Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 13:23

On ne peut que partager le point de vue de cet historien.

Et tout cela avec le soutien du maire socialiste de Rouen ...

A qui profitent donc les effacements de mémoire ?

Le projet artistique de boucher les trous du Palais de justice avec des LEGO® agace cet historien

L'historien Paul Le Trévier sera devant le Palais de Justice de Rouen (Seine-Maritime) lundi 5 octobre 2020, pour exprimer sa désapprobation contre le projet artistique des LEGO®.

Paul Le Trevier sera présent le lundi 5 octobre devant le Palais de Justice de Rouen -Seine-Maritime) pour marquer sa réprobation contre les LEGO®. (©Le Bulletin)

Paul Le Trevier sera présent le lundi 5 octobre devant le Palais de Justice de Rouen -Seine-Maritime) pour marquer sa réprobation contre les LEGO®. (©Le Bulletin)

Extraits d'un article paru sur 76 actu

"Le projet de nos édiles fraîchement en poste est en effet de boucher les impacts de bombes subsistant sur le Palais de Justice par des ... LEGO® ! Quelle honte et quelle indignité ! Même temporaire et partielle, cette dégradation de la mémoire est réellement affligeante"

"Le Palais de Justice est l'un des derniers monuments grâce auxquels on peut mesurer la souffrance de toute une ville et même de toute une agglomération. À demi détruit lors du 19 avril 1944, il sera encore durement frappé le 27 août 1944, juste avant la Libération. C’est ce que montrent les impacts sur la façade de la rue Jeanne d'Arc. Peut-on oublier aussi que le Palais de Justice servait de geôle à la Gestapo de Rouen et que de nombreux Résistants y furent torturés ?"

La totalité ci-dessous :

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 23:48

Ce 5 mai, c’est une excellente nouvelle qui est tombée pour tous les amoureux de l’ : le dernier de Annie Lacroix-Riz en France “(Armand et Colin) fait partie de la sélection des essais retenus par le jury du Renaudot (composé de Christian Giudicelli, Frédéric Beigbeder, Dominique Bona, Patrick Besson, Georges-Olivier Châteaureynaud, Franz-Olivier Giesbert, Louis Gardel, J.M.G. Le Clézio et Jean-Noël Pancrazi), une véritable performance qui souligne la solidité de ce livre et des travaux de recherche de l’Historienne au plus profond de ce que démontrent les archives. Les trois autres livres en compétition sont :

  • Barocco Bordello de Thierry Clermont (Seuil)
  • L’effet maternel de Virginie Linhart (Flammarion)
  • L’avenir des simples de Jean Rouaud (Grasset)

Entretien exclusif avec Annie Lacroix-Riz.

La suite ici :

Partager cet article

Repost0
10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 15:07

Cécile Rol-Tanguy

La famille Rol-Tanguy communique :

Cécile ROL-TANGUY est décédée ce jour 8 mai 2020 à 12 h 10, à son domicile de Monteaux (Loir-et-Cher), à l’âge de 101 ans. Avec elle disparaît une des dernières figures de la Résistance intérieure française et plus précisément de la Libération de Paris en août 1944.

Porteuse des plus hautes distinctions de la République (Grand Officier de la Légion d’honneur, Grand Croix dans l’Ordre national du Mérite, Médaille de la Résistance, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance), elle était emblématique de la place de femmes dans le combat contre Vichy et l’occupant nazi. Cécile ROL-TANGUY soulignait toujours qu’elle n’acceptait ces décorations qu’en hommage à toutes les femmes de l’ombre, rouages indispensables de la lutte clandestine. Aux déportées, aux internées, à toutes celles assassinées par l’ennemi et pourtant si souvent oubliées à l’heure de la victoire. A toutes les femmes qui, comme elle, une fois la guerre terminée, reprirent simplement leur place dans la vie quotidienne de leur famille et du pays.

Née Cécile LE BIHAN le 10 avril 1919, elle était la fille unique de François LE BIHAN, ouvrier électricien, militant du Parti Communiste Français depuis sa création en 1920 et dirigeant syndical de la CGT, déporté-résistant mort à Auschwitz en 1943 et de Germaine JAGANET, femme au foyer et résistante, elle aussi.

L’engagement de Cécile ROL-TANGUY date de 1936, du Front Populaire et de la guerre d’Espagne. C’est au Syndicat des Métaux CGT de Paris, où elle est employée, qu’elle rencontre Henri TANGUY, dirigeant des métallos parisiens, combattant volontaire dans les Brigades Internationales aux côtés de la République espagnole attaquée par Franco. Ils se marient en 1939, juste avant la guerre durant laquelle il est mobilisé en première ligne.

Dès la fin juin 1940, alors qu’elle vient de perdre leur premier enfant, Françoise, le jour de l’entrée de la Wehrmacht dans Paris, elle rejoint ce qui deviendra la Résistance. Elle tape des tracts, des journaux syndicaux et autres documents illégaux de la CGT interdite et travaille pour les avocats communistes qui défendent les premiers emprisonnés du régime de Vichy.

Le 18 août 1940, elle accueille Henri TANGUY à Paris, tout juste démobilisé. Le jour même, elle le met en contact avec les cadres clandestins de la CGT. Quatre ans plus tard, jour pour jour, elle tapera l’ordre de l’insurrection parisienne que son mari – devenu le colonel ROL, Chef militaire régional des FFI de l’Ile de France- lui dictera à l’aube de la semaine insurrectionnelle victorieuse de la capitale. Entre temps, le couple a plongé dans la clandestinité dès octobre 1940. Elle vivra alors, aux côtés de son époux dont elle est l’agent de liaison, la vie clandestine des résistants. Elle donnera aussi le jour – en mai 1941 et novembre 1943 - à deux enfants, Hélène et Jean.

Elle participera à la semaine insurrectionnelle de Paris du 19 au 26 août 1944, au cœur de la décision et de l’action, dans le PC souterrain du Colonel ROL, sous la place Denfert-Rochereau. Elle sera la seule femme présente quand le Général De Gaulle recevra l’Etat-Major des FFI d’Ile-de-France, le 26 août 1944 à l’Hôtel de Ville. Cécile et Henri Rol-Tanguy, avec Lucie et Raymond Aubrac, resteront comme les deux couples symboles de la Résistance intérieure française. Après-guerre, elle donnera naissance à deux autres enfants, Claire (1946) et Francis (1953) et demeurera l’indispensable collaboratrice de son mari.

Jusqu’à son dernier souffle, Cécile ROL-TANGUY témoignera de sa fidélité à l’utopie généreuse du communisme, à ses engagements de jeunesse pour la justice sociale et l’émancipation des femmes.

A la suite de son mari, décédé en 2002, Cécile était également Présidente de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) et Présidente d’Honneur de l’ACER/AVER (Amis des Combattants en Espagne Républicaine/ Amicale des Volontaires en Espagne Républicaine). Jusqu’en 2014, elle animera régulièrement des échanges sur la Résistance avec des collégiens et lycéens. Enfin, en août 2019, elle assistera aux cérémonies du 75e anniversaire de la Libération de Paris.

Monteaux, le 8 mai 2020

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 16:53

"la France libre et la France combattante et, par la suite, le Comité français de la libération nationale et le Gouvernement provisoire de la République française, ont été, à compter du 16 juin 1940, dépositaires de la souveraineté nationale et ont assuré la continuité de la République."

Le 18 juin 1941, pour le premier anniversaire de son appel de l’année précédente Charles de Gaulle prononçait un discours devant le Comité français d’Egypte qui commençait par ces mots :

« Le 17 juin 1940 disparaissait à Bordeaux le dernier Gouvernement régulier de la France. L’équipe mixte du défaitisme et de la trahison s’emparait du pouvoir dans un pronunciamento de panique. Une clique de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux se ruait à l’usurpation en même temps qu’à la servitude. Un vieillard de quatre-vingt-quatre ans, triste enveloppe d’une gloire passée, était hissé sur le pavois de la défaite pour endosser la capitulation et tromper le peuple stupéfait.

Le lendemain naissait la France Libre. »

La suite sur le site "Vu du droit"

« la France libre et la France combattante et, par la suite, le Comité français de la libération nationale et le Gouvernement provisoire de la République française, ont été, à compter du 16 juin 1940, dépositaires de la souveraineté nationale et ont assuré la continuité de la République. Il s’ensuit que les documents qui émanent de ces institutions et de leurs dirigeants et représentants procèdent de l’activité de l’Etat et constituent, dès lors, des archives publiques.

Arrêt du Conseil d'Etat à propos du statut juridique des archives du général de Gaulle - 1" Avril 2018

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 13:41

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 15:29
Manifestation sur les Champs-Elysées pour la Victoire. Paris, 8 mai 1945.    © LAPI / Roger-Viollet

Manifestation sur les Champs-Elysées pour la Victoire. Paris, 8 mai 1945. © LAPI / Roger-Viollet

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 17:18
" La Non-Epuration en France" - Annie Lacroix Riz

La non-épuration en France - Un entretien avec Aude Lancelin
 ( Quartier libre)

Vidéo ci-dessous :

À la demande d'Annie Lacroix-Riz nous diffusons des archives documentaires auxquelles elle a participé ou contribué mais rendues difficilement accessibles voire inaccessibles par les sites ( de "service public") qui les avaient initialement publiés .
Parmi ces documents audiovisuels un débat pourtant très récent mais déjà occulté par l'appareil idéologique audiovisuel, autour d'un documentaire que nous diffusons également. On peut imaginer que, dans la période actuelle, la restitution sérieuse et compétente de "pages douloureuses de notre histoire", lorsqu'elle est appuyée sur une historiographie honnête, sérieuse et compétente, n'est plus jugée présentable aux générations "en marche"...

La suite :

http://www.librairie-tropiques.fr/2020/01/les-tondues-et-la-non-epuration-2.html

Le débat en vidéo :

Partager cet article

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 17:15

Partager cet article

Repost0
17 février 2020 1 17 /02 /février /2020 16:01

Comme me l’écrivait Annie Lacroix Riz récemment en se moquant du révisionnisme ambiant et de l’ignominie des falsificateurs de l’histoire : Il y avait une guerre civile en URSS et l’armée nazie est venue les séparer.  Quant aux gens regroupés dans les camps d’extermination ils se sont suicidés … Ce blog qui s’intitule Histoire et société va ouvrir une rubrique sur les faits et sur la dénonciation du révisionnisme et du négationnisme…

Alors voici ce que disait De Gaulle dans des lettres qui vont être publiées … 

( commentaire Danielle Bleitrach)

A lire pour complément :

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 15:18
Pour en savoir davantage

Pour en savoir davantage

Lundi, 27 Janvier, 2020

L’État polonais entend garder son récit national. Aucune collaboration n’a été commise, les crimes de la Shoah ne sont l’œuvre que des forces nazies. Celui qui dit le contraire peut faire l’objet de poursuites.

Des survivants de l’Holocauste et une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement seront ce lundi à Auschwitz pour célébrer le 75e anniversaire de la libération du camp de concentration et d’extermination nazi. À la veille de ces célébrations, le président polonais s’est fendu d’une pleine page dans le Figaro du 23 janvier au nom d’« une mémoire qui ne doit pas mourir ». Il ose affirmer qu’il est « défendu de dénaturer » et « d’instrumentaliser » la mémoire de la Shoah pour quelque motif que ce soit. Des déclarations surprenantes de la part d’Andrzej Duda, candidat à un second mandat pour le parti Droit et Justice (PiS, extrême droite), et fervent défenseur d’une loi négationniste adoptée en 2018. Ce texte condamne l’usage du terme « camps de la mort polonais » et tout propos accusant « publiquement et contrairement aux faits, la nation ou l’État polonais de responsabilité ou de complicité dans les crimes nazis commis par le IIIe Reich, ou de tout autre crime de guerre, crime contre l’humanité ou crime contre la paix ». [...]

Pour les abonnés, la suite sur le site de l'Humanité :

https://www.humanite.fr/en-pologne-parler-de-collaboration-est-passible-de-poursuites-683733

Un "blanchiment de l’histoire" pour les historiens

"Pour le dire plus explicitement, le sauvetage des Juifs en Pologne par la population ne fût pas inexistant, mais il représente l'exception et non la règle. "

Lire l'article entier sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/histoire/interdire-les-camps-de-la-mort-polonais-comprendre-la-controverse

Partager cet article

Repost0

Articles Récents