Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 14:53

Cet article est reposté depuis La Volga à Nijni-Novgorod.

Lu sur le blog de Jakline Boyer.  Un blog qui nous donne une autre vision que la vision dominante sur la Russie.  Un autre point de vue nécessaire pour comprendre.  Ce qui ne veut pas dire que nous en partageons toutes les analyses et positions.  Voici comment l'auteure se présente :

"La Russie et la langue russe sont au coeur de mes passions depuis l'adolescence. Lycéenne, puis étudiante, puis jeune enseignante, j’ai arpenté, épatée, les rues de Moscou la soviétique. Vraiment un autre monde à déchiffrer. Puis vint la nouvelle Russie. Cette même Moscou quasiment méconnaissable avec ces rues envahies de mendiants... De nouvelles rencontres. Comprendre. Y travailler. Oui, décidément, le regard des Russes sur le monde nous est indispensable. Lorsque j'ai créé ce blog en 2014, je ne pensais pas que ce serait à ce point. La Russie ne quitte pas la punchline.... Leur vision plus nécessaire que jamais."

 

 

Ils dirigent nos destinées - Que nous les ayons élus ou pas - Que nous soyons d'accord ou pas; YG.

Ils dirigent nos destinées - Que nous les ayons élus ou pas - Que nous soyons d'accord ou pas; YG.

Partager cet article
Repost1
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 14:14

I. Histoire de sanctions

De l’émergence de la notion moderne de « guerre économique » à la politique des sanctions

Les notions de guerre économique et de sanctions économiques ont une longue histoire, une histoire dépasse largement les événements actuels et la guerre menée par la Russie en Ukraine. Pour tenter de comprendre les évolutions actuelles, il faut donc reprendre l’histoire des sanctions économiques depuis leur apparition dans les années 1920. Il faut ensuite prendre en compte la taille réelle de l’économie russe mais aussi ses relations avec l’économie mondiale et le rapport des forces entre ce que l’on appelle « l’occident » et les autres pays. Il faut enfin considérer analyser ces sanctions, le contexte d’interdépendance qui était celui existant entre la Russie et les pays de l’UE en février 2022 et l’impact de ces sanctions sur l’économie russe. Cela conduit à se poser la question de la pertinence des sanctions prises à partir de mars 2022 mais aussi de leur capacité à provoquer un changement substantiel dans la politique russe. En réalité, on peut penser – ou craindre selon les points de vue – que ne survienne un puissant « effet boomerang » qui perturbe bien plus les économies des pays de l’UE et engendre de fortes tensions sociales que l’impact de ces sanctions sur l’économie russe.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2022 7 04 /09 /septembre /2022 23:40
Le festival du journal Unsere Zeit à Berlin

Le festival du journal Unsere Zeit à Berlin

Avec le slogan

“Festival de la paix et de la solidarité”

Le capital allemand, très tôt concentré et en étroite relation avec des formes de mondialisation capitaliste, avec ses guerres impérialistes, a toujours mené un combat plus acharné contre la renaissance du communisme en Allemagne où ses penseurs principaux comme Marx et Engels étaient nés. En Allemagne, là où le communisme aurait du naître et où le choix du nazisme a été opéré clairement face à sa force, y compris avec l’arrivée d’Hitler au pouvoir en plein essor du parti communiste allemand. Comme aux lendemains de la deuxième guerre mondiale il y a eu l’isolement de la RDA et le choix de reconstituer une Allemagne avec les capitaux US et une “dénazification” de surface.  Mais l’Allemagne cette terre où le débat théorique est toujours poussé à l’extrême nous parviennent aussi des positionnements d’une lucidité extrême sur le retour de la guerre et de la fascisation dans l’affrontement de classe à la fois interne et planétaire, le compte-rendu est publié dans le journal communiste des “séparatistes” du Donbass. (note de danielle Bleitrach traduction de Marianne Dunlop)

Le texte de l'article sur le blog "Histoire et société" :

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 22:25
	La persécution contre les communistes se renforce à l'approche des élections en Russie
La décommunisation ne concerne pas que l'Ukraine ou d'anciennes républiques soviétiques, elle existe aussi en Russie. La cible, le principal parti d'opposition à Poutine : Le Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF).

Plusieurs candidats du KPRF ont perdu leurs statuts de candidats, d'autres sont tombés dans un guet-apens et ont fini à l'hôpital.

Les élections de septembre s'annoncent, une fois de plus, loin d'être justes.

Article et traduction Nico Maury

Extraits :

Dans l'Oblast de Moscou (région), des candidats appartenant au Parti Communiste de la Fédération de Russie ont perdu leur inscription comme candidat. Le motif avancé par les autorités électorales, ils ont une double nationalité.

Gismet Zarbaliyev, originaire de Lougansk (République Populaire de Lougansk, anciennement Ukraine), a été démis de ses fonctions, car il serait ukrainien. Il a acquis cependant la nationalité russe le 27 décembre 2019 et a renoncé à la nationalité ukrainienne. Il ne pourra plus se présenter aux élections municipales dans la circonscription de Zyablikovo.

Même situation pour Rada Slavkin, binational russe et biélorusse. Il ne pourra pas se présenter aux élections municipales à Troitsk. Depuis 1999, le traité d'union entre la Russie et la Biélorussie garanti aux citoyens des deux pays des droits.

[...]

Toujours à Moscou, le 21 août 2022, la candidate du Parti communiste de la Fédération de Russie dans les districts de Cheryomushki et Yasenevo, Elena Mikhailovna Medvedeva, ainsi que d'autres citoyens, ont été la cible d'une attaque d'un commando. La candidate communiste a été hospitalisée avec plusieurs fractures.

Le 23 août 2022, Sergueï Vladimirovitch Burtsev, candidat du Parti communiste de la Fédération de Russie dans le district de Severnoye Izmailovo, a été attaqué par derrière. Il a subi de graves blessures dont une fracture par compression de la colonne vertébrale et de multiples ecchymoses.

[...]

La suite ci-dessous :
 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2022 4 01 /09 /septembre /2022 23:14
La narration dangereusement simpliste de l’Occident sur la Russie et la Chine

Les prises de position de personnages tels que Jeffrey Sachs montrent à quel point le monde change et les rapports de force évoluent. Chantre du néolibéralisme, cet économiste étasunien a notamment préconisé de thérapies de choc en Bolivie, en Pologne et en Russie dans les années 80 et 90. Aujourd’hui consultant spécial auprès du secrétaire général des Nations unies, Jeffrey Sachs siffle la fin de l’hégémonie US et appelle Washington à négocier avec Pékin et Moscou plutôt que de mettre le monde à feu et à sang. Venant de sa part, ce n’est pas rien! (IGA)


 

Si le monde est au bord de la catastrophe nucléaire, c’est en grande partie à cause de l’incapacité des dirigeants politiques occidentaux à être francs sur les causes de l’escalade des conflits mondiaux. L’implacable récit occidental, selon lequel l’Occident est noble tandis que la Russie et la Chine sont mauvaises, est simpliste et extraordinairement dangereux. Il s’agit d’une tentative de manipuler l’opinion publique, et non de s’occuper d’une diplomatie très réelle et urgente. L’Europe devrait réfléchir au fait que le non-élargissement de l’OTAN et l’application des accords de Minsk II auraient permis d’éviter cette terrible guerre en Ukraine.

Le récit essentiel de l’Occident est intégré à la stratégie de sécurité nationale des États-Unis. L’idée centrale des États-Unis est que la Chine et la Russie sont des ennemis implacables qui « tentent d’éroder la sécurité et la prospérité américaines« . Ces pays sont, selon les États-Unis, « déterminés à rendre les économies moins libres et moins équitables, à développer leurs armées, et à contrôler les informations et les données pour réprimer leurs sociétés et étendre leur influence. »

L’ironie est que depuis 1980, les États-Unis ont participé à au moins 15 guerres de choix à l’étranger (Afghanistan, Irak, Libye, Panama, Serbie, Syrie et Yémen, pour n’en citer que quelques-unes), alors que la Chine n’en a participé à aucune et la Russie à une seule (Syrie) en dehors de l’ancienne Union soviétique. Les États-Unis ont des bases militaires dans 85 pays, la Chine dans 3, et la Russie dans 1 (Syrie) au-delà de l’ancienne Union soviétique.

Le président Joe Biden a promu ce récit, déclarant que le plus grand défi de notre époque est la concurrence avec les autocraties, qui « cherchent à promouvoir leur propre pouvoir, à exporter et à étendre leur influence dans le monde, et à justifier leurs politiques et pratiques répressives comme un moyen plus efficace de relever les défis d’aujourd’hui« . La stratégie de sécurité américaine n’est pas l’œuvre d’un seul président américain, mais de l’establishment de la sécurité américaine, qui est largement autonome et opère derrière un mur de secret. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
28 juin 2022 2 28 /06 /juin /2022 04:59
Des combattants ukrainiens de l’unité Odin, dont certains sont étrangers, examinent un char russe détruit à Irpin, en Ukraine, en mars. Crédit Daniel Berehulak pour le New York Times.

Des combattants ukrainiens de l’unité Odin, dont certains sont étrangers, examinent un char russe détruit à Irpin, en Ukraine, en mars. Crédit Daniel Berehulak pour le New York Times.

Dans le quotidien parisien Le Figaro de ce mois-ci, Henri Guaino, l’un des principaux conseillers de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était président, a averti que les pays européens, sous la direction myope des États-Unis, marchaient comme des « somnambules » vers la guerre contre la Russie. Guaino a emprunté une métaphore utilisée par l’historien Christopher Clark pour décrire les origines de la Première Guerre mondiale.

Source : New York Times, Christopher Caldwell
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Caldwell est journaliste d’opinion, il est l’auteur de « The Age of Entitlement : America Since the Sixties» et « Reflections on the Revolution in Europe : Immigration, Islam and the West. »

Naturellement, Guaino comprend que la Russie est la plus directement responsable du conflit actuel en Ukraine. C’est la Russie qui a massé ses troupes à la frontière l’automne et l’hiver derniers et qui, après avoir exigé de l’OTAN un certain nombre de garanties de sécurité liées à l’Ukraine que l’OTAN a rejetées, a commencé à bombarder et à tuer le 24 février.

Mais les États-Unis ont contribué à transformer ce conflit tragique, local et ambigu en une conflagration mondiale potentielle. Selon Guaino, en ne comprenant pas la logique de la guerre, l’Occident, dirigé par l’administration Biden, donne au conflit un élan qui pourrait être impossible à arrêter.

Il a raison.

[...]

La suite sur le site "Les Crises"

Partager cet article
Repost0
25 juin 2022 6 25 /06 /juin /2022 16:30
Partager cet article
Repost0
22 juin 2022 3 22 /06 /juin /2022 13:01

Cet article est reposté depuis Réveil Communiste.

Partager cet article
Repost3
15 juin 2022 3 15 /06 /juin /2022 22:22

Article mis en ligne le 06/06/22

Voilà pourquoi E Macron  se trouve en Moldavie : il faut faire vite.  Avant une nouvelle élection ...

La carte qui situe la Moldavie permet peut-être de comprendre l'arrestation de l'ex-président ...La carte qui situe la Moldavie permet peut-être de comprendre l'arrestation de l'ex-président ...

La carte qui situe la Moldavie permet peut-être de comprendre l'arrestation de l'ex-président ...

Mardi 31 Mai 2022

L'ex-président socialiste de la Moldavie, Igor Dodon, a été placé mardi en garde à vue pour "trahison et corruption".

C'est une tentative à peine dissimulée du gouvernement libéral pro-européen de Maïa Sandu pour couper la tête de l'opposition.

Article et traduction Nico Maury

L'ex-président socialiste de la Moldavie, Igor Dodon, a été placé mardi en garde à vue pour "trahison et corruption" selon le porte-parole du bureau de procureur général Mariana Chiorpec. Une perquisition était menée au domicile d'Igor Dodon.

C'est une tentative à peine dissimulée du gouvernement libéral pro-européen de Maïa Sandu pour couper la tête de l'opposition.

Le vice-président du Parti des socialistes (PSRM), Vlad Batrincea, a déclaré que l'enquête découlait de motivations politiques des autorités décrites comme loyales à la présidente pro-occidentale Maia Sandu. "C'est un jeu dangereux, ceux qui vont à l'encontre de l'opposition veulent provoquer une déstabilisation du pays".  [...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
5 juin 2022 7 05 /06 /juin /2022 15:22
Gaz de schiste : nouvelle dépendance énergétique anti-écologique ?

L'embargo à venir sur le gaz russe rend crucial le problème de la dépendance énergétique de l'Europe. La solution trouvée, le recours au gaz de schiste, lui substitue une autre dépendance, celle à l'égard des États-Unis. Et pose de sérieuses questions écologiques.

C'était devenu au début des années 2010 l'un des tabous de la politique française de l'énergie : malgré les gisements présents sous nos pieds, la France n'aurait pas recours au gaz et au pétrole de schiste pour atteindre son indépendance énergétique.

Mais les guerres sont de grandes briseuses de tabous : après avoir dû renoncer en 2020 à un contrat de livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des États-Unis, Engie va finalement céder à cette sirène. L'objectif : s'affranchir de la dépendance à l'égard de la Russie, qui représente 20 % des approvisionnements du successeur de GDF, et 40 % de la consommation européenne. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents