Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 14:56
La lutte des livreurs de colis d’Amazon continue ! [UD-CGT 76 - Seine-Maritime]

Vu sur le site de l'UD-CGT 76

Rassemblement de soutien
Mardi 7 Juin 8h30
Devant le Conseil des Prud’hommes de Rouen
1 Place de la Madeleine (près de la préfecture)

Depuis le Jeudi 28 Avril 2022, neuf salariés, livreurs de colis de la société Lumina Services, société sous-traitante d’Amazon, se mobilisent avec l’aide de toutes les organisations de la CGT, pour faire valoir leurs légitimes droits, notamment le paiement de la rémunération qui leur est due (heures supplémentaires, salaire minimal…) et des papiers administratifs en règle.

 

Travailleurs sans-papiers pour 8 d’entre eux, ils ont été embauchés en toute connaissance de cause, en CDI pour économiser la prime de précarité et ont été renvoyés sans formalité quand ils ont voulu faire valoir leurs droits. La société Lumina Services ne leur a pas payé ce qui leur était dû et les a licenciés du jour au lendemain par voie de message vocal et de SMS.

Piquet de grève à proximité de l’entrepôt Amazon de Saint-Etienne du Rouvray, manifestation du 1er Mai et le 5 Mai sur la Zone industrielle, ils multiplient les actions pour demander à Amazon leur salaire et à la préfecture leurs papiers. Le 1er Mai Lumina Services se sabordait en congédiant ses autres salariés par messagerie WhatsApp.


Lundi 9 mai au matin, Amazon nous a communiqué qu’ils avaient terminé leurs « investigations » et décidé de ne plus employer Lumina Services. Mais ils refusent toute responsabilité dans le sort des salariés. C’est pourtant bien Amazon qui sollicite la création de ce genre de sous-traitant « 2.0 » (selon leur terminologie), entreprise zombie sans locaux, sans véhicules, sans compétences RH pour assurer les pointes de livraison de fin d’année et c’est Amazon qui est tenue pour responsable, selon le code du travail, de l’emploi de salariés sans autorisation de travail ou non déclarés. Les livreurs continuent leur combat pour récupérer les salaires dus et obtenir des promesses leur permettant d’obtenir des papiers.

Voir sur le site de la CGT : http://cgt-76.fr/la-lutte-des-livreurs-de-colis-damazon-continue/

Partager cet article
Repost0
19 mai 2022 4 19 /05 /mai /2022 18:04
Paru en 2016 - https://www.amelioronslaville.com/archives/2016/01/la-fonction-publique-doit-ameliorer-la-protection-du-risque-dexposition-a-lamiante/

Paru en 2016 - https://www.amelioronslaville.com/archives/2016/01/la-fonction-publique-doit-ameliorer-la-protection-du-risque-dexposition-a-lamiante/

Mettre en danger la vie des travailleur.e.s exige une peine d’amende exemplaire !

« L’absence de toute amende pour un employeur public dont le budget approche les trois milliards d’Euros résonne comme la délivrance d’un permis de tuer ! »

Mardi 10 mai 2022, le tribunal correctionnel de Rouen a reconnu coupable le Département de la Seine Maritime du délit de mise en danger d’autrui pour avoir exposé quatre de ses agents à l’amiante lors de travaux réalisés sur un bac maritime en avril 2015.
Cette condamnation n’a été rendue possible que par le combat acharné des agents, du syndicat CGT du département et de l’union départementale CGT de Seine Maritime. Face à l’inaction du parquet suite aux plaintes de 2015, nous avons dû faire une citation directe en correctionnel et se constituer partie civile pour obtenir la tenue d’une audience durant laquelle il a été démontré que l’employeur public avait violé de nombreuses dispositions du code du travail dont il avait parfaitement connaissance.
Si le tribunal reconnait l’existence des infractions, une condamnation sans aucune peine d’amende à l’encontre du département est plus que choquante.
Comme nous l’avons souligné lors de l’audience du 15 mars 2022, l’amiante continue d’être responsable de centaines de morts tous les ans en France. Présente dans les bâtiments, les machines ou encore les moyens de transport, des millions de travailleur.e.s restent à ce jour exposés à la fibre tueuse sans que toutes les entreprises, public comme privé, ne prennent les mesures de prévention qui s’imposent.

« L’absence de toute amende pour un employeur public dont le budget approche les trois milliards d’Euros résonne comme la délivrance d’un permis de tuer ! »

Alors que la peine encourue est de 75 000 € d’amende, le tribunal a décidé de ne pas infliger d’amende au Département ! L’absence de toute amende pour un employeur public dont le budget approche les trois milliards d’Euros résonne comme la délivrance d’un permis de tuer ! Quel est le message donné par le tribunal aux employeurs sinon qu’ils peuvent continuer à jouer avec la vie des travailleurs et travailleuses, qu’ils peuvent violer délibérément les règles de protection du code du travail ! Même dans les rares cas où le parquet donne suite aux plaintes des victimes ou aux procès-verbaux de l’inspection du travail, les employeurs et autres actionnaires peuvent dormir tranquille, la délinquance en col blanc permettant d’éviter le risque d’amende!
Une telle décision est choquante pour l’ensemble du monde du travail. Elle ne peutque favoriser le maintien de comportement délictueux en matière d’exposition à l’amiante comme aux autres produits chimiques, biologique ou cancérogènes !
Alors que chaque semaine, le tribunal correctionnel condamne, parfois sévèrement, des travailleur.e.s et des privés d’emploi à des peines d’amende notamment pour des situations de mise en danger d’autrui liés à des comportements routiers dangereux, cette condamnation sans peine ne peut rester en l’état.
Dans un état qui se dit être un état de droit, la loi est ineffective si les condamnations ne coûtent pas plus cher aux employeurs que de continuer à exposer leurs travailleur.e.s à ces risques évitables, il n’y a pas de place pour une justice de classe, une justice complaisante avec la délinquance patronale mais sans pitié avec la classe ouvrière.
Monsieur le procureur de la République, vous devez faire appel de cette condamnation sans amende.
Pour l’Union Départementale CGT de Seine Maritime,
Le secrétaire Général

Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 21:36
  • ROUEN 10H30 Cours Clemenceau
  • LE HAVRE 10H Cercle Franklin
  • DIEPPE 11H Parc F. Mitterrand
  • LE TRÉPORT 10H30 Forum de la Plage
  • ELBEUF 10H00 Place de la Mairie
  • LE TRAIT 11H Salle Bodelle
  • LILLEBONNE 11H Rue Fauquet Lemaitre (UL)
  • GRAND QUEVILLY (Pétanque et foire à tout) 11H30-18h Groupe poste scolaire (bourg derrière église)
 1er mai 2022 - UD-CGT 76 - POUR TOUTES NOS REVENDICATIONS ET LA PAIX DANS LE MONDE

1ers Mai en Seine-Maritime ... au XXIème siècle

1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...
1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...

1ers Mai en Seine-Maritime ... Elbeuf, Rouen, Dieppe, Le Havre ...

1er mai

POUR TOUTES NOS REVENDICATIONS
ET LA PAIX DANS LE MONDE

• SALAIRES
Parce que les salaires, les pensions de retraite, les minima sociaux ne suivent plus le coût de la vie depuis des années.
Parce que les 236 milliards d’euros de bénéfices supplémentaires engrangés par les plus riches au cours des 2 dernières années sont indécents.
Parce qu’il y a urgence à partager autrement les richesses créées.
NOUS EXIGEONS une augmentation immédiate des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux.
• EMPLOI
Parce que les plus de 200 milliards d’€ d’aides publiques, données aux entreprises chaque année, sans aucun contrôle, ne servent ni à l’emploi, ni aux salaires.
Parce que les contrats précaires ne permettent pas de construire une vie décente.
Parce que la pandémie a démontré le manque d’emploi dans l’ensemble des fonctions publiques.
NOUS EXIGEONS un plan massif d’embauches en CDI dans les fonctions publiques et dans le privé.
• RETRAITE
Parce que 6 salariés sur 10 ne sont plus actifs au moment de faire valoir leurs droits à la retraite (inaptitude, invalidité, chômage, etc.).
Parce que vouloir faire travailler les salariés encore plus longtemps, c’est fabriquer de futurs retraités pauvres.
NOUS EXIGEONS la retraite à taux plein dès 60 ans et même un départ réellement anticipé pour les métiers pénibles (souvent les métiers essentiels).
• SANTÉ
Parce qu’il est inacceptable de laisser notre hôpital et donc notre santé sans les moyens de nous soigner dignement.
Parce que la pandémie a démontré notre besoin vital et permanent de services publics de proximité.
NOUS EXIGEONS un plan d’embauche dans l’ensemble des services publics ainsi que l’augmentation des moyens pour les services publics de proximité.

MANIFESTATIONS EN SEINE-MARITIME

ROUEN 10H30 Cours Clemenceau
LE HAVRE 10H Cercle Franklin
DIEPPE 11H Parc F. Mitterrand
LE TRÉPORT 10H30 Forum de la Plage
ELBEUF 10H00 Place de la Mairie
LE TRAIT 11H Salle Bodelle
LILLEBONNE 11H Rue Fauquet Lemaitre (UL)
GRAND QUEVILLY (Pétanque et foire à tout) 11H30-18h Groupe poste scolaire (bourg derrière église)

Partager cet article
Repost0
19 avril 2022 2 19 /04 /avril /2022 20:12
Louis Danais et Bernard Isaac

Louis Danais et Bernard Isaac

Intervention de Pascal Morel, Secrétaire de l’Union Départemental de Rouen


A Mathieu et Jehann, ses enfants, à ses petits enfants, à sa compagne, à toute la famille,
Cher-es Camarades,
Cher-es amis,
Cher Bernard,

Nous sommes tous réunis aujourd’hui pour te rendre un dernier hommage.
Bernard, pendant 27 ans, tu as exercé le mandat de Secrétaire Général de l’Union départementale CGT de Seine- Maritime.
Durant ces 27 années, marquées de résistance, de conflits et de négociations, tu as toujours gardé bon pied, bon oeil.
Mais ta combativité était dans tes tripes bien avant d’être permanent. Preuve on est au début des années 60, lorsque pour combattre l’OAS, tu réclames des armes à la direction de la Compagnie électro-mécanique.
Résumer ton activité de militant serait trop long tant ton engagement syndical, mais aussi politique, ont marqué notre département et notre région Normandie.
Quelques dates qui retrace ta vie et ton engagement riche en évènements.
En 1950, tu rentres à l’école de la Compagnie Electro Mécanique du Havre - la CEM - ou tu obtiens un CAP d’ouvrier-tourneur.
Tu rentres dans la vie active en 1952. Dès 1953, tu commences à exercer tes premiers actes de solidarité avec tes collègues de travail. Je te cite : « j’avais 17 ans, on collectait de la bouffe et des patates ». 1ère grève, 1ère responsabilité !
En 1959, à ton retour, après 28 mois de service militaire en Algérie, tu es élu délégué du personnel.
En 1962, les Métallos CGT du Havre te confie la direction du syndicat CGT des Métaux, fonction que tu occuperas jusqu’en 1966.
Puis en 1962, tu es élu Secrétaire Général de l’UD CGT 76. C’est dans cette responsabilité que tu contribueras à la grande grève de mai–juin 1968, notamment la puissante grève commencée à Cléon avec occupation de l’usine, grève qui s’étend à plus de 100 entreprises dans le département.
A l’issue de ces grèves, la CGT sortira renforcée avec 90.000 syndiqués CGT dans le département et les acquis sociaux arrachés au patronat.
Les années suivantes, ce sont les luttes pour l’emploi dans la construction navale avec l’occupation du paquebot le « France » durant 3 jours pour améliorer les conditions de travail des salariés.
Avec l’arrivée des centrales nucléaires, et les salariés sur le chantier, tu crées les conditions de la mise en place d’une Union locale de chantier à Paluel, pour organiser les travailleurs et faire respecter leurs droits.
Les années 70-80 sont marqués de ton empreinte, riches en terme de luttes dans notre département, telle la lutte emblématique contre la fermeture de la papèterie Chapelle Darblay de 1980 à 1983.
En 1984, à l’occasion des commémorations du débarquement de Normandie, tu organises un rassemble-ment de la CGT pour rappeler la place prise par la CGT dans la résistance.
Puis en 1994, tu réitère la même opération au mémorial de la paix à Caen en la présence de nos camarades Louis Viannet, Georges Séguy et André Duroméa.
Tout au long de ta vie, Camarade, tu t’es battu pour la paix dans le monde.
Cela démontre, Bernard, tes valeurs et ton engagement durant tout ta vie.
Une anecdote que nous ne sommes pas prêts d’oublier et qui restera dans nos mémoires ! J’en témoigne, puisque j’étais présent avec mes camarades de mon syndicat Renault Cléon. Je veux parler de l’initiative en 1989, l’année du bicentenaire de la Révolution Française : la CGT décide d’organiser une curieuse exposition de chevaux à Deauville. Une fois encore, je te cite : « on a proposé de présenter les « Yearlings » de la CGT, il a fallu trouver les chevaux et des gens sachant les monter !
Et on l’a fait !
On a présenté les « Yearlings » dans la rue principale de Deauville pour terminer devant le Casino. On était 1500 en manifestation.
Les chevaux s’appelaient : « emploi précaire, y en a marre » ; « du fric pour l’école, pas pour la guerre » ; « à bas les privilèges ».
Force est de constater, qu’aujourd’hui encore, ces revendications sont, hélas toujours d’actualité.
Bernard, tu étais de tous les combats face au patronat et au pouvoir politique.
En 1975, la confédération CGT t’a demandé d’aider les organisations de la CGT de l’Orne et de La Manche.
Dès 1980, tu occuperas les fonctions de Secrétaire Régional de la CGT de Normandie et ce jusqu’en 1995.
C’est cette année-là que l’heure de la retraite sonne pour toi ! Et ton engagement continu de plus belle, tu créé l’Institut de l’Histoire Sociale CGT de Normandie.
Bien entendu, impossible d’évoquer ton engagement syndical sans parler de ton engagement politique au Parti Communiste Français auquel tu adhères en 1960, et les responsabilités que tu y prendras, dont celle de membre du bureau Fédéral du PCF de Seine-Maritime.
Tu cherchais des fossiles et tu faisais partager tes connaissances. D’ailleurs, tu avais organisé une exposition à la médiathèque de Brionne sur ce sujet.
Bernard, nous sommes nombreux à avoir suivi tes conseils, tes valeurs pour construire un monde meilleur et la conquête de droits sociaux pour tous.
Ton engagement exemplaire de militant syndical et politique, porteur du combat pour la paix dans le monde reste et restera une force, et le grand homme que tu as été tout au long de ta vie marquera à tout jamais l’histoire sociale de la CGT et de notre Département.
Pour terminer cet hommage, je retiendrai, pour les luttes à venir, et elles s’annoncent nombreuses dans cette sombre période, où la bête immonde n’a de cesse de grappiller notre république, cette phrase de toi :
« Les gars on se serre les coudes, et on se bat ».
Alors oui Camarade « on continue, on ne lâche rien » !
Pascal Morel

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 17:02

Seine-Maritime : JL Mélenchon en tête au Havre, Rouen, Saint-Etienne du Rouvray, Canteleu,  Darnétal, Petit-Quevilly, Sotteville les Rouen, Amfreville la Mivoie, Oissel, Cléon, Grand-Couronne, Elbeuf  ... Des zones urbaines donc, souvent populaires et ouvrières, davantage favorables à JL Mélenchon.  D'anciennes municipalités communistes devenues socialistes dans la foulée de l'Union de la gauche (Grand-Couronne) et des municipalités socialistes (Rouen, Elbeuf).  Des municipalités communistes ( Saint-Etienne du Rouvray, Oissel ...)

A noter qu'à Dieppe, où le maire et le député communiste soutenaient JL Mélenchon, Marine Le Pen arrive en tête suivie d'E Macron tandis que JL Mélenchon réunit 22,53% des suffrages.  Fabien Roussel rassemble 4,95%.  Tandis qu'à Gonfreville l'Orcher la ville du député communiste Jean-Paul Lecoq, qui fut maire de cette commune et qui soutenait Fabien Roussel, Marine Le Pen devance également JL Mélenchon.  Fabien Roussel y réalise 11,53%.  E. Macron un peu plus de 13%.

Les Normands moins mobilisés qu’en 2017

Un chiffre à retenir : celui de l’abstention, estimée à 25,1% au niveau national.

La Normandie suit cette tendance. [...]

Mise à jour : Les chiffres définitifs de l’abstention en Normandie :

  • Calvados : 23%
  • Eure : 24,63%
  • Manche : 24,30%
  • Orne : 24,78%
  • Seine-Maritime : 25,27%

A Rouen, Caen, Le Havre… on choisit un duel Mélenchon/Macron

Dans la capitale normande c’est Jean-Luc Mélenchon (LFI) qui arrive en tête avec 33% des voix. Les Rouennais placent ensuite Emmanuel Macron (En Marche !) 3 points derrière avec 30,10% des suffrages. La candidate du Rassemblement National Marine Le Pen complète le podium avec près de 12% des voix.

A Caen, vice versa, c’est le Président sortant qui arrive en tête avec près de 33% des voix. Le candidat de la France Insoumise récolte de son côté près de 29% des voix quand Marine Le Pen, 3e, totalise 11,27% des suffrages. A noter la 4e place de Yannick Jadot (Les Verts) avec 8% des voix.

Au Havre, on retrouve le même trio, mais avec Jean-Luc Mélenchon en tête avec un score 30,17 % devant le Président sortant qui totalise 27,53% des voix. Marine Le Pen se classe 3e avec 20,67% des suffrages exprimés.

[...]

Lire l'intégralité ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2022 2 25 /01 /janvier /2022 23:03
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -
A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -

A Dieppe (Seine-Maritime), près de 350 manifestants ont exprimé leur mécontentement devant l’hôtel de ville face à un énième protocole sanitaire au sein des établissements scolaires, jeudi 13 janvier 2022. (©Les Informations Dieppoises) - Mobilisation à Rouen pour la grève du 13 janvier 2022. (©MN/76actu) - Le Havre (©VM/76actu) -

13 janvier… 2000 dans la rue à Rouen, 1000 au Havre, 400 à Dieppe, 400 à Evreux

CGT Educ'Action :

3300 emplois précaires, 5 millions de masques FFP2 ! Les miettes ne nous suffisent pas !
Après le 13 janvier, tous et toutes en grève et dans la rue le 27 janvier POUR UN PLAN D’URGENCE DANS L’EDUCATION NATIONALE

ROUEN : 10h00 Cours Clémenceau pour une manif jusqu’au rectorat
Le HAVRE : 10h00 Cercle Franklin
DIEPPE : 10h30 Gare SNCF (Place P. Semard)
EVREUX : 14h00 Pré du Bel Ebat

La CGT Éducation se félicite de la réussite exceptionnelle de la journée de grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale. Les personnels se sont largement mis en grève pour dénoncer leur état de fatigue et la dégradation de leurs conditions de travail face à la faillite de la gestion sanitaire ministérielle, mais aussi le mépris de leur ministre et le fait qu’aucune de leurs revendications portées depuis de très nombreux mois ne soit écoutée.

Depuis de trop nombreuses années, ils subissent des politiques d’austérité qui suppriment des postes, génèrent des manques flagrants de personnels (remplaçants notamment), surchargent les classes, attaquent la liberté pédagogique et vident de sens leurs métiers, amplifient le tri social des élèves et accentuent le décrochage salarial en gelant la valeur du point d’indice et instaurent les rémunérations au mérite. C’est donc contre tout cela que les personnels, avec la CGT Éduc’action, se sont mobilisés ce jeudi 13 janvier et ce ne sont pas les quelques miettes consenties par le gouvernement qui pourront calmer la contestation et les revendications.

[...]

Le communiqué intégral en cliquant ci-dessous :

 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 15:35
Au Havre - Manifestation du 24 janvier 2020 contre la réforme des retraites ...

Au Havre - Manifestation du 24 janvier 2020 contre la réforme des retraites ...

Jeudi 27 janvier 2022, Agissons par la grève et les manifestations !

MANIFESTATIONS EN SEINE-MARITIME :

ROUEN  10H00 Cours Clemenceau

LE HAVRE 10H  Cercle Franklin

DIEPPE  10H30 Gare SNCF (Place Pierre Semard)

 

AUGMENTEZ LES SALAIRES ET PENSIONS ! MAINTENEZ ET CRÉEZ DES EMPLOIS

 

Personne ne peut ignorer le contexte social et économique, avec les augmentations des produits de première nécessité, de l’énergie comme de l’alimentation et, finalement, du coût de la vie pour toutes et tous, jeunes, actifs, privés d’emploi et retraités.

Seuls les salaires, les pensions, les aides et allocations continuent de stagner, même de baisser au regard de l’inflation, de décrocher par rapport aux qualifications, dans le privé comme dans le public !

De cette situation, le Gouvernement et le Patronat en sont évidemment les premiers responsables. Pire, ils profitent du contexte sanitaire pour prendre des mesures qui exacerbent toujours plus les inégalités ! L’instauration arbitraire du Pass nommé « sanitaire » ou du Pass vaccinal à venir, pour contraindre à la vaccination sans convaincre, participe de cette stratégie, notamment au travers des suspensions inadmissibles de près de 19.000 salariés !

Force est de constater que cette exigence de contrôle ne s’applique pas aux milliards d’euros qui sont versés aux entreprises ! Le patronat comme le gouvernement profite de cette crise pour licencier, pour fermer des entreprises et supprimer des emplois et postes dans la fonction publique.

Plutôt que de chercher à stigmatiser et trouver un « bouc émissaire », en n’hésitant d’ailleurs pas à provoquer la population, le gouvernement devrait plutôt, dans tous les secteurs d’activité, donner les moyens de travailler aux salariés, par l’embauche massive d’emplois dans les entreprises et administrations, et par l’équipement des moyens individuels de protection de tous les salariés (masques FFP2, Détecteurs CO2, Tests…).

Il doit également donner les moyens de vivre à toute la population, en fournissant à tout le monde des masques, des tests gratuits, en créant et/ou en ré ouvrant des lits dans le secteur de la santé, en établissant un protocole applicable et protecteur des salariés et élèves dans tous les établissements de l’éducation nationale…

De même, le gouvernement français doit agir pour imposer aux multinationales la levée des brevets sur les vaccins.

C’est une urgence pour lutter contre cette pandémie et éviter les mutations génétiques du virus !

Ce n’est pas aux salarié.e.s, retraité.e.s, privé.e.s d’emploi ou étudiant.e.s de payer la crise !

Sur la question des salaires, l’augmentation générale des Salaires, des Pensions, du point d’indice et du Smic, est nécessaire pour permettre aux salarié.e.s de vivre décemment, au moment où les minima de branche sont souvent en dessous du salaire de base minimum.

La CGT combat aussi le gouvernement sur sa néfaste réforme de l’assurance chômage, qui a pour conséquence d’enfermer de nombreux salariés dans des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.

Les retraité.e.s, très massivement mobilisé.e.s, attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leurs pensions, retraites de base et retraites complémentaires, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.

La jeunesse, confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté, accentuées par la crise sanitaire, économique et sociale, doit obtenir une réponse à l’encontre des réformes libérales de l’éducation, de

la formation, et de l’assurance chômage décidées par le gouvernement.

Lors des négociations annuelles obligatoires, les propositions patronales, indécentes rapportées aux résultats des entreprises, ne couvrent même pas la hausse des prix. À cela s’ajoute, dans certains secteurs, le sentiment d’un manque de reconnaissance des efforts produits depuis le début de la crise.

D’ailleurs, la liste des salariés en grève pour de meilleures rémunérations ne cesse de s’allonger dans tous les secteurs d’activité, dans toutes les entreprises et administrations, et des avancées sont obtenues par la lutte.

DE L’ARGENT, IL Y EN A ! Pour preuve, l’accroissement indécent des richesses pour les « riches » qui ont encore vu leur fortune augmenter de presque 200 milliards d’euros entre janvier et novembre 2021, soit une hausse moyenne de presque + 40 % !

Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble, par la grève et les manifestations, pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraité.e.s.

C’est pourquoi la CGT, avec les organisations FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNEF et UNL, appelle à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le 27 janvier 2022.

POUR :

  • L’interdiction des licenciements, des suppressions de postes, des fermetures de sites.
  • L’augmentation immédiate des salaires, des pensions et des minima sociaux de 300 €, un SMIC à 2 000 € brut
  • L’abrogation de la réforme de l’assurance chômage.
  • L’augmentation du point d’indice dans la Fonction Publique

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 15:26

Pour revendiquer de meilleurs salaires et combattre la précarité, la FSU76 appelle à une nouvelle journée d’action jeudi 20 janvier. L’occasion de rappeler que les réponses de Blanquer ne sont pas à la hauteur de nos revendications et que la situation continue à se dégrader dans nos établissements scolaires.

Rendez-Vous :

– DIEPPE : 12h15 devant la sous-préfecture ;

– LE HAVRE : 12h00 devant la sous-préfecture ;

– ROUEN : 17h30 devant le Rectorat.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 23:26
Une cinquantaine de pompiers du Sdis 76 ont protesté devant l’Hôtel du département jeudi 9 décembre 2021.

Une cinquantaine de pompiers du Sdis 76 ont protesté devant l’Hôtel du département jeudi 9 décembre 2021.

Premiers de corvée.  C'est parmi leurs effectifs que toute la droite, de Zemmour à Macron, veut couper et tailler ?

« Avec 860 sapeurs-pompiers professionnels, nous ne pouvons pas couvrir tous les risques. Il y a véritablement des zones noires, où les habitants doivent faire face à des délais “plus, plus, plus”  »

L'intégral de l'article de Paris-Normandieci-dessous et l'article d'actu.fr également :

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 23:50
Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen (Seine Maritime) : le combat des pompiers pour éteindre le feu aura duré toute la journée. 26 septembre 2019. © Radio France - Coralie Moreau

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen (Seine Maritime) : le combat des pompiers pour éteindre le feu aura duré toute la journée. 26 septembre 2019. © Radio France - Coralie Moreau

Pour l'union départementale CGT de Seine-Maritime, c'est une chance de connaître un jour l'origine du terrible incendie de Lubrizol le 26 septembre 2019. Jeudi, les juges d'instruction parisiens en charge du dossier ont accédé à leur demande et ordonné un complément d'expertise.

Un rapport incomplet sur les causes de l'incendie

Le syndicat a épluché le rapport des experts de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, rapport qu'il juge très détaillé sur la zone de départ du feu mais incomplet sur les causes possibles de l'incendie.

"Il y a un travail important qui a été fait mais manifestement les experts n'ont pas eu accès à un certain nombre de documents que Lubrizol doit avoir, notamment sur la conformité électrique, les produits réellement stockés sur la zone de départ de feu et donc on doit avoir des investigations supplémentaires", estime Gérald Le Corre, responsable des questions santé et travail pour la CGT. 

La suite sur le site de France Bleu :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents