Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 15:17

Le processus électoral en cours met en évidence une situation inédite que l’on peut décortiquer comme suit.

I) Un refus de vote qui va s’affirmant.

Bien sûr la catégorie des gens qui s’abstiennent n’est pas uniforme. Il y a toujours eu des individus se sentant peu concernés (ou refusant de l’être) par la dimension collective de la société, mais les sommets atteints pour le 1er tour (13 millions 600 000 voix soit 1 million et demi de plus que 2017) par cette non-participation poussent à qualifier l’abstention de refus de vote plutôt que de s’en tenir à la traditionnelle image des pêcheurs à la ligne. D’autant qu’à ceux-là il convient d’ajouter les 3 millions de blancs et nuls.

D’ailleurs on peut remarquer qu’en pourcentage des inscrits le nombre cumulé des votes non exprimés est quasiment identique pour ces deux dernières présidentielles, au-dessus de 34%. Ce fait à lui seul, montre combien il est imprudent de parler de victoire pour le président élu. D’autant qu’il l’a été en bénéficiant au maximum du phénomène du « vote barrage » qui est antinomique avec le débat d’idées, constituant ainsi tout à la fois un abaissement majeur de la démocratie et une frustration pour l’ensemble du corps électoral excepté les supporters des deux finalistes. Cette frustration est telle que l’on a vu pour la 1ère fois, un vote barrage en faveur de l’extrême droite vue comme le seul moyen restant de s’opposer à un pouvoir cynique, méprisant et tyrannique dans sa volonté de répondre aux désirs du grand capital.

II) Une extrême droite à son plus haut niveau

Non seulement depuis 2017 l’extrême droite a progressé en pourcentages mais elle a progressé fortement dès le 1er tour (+ 2 millions de voix si on ajoute les votes Le Pen, Zemmour et Dupont Aignan) et entre les deux tours puisqu’elle fait encore 2 millions de voix de plus. Qu’il faille compter dans ce dernier chiffre le vote barrage [1] n’enlève rien au fait qu’aujourd’hui il y a en France un électorat qui voit dans l’extrême droite la possibilité d’un recours contre la casse sociale qu’il subit. Et c’est un autre élément du renforcement du fascisme.

Enfin, et ce n’est pas le moindre, il y a le fait, que les idées d’extrême droite pour partie dépassent largement son électorat classique et même ses forces organisées. [...]

III) Un rejet du pouvoir et de son chef

Si Macron est élu il le doit bien sûr au vote barrage du second tour mais aussi au vote de l’électorat de droite qui, dès le 1er tour, s’est massivement porté sur lui que ce soit par choix stratégique du meilleur candidat ou par reconnaissance de la proximité des idées. En fait c’est un retour en force à un pouvoir qui dans l’histoire a voulu, au nom de la prétendue nécessité d’en finir avec les « idéologies », instaurer une dictature de la pensée unique. De l’union sacrée à la 4ème république. [...]

IV) Le vote du courant dit « radical ».

Ce qui est sûr en tout cas à l’analyse de ces attitudes, refus de vote, utilisation du vote d’extrême droite pour sanctionner Macron et effondrement des soutiens à ce dernier, c’est qu’il y a un rejet massif des politiques menées depuis des décennies.
Cela aurait pu permettre d’avoir une adhésion d’une grande ampleur au vote dit « radical » et même lui permettre d’arriver en tête au 1er tour. Ce n’a pas été le cas pour un certain nombre de considérations diverses voire contradictoires qui ont marqué la campagne.

Une désunion pénalisante ? [...]

Le piège de la constitution

L’incompréhension est d’autant plus grande aussi que dans la campagne a été peu soulevée la question du piège électoral de notre constitution qui relève plus de la monarchie élective (ou du « coup d’état permanent » comme aurait dit un certain) que de la démocratie véritable. Piège aggravé par l’alignement de la durée du mandat présidentiel sur celle du mandat des députés assortie de l’inversion du calendrier législatif.

Le déroulement même des élections présidentielles est discutable. Personne n’a soulevé le fait que si notre constitution avait prévu que puissent se maintenir au second tour toutes les candidatures ayant fait plus de 20% et que dans ce cas la situation aurait été différente. LFI a bien dans son programme la 6ème république mais cette question a été absente des débats et il n’est d’ailleurs pas sûr que nous toutes et tous soyons d’accord sur le contenu de cette proposition. [...]

L'intégrale ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 13:21
Un premier mai de lutte et d’union, un début de résistance commune... [ANC]
Un premier mai de lutte et d’union, un début de résistance commune...

lundi 2 mai 2022 par ANC

Plus de 200 000 personnes ont manifesté dans tout le pays, dimanche 1er mai, . Au centre des revendications, les questions sociales bien sur.
À Paris l’ANC était de la partie !

Pour ce 1er Mai à Paris, cortège unitaire et internationaliste avec nos camarades et organisations amis du Rete dei Comunisti, la campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, la dynamique unitaire panafricaine, l’IHT paris-IDF, solidarité indonésie et le PRCF.
Ensemble nous avons défilé pour dire haut et fort : « À bas la guerre et l’OTAN, À bas le capitalisme et l’impérialisme, Vive la révolution pour la Paix, la Solidarité et le progrès social ! » [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
21 avril 2022 4 21 /04 /avril /2022 11:21

"L’élection présidentielle n’est pas la fin de l’histoire, et, quels que soient ses résultats du scrutin au second tour, d’autres luttes populaires auront lieu, qui feront l’histoire à venir de la Nation française. Ces luttes seront à la fois électorales, à commencer par les Législatives en mai 2022, qui peuvent très bien apporter à l’Assemblée une majorité de députés opposés aux projets néfastes de Macron (réformes réactionnaires des retraites, destruction-privatisation des services publics, etc …) ou les volontés xénophobes et autoritaires de Marine Le Pen."

lundi 18 avril 2022 par Francis Arzalier (ANC)

Ainsi, Monsieur Macron a obtenu le 10 avril ce qu’il voulait, un second tour face au Rassemblement National, de façon à être reconduit dans sa fonction de Président, malgré le mécontentement populaire. Lui et ses acolytes des médias travaillaient à ce résultat depuis 2017, en achevant de discréditer les partis politiques, vecteurs auparavant du débat citoyen, jusqu’à mener les plus exploités à s’abstenir massivement, puisque selon ces escrocs politiciens qui se disent porteurs de la « Démocratie « , à quoi servirait de voter puisque toute politique est pourrie, sauf celle qu’ils pratiquent, évidemment.

Leur soit-disant Démocratie française se limite donc pour les Français, soigneusement manipulés par une armée de préposés à la parole, à choisir périodiquement un chef qui aura tout pouvoir pour 5 ans, aidé par une majorité de députés-godillots, élus dans sa foulée pour lui donner blanc-seing.

Ce cérémonial biseauté d’élections a permis en 2017 de donner tout pouvoir à Macron, qui n’avait pourtant recueilli sur son nom qu’un électeur sur 4 à peine, et s’apprête à le refaire en 2022, n’ont pas pour but d’exprimer la volonté des citoyens, mais de le faire croire. Ce qui ne signifie en rien qu’elles n’ont aucune importance, et qu’il soit futé de laisser en s’abstenant les pires prédateurs aggraver notre sort.

Mais elles ne sont qu’un moment de l’histoire du pays, de ses luttes sociales et politiques, et il en connaîtra demain bien d’autres, plus décisives quand la majorité des citoyens sera convaincue de devoir les imposer.

[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 20:12
ROUEN - 5 Février 2019

ROUEN - 5 Février 2019

Le premier tour des présidentielles s’il a apporté son lot de surprises, a malheureusement confirmé ce que les sondages nous ont laissé entendre, un second tour des présidentielles ou nous sommes invités à choisir entre la droite extrême et l’extrême droite, dans un contexte général où cette dernière bat des records en pourcentage de suffrages exprimés.

Si nous ne pouvons pas nous résigner pour notre pays à avoir à choisir entre la peste et le choléra, il est hors de question qu’il y ait une seule de nos voix pour la candidate qui tente de masquer son caractère fasciste derrière des propos mielleux et mensongers.

Pas une voix pour le RN ça c’est sûr !

Au-delà de ce fait deux éléments importants :

Les aspects positifs du scrutin :

Les partis de droite et de la fausse gauche laminés au point de devoir faire la manche pour le remboursement de leurs frais de campagne cela ne peut que nous faire plaisir !
Mais surtout, même s’il y a eu une montée des refus de vote, il y a eu aussi un renouveau de la mobilisation des quartiers populaires, en particulier de la jeunesse, qui ont rejeté le racisme et l’islamophobie dans une dynamique que l’on espérait et que l’on a vu grandir.

L’aspect problématique :

Notre camp, celui de celles et ceux qui ne comptent plus leurs combats communs, s’est divisé dans cette campagne. Des propos violents ont été échangés qui remettaient en cause les choix de tels ou tels. Il nous faut toutes et tous ensemble sortir de cela et nous rassembler car au-delà du 24 avril nous pouvons gagner.
Nous le savons bien, il ne peut rien sortir de bon des urnes LE 24 avril et de ce fait la seule chose qui nous reste à faire, c’est de construire une unité sur la base de l’anticapitalisme afin de gagner dans la rue ce que nous n’avons pas pu prendre dans les urnes quand les règles sont pipées.

Un premier rendez-vous s’impose le 1er mai. Il doit être puissant et rassembler les forces syndicales et politiques de notre camp.
De plus déjà dans un département, une autre date est avancée : celle du 21 mai pour relever le défi d’un autre avenir que celui qui nous est promis.

Pourquoi ne pas faire du 21 mai une date nationale pour la paix dans le monde et le progrès social en France ?

L’ANC est prête à participer à la mobilisation unitaire en ce sens afin que les graines semées ce 10 avril ne restent pas sans suite et qu’ensemble nous pesions sur les prochaines législatives où rien n’est joué.
Il est possible de créer un rapport de forces tel que Macron ne puisse réaliser ses projets néfastes : retraites à 65 ans, privatisation des services publics, politique discriminatoire…

Plus que jamais le combat continue et doit redoubler !

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 17:24
Elections 2022 : Quelles perspectives pour le peuple ?

vendredi 8 avril 2022 par ANC

Extraits

D’élection en élection, force est de constater que le peuple se détourne de plus en plus des consultations électorales. Et qu’entend-on de toutes parts ?

C’est la faute à l’individualisme…
C’est le règne du « chacun pour soi » …
Ce serait donc la faute au peuple qui ne comprendrait rien…

C’est un peu vite oublier la responsabilité des politiques au pouvoir qui ont d’autant plus déçu que les espoirs placés en leurs promesses étaient plus grands.

Depuis des décennies l’alternance gauche / droite n’a pas amélioré les conditions de vie et bien au contraire l’emploi s’est dégradé en nombre et en qualité la précarité devenant la règle. Il en est de même pour l’habitat, le pouvoir d’achat et les services publics.

L’exemple le plus criant étant sans doute la santé où la suppression de 100 000 lits en 5 ans et la diminution du nombre de personnels ont abouti à une gestion catastrophique et dictatoriale de la pandémie.

Toutes les décisions politiques prises au plus haut niveau de l’État vont dans le même sens : sous prétexte de crise sanitaire, il s’agit de créer de la dette pour drainer l’argent public et les cotisations sociales vers les grandes banques transnationales, pour le plus grand profit de leurs actionnaires.

[...]

« Est-ce ainsi que les hommes et les femmes vivent ? »

Il est plus que temps de recréer une dynamique porteuse d’espoir.

D’abord en mettant en œuvre une démarche qui, partout, à l’entreprise comme dans les quartiers populaires et dans la jeunesse, s’appuie sur les luttes des premiers et des premières concernées et les questions qu’elles portent.
Rien ne se fera sans le peuple en mouvement.
Rien ne se fera sans lutte et aucun programme ne sera tenu s’il ne s’appuie pas d’abord sur cela.

Aucune proposition ne peut être porteuse d’espoir si elle ne s’appuie pas sur des revendications concrètes.

[...]

Pour cela l’ANC de France voudrait bien pouvoir soutenir un programme qui permette réellement ce progrès, en rupture totale avec toutes les pseudo-solutions qui n’ont eu d’autre conséquence que d’aggraver l’écart entre les quelques plus riches et l’immense majorité de la population mondiale.

Nous soutiendrons un programme issu des luttes de l’entreprise au quartier et qui s’affranchisse clairement du capital en traçant la voie d’une rupture avec le capitalisme et les diktats de son fidèle serviteur qu’est l’Union Européenne à l’intérieur de laquelle aucune émancipation n’est possible.

  • Un programme qui sur le plan international prévoie la sortie de l’OTAN, d’en finir avec le pillage de l’Afrique tant par la dette, que par le franc CFA devenu ECO tant enfin que par le pillage des matières premières et la présence militaire pour assurer celui-ci. En un mot un engagement de bâtir des relations internationales mutuellement avantageuses.
  • Un programme qui sur le plan national aurait comme perspective la souveraineté nationale et populaire pour en finir avec la loi du propriétaire qui assure à une infime minorité de tout décider. Pour cela il faut ne pas prendre de demi-mesures mais se prononcer concrètement pour : la nationalisation des grandes entreprises et de la grande distribution, le développement des services publics, une assurance chômage assurant un salaire de remplacement pour toutes personnes privées d’emploi, l’augmentation, l’échelle mobile des salaires et limite de la hiérarchie de 1 à 5 en partant d’un SMIC à 2000€, la construction et la réhabilitation des millions de logements dont le pays a besoin en faisant des populations, les actrices de ce changement national nécessaire, l’intégration décente des sans-papiers dans la nation française.
  • Un programme qui prévoie une refonte complète de la fiscalité, d’aller vers la suppression de la TVA et de supprimer toute possibilité d’évasion fiscale, le retour à la souveraineté monétaire et la nationalisation de tout le secteur bancaire.
  • Un programme qui donne à la sécurité sociale toute son efficacité en supprimant les exonérations et en confiant la gestion à des salarié-e-s élu-e-s puisqu’il s’agit de l’argent de leur salaire socialisé.

L’ANC, n’accepte pas que des millions de citoyennes et de citoyens ne voyant pas d’issue dans les processus électoraux actuels se sentent privés d’expression électorale par celles et ceux qui ne les entendent pas ou pire les stigmatisent et les méprisent.

[...]

L’ANC, qui par le passé a écrit aux formations politiques que nous considérons être de notre camp, celles que l’on voit dans les luttes et qui s’apprête à le refaire, est prête à soutenir les candidatures porteuses de cette démarche et de ces éléments de programme et dont le premier mot, les principaux efforts porteraient sur l’aide au démarrage et sur le soutien des luttes des salariés avec ou sans emploi, de la jeunesse avec ou sans fac, de la population des quartiers populaires, de toutes celles et ceux en proie aux discriminations de tous ordres non pas pour parler à leur place mais pour que celles et ceux qui souffrent le plus de la société actuelle soient au premier rang des responsabilités, soient les candidates et les candidats des luttes et chargés de conduire le changement de société.

[...]

L'intégralité ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 20:31

jeudi 24 février 2022 par ANC

"C’est avec stupeur et colère que nous avons appris que l’enchainement de la tension orchestrée depuis des mois par l’impérialisme avait abouti aujourd’hui à une situation de guerre aux frontières de la Russie et de l’Ukraine.
En réaction aux pressions montantes des États-Unis et de leurs supplétifs de l’OTAN visant la Russie et les États non alignés, les dirigeants à Moscou ont cru bon de déclencher une attaque contre des bases militaires et des villes en Ukraine.

Nous dénonçons cette décision et cette escalade qui constituent une menace pour la paix dans le monde entier. Nous soutenons les forces populaires et anti-guerre qui luttent pour stopper cet engrenage.
Nous appelons les forces politiques luttant pour la paix à agir dans leur pays et au niveau international pour pousser tous les gouvernements à accepter la convocation d’une réunion internationale devant décider de mesures concrètes en faveur du désarmement et de la sécurité collective.

La logique qui s’est mise en place en Ukraine depuis le coup de force de 2014, comme c’était déjà le cas ailleurs dans le monde, c’est la confrontation entre les États-Unis et leurs supplétifs de l’OTAN d’une part, face à la montée de puissances émergentes ou contre-hégémoniques, dont la Russie, soutenue par la Chine et d’autres pays.

La Russie est menacée par l’expansion constante de l’OTAN et elle a voulu stopper net ce processus qui menaçait d’englober l’Ukraine dans cette aventure militaire impérialiste. Les USA ont de leur côté sciemment fait monter la tension pour amener les autres pays de l’OTAN et de l’UE à les suivre dans cette confrontation, et à en financer les coûts.

Une longue préparation médiatique a contribué à préparer les esprits à la possibilité d’une nouvelle guerre en Europe.

Les tensions issues de la guerre civile de 2015 en Ukraine ont été prolongées jusqu’à aujourd’hui à cause du refus de Kiev et de Washington de mettre en application les accords de Minsk.

Ces accords prévoyaient une autonomie pour le Donbass peuplé majoritairement de populations russophones, et le refus de les appliquer constitue une violation par Kiev et ses protecteurs du droit ( des peuples à disposer d’eux mémes), ce qui a contribué à renforcer au sein des populations concernées la légitimité des républiques populaires de Donietsk et de Lougansk constamment bombardées depuis huit ans, comme en témoignent les rapports quotidiens émis par les centaines d’observateurs de tous les pays de l’OSCE sur place.

[...]

Lire la suite ci-dessous sur le site de l'ANC

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 14:57

mardi 30 novembre 2021 par La Via Campesina

C’est une immense victoire pour les agriculteur·ices indien·nes, qui menaient une mobilisation historique depuis près d’un an. Le gouvernement indien a annoncé, le 19 novembre, l’abrogation de trois lois agricoles controversées qui menaçaient de privatiser le secteur agricole du pays. Cette victoire constitue d’un récit édifiant sur ce que le pouvoir des populations peut accomplir, même dans les conditions les plus défavorables.

[...]

L'intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 16:36

lundi 1er février 2021 par Saïd Bouamama

En juillet 2020 le président Emmanuel Macron confie à l’historien Benjamin Stora la mission de produire « un rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation, et la guerre d’Algérie » dans l’objectif d’affirmer « une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algériens » [1] ancrée sur un « travail de mémoire, de vérité et de réconciliation ». La veille de la remise du rapport les services de la présidence précisaient : « Des "actes symboliques" sont prévus mais il n’y aura "ni repentance ni excuses" . » [2]

Le président de la République reprend dans ces précisions le vocabulaire de l’extrême-droite qui dénonce depuis des décennies les exigences de vérités historiques comme constituant une demande de « repentance ».

L’exigence légitime de « reconnaissance » de la colonisation comme « crime contre l’humanité » est ainsi transformée en exigence de « repentance ». La question bascule ainsi du champ du politique et de la caractérisation d’une des formes les plus ignobles de l’exploitation à celle de la morale et d’une posture de contrition.

Le peuple algérien [ pas plus que les militants anticolonialistes de France] n’a jamais massivement été demandeurs d’excuses mais a toujours exigé que toute la vérité sur les horreurs de la colonisation [et non seulement sur celles de la guerre d’Algérie ] soit reconnue. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 13:58
Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...

Violences insupportables pour Laurent Berger - Une pancarte, il est vrai un tantinet moqueuse - Des militants joyeux au siège de la CFDT, occupation tranquille et festive plutôt que militants CFDT malmenés - On n'a pas trouvé d'autres images concordant davantage avec les accusations dudit Berger - Les médias parlent d'"intrusion" ...

Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire
Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire
Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ?  Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ...  Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire

Où est la violence ? Faut-il se plaindre que les gilets jaunes et des militants syndicaux s'emparent de la symbolique révolutionnaire ? Elle est dans tous les livres d'histoire et jusque dans les chants révolutionnaires repris dans les cérémonies officielles - Et des historiens prestigieux ont su populariser les sans-culottes parisiens et leur rôle dans notre révolution française : Jaurès, Matthiez, Soboul, Vovelle, Mazauric ... Quoi d'étonnant que des hommes et des femmes porteurs des valeurs de la révolution française sachent s'emparer de ses symboles dans des manifestations contre l'injustice sociale et le viol de la souveraineté populaire

Déclaration de l’ANC

dimanche 26 janvier 2020 par ANC

Nous sommes dans un pays où la violence du capitalisme est chaque jour plus forte.
Alors que nous sommes l’un des pays les plus riches du monde, il y a ici plus de dix millions de chômeurs, quatre millions de mal logés, des milliers de familles sans électricité et sans chauffage, des jeunes qui n’ont que la précarité comme perspective, des salariés qui se lèvent chaque matin pour faire des heures de transports afin d’aller gagner un revenu qui ressemble plus à une aumône qu’à un salaire, des millions de gens condamnés à vivre dans des cités ghettos où le service public est de plus en plus absent…

Et quand le peuple se révolte il se trouve face à un pouvoir qui au lieu d’entendre accentue la répression au point que depuis plus d’un an on ne compte plus les éborgnés, les mains arrachées et les multiples blessés dûs aux violences policières dont n’ont plus l’apanage les seuls syndicalistes ou jeunes issus des quartiers populaires.

Dans ce combat d’une violence terrible contre le monde du travail il s’en trouve certains pour « s’offusquer », « ne pas partager », « ne pas cautionner », voire « condamner » des actions menées par des jeunes en colère et des travailleuses et travailleurs en lutte.
Il en est même qui veulent bouter la CGT hors des ports !!

Sans nous immiscer dans les débats syndicaux l’ANC tient à donner son point de vue d’organisation communiste.
- Nous tenons à saluer le courage et la détermination de toutes celles et tous ceux qui luttent pour un avenir meilleur et parmi lesquels se trouvent les membres de l’ANC impliqués dans l’action syndicale
- Nous soutenons toutes les formes d’action que le combat de classe se donne et rappelons que ceux qui crient contre les organisations syndicales aujourd’hui ne sont que les héritiers de ceux qui, pendant des décennies ont interdit le droit de grève
- Notre repère n’est pas la légalité qui n’est que le reflet de ce que le peuple peut arriver à gagner à un moment donné de son histoire, mais la légitimité, qui, comme le disent les juristes, est le fait qui précède le droit.
- L’ANC fait confiance aux travailleurs pour leurs choix sur les formes d’action, le moment de les mettre en œuvre et les cibles qu’ils déterminent qu’il s’agisse du patronat, du pouvoir ou de leurs complices
- Les travailleuses et travailleurs en lutte peuvent compter sur le soutien indéfectible et déterminé de l’ANC dans leur combat et si des forces de répression veulent s’exercer.

Déclaration adoptée à l’unanimité à l’assemblée générale de l’ANC du 25 01 2020

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents