Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 février 2022 5 18 /02 /février /2022 17:20

Comme nous l’avons vu précédemment, la crise actuelle est fondamentalement liée à l’expansion de l’OTAN.

À force d’étendre l’OTAN vers l’Est, le problème d’un contact direct avec la Russie devait inévitablement se poser – situation que cette dernière considère comme inacceptable pour sa sécurité, puisqu’un incident de frontière pourrait déclencher une confrontation avec l’OTAN.

Aujourd’hui, à la date annoncée par les États-Unis de l’invasion possible de l’Ukraine par la Russie, nous vous proposons dans cette partie une chronologie détaillée de la crise actuelle en 3 parties.

I. 1990-1993 : Les promesses n’engagent que ceux qui les croient…

La crise actuelle trouve donc ses racines en 1990, dans les promesses faites à l’URSS de ne pas étendre l’OTAN à l’Est.

Afin de clore toute polémique inutile sur ce sujet, voici les promesses telles qu’elles figurent dans les archives occidentales (cliquez pour agrandir ; voir cet article pour le détail ; s) :

[...]

La suite ci-dessous sur le site "Les Crises" :

Partager cet article
Repost0
9 février 2022 3 09 /02 /février /2022 16:02

Cet article est reposté depuis Февраль, Moscou.

"À la veille de la date anniversaire, nous allons parler de lui, de l'URSS, de ses super succès et de ses catastrophes. C'est un mystère absolu pour toujours. Impossible à résoudre. Mais il faut en parler".

Zakhar Prilépine,  leçons de russe, sur la chaîne NTV. Décembre 2021.

Partager cet article
Repost1
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 17:00
Le coup de force mafieux qui a « sauvé la Démocratie » en Russie en 1996
 
Comment en 1996, la victoire prévue du communiste Gennadi Ziouganov aux présidentielles lui fut volée au profit de « notre homme » Boris Eltsine grâce au pillage organisé (par l’équipe Eltsine) des biens publics (pétrole etc…) au profit des banquiers-oligarques, le tout avec l’aide occidentale financière, politique, médiatique - Bill Clinton, FMI etc...
 
 
 
ARTE « découvre » ce qui était déjà bien connu à l’époque mais dissimulé à l’opinion publique: une corruption gigantesque sur fond de paupérisation générale et d’effondrement de l’économie. 
 
Les grands principes sont saufs: Eltsine a eu raison en 1991 (contre Gorbatchev) en 1993 (contre le parlement « communiste »)… en 1996 aussi, sa cause était bien celle de la "Démocratie", et comme le dit sa fille une victoire communiste aurait provoqué la guerre civile. Evidemment, on a utilisé des méthodes de gangsters mais comme le dit le grand ordonnateur des privatisations, Anatoli Tchoubaïs, « c’est ça la propriété privée ! ». Le moindre mal ?
 
Le documentaire d’ARTE  est très éclairant sur le coup de force de 1996. On ne risque plus rien à le « révéler » de nos jours, c’est une page d’histoire, elle est tournée. Un tel docs eut été impensable au lendemain des faits ! pluralisme ?
Encore faudrait-il éclairer l’amont : les coups de force de 1991 et 1993, par le même Eltsine avec les mêmes appuis internes et extérieurs, et les « grandes privatisations » engagées dès 1994…. A l’époque, la cause de Boris Eltsine était applaudie par nos gouvernements et nos médias, y compris « à gauche » où l’anticommunisme primait sur toute autre considération.
Le hold up du siècle accompli par les « élites » locales et l’Occident, fut aussi une étape décisive de « notre » mondialisation. 
 
Jean-Marie Chauvier
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2021 4 28 /10 /octobre /2021 16:29
 DES TÉLÉVISIONS QUI FORMATENT L'OPINION

le 8 août 2021

 Il y a 50 ans, mêmes si ses failles étaient perceptibles, l'URSS incarnait encore l'espoir d'émancipation de millions d'hommes et de femmes en tous les continents. Il était donc logique que les partisans de la " liberté d'entreprendre " et d'exploiter, lui vouent une haine tenace. L'antisoviétisme était leur leitmotiv, l'anticommunisme leur carburant quotidien depuis qu'en 1917 les Bolcheviks de Pétrograd avaient mis en chantier leur rêve millénaire, d'égalité entre les humains et les peuples, et de paix. Evidemment, et les plus anciens s'en souviennent, les "Médiatiques" les plus "anti-rouges" de 1947 a 1960 glissaient souvent de la diatribe antisoviétique au racisme anti-russe pur et simple. Mais ce délire irrationnel avait au moins une explication, la peur de voir la puissante Armée Rouge pousser de Berlin à Paris, et imposer à la France le sort des pays vaincus de l'Europe de l'Est. Un phantasme certainement, mais l'URSS était bien la deuxième puissance mondiale, et ne cachait pas l'exemplarité de son modèle social.

