Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 13:17
Je veux voter pour les communistes – Tag sur les murs lors de l’élection présidentielle ukrainienne

Je veux voter pour les communistes – Tag sur les murs lors de l’élection présidentielle ukrainienne

D’après les chiffres communiquées par la presse occidentale alors que les bulletins de vote n’étaient pas encore communiqués, l’actuel président du régime de Kiev apparait largement battu au soir de l’élection présidentielle en . C’est une personnalité de la télévision 1+1 l’une des principales chaîne du pays détenu par l’oligarque Kolomoïsky qui sortirait largement en tête. L’homme, vedette d’une série télé humoristique, a fait l’objet d’une propagande télévisuelle massive. La 1+1 a ainsi diffusé 7 heures de ses spectacles à la veille du scrutin. Kolomïski est l’ancien gouverneur de la région de Dniepropetrovsk et magnat du pétrole. Depuis son fief du Dniepr, il a financé le bataillon paramilitaire d’extrême droite Azov. Il est à couteaux tirés avec le chef de la junte actuel, P Poroschenko qui a pris le controle de sa banque en 2016.

La seconde place est revendiquée par les deux figures poussées en avant (Timoshenko une oligarque du gaz – lors de la révolution orange en2004 ) et Poroschenko l’oligarque de l’agroalimentaire placé à la tête du régime à Kiev par l’UE et les USA en 2014

Au soir du scrutin les accusations de fraudes électorale se multipliaient – 1600 plaintes étaient déjà recensées, et ce alors que la commission électorale reconnaissait un taux de participation inférieur à 50%, tout en ayant gonflé ses listes électorales de 12% en y inscrivant les citoyens de Crimée et du Donbass. Les très nombreux citoyens ukrainiens ayant du émigrer pour gagner leurs vies en Russie ont été privés de bureaux de vote. Des conditions particulièrement favorable à la fraude électorale et ce d’autant que le régime de Kiev a interdit la présence d’observateurs russes.[...]

La suite sur le site "Initiative Communiste" :https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/ukraine-farce-electorale-les-communistes-interdits-delection-presidentielle/

Et un article de l'Humanité dont le rédacteur réussit le tour de force de ne même pas évoquer l'interdiction faite au KPU, Parti communiste d'Ukraine, de présenter un candidat ... : https://www.humanite.fr/ukraine-zelensky-tete-de-pont-du-degagisme-670174

Partager cet article

Repost0
30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 00:34

Nous publions ici la traduction d’un article de Corporate Europe Observatory et nous invitons les collectivités territoriales et les organisations à signer cette courte déclaration (en utilisant ce formulaire en anglais).

Publié lundi 17 décembre 2018

Alors que de nombreuses collectivités territoriales à travers l’Europe expérimentent, innovent et tentent, pour certaines d’entre elles, de desserrer l’étau néolibéral et productiviste, la commission semble vouloir réduire leurs capacités à néant. Un projet de réforme de la directive Bolkestein, en cours de négociation à Bruxelles, pourrait en effet avoir des incidences graves et fortement préjudiciables sur le processus décisionnel des assemblées régionales et des conseils municipaux dans toute l’Europe.

 

Questions & Réponses sur la proposition visant à doter la Commission de nouveaux pouvoirs d’annulation de décisions locales

Les institutions européennes sont en train de négocier de nouvelles règles relatives au marché unique qui pourraient avoir des incidences graves et fortement préjudiciables sur le processus décisionnel des parlements, des assemblées régionales et des conseils municipaux dans toute l’Europe. La Commission se propose d’appliquer la directive sur les services – alias la directive Bolkestein – d’une manière inédite et extrêmement interventionniste. En bref, la Commission revendique le droit d’approuver ou de rejeter une nouvelle législation ainsi que d’autres mesures visées par la directive. Or, la directive porte sur un large éventail de sujets : les règlements de zonage (urbanisme), les mesures en matière d’accès au logement, l’approvisionnement énergétique, l’approvisionnement en eau, la gestion des déchets et bien plus.

La proposition de la Commission suscite de plus en plus de critiques, en particulier de la part des conseils municipaux, dont la capacité d’action pourrait être sérieusement limitée dans de nombreux domaines si la proposition venait à être adoptée. Faute d’avoir été correctement informés des enjeux, nombre d’entre eux découvrent tardivement que même les communes devront demander l’autorisation de la Commission avant d’adopter une mesure concernant les services. Le conseil municipal d’Amsterdam a adopté à l’unanimité une résolution qui stipule que la proposition « nuit à l’autonomie des collectivités locales et constitue de ce fait une menace pour la vie démocratique locale ». Partout en Europe, ce puissant message en faveur de la prise de décision locale commence à trouver un écho dans les villes. Un communiqué public contre la proposition a rapidement recueilli les signatures de 75 organisations européennes, dont des ONG, des mouvements sociaux et des partis politiques, et de nouvelles signatures ne cessent d’affluer au fil des jours.

Que signifie toute cette agitation ? Corporate Europe Observatory a dressé une liste de questions qui nous sont fréquemment posées en ce moment, afin d’essayer d’expliquer les enjeux de cette proposition et les préoccupations qu’elle suscite. [...]

Lire la suite ici : https://lilianeheldkhawam.com/2019/03/28/le-retour-de-bolkestein-mainmise-de-la-commission-europeenne-sur-les-services-attac-france-corporate-europe-observatory/

Partager cet article

Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 17:49

Budgets : investissement public en IA d’ici ou financement public de multinationales ?

Dominique Lemoine - 26/03/2019

Canada - Les retombées économiques qui sont attendues du financement public du créneau de l’intelligence artificielle ne sont pas garanties, selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

Sur la base d’une note de recherche qu’il vient de rendre publique, l’Institut de recherche basé à Montréal affirme que « le créneau de l’intelligence artificielle suscite énormément d’intérêt, si bien que les gouvernements du Québec et du Canada y ont versé plus de 2 milliards de dollars depuis 2016, sans compter les dépenses fiscales sous forme de crédits d’impôt ».

Cependant, « il n’existe aucune garantie de retombées économiques liée à ce soutien financier » obtenu par l’industrie de l’intelligence intelligence (IA) auprès des États, soutient cet institut de recherche qui a été fondé en 2000.[...]

La suite ici : https://www.directioninformatique.com/budgets-investissement-public-dans-lia-dici-ou-financement-public-des-multinationales/68839

 

L'Union Européenne concernée également

https://fr.statista.com/infographie/9418/les-gafam-en-pleine-course-a-lintelligence-artificielle/

Les Gafam dépensent beaucoup d'argent à Bruxelles.  Sûrement pas pour rien ...

https://fr.statista.com/infographie/10836/les-millions-depenses-par-les-gafam-a-bruxelles/

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 18:50
19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste
19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste
19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste
19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste
19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste19 mars 2019 - 5000 manifestants à Rouen - Photos Action communiste

Paris-Normandie n'a vu que 2000 manifestants à Rouen et 3000 au Havre ... Moins que la police ... qui prévoit toujours ses chiffres à l'avance ...

Mais c'est bien 5000 manifestants avec qui j'ai manifesté à Rouen.  Très très nombreux.  Beaucoup d'organisations et de drapeaux de la CGT, beaucoup d'enseignants, la FSU, des écoles fermées à Rouen, des "stylos rouges", des gilets jaunes, des étudiants, des militants de Sud, de FO.  Et aussi beaucoup de salariés venus à l'appel des syndicats, sans pour autant porter tel ou tel drapeau.

Le gouvernement et les médias ont beau minorer cette journée d'action, sa réussite, malgré le quasi silence des médias, en amont et en aval, est le signe d'un mécontentement qui couve.  Les lois sécuritaires votées par la droite classique et la droite macronienne sont le signe que le gouvernement craint de nouvelles explosions de colère.  Les dominants capitalistes et leurs commis, gouvernement et Union européenne n'en ont pas fini avec la résistance de ceux à qui ils tondent la laine sur le dos.

Mais E Macron, avec Bruxelles, trouveront les responsables de cette colère sociale : les Russes !

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 18:40

Paroles de Montéhus, musique de Chantegrelet et Doubis.
 

En 1907, les vignerons du Midi se révoltent. Le gouvernement envoie la troupe. Le 18 juin, les soldats du 17ème Régiment d'Infanterie de Béziers refusent d'obéir aux ordres de leurs officiers et mettent la crosse en l'air.

GLOIRE AU 17ème !

Légitim’ était votre colère,
Le refus était un grand devoir.
On ne doit pas tuer ses père et mère,
Pour les grands qui sont au pouvoir.
Soldats, votre conscience est nette :
On n’se tue pas entre Français ;
Refusant d’rougir vos baïonnettes
Petits soldats, oui, vous avez bien fait !

Refrain
Salut, salut à vous,
Braves soldats du 17ème ;
Salut, braves pioupious,
Chacun vous admire et vous aime ;
Salut, salut à vous,
A votre geste magnifique ;
Vous auriez, en tirant sur nous,
Assassiné la République.

Comm’ les autres vous aimez la France,
J’en suis sûr même vous l’aimez bien.
Mais sous votre pantalon garance,
Vous êtes restés des citoyens.
La patrie, c’est d’abord sa mère,
Cell’ qui vous a donné le sein,
Et vaut mieux même aller aux galères,
Que d’accepter d’être son assassin.

Espérons qu’un jour viendra en France,
Où la paix, la concorde régnera.
Ayons tous au cœur cette espérance
Que bientôt ce grand jour viendra.
Vous avez j’té la premièr’ graine
Dans le sillon d’ l’Humanité.
La récolte sera prochaine,
Et ce jour là, vous serez tous fêtés.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 15:59

Ce que tout le monde pensait tout bas, le bâtonnier de l’ordre des avocats d’Alger, Me Abdelmadjid Sellini, l’a dit tout haut : les lettres imputées au président de la République, ainsi que son certificat médical relèvent « du faux et usage du faux ».

Lire l'article sur le site d'Algérie Infos en cliquant ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 23:43

"Chypre, l’Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas figureraient sur la liste noire si les États membres de l’UE ne bénéficiaient pas d’une exemption automatique."

Des paradis fiscaux notoires vont sortir du radar de l’Union européenne

Les ministres des Finances de l’Union européenne semblent disposés à réhabiliter neuf des principaux paradis fiscaux du monde à l’occasion de la première révision annuelle de la liste noire des paradis fiscaux établie par l’UE, qui sera publiée la semaine prochaine lors de leur réunion à Bruxelles.

Une étude réalisée par Oxfam révèle en effet que les Bahamas, les Bermudes, Guernesey, Hong Kong, l’île de Man, les îles Caïman, les îles Vierges britanniques, Jersey et le Panama sont susceptibles d’être radiés de cette liste par l’Union européenne. Certains de ces pays et territoires ont pourtant été au centre des scandales fiscaux récemment mis en lumière par les affaires des Paradise Papers et des Panama Papers.

Le rapport d’Oxfam, intitulé « Tirés d’affaire », dévoile également que Chypre, l’Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas figureraient sur la liste noire si les États membres de l’UE ne bénéficiaient pas d’une exemption automatique.

En 2015, les multinationales ont transféré quelque 600 milliards de dollars (soit 526 milliards d’euros) de bénéfices vers des paradis fiscaux, dont un tiers se trouvent au sein même de l’UE. Cette fuite de capitaux prive les pays riches comme les pays pauvres de ressources essentielles pour financer les services publics indispensables pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, comme les soins de santé et l’éducation. Le coût humain est particulièrement important pour les femmes et les filles pour qui les services publics ont un rôle décisif. [...]

La suite ci-dessous :

L’Union européenne, ce grand paradis fiscal

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 15:44
Groupe ADP bondit après le vote des députés - Les marchés sont au beau fixe après le vote favorable à la privatisation - Les grands patrons ont table ouverte à l'Elysée ...

La majorité En Marche vient de voter la privatisation d'ADP.  Le groupe Vinci lorgne déjà sur ce pactole.  Il vient d'annoncer une hausse de ses bénéfices ( https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/vinci/vinci-annonce-une-hausse-des-benefices-pour-2018-6176855).  Faits sur notre dos.  Nous sommes volés deux fois.  Nous payons les autoroutes, nous payons les constructions PPP ( Partenariats Publics-Privés ) qui permettent à Vinci de draîner l'argent des contribuables. 

Nous avons donc déboursé pour que Vinci  puisse racheter ADP qui nous appartenait depuis juin 1945.  Le ministre de l'Air était alors le communiste Charles Tillon. Le 26 juin 1945, nationalisation des transports aériens, par transfert de la majorité des actions à l’État avec un minimum de 60% : Air France, Air Bleu, (Air-France Transatlantique en mars 1945), qui deviendront la Compagnie nationale Air France en 1948 ( Source - Nikonoff sur le site du Pardem ).

Une belle arnaque tout de même.

YG

 

 

Groupe ADP bondit après le vote des députés - Les marchés sont au beau fixe après le vote favorable à la privatisation - Les grands patrons ont table ouverte à l'Elysée ...

Partager cet article

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 16:51
mardi 12 mars 2019
par  Alger républicain

 

Bouteflika renonce à un cinquième mandat et décide de reporter la tenue de l’élection présidentielle. Il démet de son poste de chef du gouvernement Ouyahia, l’homme des basses besognes du pouvoir le plus haï par le peuple pour son mépris pour les modestes gens et son arrogance. Il le remplace par le ministre de l’Intérieur et désigne au poste de vice-premier ministre et de ministre des Affaires étrangères Lamamra. Ce dernier, diplomate expérimenté, est un homme rassurant pour les Etats impérialistes et donc chargé d’obtenir leur appui à l’application du nouveau plan du régime.
Telles sont les premières décisions prises par Bouteflika au lendemain de son retour de Genève après 15 jours de soins.

JPEG - 185.9 ko
Du balcon qui surplombe la place Maurice Audin on découvre l’immense cortège des manifestants du 8 mars contre le 5e mandat de Bouteflika

Bouteflika promet une nouvelle révision de la Constitution, un référendum populaire et une élection présidentielle. Ces tâches seront confiées à une « conférence nationale inclusive »
Le plan pour désamorcer le mouvement populaire ascendant repose sur la convocation de cette « conférence nationale inclusive … équitablement représentative de la société algérienne comme des sensibilités qui la parcourent » et « dotée de tous les pouvoirs nécessaires à la discussion, l’élaboration et l’adoption de tous types de réformes devant constituer le socle du nouveau système » avant la fin de l’année 2019.

Sa décision de ne pas se représenter à l’élection présidentielle et l’éviction d’Ouyahia ne répondent pas à la colère des masses populaires. La grande majorité des manifestants de ces derniers jours aspirent fondamentalement à un régime débarrassé de la corruption, de l’arbitraire et des inégalités sociales. Malgré leur caractère limité et spectaculaire, ces mesures sont les premiers fruits du mouvement populaire massif spontanément déclenché au lendemain de la décision de Bouteflika de briguer un 5e mandat. Une première victoire face aux gangs abrités derrière le portrait d’un homme impotent depuis son AVC de 2013. Cette invalidité physique n’excuse en aucune manière Bouteflika. Il est demeuré suffisamment conscient pour avoir continué à couvrir leurs malversations, le pillage des revenus pétroliers, l’achèvement de la destruction du secteur public productif, entamé avant lui par les équipes contre-révolutionnaires et anti-nationales qui se sont succédé depuis l’époque de Chadli, l’exploitation féroce des travailleurs réduits à l’impuissance par un arsenal de lois anti-ouvrières et anti-démocratiques, le tout sanctifié par les discours mensongers des gouvernants sur la stabilité du pays face aux dangers extérieurs.

Qui désignera les participants à cette conférence, comment et sur la base de quels critères ? Bouteflika ou les hommes qui se tiennent derrière lui, ne le disent pas et ne peuvent le dévoiler pour le moment
Il est clair que pour les classes possédantes et leurs politiciens influents, ultra-médiatisés, au pouvoir ou dans l’opposition de surface, l’heure est aux tractations dans les coulisses.
Elles cherchent une solution et un nouveau compromis institutionnels de nature à protéger leurs intérêts égoïstes contre l’ouragan populaire. Elles ont peur par-dessus tout que ce mouvement populaire inorganisé échappe aux groupes coordonnés qui se cachent sous les réseaux sociaux, passe à un stade supérieur de conscience et d’organisation qui s’attaquera aux bases économiques qui produisent l’exploitation, les inégalités sociales, la misère, l’oppression et la dépendance économique envers les puissances impérialistes.

La pression populaire sous toutes ses formes ne doit pas faiblir.

Alger républicain
12.03.19

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 17:04

Les grèves du printemps dernier n’y ont rien changé : le gouvernement persiste à garder le cap en matière de politique ferroviaire. Pour la première fois depuis la nationalisation de la SNCF, l’Etat va imposer la concurrence du transport de personnes sur deux lignes Intercités en 2022. Mais la compagnie est d’ores et déjà vendue par pièces aux entreprises privées au travers de la sous-traitance, un phénomène qui s’accélère alors que le nombre de cheminots chute toujours. La SNCF sera-elle la future icône de la déstructuration du service public, au nom de l’injonction à la privatisation ?


La SNCF entre privatisation progressive et sous-traitance ©Yves Souben

Une inquiétante vague de privatisation

Les cheminots ne portent pas de gilets jaunes. Ce 18 janvier, devant l’entrée du siège de l’infrapôle SNCF de Limoges, en Haute Vienne, ils ont revêtu leurs vestes réfléchissantes orange, la tenue de travail des employés « à la voie », le long des rails. Ils veulent voir le directeur, lui demander des comptes, mais le directeur se dérobe. Alors ils s’installent sur le rond-point voisin, sortent les fumigènes, allument la sono du syndicat.

« Je ne veux pas que le privé vienne me prendre mon boulot », explique Max aux journalistes du Populaire du Centre. Il est venu de la Creuse voisine, où il travaille à l’entretien des voies, pour rejoindre le rassemblement des cheminots. « La direction se prépare à externaliser toutes nos missions », explique un peu plus loin Philippe Blanchon, un vieux militant de la CGT, au quotidien local. « D’ici 2020, 100 % des investissements et de 25 à 30 % de la maintenance iront au privé. Le tout encadré dans un premier temps par des cheminots », poursuit-il. [...]

La suite ici sur le site de LVSL : https://lvsl.fr/la-sncf-gangrenee-par-la-sous-traitance-et-la-privatisation

 

 

Partager cet article

Repost0

Articles Récents