Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 23:10
Julian Assange le 18 août 2014. AFP/JOHN STILLWELL

Julian Assange le 18 août 2014. AFP/JOHN STILLWELL

Le père et le frère de Julian Assange ont dit compter vendredi sur les Parlements de pays européens pour bloquer l'extradition du fondateur de WikiLeaks du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, se félicitant de la promesse de naturalisation faite par le leader de la gauche française Jean-Luc Mélenchon.

«Je pense qu'il y a de grandes chances d'arrêter cette extradition. Nous bénéficions d'un soutien important au sein des nations européennes», a déclaré Gabriel Shipton, frère de M. Assange, lors d'un point de presse à New York, en pleine rue, devant le consulat général britannique à Manhattan.

Gabriel Shipton s'est félicité du «soutien de groupes parlementaires à travers toute l'Europe» et que «Jean-Luc Mélenchon (ait) dit aujourd'hui que s'il était nommé Premier ministre lundi il donnerait la citoyenneté française à Julian» Assange, qui est Australien.

De fait, le leader de l'opposition de gauche en France a affirmé, au dernier jour de la campagne des législatives qu'il espère remporter, que Julian Assange «serait naturalisé Français et (que) nous demanderons qu'on l'évacue chez nous».

Aux côtés de son père John Shipton, Gabriel Shipton a également assuré que le dossier Assange «irait devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH)», à Strasbourg.

D'après John Shipton, «au sein de toutes les nations européennes, les Parlements ont des partisans de Julian Assange», ainsi que «dans toutes les nations d'Amérique du Sud conduites par le président mexicain (Andrés Manuel Lopez) Obrador».

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi avoir signé le décret d'extradition vers les États-Unis du fondateur de WikiLeaks, qui va faire appel. L'Australien de 50 ans est poursuivi aux États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour une fuite massive de documents confidentiels.

Sa famille et ses partisans estiment qu'il a toujours été un journaliste et un défenseur des libertés de la presse et d'expression.

«Nous avons foi en les peuples du monde entier (qui) comprennent quels sont les principes en jeu dans cette affaire, en particulier aux États-Unis», a plaidé Gabriel Shipton. Il a jugé que la volonté de la justice américaine de voir Julian Assange jugé sur son sol se fondait sur une interprétation «large de la loi sur l'espionnage afin de s'attaquer au Premier amendement (de la Constitution) et limiter la liberté de la presse».

Source : https://www.tvanouvelles.ca/2022/06/17/la-famille-dassange-compte-sur-les-pays-europeens-pour-bloquer-son-extradition-1

En 2015, dans une lettre ouverte parue dans Le Monde, Julian Assange demandait l'asile à François Hollande. 

Puis son avocat, Eric Dupont-Moretti, annonça une demande du même type à E. Macron.

F. Hollande n'a rien fait.  Eric Dupont-Moretti, devenu garde des sceaux, n'a rien fait non plus.  E. Macron non plus.

Emmanuel Macron osera-t-il, au moins sur cette question, s'opposer aux Etats-Unis et la France accueillera-t-elle enfin Julien Assange ?

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 14:31

Les États-Unis voulaient la guerre en Ukraine. Ils ont systématiquement ignoré les demandes de Moscou qui auraient pu désamorcer le conflit. Encore maintenant, ils sapent tout effort diplomatique et n’évoquent jamais de solution pacifique, préférant inonder l’Ukraine d’armes et voir le sang couler. Pire, le scénario de cette guerre a été soigneusement étudié par le Pentagone. Se pose alors la question: à qui profite le crime? En quittant ses fonctions en 1961, le président Eisenhower alertait sur l’influence exercée par le complexe militaro-industriel en évoquant le « risque d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime ». Mais rien n’a freiné depuis l’ascension des marchands d’armes qui pèsent de tout leur poids sur la politique étrangère des États-Unis. Cet article explique par le détail comment le complexe militaro-industriel tire un profit astronomique de la guerre en Ukraine. (IGA)

[...]

Extrait :

Fin mars, Greg Hayes, PDG de Raytheon Technologies, dans une interview accordée à la Harvard Business Review après le début de la guerre en Ukraine, a défendu la manière dont son entreprise allait tirer profit de ce conflit :

« Je ne m’excuse donc pas pour cela. Je pense qu’une fois de plus, nous reconnaissons que nous sommes là pour défendre la démocratie et le fait est que nous finirons par en tirer un certain bénéfice au fil du temps. Tout ce qui est expédié en Ukraine aujourd’hui, bien sûr, provient des stocks, soit du DoD [le ministère de la Défense], soit de nos alliés de l’OTAN, et c’est une excellente nouvelle. Un jour ou l’autre, nous devrons le réapprovisionner et nous verrons un avantage pour l’entreprise au cours des prochaines années. »

L'intégral sur le site "Investig'action"

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 14:46

Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, avait refusé de rendre visite à Julian Assange avant 2019. Il était totalement d'accord avec la version des médias, jusqu'à ce qu'il commence à y regarder de plus près, à lire les rapports et rende visite à Assange. Trois ans plus tard, il écrit "The Trial of Julian Assange - A Story of Persecution", un appel urgent à tous les journalistes. "Ce qui arrive à Assange vous concerne tous".

Nils Melzer est un universitaire de renom, spécialisé dans le droit international, professeur à l’Université de Glasgow et à l’Académie de Droit International Humanitaire de Genève. Il a publié plusieurs ouvrages concernant ces matières.

Depuis 2016, il est rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, ce qui lui confère le mandat d’enquêter et de faire rapport à l’ONU à la suite de plaintes déposées par des particuliers et des organisations concernant des pratiques de torture dans tous les États membres de l’ONU. Les États membres des Nations Unies sont tenus de l’aider dans ses investigations.

Un Suisse qui parle aussi suédois ...

Le citoyen suisse Nils Melzer est fils d’un père suisse et d’une mère suédoise, d’où son prénom suédois. Ce dernier détail familial va le conduire en 2019 à quelque chose qu’il n’aurait pu envisager trois ans plus tôt. Il avait rejeté pendant plusieurs années les demandes des avocats de Julian Assange d’enquêter sur son cas. Ils avaient fait valoir que les poursuites étaient politiques et que ses conditions de détention équivalaient à de la torture.

[...]

La suite sur le site du "Grand Soir" :

Partager cet article
Repost0
20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 10:02

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Partager cet article
Repost1
6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 17:24

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 10:52
  Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, le 6 décembre 2021  afp.com/Handout

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, le 6 décembre 2021 afp.com/Handout

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 15:04
1 : 1937, Massacre de Nankin - 2 : Retraités chinois participant à la Chorale du soleil en avril 2015 dans le parc Ditan à Pékin.  Spectacles journaliers dans les parcs en Chine, jeux de carte, sports, danse ... On est loin de la situation au moment du sac de Nankin ... https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2017-n79-lsp03241/1041739ar/1 : 1937, Massacre de Nankin - 2 : Retraités chinois participant à la Chorale du soleil en avril 2015 dans le parc Ditan à Pékin.  Spectacles journaliers dans les parcs en Chine, jeux de carte, sports, danse ... On est loin de la situation au moment du sac de Nankin ... https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2017-n79-lsp03241/1041739ar/

1 : 1937, Massacre de Nankin - 2 : Retraités chinois participant à la Chorale du soleil en avril 2015 dans le parc Ditan à Pékin. Spectacles journaliers dans les parcs en Chine, jeux de carte, sports, danse ... On est loin de la situation au moment du sac de Nankin ... https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2017-n79-lsp03241/1041739ar/

Remarques de l’Ambassadeur Zhang Jun lors du dialogue interactif entre la Troisième commission et le Rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités.

Source : Ministry of Foreign Affairs of China
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

21 octobre 2021

Monsieur le Président,

L’objectif du dialogue interactif entre la Troisième commission et le Rapporteur spécial est d’améliorer la confiance mutuelle et de renforcer la coopération. Cependant, les États-Unis, la France et quelques autres pays ne peuvent résister à leur mauvaise habitude. Une fois de plus, ils ont abusé de la plate-forme de la Troisième commission pour lancer des accusations sans fondement contre la Chine, répandre le virus politique et la désinformation, et empoisonner l’atmosphère de coopération. La Chine s’oppose fermement à cela et le rejette résolument.

Aux États-Unis et à quelques autres pays, permettez-moi de dire ceci : vos mensonges banals sont totalement infondés. Le Xinjiang jouit de la stabilité, du développement et de la prospérité, et la vie du peuple chinois s’améliore de jour en jour. Le peuple chinois est satisfait et fier de ces réalisations, et ces réalisations sont largement reconnues et saluées par les peuples du monde entier. Peu importe le nombre de fois où ils sont répétés, les mensonges restent des mensonges. Vous pouvez vous tromper vous-mêmes, mais vous ne pouvez pas tromper le monde. Vous utilisez les droits humains comme un prétexte à des manœuvres politiques pour provoquer une confrontation. En fait, vous êtes le fauteur de troubles et le plus grand obstacle à la coopération internationale en matière de droits humains.

Pour les États-Unis et quelques autres pays : votre complot visant à entraver le développement de la Chine est voué à l’échec. La voie du développement de la Chine est choisie par le peuple chinois lui-même. Vous n’êtes pas en mesure de faire des choix pour le peuple chinois, et encore moins de faire la leçon à la Chine. Le progrès de la Chine est inarrêtable. Personne ne peut priver le peuple chinois de son droit à mener une vie heureuse. Il est temps de se réveiller ! L’époque où vous brimiez et opprimiez les pays en développement est révolue depuis longtemps.