Nous sommes en 2021, et l'Union Soviétique a disparu depuis 31 ans ! A sa place, des pays qui ont rétabli le Capitalisme et la " liberté d'entreprendre" ( et d'exploiter ). C'est le cas notamment de l'immense Russie, livrée en fin de siècle aux oligarques, aux maffias et aux affairistes occidentaux par l'ivrogne Eltsine, mais qui a su retrouver un peu de fierté nationale, et redevenir une puissance à respecter grâce à Vladimir Poutine, ce dont la majorité du peuple russe lui sait gré. Il y a quelques années, le parti " Russie Unie " et son chef Poutine lui-même obtenaient aux diverses élections des scores à faire saliver n'importe quel politicien français. Ce qui en faisait un régime représentatif, plus que celui de Macron en France, même si cela ne doit pas occulter que son économie est capitaliste, inégalitaire, et qu'elle joue volontiers des sentiments nationalistes et des nostalgies religieuses. Rien donc de révolutionnaire dans cet État russe contemporain, mais l'instrument d'une puissance économique ( le gaz naturel exporté jusqu'en France ! ), militaire et diplomatique redevenue de premier plan. Concurrente d'impérialismes agressifs, Etats-Unis et Union Européenne-Otan, elle s'oppose à leurs menées en Europe de l'est, Caucase, et Moyen-Orient. A son profit, bien sûr, et non par idéal anti-impérialiste. La Russie d'aujourd'hui n'est pas l'URSS d'avant-hier, son aide militaire aux côtés de la Syrie contre les djihadistes commandités par l'Otan a d'abord pour but d'étendre ses zones d'influence économiques, politiques ou militaires. Il n'en reste pas moins que l'action russe a été bénéfique au Moyen-Orient, qu'elle a permis la survie de l'Etat national syrien, dont l'Impérialisme occidental avait programmé la DESTRUCTION,comme ce fut le cas de ceux de Lybie et d'Irak.

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 14:45
Zbigniew Brzezinski

Zbigniew Brzezinski

(’Le Nouvel Obs’, 15/01/1998) :

(Zbigniew Brzezinski était conseiller à la sécurité nationale du président Carter, et Barack Obama l’a nommé conseiller aux affaires étrangères lors de sa campagne présidentielle).

Le Nouvel Observateur : L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est-à-dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

[...]

La suite sur le site "Faire vivre le PCF"

Partager cet article
Repost0
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 15:16

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 14:40
Boris KUSTODIEV, Bolchévique, 1920 © Collection de la Galerie nationale Trétiakov, Moscou - Exposition "Rouge" au Grand Palais en 2019

Boris KUSTODIEV, Bolchévique, 1920 © Collection de la Galerie nationale Trétiakov, Moscou - Exposition "Rouge" au Grand Palais en 2019

Danielle Bleitrach le 23 mars 2021

Il faut libérer la recherche des contraintes de la guerre froide et de l’appartenance à un camp. Voici quelques notes jetées qui expliquent bien des publications de notre blog, l’idée qu’il y a eu une rupture révolutionnaire aussi irréversible qu’a pu l’être la révolution française – le retour des rois n’a que temporairement paru en consacrer l’échec. Il s’agit de mesurer la portée d’un événement et en quoi continue-t-il à avoir une postérité. Tout cela n’obéissant pas à un modèle mais à une multiplicité d’expériences encore à l’œuvre et conditionnant l’avenir : socialisme ou barbarie ?…

[...]

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 15:24

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Pourquoi Pablo Hasél a été mis en prison (video et chant)
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 00:06

Cet article est reposté depuis Réveil Communiste.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 06:08
Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents