Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 15:35

Aucun besoin ne peut être considéré comme naturel, à l’exception des besoins physiologiques de subsistance et de survie (se nourrir, se loger, se vêtir, se soigner). Les autres besoins humains peuvent être qualifiés de socio-historiques. « Socio », car chaque société, selon les continents, et à l’intérieur même des continents, possède des besoins spécifiques issus de facteurs matériels et immatériels. Il s’agit de la configuration géographique et climatique, des traditions, cultures, religions, usages... « Historiques », car les besoins changent selon les époques. C’est pourquoi la recherche des formes d’organisation de l’économie qui demeurent compatibles avec l’émancipation humaine, les rapports des hommes entre eux et avec la nature est si décisive. Il est même nécessaire de reconsidérer entièrement le problème de la subsistance matérielle de l’être humain, afin d’accroître notre liberté d’adaptation créatrice et par là d’augmenter nos chances de survie. Dans cette perspective, la délibération publique pour définir ces besoins sera la règle. C’est elle qui contribuera à sortir de la société de marché.

L’information dont les citoyens devront disposer

Pour la société de marché dans laquelle nous sommes, les besoins ne se révèlent que sur le marché. Autrement dit, pour répondre aux besoins, il suffit d’acheter le produit ou le service qui se trouve sur le marché. Celui qui n’est pas solvable, qui n’a pas le revenu lui permettant d’acquérir les biens et services qui répondent à ses besoins, restera à regarder la vitrine. Cette inégalité structurelle de la société de marché n’est pas acceptable, elle engendre violence et insécurité et doit être stoppée net. On ne peut pas laisser entre les mains du consommateur qui sera principalement guidé par son pouvoir d’achat, lequel varie considérablement d’un individu à l’autre, le pouvoir d’orienter des filières entières dans des directions qui peuvent nuire à la société, et donc lui nuire également de façon indirecte. Les choix les plus déterminants doivent être opérés en amont de la mise sur le marché, par l’ensemble des citoyens, qu’ils soient ou non consommateurs des produits et des services. Personne ne s’attend à ce qu’un acheteur choisisse un billet de train au bilan carbone très bas au détriment d’un billet d’avion low cost au bilan carbone très élevé. C’est bien aux citoyens de décider s’ils veulent stopper le développement exponentiel du transport aérien, sur la base d’une information indépendante sur le vrai bilan énergétique de cette filière et de quelle manière ils peuvent le faire. Le même raisonnement peut s’appliquer, par exemple, pour les filières du surgelé dans l’alimentaire dont le sort doit être traité globalement et non pas se décider dans les rayons des supermarchés. [...]

La suite sur le site du Pardem :

Partager cet article
Repost0
20 avril 2022 3 20 /04 /avril /2022 22:46
Le Mexique disposerait d'importantes réserves dans l'État de Sonora (nord), avait rapporté en 2019 le site spécialisé Mining Technology. Les projets sont pour l'instant en phase exploratoire. Les gouvernements antérieurs avaient accordé huit concessions, qui resteront en vigueur. (Crédits : Reuters)

Le Mexique disposerait d'importantes réserves dans l'État de Sonora (nord), avait rapporté en 2019 le site spécialisé Mining Technology. Les projets sont pour l'instant en phase exploratoire. Les gouvernements antérieurs avaient accordé huit concessions, qui resteront en vigueur. (Crédits : Reuters)

Le Mexique qui disposerait d'importantes réserves dans l'État de Sonora (nord) a décidé d'interdire aux entreprises privées l'exploitation de nouveaux gisements de lithium. Ce métal stratégique est crucial pour la transition écologique, notamment dans l'industrie automobile. La demande, qui pourrait progresser de plus de 400% d'ici à 2050 entraîne une flambée des prix. Le métal est passé d'environ 36.000 dollars la tonne en février à environ 60.773 dollars début mars.

[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 17:37

Cet article est reposté depuis Bolivar Infos.

Le logo de la Commission fédérale de l’électricité (CFE) à Monterrey (Mexique), le 9 février 2021. DANIEL BECERRIL / REUTERS

Le logo de la Commission fédérale de l’électricité (CFE) à Monterrey (Mexique), le 9 février 2021. DANIEL BECERRIL / REUTERS

Partager cet article
Repost1
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 15:30
La Russie a elle aussi le droit d’obtenir des garanties de sécurité, bien qu'elle soit responsable d'avoir ouvert le feu. C’est un point important, un point souvent négligé par les pays de l’Otan, écrit Jacques Sapir. Sergey BOBOK / AFP

La Russie a elle aussi le droit d’obtenir des garanties de sécurité, bien qu'elle soit responsable d'avoir ouvert le feu. C’est un point important, un point souvent négligé par les pays de l’Otan, écrit Jacques Sapir. Sergey BOBOK / AFP

Jacques Sapir, économiste, directeur d'études à l'EHESS et membre étranger de l'Académie des sciences de Russie (mais qui a suspendu sa participation à RT France et Sputnik), explique la voie qui pourrait, selon lui, permettre de mettre fin à « l'attaque militaire, injustifiée et inadmissible » de la Russie en Ukraine : faire de ce pays un État « indépendant et neutre ».

L’attaque militaire, injustifiée et inadmissible, de la Russie contre l’Ukraine, qui a commencé aux premières heures du jeudi 24 février, a créé une situation de guerre entre les deux pays. La question de son issue, et donc celle de la sortie de la guerre, se pose de manière urgente. Il ne fait guère de doute, vu le déséquilibre des forces, que la Russie impose sa volonté à l’Ukraine. Mais, la stabilité de l’Europe à moyen et long terme dépend aussi de ce que l’issue de ce conflit ne soit pas par trop déséquilibrée.

Que veut le gouvernement russe ? Trois hypothèses peuvent être faites quant à l’issue du conflit. Soit la Russie occupe militairement l’Ukraine et l’annexe, dans un scénario de reconstitution de l’URSS. C’est clairement extrêmement peu probable. Soit la Russie entend mettre au pouvoir à Kiev un gouvernement complaisant. Mais ce gouvernement serait, par la force des choses et encore plus depuis l’intervention commencée le 24, fort minoritaire et dépourvu de légitimité. La Russie s’engagerait alors dans des opérations de maintien de l’ordre sans fin et terriblement coûteuses. Un tel scénario n’est même pas équivalent de la situation biélorusse où le président Loukachenko peut, lui, compter sur la division de ses opposants et sur l’appui de certains segments de la société. Soit, enfin, la Russie se retire et la possibilité d’une Ukraine indépendante et neutre apparaît.

[...]

La suite ci-dessous sur le site de "Marianne"

Partager cet article
Repost0
29 avril 2021 4 29 /04 /avril /2021 17:07

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Rappel :

7 mars 1966 - De Gaulle annonce le retrait de la France de l'OTAN au Président des Etats-Unis : la France "se propose de recouvrer sur son territoire l’entier exercice de sa souveraineté..."

Et en 2016, François Hollande :

 

Ni vu ni connu, Hollande veut réintégrer pleinement la France dans l'Otan

Le gouvernement, très discrètement, a déposé un projet de loi qui prévoit la réintégration totale de la France dans l'OTAN. Sarkozy avait commencé le travail, Hollande rompt définitivement avec la tradition d'indépendance de la France en matière militaire.

"Dans toute démocratie digne de ce nom, de tels arbitrages auraient été rendus après un vaste débat dans le pays", lançait à la tribune de l'Assemblée Nationale fin 2008, François Hollande, alors premier secrétaire du parti socialiste, pour défendre une motion de censure portée par le groupe socialiste (voir vidéo ci-dessous). L'objet de son courroux ? La décision du président Nicolas Sarkozy d'entamer des négociations pour opérer le retour de la France dans la commandement intégré de l'OTAN.

Source : Marianne

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents