Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 23:11
Un délégué syndical menacé de sanctions - En soutien à leur collègue, ces salariés de l’hypermarché Leclerc de Saint-Pierre-lès-Elbeuf ont manifesté

Une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous, dès 8 h 30 mardi 7 juillet, devant l’entrée de l’hypermarché Leclerc de Saint-Pierre-lès-Elbeuf.

Un rassemblement qui a reçu l’appui de plusieurs sections syndicales extérieures à celle des employés de l’enseigne, organisé par les représentants du syndicat CGT. Il a eu lieu au moment où Sébastien David, délégué syndical et élu au CSE (comité social et économique), était reçu par sa direction pour un entretien préalable à sanction.

« On me reproche d’avoir été grossier lors d’un entretien au cours duquel j’assistais une salariée représentante du personnel victime de discrimination syndicale depuis un an », explique Sébastien David.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 14:40

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 15:52

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 09:53
Usine de Renault Sandouville

Usine de Renault Sandouville

Chiens de garde venus aux secours des actionnaires de Reanult au mépris de la santé des salariés
Chiens de garde venus aux secours des actionnaires de Reanult au mépris de la santé des salariésChiens de garde venus aux secours des actionnaires de Reanult au mépris de la santé des salariés

Chiens de garde venus aux secours des actionnaires de Reanult au mépris de la santé des salariés

Fermeture de Renault Sandouville

Vous trouverez ci-joint l’ordonnance de référé qui impose sous astreinte l’arrêt de la reprise d’activité sur le site de RENAULT SANDOUVILLE. Cette décision du tribunal judiciaire du Havre, saisi par la CGT, va bien plus loin que l’ordonnance concernant AMAZON qui se limitait à la question de la mise à jour de l’évaluation des risques en y associant les représentants du personnel. L’ordonnance concernant le site Renault Sandouville, réaffirme que le projet de redémarrage de l’activité sur le site constitue un projet important nécessitant une consultation du CSE et non une simple information, que les représentants du personnel doivent avoir communication de l’ensemble des éléments nécessaires ce qui n’a pas été le cas en l’espèce, raison pour laquelle le juge des référés a annulé la réunion du CSE et suspendu le projet de reprise d’activité. Le juge des référés impose aussi la consultation préalable du CSE sur les équipements de protection individuelle, la formation des salariés. Par ailleurs, l’ordonnance impose concernant les interventions des sous-traitants sur le site de modifier tous les plans de prévention après la réalisation d’inspection préalable commune en présence des représentants du personnel. 

Cette décision doit constituer un point d’appui important pour toutes les équipes syndicales CGT de milliers d’usines ou d’entreprises où l’activité reprend sans consulter correctement les représentants du personnel et sans prendre toutes les mesures de prévention nécessaire. Elle démontre une nouvelle fois l’utilité de saisir directement les juges des référés dans une période où l’inspection du travail reste muselée par Mme PENICAUD et où le protocole nationale de déconfinement du Ministère du travail est complètement muet sur les obligations de l’employeur de consulter les représentants du personnel.

Partager cet article

Repost0
22 avril 2020 3 22 /04 /avril /2020 23:01

Lettre d’un non-héros du quotidien

Depuis le début de la crise, les postiers subissent un lynchage médiatique, accusés de ne pas assez se sacrifier pour l’effort de « guerre ». Lettre d’un postier grenoblois à la presse.

Je suis postier en CDI, et je continue de bosser pendant le confinement. Le 28 mars dernier, Le Daubé (surnom du quotidien régional Le Dauphiné Libéré) a publié un grand article, pour une fois non signé et énervé, intitulé « Quand La Poste vous prive de votre journal  ». Et tous les journaux se sont passé le mot criant à une « rupture de service public préjudiciable à l’information et aux entreprises » et critiquant le choix de la direction de La Poste de ne distribuer le courrier pendant le confinement plus que trois jours par semaine, les mercredis, jeudis et vendredis. Pour rajouter au drame les journaux interrogeaient des retraités émus de ne plus pouvoir lire leur journal le matin. Puis la télévision a emboîté le pas, même TF1 était outrée par les fermetures de nombreux bureaux de Poste et les pauvres retraités qui ne peuvent plus retirer leurs économies. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 14:29

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Il partit bien seul, mais par un prompt effort

Partager cet article

Repost0
30 mars 2020 1 30 /03 /mars /2020 14:26

Annie Ernaux à la 30e Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, le 5 novembre 2011.

Voir sur le site de Wikipedia :

Romans et récits autobiographiques

"Et ceux dont, naguère, vous avez dit qu’ils n’étaient rien, sont maintenant tout, eux qui continuent de vider les poubelles, de taper les produits aux caisses, de  livrer des pizzas, de garantir  cette vie aussi indispensable que l’intellectuelle,  la vie matérielle. "

Annie Ernaux est écrivain. Elle vit à Cergy, en région parisienne. Son oeuvre oscille entre l'autobiographie et la sociologie, l'intime et le collectif. Dans cette lettre adressée à Emmanuel Macron, elle interroge la rhétorique martiale du Président.

Sur France Inter

Cergy, le 30 mars 2020

Monsieur le Président,

« Je vous fais une lettre/ Que vous lirez peut-être/ Si vous avez le temps ». À vous qui êtes féru de littérature, cette entrée en matière évoque sans doute quelque chose. C’est le début de la chanson de Boris Vian Le déserteur, écrite en 1954, entre la guerre d’Indochine et celle d’Algérie. Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants. Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé et  ce qu’on pouvait lire sur la  banderole  d’une manif  en novembre dernier -L’état compte ses sous, on comptera les morts - résonne tragiquement aujourd’hui. Mais vous avez préféré écouter ceux qui prônent le désengagement de l’Etat, préconisant l’optimisation des ressources, la régulation des flux,  tout ce jargon technocratique dépourvu de  chair qui noie le poisson de la réalité. Mais regardez, ce sont les services publics qui, en ce moment, assurent majoritairement le fonctionnement du pays :  les hôpitaux, l’Education nationale et ses milliers de professeurs, d’instituteurs si mal payés, EDF, la Poste, le métro et la SNCF. Et ceux dont, naguère, vous avez dit qu’ils n’étaient rien, sont maintenant tout, eux qui continuent de vider les poubelles, de taper les produits aux caisses, de  livrer des pizzas, de garantir  cette vie aussi indispensable que l’intellectuelle,  la vie matérielle.  

Choix étrange que le mot « résilience », signifiant reconstruction après un traumatisme. Nous n’en sommes pas  là. Prenez garde, Monsieur le Président, aux effets de ce temps de confinement, de bouleversement du cours des choses. C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps   pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre ! Pas celui où les décideurs et financiers reprennent  déjà  sans pudeur l’antienne du « travailler plus », jusqu’à 60 heures par semaine. Nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un monde  dont l’épidémie révèle les inégalités criantes, Nombreux à vouloir au contraire un monde  où les besoins essentiels, se nourrir sainement, se soigner, se loger, s’éduquer, se cultiver, soient garantis à tous, un monde dont les solidarités actuelles montrent, justement, la possibilité. Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie,  nous n’avons qu’elle, et  « rien ne vaut la vie » -  chanson, encore, d’Alain  Souchon. Ni bâillonner durablement nos libertés démocratiques, aujourd’hui restreintes, liberté qui  permet à ma lettre – contrairement à celle de Boris Vian, interdite de radio – d’être lue ce matin sur les ondes d’une radio nationale.

Annie Ernaux

Partager cet article

Repost0
14 mars 2020 6 14 /03 /mars /2020 14:47

Le tribunal administratif de Rouen a annulé l’arrêté préfectoral pris pour la fermeture de deux collèges dans l’Eure.

PN

Pour rappel, les publications sur ce blog sur le même sujet

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2019 4 05 /09 /septembre /2019 00:26

Oissel. Rentrée tendue au collège Charcot avec une grève décidée dès ce mardi par des personnels et enseignants de l’établissement.

 

La grève était suivie à 90% selon les personnels. (Photo Paris-Normandie)

 

Au collège Charcot, classé en REP (réseau d’éducation prioritaire) avec près de 480 élèves, répartis en une vingtaine de classes, professeurs et agents du collège s’inquiètent pour cette année scolaire : « Nous avons alerté l’inspection académique, sur la répartition du nombre d’élèves dans les classes », explique Marie-Hélène Duverger, professeur d’histoire et de géographie, et déléguée syndicale. « La ville s’agrandit, il y a davantage d’enfants et au collège, des classes ont dépassé leur niveau d’accueil », poursuit l’enseignante, postée mardi avec ses collègues grévistes aux portes de l’établissement. Dans chacune des quatre classes de 4e, le nombre d’élèves est de 27, pour 25 places. [...]

La suite ci-dessous

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 14:29
Lycée Flaubert de Rouen le 4 septembre 2019 à 8h : assemblée générale des enseignants / © Photo : Raphaël DEH / France 3 Normandie

Lycée Flaubert de Rouen le 4 septembre 2019 à 8h : assemblée générale des enseignants / © Photo : Raphaël DEH / France 3 Normandie

"On demande des moyens pour avoir des effectifs allégés. Cette classe de Seconde qui a été supprimée par le rectorat à la rentrée a conduit à des effectifs à 35 élèves dans 10 classes.

Donc la réforme Blanquer on voit bien son but : c'est de vraiment surcharger des classes et faire des économies"

Voir l'article intégral sur Paris-Normandie :

Partager cet article

Repost0

Articles Récents