Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 00:05

Le gouvernement israélien vient d’annoncer que des parlementaires et élus locaux français seraient refoulé.e.s à l’aéroport de Tel Aviv quand ils s’y présenteraient le 18 novembre. Ils font partie d’une importante délégation de parlementaires et d’élus locaux devant se rendre en Israël et Palestine ayant indiqué vouloir, à l’occasion de leur déplacement « alerter sur la situation des près de 6000 prisonniers politiques palestiniens », lesquels - dont plusieurs centaines d’enfants - sont détenus en Israël contre les principes du droit international. Ces élu.e.s de la République française ont annoncé leur intention de rencontrer leur homologue, Marwan Barghouti, membre du Conseil législatif palestinien, condamné à plusieurs peines de prison à perpétuité par une cour de justice dont il n’a jamais reconnu la légitimité ainsi que Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, défenseur des droits humains, placé en détention administrative depuis le 23 août 2017, sans que ni lui, ni ses défenseurs n’aient pu avoir connaissance des faits qui lui seraient reprochés.

De quoi se sont rendu.e.s coupables ces élu.e.s pour que l’accès à Israël et par conséquent au Territoire palestinien leur soit interdit ? Israël, qui se targue d’être la seule démocratie du Moyen Orient, traque tous ceux qui osent émettre des critiques de sa politique. Ces élu.e.s demandent à Israël de respecter le droit international, que ce soit sur la question des prisonniers politiques palestiniens mais également sur l’occupation et la colonisation de la Palestine, l’annexion de Jérusalem, le blocus de Gaza... et se heurtent donc à l’acharnement d’un gouvernement israélien de droite extrême qui depuis des mois multiplie les lois liberticides tant contre les citoyens israéliens qu’il entend museler que contre ceux qui, de par le monde, affirment que le peuple palestinien doit voir ses droits nationaux enfin reconnus.

L’AFPS condamne vigoureusement cet acharnement contre les défenseurs des libertés fondamentales que sont ces élu.e.s et les assure de toute sa solidarité. Aucun.e démocrate ne peut accepter de voir ainsi bafouer les valeurs de la démocratie où que ce soit. Nous n’acceptons pas que des élu.e.s français.es qui ne font rien d’autre que de tenir leur engagement en matière de solidarité internationale soient traité.e.s comme des criminel.le.s. Nous n’imaginons pas que les autorités françaises laissent ainsi insulter la démocratie française. Il appartient au Président de la République, au gouvernement français, au Président de l’Assemblée nationale, au Président du Sénat et au Président du Parlement européen d’intervenir au plus haut niveau de l’État israélien pour que non seulement la délégation puisse se rendre en Israël et en Palestine dans son intégralité mais pour qu’elle puisse rencontrer Marwan Barghouti et Salah Hamouri et leur transmettre la solidarité du peuple français.

Le Bureau national de l’AFPS

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 17:13

 

Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

100 insoumis de Corse réagissent en adressant une lettre à Jean-Luc Mélenchon, à la suite de propos outranciers, blessants, choquants et intolérables que ce dernier a cru bon devoir, sans nuance, déverser le 7 novembre, sur son blog. Au-delà de l'indignation, ces insoumis entendent poursuivre la lutte pour une autre France, une autre Corse, plus démocratiques, plus solidaires et plus fraternelles, sur la base d'un programme de rupture avec les politiques d'austérité et de régression sociale, menées par les différents pouvoirs, depuis des décennies. Programme de transition sociale, économique et écologique. C'est le sens de leur engagement dans la campagne des élections territoriales des 3 et 10 décembre 2017, avec la liste de rassemblement l'Avenir, la Corse en commun, l'Avvene, a Corsica in comunu.

 

" Depuis plus d’un an, nous nous sommes dépensés sans compter pour défendre et promouvoir « L’Avenir en commun » et votre candidature à la présidentielle, arrachant de haute lutte 21000 voix en Corse en votre faveur.

Visiblement, vous ignorez tout de la Corse et des enjeux propres à nos prochaines élections territoriales. Nous pensons être les mieux placés pour analyser la réalité sociale et politique de l’Ile, car nous militons depuis des décennies sur le terrain et au quotidien avec des citoyens et toutes les forces antilibérales, dont les militants communistes, les mêmes qui ont voté pour vous.

Notre démarche de rassemblement, sur la base de « L’Avenir en commun » est le fruit démocratique – et quasi unanime – de la volonté de militants sincères et dévoués, qui œuvrent sans relâche, afin que la Corse, région la plus pauvre de France, sorte enfin la tête de l’eau.

[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 22:58

Nouveau portrait des personnages qui ont marqué l'histoire du Havre depuis 1517. 
Louis Eudier a traversé le 20è siècle avec Le Havre. Il fut l'un des leaders syndicaux de l'importante classe ouvrière de la ville.
Il sera ensuite déporté à Auschwitz, d'où il reviendra en 1945. 

Par Danilo Commodi

L'histoire sociale du Havre est très riche. Lors des manifestations contre la loi travail en 2016, elle fut même surnommée "capitale de la grève". Parmi tous les leaders syndicaux qui ont traversé cette histoire, Louis Eudier occupe une place particulière.
Né en 1903, il milite avec les anarcho-syndicaliste dès qu'il entre dans le monde professionnel. En 1922, Le Havre connait l'une des plus longues grèves du pays : 110 jours. Eudier fait partie des derniers irréductibles sur les barricades du Cour de la République où quatre militants sont morts. [...]
Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:05

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 14:28
Lorenzo Clément avec AFP
Samedi, 11 Novembre, 2017
Humanite.fr
 
 

Photo AFP.

Photo AFP.

Des dizaines de milliers de Palestiniens se sont rassemblés samedi à Gaza pour commémorer le 13e anniversaire de la mort de l'ancien dirigeant historique Yasser Arafat.

Il s'agit de la première commémoration officielle de la mort d'Arafat dans la bande de Gaza depuis 2007, année où le mouvement islamiste Hamas avait évincé par la force le Fatah au prix d'une quasi guerre civile. Les deux forces politiques étaient depuis en conflit, mais un accord de réconciliation a été signé le mois dernier. Yasser Arafat, décédé en France en 2004, était le fondateur du Fatah qu'il dirigea jusqu'à sa mort. Il fut un des artisans, aux côtés de l'ex-président israélien Shimon Peres et de l'ex-Premier ministre Yitzhak Rabin, des accords d'Oslo qui prévoyaient à terme la création d'un Etat palestinien. Les trois hommes avaient obtenu le prix Nobel de la paix en 1994.
Des dizaines de milliers de personnes venues de toute la bande de Gaza ont envahi la place Saraya dans la ville de Gaza dès les premières heures de la journée. Plus de 100.000 personnes ont participé à l'événement selon les organisateurs. Les participants brandissaient des drapeaux palestiniens, des pancartes appelant à l'unité ainsi que des photos d'Arafat et de l'actuel président palestinien et dirigeant du Fatah, Mahmoud Abbas. Dans un discours pré-enregistré et diffusé sur des écrans géants, Mahmoud Abbas, qui ne s'est pas rendu à Gaza depuis 2007, a rendu hommage à son prédécesseur. "Notre peuple palestinien, qui t'a toujours aimé comme un grand dirigeant, a toujours cet amour, ce respect et cette loyauté", a-t-il dit. Il a ajouté que les Palestiniens tentaient de sceller leur réconciliation et d'accomplir le rêve d'Arafat "pour la liberté, la souveraineté et l'indépendance sur notre terre nationale palestinienne".
Il a assuré que les Palestiniens étaient "unis" et "refusaient les divisions". Les participants au rassemblement ont également mis en avant la nécessité de l'unité palestinienne. [...]
Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 14:22

LEUR 11 NOVEMBRE 2017 ET LE NÔTRE – Floréal, PRCF, répond à "Clémencron".

A l’occasion du 11 novembre, Macron a poursuivi son blitzkrieg politique, social et idéologique contre la France populaire, progressiste et républicaine. Il l’a fait…

  • en annonçant un virage appuyé en direction de l’Armée européenne intégrée à l’OTAN : en clair, la soumission accrue, et si possible irréversible, de la Défense ex-« nationale » et de la force de frappe françaises à l’OTAN et à Berlin ; avec, très vraisemblablement, quand les conditions auront mûri, la cession à l’UE du siège français au Conseil de sécurité de l’ONU ;
  • en appelant à la mutualisation germano-française du centenaire du 11 novembre 2018 (et, dans la foulée sans doute, à la mutualisation franco-allemande du 8 mai, rabattu sur la « Journée de l’Europe »). En tout négationnisme historique, ces deux dates seraient donc exploitées, si les Anciens Combattants et Résistants ne montent pas le ton, pour célébrer la « Françallemagne »*, le drapeau et l’hymne européens, pour ancrer la « Franceurope » et bien entendu, pendant qu’on y est, la « Françamérique » si chère à ce président incapable de ne pas truffer son moindre discours d’anglais « managérial »*. Au passage, ce chef de l’Etat-nation français en voie d’euro-dissolution a encensé les Etats-Unis d’Amérique, tardivement arrivés à la rescousse en 1917 et en 1944, pendant que sa ministre des Anciens Combattants dénigrait la Révolution russe dans le discours qu’elle a fait lire devant tous les monuments aux morts de France…
  • en célébrant le souvenir du « Tigre », Georges Clemenceau. Mais de quel Clemenceau au juste E. Macron se croit-il la réincarnation ?
    [...]

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 14:15

Mickael Wamen sur facebook

 

QUEL MESSAGE DANS CET HOMMAGE AU "TIGRE"...?

Le TIGRE tel était surnommé CLEMENCEAU, pas pour sa beauté, mais pour sa façon d'agir, quelques éléments de son œuvre :

En juillet 1907, deux manifestants sont tués à Raon-l’Etape. En juin 1908, à Vigneux, les gendarmes ouvrent le feu sur des grévistes réunis dans leur permanence, en tuant deux et en blessant une dizaine. Le 30 juillet 1908, à Villeneuve-Saint-Georges, les dragons attaquent 400 manifestants, en tuent quatre et en blessent presque une centaine. Dans la foulée, Clémenceau fait arrêter tout l’état-major de la CGT, dont à nouveau Victor Griffuelhes, au motif qu’ils seraient les « responsables moraux » ...

Nous nous trouvons en présence d’une agitation de groupements ou de syndicats ouvriers, appuyés et encouragés par la Confédération du Travail, qui ne se sont nullement organisés en vue de ce qu’ils méditent. Et que méditent-ils ? Primitivement, c’était l’obtention de la journée de huit heures par un chômage de toutes les corporations ouvrières. Depuis deux ans, une pancarte de toile, dont M. Lépine, entre parenthèses, malgré tous ses efforts, n’a pu obtenir l’enlèvement de la façade de la Bourse du Travail où elle est exposée aux yeux de tous, annonce qu’à partir du 1er mai 1906 les ouvriers ne travailleront que huit heures par jour. […] M. Lépine connaît les points stratégiques de Paris qu’il faut occuper pour rendre impossible tout mouvement insurrectionnel : sur une centaine de points, d’accord avec l’autorité militaire qui va disposer, en dehors de la garnison ordinaire, de 20 000 soldats, dont 5000 cavaliers pris dans les corps d’armée environnant Paris, nous répartirons une force de police et de sécurité de 36 000 hommes, tout compris. […] Vous supposez bien que si nous laissons dans la rue 500 manifestants déambulant au chant de L’Internationale, ce groupe sera bientôt grossi et fera la boule de neige, au point de former 1000, 2000, 10.000, 50.000… Ça, non. Ce pourrait être l’émeute, et nous devrions nous résigner à faire donner l’artillerie. Eh bien ! On n’en arrivera pas là. Les manifestants, les chômeurs ne circuleront, à aucun prix, en dehors du rayon que nous leur assignons. »
La veille du rassemblement, le même journal annonce un durcissement des mesures de police. Il est désormais question d’interdire les manifestations et d’arrêter par avance les meneurs du mouvement....

Déja, Manuel Valls le reconnaîssait volontiers, son modèle politique est Georges Clemenceau. De fait, les événements actuels montrent que l’état d’urgence s’inspire volontiers des pratiques de celui qui se surnomma « premier flic de France » entre 1906 et 1909.

Voici quelques lignes sur ce que CLEMENCEAU a mis en œuvre, une répression violente contre le mouvement social !!!

Surnommé aussi " le briseur de Grève " après avoir mis en place une répression inouïe alors que les ouvriers des mines de Courrères victimes de la plus grosse catastrophe minière de tous les temps ( 1099 morts) se soulevés parce que la compagnie voulait au plus vite redémarrer l'activité sans même continuer les recherches de survivants....

Quel message faut il voir dans l'hommage rendu par le ROI hier ???

Il ne fait aucun doute qu'en choisissant CLEMENCEAU, le message n'est pas anodin, en tout cas, cela est conforme à la situation actuelle où les provocations et le mépris sont non stop !!!!

Que chacune et chacun réfléchisse bien à la situation, jamais notre classe n'a été aussi mal menée, mais jamais elle n'a été aussi divisée, ils y sont arrivés à nous isoler, une société de l'égoïsme et de la
Consommation, voilà ce qu'ils ont créer mais ....

Ils craignent qu'un jour puissent se tenir la main les millions de Riens, fainéants, ils en ont. Une trouille absolue, voilà pourquoi des messages sont passés, la finance n'a peur que d'une seule chose perdre ce qu'elle a amassé sur le dos de millions de personnes, elle a mis au pouvoir l'héritier de son système, lui va aller au bout du processus, la seule façon de stopper cela nous UNIR!!!

C'est pourquoi, nous devons continuer à pousser non stop dans nos structures pour que nous ayons une feuille de route, que nous puissions emmener Avec nous l'ensemble du peuple opprimé, cela commence à se construire non sans difficulté, car il y en a encore pas mal qui préfèrent passer leur temps à des gueguerres à la con plutôt qu'à la construction du tous ensemble ....

Mettons au débat partout cette nécessité vitale de la création du l'unité, le 16 nous serons dans la rue mais aussi le 18 pour marcher vers l'Elysée, ce n'est qu'un début mais redonnons confiance à notre camp, la victoire est possible mais pour cela il nous faut une ligne et un plan précis....

S'UNIR NE PLUS SUBIR ....

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 16:28
05/11/2017

Extraits

"Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié aujourd’hui des informations sur des entreprises et des particuliers qui soustraient aux États des milliards de dollars de recettes fiscales. 

En réaction, Oxfam rappelle plus que jamais l’urgence pour les responsables politiques de prendre des mesures permettant de mettre un terme aux pratiques d’évasion fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes."

"Parmi ses recommandations, Oxfam demande aussi aux gouvernements d’ouvrir des enquêtes publiques nationales sur les pratiques révélées par les ParadisePapers, afin de déterminer comment renforcer ou réformer les législations nationales de manière à mettre un terme à l’évasion fiscale .Et Manon Aubry de conclure : « Il est temps que le gouvernement d’Emmanuel Macron passe des paroles aux actes en matière de lutte contre l’évasion fiscale car le chemin à parcourir est encore long ! »"

Lire l'intégralité ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 15:32

Désintox

 
 

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 15:09
Jean ORTIZ

La République catalane n’aura duré que l’instant d’une proclamation unilatérale, précipitée, sans structuration sociale et populaire, sans alliances larges dans et au-delà de la Catalogne ; mais une proclamation qui a politisé toujours plus toute une jeune génération, une proclamation qui mettait en cause tout l’édifice caduc de la « transition modélique et consensuelle » et d’une constitution aux relents néo-franquistes, de 1978, et surtout d’une monarchie imposée par Franco.

Le parlement qui a proclamé l’indépendance de la République catalane était, lui, légitime.

Dans l’immédiat, l’ultra-conservateur et « espagnoliste » Mariano Rajoy, chef du gouvernement de Madrid, partisan d’une Espagne « une », semble avoir gagné. Le 155 n’a pas provoqué, pour le moment, un raz-de-marée contre lui. Mais attention... une victoire en trompe-l’œil. La « question catalane » est partie pour durer. Le problème, nous l’avons dit et répété, est politique. Seules des réponses politiques permettront de réduire les fractures. Le gouvernement de Madrid a choisi la pire des solutions, la répression, en utilisant une justice globalement aux ordres. Le « Fiscal » général, José Manuel Maza, est, de notoriété publique, un homme du PP. Il est chargé du sale boulot, tout comme la juge aux manettes, la très réactionnaire Carmen Lamela. Ces nostalgiques règlent leurs comptes...

« La Audiencia nacional » et le Tribunal suprême, vestiges de la dictature, se sont déjà illustrés en tuant professionnellement le juge Garzón qui prétendait recenser et juger les crimes contre l’humanité du franquisme. Juges proches du PP et du PSOE rivalisèrent alors d’ardeur pour lui couper la tête. Ce faisant et dans le même temps, la justice espagnole se refuse toujours à appliquer la législation internationale en matière de disparus (130 000), et à supprimer, comme lui demandent Bruxelles, et de nombreuses associations des Droits de l’Homme, la loi d’amnistie de 1977. C’est ainsi, par exemple, que l’ancien ministre fasciste de l’intérieur, Rodolfo Martín Villa, se promène en toute liberté dans les rues. La sœur et le beau-frère du roi, qui devraient être en prison, se dorent au soleil. Mais quoi d’étonnant à cela, au fond, dans un pays où l’on compte 3,5 millions de chômeurs à la fin de ce mois d’octobre, et où le droit à un logement décent est considéré comme inconstitutionnel ? [...]

La suite sur le site du Grand Soir :

Partager cet article

Repost0

Articles Récents