Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 10:59

Un groupe de jeunes communistes a décidé d’éditer son propre matériel dans lequel il expose ses analyses.  Ici il s’agit de décrire le rôle de Blackrock, la multinationale financiarisée dans la destruction de notre système de protection sociale avec la complicité active de Macron et de son gouvernement.

Mais ces jeunes-gens vont plus loin, ils interpellent la gauche et le parti communiste sur le rôle que doit jouer la souveraineté nationale dans la défense de la souveraineté populaire. C’est court, clair, précis.

Comme le pessimisme est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre, ce blog va être très attentif au point de vue des jeunes qui tentent de créer une issue politique.

Danielle Bleitrach

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2020 1 27 /01 /janvier /2020 17:35

"le véritable problème de notre Constitution actuelle : le phénomène de transfert des lieux de pouvoir dans des espaces à l’abri du contrôle parlementaire."

Plusieurs projets de réformes constitutionnels sont aujourd’hui sur la table. Ils émanent de groupes de travail (Commission Bartolone sur l’avenir des institutions, Projet de VIe République) ou encore d’universitaires comme Dominique Rousseau (Libération, 6 octobre 2016). L’ensemble de ces propositions souffre d’un défaut majeur, celui de ne pas interroger le véritable problème de notre Constitution actuelle : le phénomène de transfert des lieux de pouvoir dans des espaces à l’abri du contrôle parlementaire. Ces « nouveaux » lieux de pouvoir sont au nombre de 4 : l’administration, les juges, l’international (et singulièrement l’Europe) et le local. Faute de réfléchir à la manière de rendre ces 4 lieux de pouvoirs responsables, ces projets de Constitution ne traitent en rien des difficultés de notre Constitution actuelle.[...]

La suite ici : http://pardem.org/le-parti/universites-d-automne/universites-d-automne-2019/995-les-impenses-des-projets-de-reforme-constitutionnelle

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 17:30
Les pap-Chap lors de la manif du 9 janvier

Les pap-Chap lors de la manif du 9 janvier

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 23:45

Déclaration de l’ANC

mercredi 8 janvier 2020 par ANC

Alors que les hommes et les femmes épris de paix peuvent légitimement s’inquiéter des derniers événements au Moyen-Orient et de leur incidence sur la paix mondiale, l’UE, fidèle à elle-même, continue de s’aligner sur les faucons US.

Notre Président Macron aime à se présenter comme la belle âme humaniste de l’Union Européenne, le chevalier blanc des Droits de l’Homme que tout opposerait à des chefs d’Etat ou politiciens comme Trump, Bolsonaro, ou Orban, (ou Marine Le Pen), méchants autoritaires et xénophobes. Mais cette soi-disant opposition se révèle très vite fausse à l’épreuve des faits. Aucun des cinq ne combat le Capitalisme et son corollaire l’Impérialisme, qui sont la cause des inégalités sociales, de l’exploitation des ressources des peuples d’Afrique, d’Amérique ou d’Asie (et d’Europe !) par quelques centaines de sociétés transnationales et les Pouvoirs d’Etat à leur service, et des risques de guerre qui en découlent ici ou là. Tous en sont au contraire d’ardents partisans, dans leur style particulier, à commencer par Macron, qui tente en France de livrer le juteux marché des retraites aux investisseurs privés, et qui envoie ses troupes au Sahel protéger ses zones d’influence sous le prétexte fallacieux de combattre l’intégrisme alors que l’occupation étrangère ne fait que le répandre après être parvenu à détruire l’État libyen en état de guerre permanente depuis l’intervention de l’OTAN en 2011 et aujourd’hui menacé d’une nouvelle intervention, cette fois celle de la Turquie, notre « partenaire » au sein de l’OTAN qui collectionne lui-aussi les interventions hors de ses frontières et à qui on semble ne rien pouvoir refuser.[...]

La suite sur le site de l'ANC :http://ancommunistes.org/spip.php?article1730

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 00:41
Entretien exclusif avec Nicolas Maduro, président du Venezuela

lundi 6 janvier 2020   |   Ignacio Ramonet
 

Dans un entretien exclusif réalisé par Ignacio Ramonet – publié en espagnol le 1er janvier 2020 – le président de la République bolivarienne du Venezuela Nicolas Maduro aborde l’ensemble des questions qui se posent aujourd’hui au sujet de son pays. Crise économique, sociale, politique, rapports avec l’opposition, tensions avec les Etats-Unis – qui entreront en campagne électorale cette année –, évolutions géopolitiques en Amérique latine et dans le monde. Sur tous ces sujets, le président vénézuélien expose ses analyses et points de vue.

Une échéance sera au coeur de l’année politique au Venezuela : l’élection législative. « Nous sommes déjà en 2020, c’est l’année où nous allons reconquérir l’Assemblée nationale du Venezuela avec le vote du peuple, pour la mettre au service de l’intérêt national » déclare Nicolas Maduro.

Lire l’intégralité de l’entretien sur le site de mémoire des luttes :http://www.medelu.org/Entretien-exclusif-avec-Nicolas-Maduro-president-du-Venezuela

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:28

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:18
L’absence (éditorial paru dans l’édition de décembre) - [Ruptures]

"Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique."

Le temps des insurrections ? Chili, Colombie, Equateur, mais aussi Hong-Kong, et bien sûr Iran, Irak, Liban, Algérie… Faut-il d’ailleurs ajouter la France, ainsi que la Finlande (où une puissante vague de grèves s’annonce) ? La tentation de l’analogie est grande. Mais elle est périlleuse, tant chaque mouvement est ancré dans des réalités historiques, économiques et sociales, culturelles et politiques propres et dissemblables.

Bien souvent, il s’agit d’incendies qui ont pris tout le monde de court. Mais les similitudes s’arrêtent là. Quel sens y a-t-il à fourrer dans le même sac les manifestants qui ont déferlé à Bogota contre un pouvoir ultra-libéral, et la jeunesse dorée de La Paz réussissant à annuler le verdict des urnes qui venait de reconduire le progressiste Evo Morales ? Ou bien les émeutiers aisés pro-occidentaux de Hong-Kong, et les révoltés de Santiago du Chili, pour qui la hausse du ticket de métro signifie le basculement dans la misère ?

Deux critères, parmi d’autres, permettent de se faire une première idée de chaque mouvement. D’une part la description qu’en proposent les médias dominants : selon que vous défilerez à Caracas pour renverser le pouvoir chaviste, ou à Bogota pour exiger un niveau de vie décent, vous serez salué avec enthousiasme, ou juste évoqué de manière distraite. Et d’autre part leur composition sociale. Ainsi, la fureur du peuple irakien s’exprime en première ligne au travers des plus démunis, notamment la classe ouvrière. Au Liban en revanche, les classes moyennes ont fait figure de moteur du mouvement.

Si l’on veut vraiment établir un trait commun, du moins pour les soulèvements d’inspiration progressiste, il en est un… qui apparaît plutôt en creux : l’absence d’alternative politique. Un manque cruel qui, objectivement, ne laisse pas beaucoup d’espoir aux révoltés. De Bagdad à Beyrouth en passant par Alger, nombreux sont ceux qui refusent même l’idée de porte-parole – ce qui n’est pas sans rappeler l’état d’esprit des Gilets jaunes. Ce rejet de la représentation est compréhensible après l’expérience de la désinvolture et des trahisons des partis politiques traditionnels. Mais elle constitue un fatal handicap. Dans aucun des pays cités – pas plus que dans l’Hexagone – ne s’esquisse une force politiquement déterminée, rigoureusement organisée et idéologiquement cohérente susceptible de porter des perspectives de rupture.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 00:37
Retraites : les compagnies d’assurance en embuscade - Chroniques | Là-bas si j'y suis

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 15:15

17 novembre 2019 - 46ème anniversaire de la révolte des étudiants de l’Ecole Polytechnique et des ouvriers d’Athènes contre la junte :

Avec des grandes démonstrations contre l’impérialisme et la guerre, à Athènes, à Thessalonique et dans les autres grandes villes, a été honoré le 46ème anniversaire du soulèvement héroïque des étudiants de l’Ecole Polytechnique et des ouvriers d’Athènes, en novembre 1973, qui a constitué le point culminant de la lutte du peuple et de la jeunesse contre la dictature des colonels, qui étaient au pouvoir depuis le 21 avril 1967.

Les slogans de la révolte de l’Ecole Polytechnique restent actuels dabs la lutte contre la politique qui mène le peuple à la pauvreté, le chômage, l’insécurité, contre la participation de la Grèce aux plans impérialistes de l’OTAN, des Etats-Unis, de l’UE, contre la répression et l’autoritarisme.

Il n’était pas au hasard qu’à Athènes, la grande manifestation anti-impérialiste, en marchant dans les rues centrales de la ville, est arrivée devant l’ambassade américaine, pour rappeler que l’imposition de la dictature militaire, en 1967, a servi « par le feu et par l’épée » les intérêts de la classe bourgeoise contre le peuple, en réalisant les plans des impérialistes des Etats-Unis et de l’OTAN, jusqu’au coup en Chypre, qui a conduit à l’invasion et l’occupation turques.

Lire la suite ici : http://fr.kke.gr/fr/articles/Aucune-participation-aux-plans-dangereux-des-Etats-Unis-de-lOTAN-et-de-lUE-cest-le-message-de-la-revolte/

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 16:46

Au grand dam des partisans de l’Union européenne, le Brexit a été plébiscité – une nouvelle fois.

A l’instant où les bureaux de vote britanniques se sont fermés, les sondages « sorties d’urnes » n’ont laissé aucun doute : ce sera une victoire écrasante du Parti conservateur et de son chef, Boris Johnson. La majorité dont disposera celui-ci sera la plus large dont un gouvernement ait disposé depuis près de quatre décennies.

Ceux – au Royaume-Uni, à Bruxelles et dans les capitales européennes – qui comptaient encore sur un miracle divin qui verrait le pays rester dans l’Union européenne viennent de voir s’envoler leurs dernières illusions. L’accord qui fixe les modalités de divorce entre Londres et l’Union européenne avait été arraché – contre toute attente – le 17 octobre par le chef du gouvernement. Celui-ci s’était alors heurté une ultime fois aux chicanes des députés sortants pro-UE.

Mais ces derniers – et les Travaillistes en particulier – n’ont pas réussi à retarder encore la dissolution d’un Parlement qui devenait tout à la fois grotesque et illégitime. Le scrutin du 12 décembre revêtait donc une importance extraordinaire – le plus crucial depuis l’après-guerre, ont même affirmé certains. M. Johnson l’avait en quelque sorte transformé en plébiscite pour ou contre le Brexit. Il a gagné son pari haut la main – plus encore que les pronostics les plus optimistes ne le prédisaient. Les nouveaux députés vont donc, dans les toutes prochaines semaines, ratifier l’accord de sortie.

Il s’agit d’un événement de portée historique : pour la première fois, un Etat décide de partir, parce qu’on a demandé l’avis à son peuple

La suite sur le site de Ruptures ici :  https://ruptures-presse.fr/actu/johnson-elections-brexit-victoire/

Partager cet article

Repost0

Articles Récents