korian, Sophie Boissard, a vendu 11.340 actions le 28 août 2020 à 33 euros l'unité, selon la déclaration faite à l'Autorité des marchés financiers. Soit un montant global de 374.220 euros. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0

Articles Récents