Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 15:40

Débat communiste

"Ce vers quoi, à mon avis, les communistes devraient tendre dans l’immédiat devrait être, à mon avis, la construction du socialisme en France, la fin de l’Impérialisme dans le monde et par conséquent la fin définitive et sans retour, du Capitalisme monopoliste."

"Ce vers quoi, à mon avis, les communistes devraient tendre dans l’immédiat devrait être, à mon avis, la construction du socialisme en France, la fin de l’Impérialisme dans le monde et par conséquent la fin définitive et sans retour, du Capitalisme monopoliste."

Le point de vue de Danielle Bleitrach

L’ensemble des articles que nous publions aujourd’hui explique pourquoi cette deuxième partie de l’interpellation de Jean-Claude Delaunay à notre candidat Fabien Roussel exprime largement le positionnement de bien des rédacteurs de ce blog. Il s’agit d’un texte sévère mais constructif, vu l’analyse que nous faisons de la crise, du mouvement du monde nous pensons à la fois que cette candidature est la seule à ouvrir un possible nécessaire, et dans le même temps sans mésestimer la longue marche qu’il faut avoir la patience de suivre, il y a des choix et des décisions immédiates qui s’imposent. (note de Danielle Bleitrach)

Nous devons avoir un franc débat dans le cadre de l’élection présidentielle (II)

Je ne suis pas candidat à la Présidence de la République. Je n’en aurais d’ailleurs pas la force physique et le courage mental. Quelle épreuve pour un candidat que d’être complètement dévoué à la cause qu’il défend et, à chaque minute, en butte à des tonnes de critiques, de la part de gens qui, comme moi, ne sont que des observateurs lointains.

Cela dit, mes critiques et mes observations, comme celles qui lui ont été indirectement adressées en commentaire de mon texte précédent, n’ont pas pour but de «descendre» Fabien Roussel. Elles visent au contraire à consolider sa position. Sa personnalité et son intelligence sont une chance que nous devons saisir. Si nous décollions dans cette élection, nous reprendrions confiance en nous-mêmes. Cela dit, à mon avis, et il est vrai à la seule lecture de Ma France Heureuse, Fabien Roussel, à mon avis, n’est pas encore vraiment dans la course. Pour y rentrer, il va lui falloir changer de braquet, et que son équipe ainsi que la majorité des communistes, l’aident dans cette aventure.

Que veut dire «changer de braquet»? Cela veut dire notamment être «marxiste-léniniste». Pour simplifier, je parlerai seulement de marxisme. Fabien Roussel, qui est nordiste, sait que le Nord de la France fut une terre ouvrière, qu’elle l’est encore, et que c’est une terre de luttes. Il sait que le marxisme s’y est implanté grâce à Jules Guesde et au Parti Ouvrier Français. Au delà des «plaisanteries faciles», sur les rencontres dans le bistrot de Thierry Marx (p.17), la seule façon pour Pierre Laurent, je le crains, d’être marxiste, ce serait un devoir pour Fabien Roussel que de redonner aux communistes français, s’ils l’ont perdue, l’envie d’être pleinement communistes en étant pleinement marxistes. [...]

Lire la suite et le premier article de Jean-Claude Delaunay ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 16:34
Jean-Claude Delaunay : questions à Fabien Roussel, candidat du Parti communiste à la prochaine élection présidentielle…

Jean-Claude Delaunay, économiste, vivant en chine et auteur de nombreux livres autour du socialisme : dans ce blog où il est chez lui, faisant partie de l’équipe rédactionnelle, il interpelle NOTRE candidat communiste à la présidentielle Fabien Roussel. Jean-Claude dit “Je suis bien prétentieux de parler comme je le fais, et pourtant, j’ai la conviction que mon analyse devrait faire réfléchir. Elle devrait stimuler la réflexion de tous les communistes et non apparaître comme une bataille de chiens querelleurs. Et puis lui-même, Fabien Roussel, dans Ma France Heureuse, n’a-t-il pas écrit «qu’il fallait sortir du présidentialisme et de la délégation de pouvoir que les Français donnent aux élus. Chaque citoyen doit être un acteur de la vie politique, une partie de sa solution» (p.43). Par conséquent, je suis son conseil, que je trouve approprié. “ Voilà. Jean-Claude parle pour lui, et réclame les véritables conditions de l’unité du parti, celle à partir desquelles se reconstruit dans un combat difficile un nouveau rapport au monde du travail, à la jeunesse… C’est une longue marche engagée là et qui va bien au-delà de la présidentielle, et même d’un congrès. Notre candidat a eu le courage, (peut-être l’inconscience) de s’y engager, nous le remercions sincèrement en ce qui concerne l’équipe de ce blog, dont l’engagement se situe autour d’une stratégie pour le socialisme. «… Une stratégie claire et des objectifs très clairs sont importants, que voulons-nous, que proposons-nous et si nous nous sentons capables de le faire … soyez sage, soyez proactif. Être aussi intelligent que nécessaire, non seulement aussi courageux que nécessaire, non seulement aussi résolu que nécessaire, et aussi convaincu que nécessaire, mais aussi intelligent que nécessaire … » disait Fidel, et on est rarement intelligent tout seul en politique d’où la nécessité de reconstruire l’unité du parti dans cette construction collective et pas dans l’entre-soi des sommets de Fabien (le colonel) surtout quand tous les étages sont peu assurés. Pourtant si Jean-Claude autorise cette remarque d’une sociologue, je trouve qu’il ne tient pas assez compte de la nouveauté du livre de Fabien Roussel, la manière dont celui-ci va dans les entreprises, se confronte à la réalité de l’exploitation, ce qui n’a été fait par aucun de ses prédécesseurs, ni les autres candidats, mais “motion de synthèse”, je pense que cette démarche innovante appelle effectivement plus de théorie sur les conditions de l’exploitation financière et impérialiste; l’actualité de la rupture d’une commande avec l’Australie vient de rappeler à nos politiques que nous n’avons pas plus d’alliés en Europe que dans le Pacifique et là je rejoins ton analyse sur la stupidité de notre regard sur la Chine, double stupidité sur le seul luxe et sur la manière dont nous avons laissé partir nos fleurons, il ne s’agit pas seulement de rapatrier mais de coopérer. Et c’est pas avec les gadgets de Friot que l’on peut penser ce genre de chose…(note de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

 

Pour la grande bourgeoisie française, l’élection présidentielle est aujourd’hui l’élément politique le plus important du mécanisme global servant à reproduire son pouvoir. Elle sert à ça, cette élection, dans les conditions de l’impérialisme contemporain. C’est sa valeur d’usage spécifique, son rôle, au sein de la grande machine que les béati possidantes de ce pays ont mis au point pour exploiter et dominer leurs semblables.

Prendre place dans cette élection est donc nécessaire pour les communistes puisqu’il leur est offert, pendant le court moment de sa préparation, de contester radicalement, il est vrai en paroles et de façon non-gratuite, la direction donnée à la société par les dirigeants de la classe au pouvoir. Évidemment, ces dirigeants, qu’ils soient politiciens ou dans les affaires, préfèreraient que les communistes fîssent de la politique et du marxisme dans les cimetières plutôt que dans des réunions publiques. Ils préféreraient qu’ils développâssent leurs critiques et leurs propositions au clair de la lune plutôt qu’en plein jour. Mais rien n’est parfait. Seules les machines idéales ont un rendement égal à 100%. Les agents directeurs et contremaîtres de la machine capitaliste savent cela et ils ont appris à s’en accommoder.

C’est précisément cette plasticité que je souhaiterais examiner dans le présent texte. Pour quelles raisons les dirigeants et vrais bénéficiaires du capitalisme en son stade impérialiste actuel, sont-ils toujours aux commandes en France? Pour quelles raisons, si la campagne menée par Fabien Roussel continue sur la lancée de son livre récent, Ma France Heureuse, Solidaire, Digne[ Fabien Roussel, «Ma France Heureuse, Solidaire, Digne», Editions du Cherche-Midi, 2021, Paris. Ce livre, écrit-il page 7, n’est pas son programme. Il en constitue néanmoins la trame.], fera-t-elle «flop» ? Telles sont les questions que je me pose.

Si j’étais candidat à cette élection, qu’est ce qui me différencierait de Fabien Roussel ?

Fabien Roussel est un candidat communiste déclaré, très actif. Oui, je sais, il a même écrit un livre, comme je viens de l’indiquer. C’est un nordiste et les nordistes sont des gens que j’aime beaucoup. Ils sont discrets, mais chaleureux et pétris de fraternité. Mais vous savez, moi, en Chine, les bruits du monde me parviennent de manière assourdie. La réciproque doit donc être vraie pour lui. Car je trouve que le livre qu’il a signé contient, certes, des choses importantes et attachantes, mais aussi de grosses bêtises, sur la Chine par exemple, ou d’immenses insuffisances, notamment sur le socialisme. [...]

La suite sur le blog Histoire et société :

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 15:02

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Ci-dessous l'émission concernée

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 04:19

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 10:13
Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 15:40

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Débat au PCF - Une candidature du PCF aux prochaines présidentielles ?  Mais avec quels objectifs ?
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 14:40
Présidentielles 2017 - 2012 - 2002 ...Présidentielles 2017 - 2012 - 2002 ...Présidentielles 2017 - 2012 - 2002 ...

Présidentielles 2017 - 2012 - 2002 ...

Grèves de 1995 contre la réforme des retraites - Manifestations en 2016 en Seine-Maritime contre la loi Travail ( Photo action communiste) - Les retraités contre la hausse de la CSG en 2018 à Rouen (Photo Action Communiste)Grèves de 1995 contre la réforme des retraites - Manifestations en 2016 en Seine-Maritime contre la loi Travail ( Photo action communiste) - Les retraités contre la hausse de la CSG en 2018 à Rouen (Photo Action Communiste)Grèves de 1995 contre la réforme des retraites - Manifestations en 2016 en Seine-Maritime contre la loi Travail ( Photo action communiste) - Les retraités contre la hausse de la CSG en 2018 à Rouen (Photo Action Communiste)

Grèves de 1995 contre la réforme des retraites - Manifestations en 2016 en Seine-Maritime contre la loi Travail ( Photo action communiste) - Les retraités contre la hausse de la CSG en 2018 à Rouen (Photo Action Communiste)

Extraits

"Pourtant, tout sera fait pour pousser des millions d’électeurs à croire une nouvelle fois à un vote providentiel, un nouveau discours pour "changer". Les communistes ne peuvent pas laisser croire que ce système présidentiel peut être l’outil du changement. Au contraire, il est temps de mener la bataille contre ce régime présidentiel dans l’élection présidentielle elle-même.

« Vous vous êtes fait avoir en 2007, en 2012, en 2017... Ça suffit ! »

Il faut sortir de cette présidentialisation qui vous donne l’illusion d’un choix tous les cinq ans pour imposer les mêmes politiques ensuite, toujours au profit des mêmes, les grands oligarchies qui dirigent l’économie, le système financier, comme les médias et les institutions."

Lire l'article rédigé par PAM sur le site "Faire vivre le PCF"

Partager cet article
Repost0

Articles Récents