Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 15:48

Cet article est reposté depuis Bolivar Infos.

Cuba : Cuba vit et travaille - Et en plus ils manifestent, très très nombreux pour la Journée internationale de lutte des travailleurs - Solidarité !
Partager cet article
Repost1
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 08:34

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 14:46

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 17:23

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 17:24

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 18:31

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 00:20

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Les États-Unis sont le seul pays du monde où un mineur peut être condamné à vie.

Les États-Unis sont le seul pays du monde où un mineur peut être condamné à vie.

Partager cet article
Repost1
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 17:14


La plateforme numérique d’hébergement Airbnb a payé une amende infligée par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) des États-Unis pour avoir accepté des invités à Cuba et enfreint les sanctions sur l’île. La société de tourisme a accepté les paiements des Nord-Américains qui se sont rendus dans le pays des Caraïbes en dehors des 12 catégories autorisées par la Maison Blanche. Le département du Trésor, auquel appartient l’ OFAC, a rapporté dans un communiqué qu’Airbnb avait accepté de payer 91 000 dollars pour régler sa responsabilité civile potentielle pour la violation apparente.

L’ancien conseiller à la sécurité nationale du président Barack Obama (2009-2017) Ben Rhodes a qualifié l’amende de « stupide, contre-productif et trumpien » pour avoir refusé aux Américains la possibilité de fournir directement des revenus aux Cubains et d’établir des liens avec ce peuple. Depuis 2015, l’entreprise a lancé ses services à Cuba, mais les mesures restrictives adoptées par la suite pendant le mandat du président de l’époque, Donald Trump (2017-2021) et maintenues sous l’actuelle administration Joe Biden, limitent la portée de ses activités.

2021 s’est conclue pour La Havane avec le blocus de Washington intensifié avec les 243 dispositions adoptées par Trump pour étouffer la plus grande des Antilles, dont 55 en pleine pandémie de covid-19. Dans sa campagne électorale, Biden a assuré qu’il annulerait les sanctions du républicain qui nuisent aux familles cubaines, rétablirait les voyages et réglerait les problèmes d’intérêt mutuel avec le gouvernement du pays des Caraïbes. Cependant, la politique hostile reste intacte.

Lu sur Cuba Coopération France

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 00:09

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Xiomara Castro proclame sa victoire présidentielle au Honduras

Tegucigalpa, 29 novembre (RHC) La candidate présidentielle Xiomara Castro, du parti Libre, de gauche, est à la tête des résultats préliminaires des élections de dimanche au Honduras.

Castro, représentant du Parti Liberté et Refonte (Libre), devance  Nasry Asfura, du  Parti National (PN, de droite), au pouvoir,  d’une vingtaine de points, selon les résultats préliminaires des dépouillement des scrutins, divulgués ce lundi par le Conseil National Électoral (CNE) du Honduras.

Selon le CNE, avec plus de 50 % des procès-verbaux révisés, Castro a obtenu jusqu’à présent 53 % des voix comptabilisées, alors qu’Asfura atteint 33 % des suffrages. En troisième lieu, le candidat du parti libéral Yani Rosenthal, avec 9,20 %.[...]

 

Tegucigalpa, 29 novembre (RHC) La candidate présidentielle Xiomara Castro, du parti Libre, de gauche, est à la tête des résultats préliminaires des élections de dimanche au Honduras.

Tegucigalpa, 29 novembre (RHC) La candidate présidentielle Xiomara Castro, du parti Libre, de gauche, est à la tête des résultats préliminaires des élections de dimanche au Honduras.

La Havane, 29 novembre (Prensa Latina) Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a  réaffirmé sa disposition aujourd'hui de renforcer les relations de fraternité, de solidarité et de coopération avec le Honduras à la suite des élections  ayant eu lieu dans ce pays d'Amérique centrale.

Pour sa part, le président cubain Miguel Díaz-Canel a félicité la direction du parti Libre: "Il a fallu 12 ans après le coup d'État contre Manuel Zelaya pour que le peuple hondurien obtienne la victoire éclatante de ce dimanche dans les urnes". [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost1
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 17:17
La Havane, 14 nov. (RHC) Maisons de campagne, foulards rouges autour du cou, chansons, poésie et présentations de livres. Des jeunes cubains ont fait depuis vendredi jusqu’à ce dimanche un sit-in dans le parc central de La Havane. Un sit-in anti-impérialiste qui, selon ses organisateurs, «vise à rêver pour Cuba"

La Havane, 14 nov. (RHC) Maisons de campagne, foulards rouges autour du cou, chansons, poésie et présentations de livres. Des jeunes cubains ont fait depuis vendredi jusqu’à ce dimanche un sit-in dans le parc central de La Havane. Un sit-in anti-impérialiste qui, selon ses organisateurs, «vise à rêver pour Cuba"

Les dissidents cubains et leurs soutiens américains ont fait pression pour que de grandes manifestations antigouvernementales aient lieu cette semaine. Pourquoi n’ont-elles pas eu lieu ?

Un article publié sur le site de l’association anglaise de solidarité avec Cuba
Par Medea Benjamin,
Militante pour les droits de la personne humaine, écrivaine politique, militante pour la paix, économiste, écologiste
Publié le 17 novembre 2021

"Si vous le construisez, ils viendront", disait Kevin Costner dans "Field of Dreams". À Cuba, ils ne sont pas venus. Les dissidents de l’île, avec leurs soutiens américains, avaient travaillé fébrilement pendant des mois pour transformer les manifestations sans précédent du 11 juillet en un crescendo d’opposition au gouvernement le 15 novembre. Ils ont construit une structure formidable, avec des médias sociaux sophistiqués (y compris une abondance de fausses nouvelles), des piles d’argent provenant de Cubains-Américains et du gouvernement américain, et des déclarations de soutien d’un Congrès bipartisan et jusqu’à la Maison Blanche.

Même après que le gouvernement cubain a refusé aux manifestants un permis au motif qu’ils faisaient partie d’une campagne de déstabilisation menée par les États-Unis, les forces antigouvernementales ont insisté sur le fait qu’elles n’étaient pas découragées et qu’elles étaient prêtes à prendre des risques. Mais en fin de compte, leur Champ des Rêves s’est avéré être une illusion. Que s’est-il passé ?

L’intimidation des dissidents a certainement été un facteur clé. Le leader du groupe Facebook Archipelago, Yunior Garcia, a été maintenu en résidence surveillée. D’autres leaders ont été menacés d’arrestation et répudiés par leurs voisins pro-révolution.

Mais à la base, j’ai parlé à des Cubains qui doutaient de l’utilité des manifestations de rue. Ils étaient descendus dans la rue le 11 juillet, spontanément, avec toutes sortes de griefs légitimes : la pénurie de nourriture et de médicaments, les longues files d’attente pour les produits de base, la propagation rapide du COVID, les magasins de devises fortes auxquels ils n’avaient pas accès. Mais dans les mois qui se sont écoulés entre les manifestations de juillet et celles de novembre, beaucoup ont réalisé que les manifestations de rue ne faisaient que créer des divisions alors que le pays avait besoin d’unité. Ils ont compris que malgré tout le battage médiatique, le gouvernement n’était pas sur le point de tomber, et que même s’il tombait, on ne pouvait pas savoir ce qui suivrait. S’il s’agissait de chaos et de troubles civils, ou d’une ruée de Cubains-Américains voraces essayant de s’emparer de propriétés en bord de mer sur l’île, leur situation économique précaire pourrait encore s’aggraver.

"J’étais en train de protester le 11 juillet", me dit une jeune mère de famille de la Vieille Havane. "Mais depuis, j’ai pesé le pour et le contre. La situation alimentaire ici est terrible - nous devons faire la queue pour tout. D’un autre côté, nous sommes en sécurité. Les gens n’ont pas d’armes et ne s’entretuent pas ; la police ne tire pas sur les gens ; nous n’avons pas à nous inquiéter pour nos enfants lorsqu’ils jouent dehors et ils reçoivent une bonne éducation gratuitement. Si ce gouvernement s’effondrait vraiment, j’ai peur que nous perdions plus que nous ne gagnions."

Même après que le gouvernement cubain a refusé aux manifestants un permis au motif qu’ils faisaient partie d’une campagne de déstabilisation menée par les États-Unis, les forces antigouvernementales ont insisté sur le fait qu’elles n’étaient pas découragées et qu’elles étaient prêtes à prendre des risques. Mais en fin de compte, leur Champ des Rêves s’est avéré être une illusion. Que s’est-il passé ?

L’intimidation des dissidents a certainement été un facteur clé. Le leader du groupe Facebook Archipelago, Yunior Garcia, a été maintenu en résidence surveillée. D’autres leaders ont été menacés d’arrestation et répudiés par leurs voisins pro-révolution.

Mais à la base, j’ai parlé à des Cubains qui doutaient de l’utilité des manifestations de rue. Ils étaient descendus dans la rue le 11 juillet, spontanément, avec toutes sortes de griefs légitimes : la pénurie de nourriture et de médicaments, les longues files d’attente pour les produits de base, la propagation rapide du COVID, les magasins de devises fortes auxquels ils n’avaient pas accès. Mais dans les mois qui se sont écoulés entre les manifestations de juillet et celles de novembre, beaucoup ont réalisé que les manifestations de rue ne faisaient que créer des divisions alors que le pays avait besoin d’unité. Ils ont compris que malgré tout le battage médiatique, le gouvernement n’était pas sur le point de tomber, et que même s’il tombait, on ne pouvait pas savoir ce qui suivrait. S’il s’agissait de chaos et de troubles civils, ou d’une ruée de Cubains-Américains voraces essayant de s’emparer de propriétés en bord de mer sur l’île, leur situation économique précaire pourrait encore s’aggraver.

"J’étais en train de protester le 11 juillet", me dit une jeune mère de famille de la Vieille Havane. "Mais depuis, j’ai pesé le pour et le contre. La situation alimentaire ici est terrible - nous devons faire la queue pour tout. D’un autre côté, nous sommes en sécurité. Les gens n’ont pas d’armes et ne s’entretuent pas ; la police ne tire pas sur les gens ; nous n’avons pas à nous inquiéter pour nos enfants lorsqu’ils jouent dehors et ils reçoivent une bonne éducation gratuitement. Si ce gouvernement s’effondrait vraiment, j’ai peur que nous perdions plus que nous ne gagnions." [...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents