Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 09:57
Le président de la République, choisi en mai dernier, a reçu sa distinction lundi 20 septembre à New York des mains de l'ancien prix Nobel Henry Kissinger (à gauche) et du rabbin Arthur Schneirer.
Le président de la République, choisi en mai dernier, a reçu sa distinction lundi 20 septembre à New York des mains de l'ancien prix Nobel Henry Kissinger (à gauche) et du rabbin Arthur Schneirer.

Le président de la République, choisi en mai dernier, a reçu sa distinction lundi 20 septembre à New York des mains de l'ancien prix Nobel Henry Kissinger (à gauche) et du rabbin Arthur Schneirer.

Hollande, un prix et l’indignité

par · Publication · Mis à jour

Le Président François Hollande est allé chercher le 19 septembre 2016 un prix décerné par une fondation américaine. Ainsi, huit ans après Nicolas Sarkozy, François Hollande a été désigné « homme d’État de l’année » par la fondation The appeal of conscience  et a reçu sa distinction ce lundi à New York des mains de l’ancien Prix Nobel Henry Kissinger et du rabbin Arthur Schneier[1]. Il est humain de céder aux honneurs. Après tout Nicolas Sarkozy avait reçu ce prix avant lui, ce qui n’est pas nécessairement une référence. Mais il est sage de chercher à en savoir un peu plus sur qui vous honore.[...]

Lire la suite sur http://russeurope.hypotheses.org/5278

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 09:37

"L'OPIUM DU PEUPLE" EST IL ENCORE DE SAISON ? par Francis Azarlier

mis à jour le : 1 Septembre, 2016 sur Collectif Communiste Polex

 

On connaît plus ou moins la définition que donnait le vieux Marx des religions: un " opium " permettant aux puissants de faire accepter l'exploitation par des peuples anesthésies, mais aussi, on l'oublie trop souvent, l'expression de la souffrance des plus faibles, meurtris par la vie et les inégalités sociales.

Car il est vrai, depuis des millénaires, que les hiérarchies cléricales sont très généralement au service des exploiteurs, et enseignent la soumission aux exploités. C'est encore le cas aujourd'hui dans une grande partie du monde: des "Intégristes" ou "fondamentalistes" utilisent en Orient et en Afrique un Islam qui se prétend de retour aux origines, et qui n'est finalement qu'une variété contemporaine de fascisme, justifiant par la caution divine leur pouvoir absolu et leurs régressions sociales. D'autres, en Asie, font le même usage d'un Hindouisme dévoyé, et nos Extrêmes-Droites n'hésitent pas à se référer aux " racines chrétiennes de l'Europe " pour soutenir l'ordre capitaliste et l'inégalité entre les peuples. Ainsi pour la Pologne ou la Droite gouvernementale professe un Catholicisme tout aussi réactionnaire que le Salafisme islamiste d'Arabie Saoudite. Rien d'étonnant: le fascisme franquiste ensanglanta l'Espagne autrefois au nom du Christ-Roi, et celui des Oustachis fit pire en Croatie.

Mais la planète catholique est diverse, et le Pape François le sait bien, qui vient de récuser publiquement tout amalgame entre Islam et terrorisme soit- disant islamique, et qui a dénoncé sans ambages " le Dieu argent qui est au centre de l'économie mondiale, et non la personne, homme ou femme". " voilà, affirme t'il, le premier terrorisme ". Ces mots ne font pas du Pape un marxiste, mais il est clair que son catholicisme exprime la dimension humaniste présente en toute foi religieuse, a côté de celles au service des pouvoirs politiciens et financiers. Quelles que soient leurs identités cultuelles assumées, les intégrismes-terroristes sont essentiellement des manipulations politiciennes du fait religieux, voire l'expression de pathologies délinquantes dans le cas du " djihadisme " actuel. Mais, dans tous les cas de figure, ces dérives ne sont pas inhérentes à une religion: le discours implicite courant dans la France d'aujourd'hui qui réduit l'Islam au terrorisme est à la fois inepte et dangereux. Dans cette atmosphère malsaine de suspicion haineuse à l'encontre des Musulmans et des Arabes, l'été 2016 a ajoute le ridicule à l'odieux: la Bardot, ex-égérie sexuelle des Sixties, a prôné l'interdiction de l'Aid, et le Premier Ministre de la France a encouragé des imbéciles élus locaux à dresser des contraventions aux baigneuses trop habillées au nom des " valeurs de la République ". Les gendarmes de cinéma populaire se sont évertués sans succès il y a 40 ans a verbaliser les seins nus sur les plages; vont ils pourchasser aujourd'hui la pudibonderie vestimentaire parce qu'elle se prétend islamique? De tout cela, la religion n'est guère responsable, mais la bêtise l'est, qu'on ne fait pas disparaître par décret, et qu'il ne faut surtout pas encourager par opportunisme politicien.

Et nous savons bien par ailleurs que certains qui se proclament athées irréductibles sont de fieffés réactionnaires dans notre pays et ailleurs... Rien ne condamne les " croyants " à se laisser glisser vers des manipulations criminelles. Rien ne leur interdit de concilier leur foi en un Dieu et leurs impératifs moraux avec un idéal de progrès social, voire de révolution politique et sociale. Robespierre, inventeur du suffrage universel à Paris, farouchement convaincu de l'existence d'un Être Suprême et de l'immortalité de l'âme, fut il y a plus de deux siècles l'un des plus purs révolutionnaires de France. Et, plus proche de nous dans le temps, le vénézuélien Hugo Chavez se voulait à la fois chrétien et initiateur du socialisme du XXIeme siècle.

En France, dont le peuple a conquis la laïcité de l'état depuis plus d'un siècle, largement decatholicisée depuis ( à peine 10 pour cent de pratiquants assidus du culte Romain ),le christianisme, pas plus que l'Islam, n'ont plus qu'une efficacité marginale en tant qu' " opium ". Cela n'empêche pas nos dirigeants socialistes et leurs épigones médiatiques, en quête d'une popularité défunte, de clamer leur amour d'un catholicisme qui n'en demande pas tant; en oubliant à cet effet que la laïcité, conquête politique essentielle du peuple français, fut depuis 1900 l'une des valeurs fondatrices de leur parti.

En fait, bien d'autres réalités contemporaines jouent ce rôle d'opium, à la satisfaction de nos " élites " politiciennes, financières et médiatiques. Elles organisent plus que jamais le détournement des fureurs sociales justifiées vers des boucs émissaires, ou l'anesthésie. On sait le rôle à ce sujet des racismes et xénophobies, héritées du passé colonial et du présent impérialiste, dérivant la quête naturelle d'identité en haines irrationnelles et apeurées contre les Noirs, les Juifs, les Arabes, les Musulmans ou les Chrétiens; contre l'Autre, en un mot, suspect de toutes les turpitudes. Tout fait culturel de quelque ampleur peut de même être détourné de ses objectifs initiaux, transformé par la déferlante médiatique au service des puissances d'argent en drogues sociales. Il en fut ainsi au printemps 2016 avec les compétitions de l'Euro-foot: rien à voir avec l'engouement naturel de millions de Français pour des spectacles sportifs de qualité, même entachés de salaires excessifs des joueurs. Mais ce goût du football-mis en scène à été délibérément transformé en une véritable hystérie médiatique pour servir d'éteignoir à l'issue de quatre mois de luttes sociales. Le Ministre de l'Intérieur français a naïvement vendu la mèche en déclarant: " les Bleus n'ont pas gagné; mais ils ont rempli leur mission: à l'issue de l'Euro, on ne parlait plus en France d'autre chose que de leurs exploits....": c'est bien d'un opium du peuple dont Mr Cazeneuve se félicite, même s'il prend ses désirs pour la réalité.

Après les clameurs de l'Euro-foot, ce sont d'autres événements qui ont servi d'anesthésiant délibéré,avec plus ou moins d'efficacité: Mr Valls et ses fidèles ont cultivé avec assiduité la peur du terrorisme, pour transformer les citoyens en troupeau paniqué et irrationnel, en supprimant sans raison valable des réjouissances populaires millénaires comme la Braderie de Lille, et en quadrillant de policiers en armes les malades en pèlerinage à Lourdes. S'en est suivi un discours estival radiotélévisé réduisant les Français à une lutte sur la route entre " Juilletistes " et " Aoûtiens ", allant jusqu'a les infantiliser en " chasseurs de Pokemons ", pour se conclure en hurlements dithyrambiques à propos des médailles olympiques aux JO de Rio.. Dans tous ces cas, le fait de départ n'est pas en cause, pas plus la nécessité de vacances chèrement conquises par les travailleurs en 1936,qu'internet ou les Jeux Olympiques, mais l'utilisation qui en est faite pour étouffer cette réalité que nos dirigeants et leur armée de mercenaires ne supportent pas, la lutte de classes.

Multiforme, protéiforme, l'opium du peuple est plus que jamais présent parmi nous en 2016, avec des moyens bien plus efficaces et divers qu'autrefois.

Francis Arzalier

Partager cet article

Repost0
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 16:47

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article

Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 16:37

Merci patron ! Europe 1 déprogramme François Ruffin

Nous reproduisons un communiqué du SNJ-CGT, auquel nous nous associons (Acrimed).

Le 24 février prochain sort en salle Merci Patron, le premier film de François Ruffin, directeur du journal Fakir. Le film, dont le succès a été spectaculaire lors des dizaines d’avant premières partout en France, a pour héros le milliardaire et première fortune de France, Bernard Arnault, patron de LVMH, qui possède notamment Les Echos ou Le Parisien.

François Ruffin, qui assure actuellement la promotion du film, devait être l’invité de l’émission « Europe 1 social club » de Frédéric Taddéi le 23 février. Invitation lancée il y a trois semaines et confirmée par mail aujourd’hui même à 12h03. Or cinq minutes plus tard, nouveau message, cette fois-ci très lapidaire « Désolé, je viens tout juste d’apprendre que l’interview était annulée… ». La direction d’Europe 1, propriété d’Arnaud Lagardère, a décidé que François Ruffin n’était pas le bienvenu sur son antenne.

Effectivement le film ridiculise Bernard Arnault et met à jour ses pratiques scandaleuses. On y voit comment ce dernier, par l’intermédiaire d’un responsable de la sécurité de LVMH ou du secrétaire général M Jamet – ancien élu socialiste – tente d’acheter le silence d’un couple tous deux licenciés de l’usine ECCE, sous-traitant de LVMH, qui fabriquait des costumes Kenzo (production évidemment délocalisée depuis) et qui survivent avec 400 euros mensuels. « Avec toutes ces délocalisations, la fraude fiscale, l’enrichissement des puissants, on est dans un degré d’obscénité sans pareille aujourd’hui », explique François Ruffin. « Or, quand vous voyez l’injustice avec un nom, un visage, une voix, ça vous prend au corps et vous donne une force pour aller affronter l’adversaire. En montrant leur histoire, j’espérais qu’on arrive à partager cette injustice et qu’on trouverait un chemin pour la réparer », poursuit-il, affublé ironiquement d’un tee-shirt « I love Bernard ».

Il semble que « le sujet pose problème »… Ce qui se vérifie aussi par les difficultés que rencontre François Ruffin dont les interviews dans les grands médias sont souvent annulées, reportées ou renvoyées à plus tard avec des motifs confus. Rappelons que Bernard Arnault est un des principaux annonceurs publicitaires, en particulier de la presse magazine et des titres détenus par Arnaud Lagardère, pour comprendre les raisons de cette déprogrammation. Sans parler des liens personnels entre milliardaires comme nous le prouvent les censures successives de M Bolloré sur Canal + afin que ses « amis » ne soient pas égratignés. Notre confrère Daniel Schneidermann, qui reçoit aujourd’hui François Ruffin à Arrêts sur images avait annoncé qu’il allait scruter le traitement médiatique de Merci Patron. Il va avoir du boulot…

Le SNJ-CGT apporte tout son soutien à François Ruffin, candidat du syndicat aux dernières élections à la commission de la carte de presse en juin 2015. Il demande au CSA et au ministère de la Culture d’intervenir auprès des dirigeants d’Europe 1 afin que François Ruffin soit invité comme prévu initialement. Car si les ministres passent, la situation de l’information, elle, ne change pas. Détenue par les principales fortunes de ce pays, elle souffre d’un terrible manque de pluralisme. Malheureusement le projet de loi Bloche, dans sa forme actuelle, sur l’indépendance des médias, n’y changera rien. C’est en revoyant les seuils anti-concentrations et en accordant une réelle indépendance aux journalistes que les médias retrouveront une crédibilité auprès de la population.



Montreuil, le 19/02/2016



Source : site du SNJ-CGT

 

Allez voir le film!

"Merci patron !" Europe1 déprogramme François Ruffin - Communiqué du SNJ-CGT - " Les médias souffrent d'un terrible manque de pluralisme" dit le communiqué.

Partager cet article

Repost0
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 17:34

Repris sur le blog de Jean Lévy "çanempechepasnicolas"

Le Front National et les fonctionnaires : statistiques d'influence par catégorie, par Jacques Sapir

Le Front National et les fonctionnaires : statistiques d'influence par catégorie, par Jacques Sapir

Fonctionnaires et Front National

 

par JACQUES SAPIR ·

9 JANVIER 2016

 

Les enquêtes électorales réalisées au moment du premier tour des élections régionales de décembre dernier ont révélé que le vote Front National avait fortement progressé au sein des fonctionnaires français (qu’ils soient d’Etat, de la Fonction Publique Territoriale ou de la Fonction Publique Hospitalière).

Bien entendu, une certaine presse (Libération pour la nommer) s’est empressée de s’inquiéter de taux de votants pour le Front National au sein de fonctionnaires de sécurité (Armée et Police). Il est vrai que le taux de votants pour le Front National est spectaculaire pour ces catégories, dépassant les 51%.

Mais, on constate qu’en réalité la progression depuis 2012, si elle est forte dans ces catégories, est aussi spectaculaire dans d’autres catégories. L’arbre, ici, pourrait bien cacher la forêt. Un deuxième point important réside dans les causes révélées par ces enquêtes de ce vote Front National.

L’enquête publiée par le CEVIPOF [1] doit donc être analysée dans sa globalité. Elle montre qu’aux élections de décembre 2015 le Front National s’est bien implanté dans le « secteur public » au sens large.

 

Tableau 1

Pourcentage de votants pour le Front National au 1er tour

2015

Moyenne nationale 27,3%

Salariés du privé 29,0%

Salariés du public 24,6%

Entreprises publiques 28,6%

Première constatation, le chiffre pour les salariés des entreprises publiques est pratiquement le même que pour les salariés du privé. De ce point de vue, le vote Front National a « unifié » les deux secteurs de l’emploi salarié en France. Quand on regarde les personnels des différentes catégories de la fonction publique, hors salariés des entreprises publiques, les résultats sont assez remarquables.

Tableau 2

Pourcentage de votants pour le Front National au 1er tour dans la fonction publique par catégories

Fonction publique de l’État 22,7%

Catégorie A (dont enseignants) 12,0%

Catégorie B 29,8%

Catégorie C 33,6%

Fonction Publique Territoriale 23,5%

Catégorie A 15,9%

Catégorie B 20,2%

Catégorie C 26,7%

Fonction publique Hospitalière 26,0%

Catégorie A 17,9%

Catégorie B 16,3%

Catégorie C 38,9%

Le vote est d’autant plus important pour le Front National que les fonctionnaires sont des catégories « B » et « C », et sont directement en contact avec le public. C’est évident pour la « Fonction Publique d’Etat », qui inclut les fonctionnaires de police, les militaires, mais aussi les enseignants.

Il faut aussi remarquer que ce mouvement est aussi très marqué dans la fonction publique territoriale et de manière spectaculaire dans la fonction publique hospitalière où le personnel de catégorie « C » (brancardier, aides-soignants) est largement exposé aux incivilités du public.

En un sens cela confirme bien que ce sont les fonctionnaires les plus exposés dans leur activité professionnelles aux effets du démantèlement de l’Etat qui réagissent de la manière la plus forte, en particulier par le vote pour le Front National.

Si l’on regarde, maintenant, la progression du vote entre les élections présidentielles de 2012 et les élections régionales de décembre 2015, on constate aussi des mouvements spectaculaires.

Tableau 3

Pourcentage de votants pour le Front National au 1er tour en 2012 et 2015

2012 2015

Accroissement

Ecart à la moyenne nationale

Fonction publique de l’État 16,0% 22,7% 41,9% -4,6%

dont Professeurs des écoles 6,0% 9,8% 63,3%  -17,5%

dont

Enseignants du second degré 5,0% 9,2% 84,0% -18,1%

Dont Policiers et Militaires 30,0% 51,5% 71,7%  +24,2%

Fonction Publique Territoriale 17,0% 23,5% 38,2% -3,8%

Fonction Publique Hospitalière 19,0% 26,0% 36,8% -1,3%

Entreprises publiques 22,0% 28,6% 30,0% 1,3%

Bien sûr, la progression est forte chez les policiers et militaires ; mais elle l’est aussi chez les enseignants, et en particulier les enseignants du second degré (Lycées et Collèges). En fait, ce que révèle cette enquête, c’est le début de la fin de certaines spécificités. Bien des analystes pensaient que les enseignants ne pouvaient pas être tentés par un vote pour le Front National. L’enquête prouve ici le contraire.

Bien sûr, le nombre absolu de policiers et de militaires votant pour le Front National est important, et largement supérieur (de plus de 24 points) avec la moyenne nationale. Mais, ceci ne doit pas masquer une progression forte dans les fonctions publiques territoriales et hospitalières (et ce d’autant plus que l’on s’intéresse à la catégorie « C »), et surtout l’émergence d’un vote Front National chez les enseignants.

Ceci doit être corrélé à une autre enquête qui montre que le vote pour le Front National est d’autant plus élevé que le revenu du foyer est faible [2]. 

Tableau 4

Pourcentage de votants pour le Front National en fonction du revenu du foyer

Niveau de revenu / Pourcentage

Moins de 1250 € 36%

1500 € à 1999 € 34%

2000 € à 2499 € 33%

2500 € à 3499 € 32%

3500 € à 5999 € 25%

6000 € et plus 19%

Cela constitue le Front National en parti représentatif des couches populaires.

L’enquête montre aussi que la progression entre 2012 et 2015 a deux sources. Une radicalisation du vote traditionnel de droite et une évaporation du vote pour la « gauche de la gauche » (Front de Gauche et extrême-gauche réunis). Le Front National a donc gagné des voix aux deux extrêmes du spectre politique. Les motivations de ce vote pour le Front National sont multiples. Il y a clairement un malaise profond des fonctionnaires lié à la dégradation de leurs conditions de rémunération (le fameux « blocage du point d’indice ») mais aussi de travail. Ces fonctionnaires, policiers, aides-soignants, enseignants, sont en première ligne face à la dégradation de la société française. Ils sont les premiers témoins, et souvent les premières victimes, de la déliquescence de l’Etat et de la montée du communautarisme. Cela explique aussi leurs réactions très négatives face à l’Islam.

Il faut ici noter que ce qui avait pu, dans une certaine mesure, retenir ces fonctionnaires de basculer vers le Front National, en particulier la présence d’un discours très centré sur l’Etat que ce soit dans la droite de tradition gaulliste que dans une gauche influencée par le PCF, a cédé avec tant l’effacement de la droite gaulliste au profit d’une droite libérale que la conversion de la gauche non-Socialiste à l’idéologie « européiste ». Cette conversion date maintenant de plus de quinze ans. Mais, c’est aujourd’hui qu’elle provoque ses effets électoraux, effets qui seront probablement appelés à perdurer dans le temps.

 

[1] Rouban L., « L’ENQUÊTE ÉLECTORALE FRANÇAISE : COMPRENDRE 2017. Les Fonctionnaires et le Front National », CEVIPOF, Paris, Décembre 2015,

[2] Perrineau P., « La Dynamique du Front National », note du CEVIPOF, Paris, Décembre 2015.

 

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 14:44

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 15:57

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 17:24

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents