Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 22:24
Vendredi, 14 Juillet, 2017
Humanite.fr

Adrien Quatennens, jeune Lillois (FI), élu pour la première fois en juin, a fustigé la méthode express choisie par l’exécutif pour faire adopter sa réforme dans l’été.

Adrien Quatennens, jeune Lillois (FI), élu pour la première fois en juin, a fustigé la méthode express choisie par l’exécutif pour faire adopter sa réforme dans l’été.
Thomas Samson/AFP


Après quatre jours de débat, le projet de loi d'habilitation a été approuvé par 270 voix contre 50. Le parti présidentiel (LREM) ainsi que les Républicains et les "Constructifs" LR-UDI ont voté pour alors que la Nouvelle gauche (ex-PS), les Insoumis et les Communistes ont voté contre. [...]

La suite ci-dessous

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 22:38

La réunion du G-20 qui s’est tenu du 7 au 9 juillet à Hambourg a montré l’éclatement actuel des relations internationales. Elle a aussi souligné la position de force qu’occupent tant des pays comme les Etats-Unis que la Chine et la Russie. Elle a acté de l’incapacité des pays de l’Union européenne à faire avancer leur agenda d’une soi-disant « gouvernance mondiale » appuyée sur le déni de la souveraineté des Etats.[...]

Lire la suite ci-dessous

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 15:33

par Marco Teruggi

lecherc3ada

Le spectacle est désolant : des colis et des colis de nourriture brûlée. Du beurre, des pâtes, de la viande, du sucre fondus, du lait, du riz, calcinés par tonnes entières. Entre 50 et 60 au total sur les 180 tonnes qui étaient entreposées là quand, dans la nuit de jeudi dernier, deux individus sont entrés dans un dépôt du Mercal (magasin d’alimentation à bas prix de l’État) à Lecheria et y ont mis le feu. C’était le plus grand dépôt de l’État de Anzoategui. L’incendie a duré près d’une heure. Ils sont repartis en laissant derrière eux le bâtiment incendié et trois tags : « sales chavistes », « plus de famine » et « vive Leopoldo » (1).

On savait que ce bâtiment était un objectif militaire pour la droite. Pas seulement celui de Mercal, mais aussi ceux de Pdval et du Centre d’approvisionnement Bicentenaire (autres systèmes publics d’alimentation à bas prix, NDLR) déjà attaqués avec des cocktails Molotov.

Cette fois-ci, ils ont partiellement atteint leur objectif de détruire l’entrepôt tout entier dans le cadre d’une brève attaque nocturne.

Cet événement met en relief deux éléments.

Le premier montre que l’axe économique est au premier plan d’une tentative visant à resserrer l’étau en vue d’un coup d’État. L’augmentation constante des prix – dans les rues de Barcelona, le kilo de farine de blé est passé de 4 500 à 9 000 bolivars en une semaine et le sucre de 5 000 à 7 000 en trois semaines- ainsi que les attaques consistant à détourner ou à bloquer des camions appartenant aux réseaux de distribution alimentaire de l’État en sont la preuve. Face à cela, le Gouvernement a mis en place un dispositif de surveillance des camions sur leur parcours, depuis le point d’entrée dans l’État de Anzoategui jusqu’au dépôt de destination.

Le deuxième élément révèle le caractère frontal de l’attaque. Jusqu’à présent, la guerre économique s’est tramée dans l’ombre, dans l’anonymat, dans la négation d’elle-même : omniprésente pour en occulter les responsables et en accuser le gouvernement et son modèle. [...]

Lire la suite ci-dessous

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 15:17

Extraits : "De l’histoire, je ne retiens que la statistique. La Grande Guerre a quintuplé le chiffre de nos affaires et décuplé nos bénéfices. Tout ce trafic magnifique, nous l’avons opéré avec les Alliés. [...] Vous nous avez payé partie en or mais vous nous avez payé aussi avec du papier. Or, vos traites ne vaudront que ce que vaudra votre victoire : il faut que vous soyez victorieux à tout prix pour faire face à vos engagements. [...] Il vous faudra reconstruire tout ce qui a été détruit. Cet argent que nous avons gagné sur vous, nous vous le prêterons pour relever vos villes, pour rebâtir vos fabriques, pour créer à nouveau votre existence économique. Un beau champ s’offre là pour nos placements futurs. Mais ce champ ne sera profitable que si vous triomphez avant l’épuisement complet. Voilà pourquoi nous souhaitons votre victoire." ( Confidences d'un grand banquier américain dans  "Les Annales politiques et littéraires" en mars 1917 )

Rien n'a vraiment changé ...

Donald Trump arrive jeudi en France, pour célébrer le centième anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis. Derrière la version officielle se cache aussi une réalité moins avouable.

Donald Trump arrive jeudi 13 juillet en France pour célébrer, à l'occasion du 14-Juillet, le centième anniversaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés des Alliés. C'est l'occasion de revenir sur les causes de cette entrée en guerre, des causes qui ne seront pas forcément évoquées lors de ce sommet franco-américain. [...]

La suite sur le site de France Info

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 15:00

Reçu par courriel un communiqué du Mouvement de la paix - Comité du Havre

 
 
Mouvement de la paix
  Comité du Havre
 
Traité d’interdiction des armes nucléaires :
communiqué du Mouvement de la Paix en pièce jointe.
 
 
Au Havre, avant la marche pour la Paix du 23 septembre,
rassemblement à la plage le samedi 5 août à 15 h contre les armes nucléaires
(triste anniversaire des bombardement sur Hiroshima et Nagasaki)
Mouvement de la paix - Au Havre, avant la marche pour la Paix du 23 septembre, rassemblement à la plage le samedi 5 août à 15 h contre les armes nucléaires - Comité du Havre
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 14:47

"Avec la vague de La République en marche aux législatives, de nombreux députés novices sont entrés au Parlement. Beaucoup découvrent ainsi les arcanes du travail législatif, mais certains ne semblent pas tout à fait en maîtriser les fondamentaux. "  Sur RT (voir l'intégral ci-dessous )

Le problème, c'est que tout militant politique ( ou syndical ) de base sait ce qu'est un décret.  Dans la gauche radicale surtout, pour en fustiger l'usage.  Il est vrai que les députés d'En Marche, fussent-ils de La République, ne sont pas vraiment de gauche, ni vraiment des militants politiques, puisqu'ils sont, et ils s'en font gloire, de la dite "société civile".

Le deuxième problème est que la constitution de la Vème République, les pouvoirs exécutif et législatif sont au programme de la classe de troisième en éducation civique.

Mauvaise politique et mauvaise élève donc la présidente LREM de la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

A lui signaler : chez les bouquinistes de Paris, on trouve certainement à prix cassés des livres d'éducation civique qui expliquent fort bien le fonctionnement de l'Assemblée nationale, et les pouvoirs du gouvernement et du président de la République.  Sinon j'en ai encore quelques-uns sur mes étagères ...

Yvette Genestal

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 14:38
L’assemblée générale de l’Organisation des États américains, OEA, s’est tenue cette année du 19 au 21 juin dernier à Cancun, au Mexique. Au cours de cette réunion, les États-Unis ainsi que d’autres pays aux gouvernements néolibéraux ont signé une résolution dont le point central exigeait que la République bolivarienne du Venezuela reconsidère sa décision de convoquer une Assemblée constituante. Cette proposition n’a pas reçu les 23 votes nécessaires à son adoption et a provoqué un sentiment de frustration parmi les chanceliers en faveur de l’ingérence, exprimée notamment par le nouveau ministre des Affaires étrangères argentin, Jorge Faurie, qui s’est dit déçu de ce résultat.

 

L’échec yankee à l’OEA

Cette réunion avait lieu à la suite d’une série de déclarations et de sanctions venant de fonctionnaires des USA à l’encontre du Venezuela. Luis Almagro, le secrétaire général de l’OEA, a été assez peu suivi dans sa volonté d’accélérer l’implantation de la Charte démocratique et d’autres mesures au Venezuela qui avaient pour objectif d’isoler la nation bolivarienne.

Le blocus financier et la guerre économique font partie de ce processus d’épuisement de la population native, et sont utilisés pour alimenter l’argument selon lequel le pays est en proie à une crise humanitaire. Les médias sont venus compléter le tableau grâce à un assaut sur l’information, en menant une campagne de propagande assez violente contre le Venezuela.

Mais malgré la fabrication de ce climat, malgré les intenses manœuvres du gouvernement de Donald Trump pour obtenir les soutiens nécessaires au sein de l’organisme coordonné par l’Uruguayen Luis Almagro ; malgré les menaces à peines voilées que constituaient les exercices militaires (Tradewinds) dirigés par le SOUTHCOM (commandement Sud des États-Unis) jusqu’au 17 juin au large des États insulaires des Caraïbes, ceux-ci se sont retournés contre eux et se sont avérés être le principal obstacle à l’intérieur de l’OEA pour que ces résolutions hostiles soient appliquées. Les velléités interventionnistes n’ont pas obtenu la vague de légitimité espérée au sein de l’organisme américain.[...]

Lire la suite en cliquant ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 13:15
Pavillons de complaisance : comment la France contribue au dumping social sur les océans

par Delphine Bauer sur Observatoire des multinationales

« Loin des yeux, loin du cœur. » Sur des cargos ou porte-conteneurs géants perdus au milieu des océans, les gens de mer sont les premières victimes d’une mondialisation sans visage qui, toujours au nom de la concurrence, rabaisse les coûts sociaux à tout prix. Les entreprises françaises ne sont pas exclues de ces pratiques douteuses, n’hésitant pas à immatriculer leurs bateaux sous le régime des pavillons de complaisance. Malgré les promesses de l’ancien Président François Hollande, l’État français est, lui aussi, loin d’être irréprochable. Il possède même son propre régime dérogatoire, qui participe de la dégradation progressive des conditions de vie et de travail des marins, malgré les efforts d’inspecteurs aux moyens limités. Enquête.

[...]

Lire ci-dessous

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2017 1 10 /07 /juillet /2017 09:36

L’Unesco a déclaré vendredi 7 juillet que la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée était dorénavant une « zone protégée » du patrimoine mondial, en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle en danger ».

Ce vote est « un succès dans la bataille diplomatique menée par les Palestiniens sur tous les fronts face aux pressions israéliennes et américaines », s’est félicité le ministère des affaires étrangères de l’Autorité palestinienne dans un communiqué.

Tandis que pour le ministère des affaires étrangères israélien, c'est une "souillure morale" et "l'un des moments les plus déshonorants de l'histoire de l'Unesco".

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2017 7 09 /07 /juillet /2017 16:47

La France Insoumise : Tous les amendements au Code du Travail rejetés ! La majorité démasquée.
de : JO
samedi 8 juillet 2017 - 11h52 -

Dans un silence total, LREM rejette tous les amendements de la France insoumise

© AFP 2017 Martin BUREAU ANALYSE 22:44 07.07.2017(mis à jour 22:46 07.07.2017) URL courte 5955081629

Le texte d’habilitation à réformer le Code du travail par ordonnances est validé par la commission des affaires sociales de l’Assemblée. Sans prendre la parole, les élus LREM ont rejeté les uns après les autres tous les amendements déposés par la France insoumise et le PCF. Retour sur le sujet avec Adrien Quatennens, député LFI.

Le projet de loi autorisant le gouvernement à réformer le Code du travail par ordonnances a été adopté jeudi 6 juillet en commission parlementaire, et sera donc examiné par l’Assemblée à partir de lundi prochain. Les députés La République en marche, MoDem et Les Républicains ont voté pour, alors que les élus La France insoumise, Parti communiste et Nouvelle Gauche (Parti socialiste et alliés) se sont prononcés contre.

Sur les 233 amendements déposés, plus de la moitié émanaient de la France insoumise et du Parti communiste. Tous ont été rejetés, sans qu’aucun « marcheur » ne prenne la parole pour s’en expliquer. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, s’est dite ravie des « débats »…

​Quel bilan tirent les opposants à ce texte ? Sputnik a interrogé Adrien Quatennens, député La France insoumise de la 1re circonscription du Nord et membre de la commission des affaires sociales, qui examinait le texte.

Selon le député, cet épisode est symptomatique :

« On a là la quintessence du macronisme : une majorité dominante, composée de gens qui, en commission, n’interviennent pas, et qui votent en cadence chaque article. »

Adrien Quatennens détaille par ailleurs pour Sputnik les différents types d’amendements qui ont été déposés par son groupe, et leurs buts. D’une part, les amendements de fond :

« Nous avons essayé méthodiquement d’argumenter sur le fond, d’expliquer que nos amendements nécessitaient le débat. Les amendements de fond servaient à essayer de limiter le périmètre sur lequel le gouvernement pourrait légiférer : la nature de ce projet de loi fait qu’il détermine non pas ce que va effectivement faire le gouvernement, mais le périmètre sur lequel le Parlement l’autorise à légiférer. »

D’autre part, la France insoumise et le Parti communiste ont voulu exprimer leur désaccord avec la forme :

« Nous avons également présenté des amendements de forme, avec beaucoup d’amendements de suppression, pour contester la méthode employée par le gouvernement : le fait qu’on soit dans une procédure extraordinaire alors que les députés ne sont même pas encore installés, qu’on n’a pas encore de bureaux et que nos collaborateurs ne sont pas encore recrutés. Et il faudrait s’empresser de voter ce projet de loi alors qu’il permet au gouvernement de légiférer sur un périmètre très large… »

« Il y a quelque chose d’historique qui est en train de se passer, avec une forme d’opacité : la période a été méthodiquement pensée pour que les gens ne prennent pas conscience des enjeux et de leur ampleur. »

Malgré son échec, le mode opératoire adopté ici par la France insoumise et le Parti communiste représente donc, selon Adrien Quatennens, le rôle même de l’opposition :

« Notre travail est de démasquer la majorité et d’essayer de vulgariser les enjeux de ce projet de loi. Il était important pour nous de répéter, notamment à la ministre du Travail qui était largement présente pendant nos travaux, que de notre point de vue rien ne justifiait ce projet de loi : le quinquennat précédent a été marqué par la flexibilisation du travail, or, ça n’a pas créé d’emploi, et des études de l’OCDE ont démontré qu’il n’y avait pas de corrélation entre la baisse des droits des travailleurs et la baisse du chômage. Ce projet de loi sert donc quelques intérêts particuliers en prétendant servir l’intérêt général. »

Et de conclure que l’aspect qui pourrait sembler procédurier et vain de cette démarche, vouée à l’échec, n’est pas « beaucoup de bruit pour rien » :

« La démocratie et le débat ne sont jamais "pour rien". Si nous n’avions pas fait ça, on aurait eu un texte qui aurait été validé en commission en quelques heures, alors que les enjeux sont historiques : ce projet de loi vise à retourner l’ensemble de l’ordre juridique et social des 18 millions de personnes qui travaillent dans le secteur privé. »

Lu sur Bellaciao

Partager cet article
Repost0

Articles Récents