Aux États-Unis et à quelques autres pays : vos tentatives désespérées de dissimuler votre terrible bilan en matière de droits humains ne fonctionneront pas. Le monde le voit clairement. Les États-Unis ont mené un génocide contre les Indiens d’Amérique. Ils ont réprimé leur propre peuple au point qu’il crie « Je ne peux pas respirer ». Ils ont ignoré la mort de plus de 700 000 ressortissants due à la pandémie. Et elle a souillé ses mains du sang de centaines de milliers de civils musulmans au Moyen-Orient et en Asie centrale. La liste est longue. Les droits humains ne sont pas une couverture. Blâmer les autres pays n’effacera pas vos propres méfaits, mais ne fera que révéler votre méchanceté et votre hypocrisie. [...]

La suite sur le site Les Crises :

Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 23:27
Août 2012, par Christian Parenti 

Vingt-cinq ans avant les Américains, un autre retrait sans gloire

Interrogé par « Le Monde » sur le départ, prévu en 2014, des troupes occidentales d’Afghanistan, l’ambassadeur russe à Kaboul n’a pu s’empêcher d’évoquer l’expérience — et les erreurs — de l’Union soviétique dans les années 1980. Mais il y a trente ans, l’URSS s’appuyait sur un mouvement communiste autochtone. Lequel, indocile et divisé, a précipité l’engagement de Moscou dans un conflit meurtrier.

Devant les maisons de thé et les étals de Kaboul, on tombe parfois sur le portrait d’un homme sévère au visage rond, arborant moustache et cheveux noirs. C’est celui de Mohammed Najibullah, dernier président communiste du pays. Membre du Parti démocratique populaire d’Afghanistan (People’s Democratic Party of Afghanistan, PDPA) depuis la fin des années 1960, il a longtemps dirigé la police secrète, avant d’être porté à la tête de l’Etat en 1986. Après le retrait des forces soviétiques, en 1989, Najibullah s’accroche au pouvoir pendant trois ans. Il périt aux mains des talibans en 1996.

Quand on interroge les habitants de Kaboul sur ces affiches et cartes postales à la gloire de leur ancien dirigeant, les réponses se ressemblent. Pour certains, « c’était un président fort, on avait une armée puissante » ; pour d’autres, « à l’époque, tout fonctionnait bien, Kaboul était propre ». Le propriétaire d’une maison de thé explique simplement que « Najib a combattu le Pakistan ». Ainsi, on ne se souvient pas tant du « communiste » — un terme vague pour de nombreux Afghans — que du modernisateur et du patriote. [...]

La suite ci-dessous

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 15:09

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 15:15
Julien Assange - La lente agonie de la justice britannique (Consortium News)

Mercredi, j’étais assis dans la Cour 4 de la Royal Courts of Justice de Londres avec Stella Moris, la partenaire de Julian Assange. Je connais Stella depuis aussi longtemps que je connais Julian. Elle aussi est une voix de la liberté, issue d’une famille qui a combattu le fascisme de l’Apartheid. Aujourd’hui, son nom a été prononcé au tribunal par un avocat et un juge, des personnages qui, sans la puissance de leurs privilèges, seraient insignifiants.

L’avocate, Clair Dobbin, est à la solde du régime de Washington, d’abord celui de Trump puis celui de Biden. Elle est la tueuse à gages de l’Amérique. Sa cible est Julian Assange, qui n’a commis aucun crime et a rendu un service public historique en révélant les actions criminelles et les secrets sur lesquels les gouvernements, surtout ceux qui se prétendent démocratiques, fondent leur autorité.

Pour ceux qui l’auraient oublié, WikiLeaks, dont Assange est le fondateur et l’éditeur, a révélé les secrets et les mensonges qui ont conduit à l’invasion de l’Irak, de la Syrie et du Yémen, le rôle meurtrier du Pentagone dans des dizaines de pays, le plan de la catastrophe de 20 ans en Afghanistan, les tentatives de Washington de renverser des gouvernements élus, comme celui du Venezuela, la collusion entre des politiciens officiellement adversaires (Bush et Obama) pour étouffer une enquête sur la torture et la campagne Vault 7 de la CIA qui a transformé votre téléphone portable, voire votre téléviseur, en un espion à domicile.

WikiLeaks a publié près d’un million de documents en provenance de Russie, ce qui a permis à des citoyens russes de défendre leurs droits. Il a révélé que le gouvernement australien avait collaboré avec les États-Unis contre son propre citoyen, Assange. Il a identifié les politiciens australiens qui ont été "informateurs" pour les États-Unis. Il a établi le lien entre la Fondation Clinton et la montée du djihadisme dans les États du Golfe armés par les Américains.

[...]

La suite sur le site Le Grand soir :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents