Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 16:16
LE BOUDDHISME BOBO

 

 

Voilà qu'on nous refait le coup de la pensée bouddhiste. A la manière de Elle, quand, sortis des salades folles, des vacances aux Seychelles et des fausses audaces sexuelles, les journalistes invitent les lectrices à la transcendance pour qu'elles voient si ça fait du bien. Avec, cette semaine, Télérama roulant des yeux devant Mathieu Ricard, moine bouddhiste façon Tintin au Tibet et traducteur du Dalaï-Lama. Voir son impayable portrait, sans profondeur de champ afin de faire ressortir les yeux fixes, et sans profondeur tout court. Vive la spiritualité beauf ! Celle des Droits de l'Homme de droite, bien-pensante et surtout bien sélective.

Le lieu n'est pas ici de présenter le bouddhisme dans sa complexité et ses multiples aspects philosophico-religieux mais d'attirer l'attention sur un aspect généralement ignoré de ses laudateurs du XVe arrondissement : Bouddha fut un homme du renoncement et qui détestait les femmes, ce qui va généralement ensemble dans les religions monothéistes et les systèmes de pensée réputés « spirituels ».

De son nom Gautama, prince Siddharta, Bouddha est un personnage historique attesté qui a vécu vers le VIe siècle avant notre ère. En fait « Bouddha » est un titre qui désigne un personnage « éveillé », ayant atteint le nirvana, c'est-à-dire, l'absence de désir, ce qui est au passage une manière adroite et commode de ne manquer de rien. Un bodhisattva est un « aspirant à l 'éveil ». Le Bouddha dont se réclament les bodhisattvas du quartier Saint-Germain est le plus célèbre, mais il y en eut des multitudes.

Un épisode de la vie du Bouddha résume assez bien la pensée du personnage. Lassé de sa vie luxueuse et de ses excès qui ne débouchaient sur rien, le prince Siddharta se lance dans l'ascèse. Une partie admirable de la statuaire bouddhique le représente jeûnant assez rudement puisqu'il ne se nourrit plus à la fin que d'un grain de riz par jour. Mais cela ne débouche pas non plus sur quelque chose de probant. Il faut donc choisir la voie médiane, le juste milieu entre les deux excès. Cela, c'est pour la pensée molle. On sait ce que cela donne en politique. Et corrélativement, il convient de se défier des femmes qui justement ne font rien qu'à écarter les sages du juste milieu. Cela, c'est pour le mépris de la moitié de l'humanité.

Religion pour certains, spiritualité philosophique pour d'autres, le bouddhisme vaut ce que valent les religions et les spiritualités. Pas moins, pas plus.

 

Pascal Acot

 

 


Le temple des Lamas, Beijing, février 2008 (P. A.)

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 10:13

Un article initialement publié par "Rebelion" et "Bellaciao"

sur ce qui nous semble l'événement majeur des élections italiennes.


Les élections du 13 et 14 avril sont marquées par un événement historique dans

la politique italienne : la fin de la présence parlementaire des communistes.


Depuis la seconde guerre mondiale, le PCI avait été le principal parti

d’opposition et un pilier de la démocratie italienne, capitalisant jusqu’à un

tiers des votes. A partir de sa dissolution en 1991, la faucille et le marteau

ont pourtant continué à apparaître chez ses successeurs, soit le Parti des

Démocrates de gauche (DS) et le Parti de la Rifondazione Communiste (PRC), deux

partis qui ont pris la tête de l’opposition au premier et au second gouvernement

de Silvio Berlusconi en 1994 et 2001 et qui ont participé à la formation du

premier et second gouvernement de Romano Prodi en 1996 et 2006.


A cette dernière date, le DS a alors poursuivi une évolution centriste qui a

culminé dans la disparition de toute relation symbolique et politique avec la

tradition communiste italienne et dans la formation du Parti Démocratique,

inspiré par le "progressisme" nord-américain. Walter Veltroni, ancien maire de

Rome et candidat pour le poste de premier ministre en 2008, faisait

explicitement référence à John Fitzgerald Kennedy plutôt qu’à Enrico Berlinguer

(secrétaire général du PCI de 1972 à 1984, ndlr).


Le Parti de la Rifondazione Communiste a, pour sa part, maintenu jusqu’en 2006

la bannière communiste et cette posture politique anti-système lui a permis non

seulement de survivre, mais d’amplifier sa présence politique grâce à trois axes

fondamentaux. En premier lieu, il a appuyé et participé aux mouvements sociaux

anti-néolibéraux – et en particulier la mouvance altermondialiste, ce qui lui a

permis de rajeunir la militance communiste, à la différence des nombreux partis

européens. En deuxième lieu, il a pu compter sur la popularité d’un leadership

intelligent qui combinait critique radicale et grande capacité communicative,

celui de Fausto Bertinotti. Enfin, le parti a défendu son indépendance à

l’intérieur d’un front anti-Berlusconi, en conservant une diversité et une

spécificité politico-idéologique, sans se retrouver marginalisé des luttes

politiques nationales.


A partir de 2006, Rifondazione Communista a pourtant accepté d’intégrer non plus

seulement une coalition électorale, mais une alliance de gouvernement et s’est

retrouvé co-responsable de l’expérience du second gouvernement Prodi. En moins

de deux ans, le PRC a perdu la crédibilité accumulée au large de plus de quinze

années. A sa gauche, il a été critiqué pour avoir appuyé un gouvernement qui n’a

pas rempli ses promesses de réformes sociales et pour avoir assumé quelques fois

des positions franchement conservatrices, en particulier sur les thèmes du

pacifisme. Toute cela alors que Bertinotti assumait la présidence de la Chambre

des Députés. A sa droite, les critiques ont aussi fusé et dénoncé le PRC comme

un «facteur instable» de l’alliance gouvernemental. Au-delà de la fragile

majorité parlementaire, les droites et les médias ont dénoncé le «chantage» des

gauches (celui du PRC, mais aussi des Verts, de la dissidence de gauche du PD,

appelée Gauche Démocratique (DS), et du Parti des Communistes Italiens). Des

gauches qui n’ont pas pu changer l’orientation «naturelle» du gouvernement et

ont été accusées d’être responsables de sa chute.


Au moment de la fin du gouvernement de Romano Prodi au début 2008, le PD a alors

décidé de rompre son alliance avec Rifondazione Communista (et vice-versa). Le

PRC a alors appelé ses alliés mineurs à former une coalition électorale appelée

La gauche Arc-en-ciel avec la promesse de la transformer en «nouveau sujet

politique», à la gauche du centre occupé par le PD.


Au-delà de la victoire des droites du 13 et 14 avril, les résultats électoraux

montrent une concentration des votes sur les options de gouvernement incarnées

par Berlusconi et Veltroni, de même qu’une distribution des préférences vers des

petits partis favorisant la droite extrême d’inspiration fasciste (La destra) et

une dissidence catholique conservatrice (UDC). Ainsi s’explique la débâcle

électorale et parlementaire des communistes, qui n’obtiennent pas le minimum

requis de 8% et 4% nécessaire pour obtenir des sénateurs et députés.


Les résultats attribuent 3,21% de bulletins au PRC, soit un minimum historique.

Un 3,21% obtenu de surcroît par une formation qui se déclare ouvertement

postcommuniste. Les trois groupes trotskistes qui se sont présentés au scrutin -

fait inédit en Italie - ont obtenu, en regroupant leurs suffrages, près de 1%,

canalisant le mécontentement de gauche face à la politique institutionnaliste de

Rifondazione Comunista. Non seulement le communisme se dilue quantitativement,

mais aussi qualitativement. A l’intérieur de la Gauche Arc-en-ciel, si les

forces de Rifondazione et des Communistes Italiens étaient prédominantes, la

faucille et le marteau ont disparu et Bertinotti a déclaré que le communisme

n’allait plus être qu’un «courant culturel» à l’intérieur d’une organisation

plurielle. Ce qui suscité des réponses polémiques de la part de certains

courants de son parti. Le bilan politique montre l’échec de la stratégie

combinée d’être à la fois parti de gouvernement et dans le mouvement. Le

gouvernementalisme a avalé le mouvementisme. Le retour dans l’opposition du PRC

manquait de crédibilité. La dissolution du discours et des symboles communistes

a paru comme une modernisation trop synonyme de modération. Les résultats

électoraux n’auraient pourtant probablement pas été meilleurs, sans la création

de la Gauche-Arc-en-ciel.


Ce qui ressort des résultats, c’est aussi la fin d’une stratégie politique. Il

est surprenant que dans un pays avec une fortee traditione de gauche, avec de

solides ressources culturelles, avec la présence de mouvements et de

mobilisations opposés au néolibéralisme, il n’y a ait pas eu une réaction

électorale en faveur de la gauche. Les communistes payent l’erreur d’avoir

couvert un gouvernement modéré et conservateur. Ce soutien enterre aussi une

stratégie politico-institutionnelle.


Avec ces élections, un cycle du communisme italien se ferme donc. Au vu des

inégalités et des conflits qui traversent le pays, les chemins pour une gauche

radicale d’orientation communiste ne disparaissent pourtant pas. Mais

inévitablement, ils devront se dessiner à la marge des institutions, en rompant

avec la subordination, en récupérant, sur le terrain du rapport de forces, la

critique et la potentialité de la protestation, du conflit social, de la

mobilisation et de la politisation des secteurs populaires, y incluant les

immigrés. 3, 21% de votes, soit un peu plus d’un million de voix, révèle une

présence électorale testimoniale et l’absence de toute représentation

parlementaire, mais cela pourrait être aussi une base de centaines de milliers

de militants et sympathisants pour vertèbrer les mouvements contre le

néolibéralisme italien, en version dure ou molle, du troisième gouvernement

Silvio Berlusconi.

 

Pr. Massimo Mondonesi,  Université de México, et UNAM

Partager cet article
Repost0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 10:42

Pas un jour sans que les médias nous travaillent à l'émotion. Du Kosovo au Tibet, en passant par l'Afghanistan et l'Irak, on nous exhorte à la révolte contre les dictatures ou la menace du terrorisme. A en croire les gouvernants de l'Europe et des Etats-Unis, la lutte du bien contre le mal justifie que les politiques nationales soient subordonnées à une morale prétendument universelle. Quelques éléments de réflexion sur le mariage contre-nature de l'éthique et de l'exploitation de l'Homme par l'Homme...

 

LES NOCES BARBARES DU CAPITALISME ET DE LA MORALE

 

En France, Bernard Kouchner, "un tiers-mondiste, deux tiers mondain" tente de justifier les interventions militaires de l'OTAN au nom des « Droits de l'Homme » ou du « droit d'ingérence humanitaire ». Cette association de l'humanitaire et du militaire, du sabre et du goupillon, n'est pas sans nous rappeler les heures sombres du colonialisme. D'autant que ceux qui se proclament les défenseurs de « Droits de l'Homme » s'autorisent à s'en dispenser. En Irak, par exemple, le blocus économique qui a précédé l'intervention militaire provoqué la mort de 100 000 personnes par an et, au total, celle d'un demi million d'enfants. Quant à la torture, on sait qu'elle est désormais légale dans l'armée américaine et officielle en Israël.



Dans le capitalisme, morale et politique s'excluent mutuellement

En réalité, en accréditant l'idée que toute politique doit obéir à des règles morales pour être respectée, les USA et l'Europe tentent de masquer leur volonté hégémonique sous le couvert de l'humanitaire et espèrent obtenir le soutien de l'opinion publique en exacerbant le sentimentalisme populiste au détriment du sens critique. C'est en effet un non-sens que de vouloir subordonner la politique à la morale. Celles-ci relèvent de deux ordres différents, irréductibles l'un à l'autre, comme le notait déjà Machiavel en son temps. Dans une société où règne l'exploitation de l'Homme par l'Homme, la politique vise à servir des intérêts de classe, non la vertu. D'ailleurs, si l'on pense avec Hegel que « l'Homme se produit lui-même » et avec Marx que « l'histoire est l'histoire naturelle de l'Homme », on conviendra que c'est la politique qui enfante le Droit et la morale, et non l'inverse. Sauf à croire, bien entendu, en une essence humaine définie a priori ou en un idéal perdu qu'il s'agirait de retrouver. Comprendre que la politique est le produit de communautés d'hommes placés dans des conditions historiques différentes, c'est du même coup concevoir que le Droit et la morale diffèrent nécessairement d'une Nation à l'autre. Il n'est donc pas de de Droit ou de morale universels. Sauf pour ceux qui ont intérêt à ce que la politique s'efface devant le « Droit » afin de pouvoir mutoler les souverainetés nationales. Ainsi, le « Droit » de l'Europe s'impose aux Nations qui composent celle-ci alors qu'il n'est issu d'aucune consultation démocratique.


Quand la dépolitisation va de pair avec la moralisation

Parcequ'elle veut affirmer la prééminence du droit des capitaux sur le droit des peuples, la logique capitaliste ne peut supporter l'existence d'Etats-Nations souverains. En 1999, le philosophe Daniel Bensaïd, dans un article intitulé « Le capitalisme ventriloque » notait pertinemment : « Dans le discours décomplexé du capital, la dépolitisation méthodique va de pair avec la moralisation à outrance ». L'heure est à la « guerre éthique » (Blair), à la « souveraineté éthique » (Cohn-Bendit). Cette escalade de l'éthique est l'envers (la béquille et le baume », du déchaînement de la jungle marchande. Elle peut parfaitement faire le meilleur ménage avec la concentration et le monopole de la puissance financière et militaire. Ces noces barbares sont alors porteuses des pires dangers : lorsque le fanatisme de l'éthique (l'obligation inconditionnelle illimitée dont parle Bernard Henri-Lévy) s'allie à la suprématie technique impériale, l'espace même de la pluralité politique, de la contradiction et de la controverse est menacé. »

C'est pour servir au mieux ses intérêts que le capitalisme mondial a créé la Cour pénale internationale, et le « droit d'ingérence humanitaire ». La manière sélective avec laquelle les grandes puissances mettent en oeuvre ces novations est d'ailleurs éclairante. On inculpe Milosevic quant on épargne Pinochet. On évoque le nom de Fidel Castro mais on tait ceux des « saigneurs du monde ». Les interventions millitares sont également ciblées. La guerre du Kosovo n'avait pour but que de démanteler l'ex-Yougoslavie qui restait fermée à l'économie internationale de marché. Ce sont les enjeux géostratégiques concernant les voies d'accès au pétrole ou au gaz de la Caspienne, de l'Asie, y compris les ambitions aux lisières de la Chine, qui sont la cause des interventions militaires en Irak, et non la lutte contre le terrorisme. Cependant on laisse impunies les incessantes violations des décisions de l'ONU par Israël et ses atrocités commises à l'encontre du peuple palestinien.

Au reste, répétons-le, morale et politique ne peuvent s'accorder dans un monde où règne l'exploitation de l'Homme par l'Homme. Les êtres humains ne prendront possession de leur vraie nature, le monde ne deviendra le monde humain qu'avec la suppression de l'aliénation dans laquelle vivent les hommes d'aujourd'hui. Et cette suppression ne sera effective que lorsqu'aura été abolie positivement la propriété des moyens de production et d'échange. Alors aura-t-on encore  besoin de parler de morale ?

 

Michel Barrière

Action communiste

Partager cet article
Repost0
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 14:02
Sur le site de Michel Collon (article de Peter Franssen)

TIBET (2)

1. Que s'est-il réellement passé ?
2. Quel était le but des émeutes ?
3. Des médiamensonges : dans quel but ?
4. Le mouvement tibétain est-il spontané et indépendant ?
5. Toute la communauté internationale condamne-t-elle la Chine ?



Vendredi 14 mars dernier, une émeute éclatait à Lhassa, la capitale de la Région autonome du Tibet. Partout dans le monde, ces événements ont donné lieu à des protestations contre l'intervention de la police anti-émeute et l'armée chinoises.
Voici cinq questions à ce propos et, chaque fois, une esquisse de réponse.
 
--------------------------------------------
1. Que s'est-il réellement passé ?
--------------------------------------------
En Occident, l'opinion publique a eu l'impression que des manifestants pacifiques, sous la direction de moines, avaient défilé dans les rues pour réclamer la liberté et que la police et l'armée chinoises étaient intervenues de façon très répressive.
Entre une semaine et dix jours après les faits, il y a toujours, dans l'opinion publique, nombre de gens qui retiennent cette version des faits. Comme la présidente du parlement américain, Nancy Pelosi, numéro deux des États-Unis dans la hiérarchie politique, qui prétend que le comportement de la Chine est « un défi à la conscience du monde entier ».
( lisez l'article http://www.iht.com/articles/ap/2008/03/21/news/Pelosi-Dalai-Lama.php )
« Si nous ne parlons pas maintenant, nous n'aurons plus jamais le droit de parler », ajoute cette dame.
Le dalaï-lama l'a remerciée en disant que les États-Unis étaient « les champions de la liberté et de la démocratie ». Le dalaï-lama peut dire qu'il a de la chance d'être tibétain et de ne pas habiter, d'aventure, au Vietnam, au Laos, au Cambodge, en Afghanistan ou en Irak, pour ne citer que quelques pays contre lesquels les États-Unis, ces « champions de la liberté et de la démocratie », ont déclenché des guerres. Guerres qui, par ailleurs, ont toutes reçu le soutien de ce pacifiste à l'éternel sourire qu'est le dalaï-lama.
 
Deux jours après Nancy Pelosi, c'était le tour du président du parlement européen, l'Allemand Hans-Gert Poettering. « Si le gouvernement chinois suit cette ligne dure contre le Tibet, nous devons envisager un boycott des JO », a-t-il dit.
(Lisez l'article. http://www.ft.com/cms/s/0/7f31888c-f8e5-11dc-bcf3-000077b07658.html )
Auparavant, cette suggestion avait déjà été faite par le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. Son homologue allemand Frank Walter Steinmeier a mis en garde la Chine contre le fait que son approche de la crise compromettait les JO
(lisez l'article http://ap.google.com/article/ALeqM5h79xS2DH2a0P1VYcF_2aHikRFJtAD8VHTPG00 ).
On peut se poser des questions à propos de la bonne foi de Pelosi, Poettering, Kouchner, Steinmeier. Toutes les déclarations, reportages, films et photos des témoins directs des événements montrent précisément le contraire de ce que ces politiciens prétendent. Nous pouvons désormais affirmer avec certitude que, ce vendredi 14 mars à
Lhassa, il n'a nullement été question de manifestations, mais bien d'une émeute. Des groupes de jeunes, parfois sous la conduite de moines et armés de couteaux, de sabres, de machettes, de pierres et de cocktails Molotov, ont bouté le feu à des maisons, des commerces et des voitures. Sauf les touristes, toutes les personnes qui n'étaient pas tibétaines étaient en danger. Non seulement les Chinois Han, mais également les musulmans Hui, ont été battus, tabassés sauvagement, voire battus à mort. La violence a été extrêmement brutale et de nature ethnique et raciste.
 
Ci-dessous, vous pouvez lire une série de témoignages, surtout de sources occidentales.
 
« En face de notre hôtel, ils ont bouté le feu à quatre bâtiments ». « Au carrefour en face de mon hôtel, j'ai vu comment des Tibétains en colère criblaient des pierres des Chinois passant en scooter. Quand l'un d'eux tombait de son scooter, il se faisait horriblement tabasser. Ils étaient maltraités » , déclare un touriste hollandais dans De Volkskrant.
(Lisez l'article http://www.volkskrantreizen.nl/blogpost.php?username=reisredactie&webtitle=nederlanders_over_onluste&usergroup=redactie )
« Les vieilles personnes n'ont pas été épargnées non plus ».
Le journal français Le Parisien donne la parole au touriste canadien John Kenwood, qui raconte comment une bande a arraché un vieillard à son vélo, l'a battu à coups de poing et de pied. Un passant occidental a pu tirer le vieillard d'affaire.
(Lisez l'article http://www.leparisien.fr/home/info/international/articles/SCENES-DE-LYNCHAGE-DE-CHINOIS-PAR-DES-TIBETAINS_296267549#header )
 
Des images d'émeute
Voici un petit film qui montre comment un homme en furie s'en prend à un Chinois roulant en scooter.
À six ou sept reprises, il frappe le Chinois à la tête avec une pierre. D'autres se précipitent pour jeter le Chinois à bas de son scooter et ils continuent de le battre. Le Chinois tombe sur le sol et reçoit encore des coups et des pierres. Un peu plus tard, cet homme a été admis à l'hôpital. Il a perdu un oeil.
Mise en garde : le film est particulièrement choquant.
Le film : http://www.youtube.com/watch?v=Jr3vhPo0pK0
 
Hôpitaux et écoles n'ont pas été épargnés.
Le bilan est très lourd : 13 morts, 325 blessés, 422 magasins, 120
maisons d'habitation, 6 hôpitaux et 7 écoles ont subi des déprédations à des degrés divers.
(Lisez l'article http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90882/6376824.html )
 
Cinq jeunes filles brûlées vives.
Un groupe de manifestants a incendié un magasin à Lhassa. Six vendeuses y travaillaient. Cinq ont péri, brûlées vives. La plus vieille avait 24 ans, la plus jeune 18 ans.
(Lisez l'article http://www.chinadaily.com.cn/china/2008-03/20/content_6553129.htm)
 
« Des manifestants, non. Des criminels ! ».
Le journal allemand Junge Welt dit dans un de ses titres qu'il ne s'agissait pas de manifestants, mais de criminels.
(Lisez l'article http://www.jungewelt.de/2008/03-20/059.php )
 
« Partout autour de moi, le feu faisait rage ».
Le journaliste Benjamin Morgan interviewe un certain nombre de touristes étrangers qui sont rentrés de la capitale tibétaine Lhassa. Les touristes avaient du mal à trouver leurs mots pour décrire les brutalités auxquelles ils avaient assisté.
(Lisez l'article http://www.smh.com.au/news/world/crackdown-as-10-burnt-to-death-in-tibet-riots/2008/03/15/1205472170804.html )
 
« Ils battaient les gens à coups de pierres, de couteaux de boucherie, de machettes ».
Le témoignage de l'Espagnol Juan Carlos Alonso.
(Lisez l'article http://www.straitstimes.com/Latest%2BNews/Asia/STIStory_217614.html )
 
Des blessés racontent.
Depuis leur lit à l'hôpital, deux musulmans racontent.
(Lisez l'article http://news.xinhuanet.com/english/2008-03/16/content_7802771.htm )
 
Un petit film de la BBC montre des images des événements.
Lundi (17 mars), la BBC a présenté un petit film des violences dans la capitale tibétaine Lhassa. (Visionnez le film)
 
Les musulmans aussi étaient agressés.
Depuis Lhassa, le journaliste James Miles témoigne de la façon dont les émeutiers s'en sont pris à tous ceux qui n'étaient pas tibétains.
(Lisez l'article http://www.economist.com/daily/news/displaystory.cfm?story_id=10870258)
 
« J'ai vu comment ils battaient des gens à mort ».
Un touriste danois témoigne. L'article est en danois, mais vous pouvez en lire une partie ici en anglais.
http://www.guardian.co.uk/world/feedarticle/7386817
 
Un touriste : « Le quartier musulman a été entièrement détruit ».
Des magasins ont été pillés, incendiés dans le quartier musulman, tout a été détruit.
(Lisez l'article http://www.arabtimesonline.com/client/pagesdetails.asp?nid=13971&ccid=18 )
 
-----------------------------------------------
2. Quel était le but des émeutes ?
-----------------------------------------------
Provoquer le gouvernement chinois
 
Le soulèvement était-il spontané ? Etait-ce une explosion de colère populaire qui, hélas, a mal tourné ? C'est ce que veut nous faire croire le dalaï-lama. Pourtant, des organisations extrémistes ont admis qu'elles avaient effectivement voulu et planifié ces événements. Provoquer les autorités chinoises, telle était la tactique prévue. Le 15 mars, c'est-à-dire le lendemain des événements, paraît dans The Seattle Times un article intitulé « Tester la Chine ». Tsewang Rigzin, le président de la très extrémiste Ligue de la jeunesse tibétaine, y déclare que les JO constituent une occasion unique de porter leur cause à l'attention de l'opinion mondiale : « Nous voulons tester la Chine. Nous voulons qu'elle montre son vrai visage. C'est pourquoi nous les provoquons à ce point. »
(Lisez l'article http://seattletimes.nwsource.com/html/nationworld/2004284049_tibetanalysis.html)
 
Ce qui était prévu s'est également déroulé sur place. Dans ce film,
http://news.cctv.com/china/20080320/107214.shtml
on voit, après environ 90 secondes, un homme armé de deux bâtons, debout sur le toit d'une voiture de police. Il dirige une bande d'incendiaires, de pillards et de lyncheurs. Cet homme est cadre de la Ligue de la jeunesse tibétaine et il est bien connu des services de police. Il est entré dans la clandestinité. Cet homme faisait partie d'un groupe de 40 Tibétains qui, un mois avant les faits, ont subi un entraînement intensif de trois jours dans la ville indienne de Dharamshala, où séjourne le dalaï-lama. L'un des formateurs n'était autre que le rédacteur en chef de The Voice of Tibet, une station de radio financée par la CIA. Les cours traitaient de l'approche des médias, de la situation au Tibet, de l'importance des jeux Olympiques, de l'importance d'une action coordonnée sur le terrain même… Vous pouvez lire l'article à ce propos ici.
http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=19302
 
Deux de ces manuels de cours ont déjà été utilisés plus tôt, entre autres en Europe de l'Est. Des jeunes des organisations d'extrême droite Otpor (Serbie) et Pora (Ukraine), encadrés et formés par la CIA et d'autres services de renseignements, ont suivi ces cours en guise de préparation aux fameuses « révolutions orange ». En 2006, l'Institut Albert Einstein a traduit ces cours. L'un d'eux a été préfacé par le dalaï-lama en personne. On peut lire cette préface ici .
http://www.aeinstein.org/organizationsTibetanFDTD.html
 
Restaurer la théocratie
La déclaration du président de l'organisation de jeunesse ci-dessus concorde avec les objectifs de l'émeute tels qu'ils ont été fixés par cinq organisations séparatistes tibétaines. Dans ce texte, il est écrit que les cinq organisations visent à déclencher une révolte qui annoncerait la fin de « l'occupation ». Ces cinq organisations sont : le Congrès de la jeunesse tibétaine, l'Association des femmes tibétaines, le Mouvement Gu-Chu-Sum du Tibet, le Parti national démocratique du Tibet et les Étudiants pour un Tibet libre. Dans leur cahier de revendications, on peut lire qu'elles veulent le retour au Tibet du dalaï-lama, à qui « il convient de donner la place qui lui revient de droit comme dirigeant légitime du peuple tibétain ». Ces organisations veulent donc le retour de la théocratie. C'est donc la même chose que si les fondamentalistes catholiques réclamaient la restauration en Europe de l'ordre du haut moyen âge, tout « en donnant au pape sa place légitime » à la tête du pouvoir temporel.
 
Declaration Tibetan Uprising (Déclaration à propos de l'insurrection tibétaine), 4 janvier 08
Lire l'article... http://tibetanuprising.org/2008/03/11/background/
 
Choisir la voie de l'escalade dans la violence
Auprès de l'opinion publique, le mouvement tibétain passe pour être très amical et pacifiste, essentiellement spirituel et porté sur l'élévation des âmes. Mais la réalité est tout autre. Six jours après qu'il y a eu des morts à Lhassa et qu'on aurait pu espérer voir apparaître quelques tiraillements de conscience chez les instigateurs des troubles, ils surenchérissent au contraire dans la violence. Le 20 mars, des cadres des cinq organisations séparatistes mentionnées plus haut avaient une rencontre avec le dalaï-lama. Ils lui ont demandé de lancer un appel direct à la violence.
 
Tibetan Youth Congress meets Dalai Lama Meyul (Le Congrès de la jeunesse tibétaine rencontre le dalaï-lama), 20 mars 2008 Lisez l'article...
http://meyul.com/2008/03/20/tibetan-youth-congress-meets-dalai-lama/
 
Essayer de faire éclater la Chine
Certaines figures de proue du mouvement tibétain visent l'éclatement de la Chine et ils veulent que, non seulement le Tibet, mais également la Région autonome du Xinjiang et la Mongolie intérieure se séparent de la Chine. Les cinq organisations susmentionnées ont organisé une « marche de la paix » qui est partie le 10 mars de la ville indienne de Dharamsala, durera cinq mois et franchira la frontière sino-indienne au Tibet le 8 août, c'est-à-dire le jour même de l'inauguration des JO. Les Tibétains ne marchent pas seuls. Ils le font, disent-ils, « avec des gens d'autres territoires occupés comme la Mongolie et le Turkestan oriental (Xinjiang) ». Ces « territoires occupés » doivent eux aussi être libérés.
 
Tibetaanse Vredesmars: 'Return Home March' Passie voor de Rechten van de Mens (Marche tibétaine de la paix : « La marche du retour au pays », une passion pour les droits de l'homme), 8 mars 2008
Lisez l'article...
http://passievoormensenrechten.web-log.nl/passie_voor_mensenrechten/2008/03/127-tibetaanse.html
 
 
---------------------------------------------------------
3. Des médiamensonges : dans quel but ?
---------------------------------------------------------
 
La plupart des hommes politiques et des médias occidentaux ont condamné la Chine pour ce qui s'est passé à Lhassa. Mais comment réagiraient-ils si des bandes de jeunes se mettaient à piller et à incendier les magasins de l'avenue Louise, à Bruxelles ? Ne réclameraient-ils pas des interventions musclées et des sanctions sévères ? À Lhassa, la police a opéré avec une très grande retenue durant toute la journée du vendredi 14 mars. Pourtant, on peut lire que la Chine a fait montre d'une « violence excessive ». Pour faire avaler cette absurdité à l'opinion publique, divers médias ont joué un rôle peu recommandable. Ils ont voulu nous faire croire que les meurtriers et les incendiaires étaient des combattants de la liberté qu'on avait atrocement massacrés. Manifestement, ils voulaient discréditer la Chine, même s'il fallait pour ce faire user des pires mensonges.
 Ce vendredi 14 mars, à Lhassa, les Tibétains étaient « abattus comme des chiens », prétend ABC
(lire ici http://www.abcnews.go.com/International/Story?id=4468783&page=4 ).
 
L'International Herald Tribune fait savoir à ses lecteurs que 30 Tibétains ont été abattus (lire ici). Le Sydney Morning Herald prétend de son côté que 80 Tibétains ont été abattus
(lire ici http://www.iht.com/articles/ap/2008/03/15/asia/AS-GEN-India-Tibet-Deaths.php ).
 
Radio Free Asia a placé un petit film sur son site Internet en prétendant que des centaines de personnes « protestaient pacifiquement à Lhassa jusqu'au moment où la police chinoise en a abattu deux ». Cette station de la CIA croit manifestement ses propres mensonges car, dans le film, on voit uniquement des voitures et des bâtiments qui sont la proie des flammes. Et pas un seul policier.
http://meyul.com/
 
Les médiamensonges éreintés par la critique
Les étudiants chinois à l'étranger ont été très indignés par le traitement des informations dans les médias occidentaux. Ils ont lancé un site Internet
http://www.anti-cnn.com/
et y réfutent les médiamensonges. Vous trouverez un résumé de ces mensonges et de leurs réfutations sur ce petit film de 4 minutes.
http://www.youtube.com/watch?v=uSQnK5FcKas
 
Reporters sans honte
Outre les milieux entourant le dalaï-lama, c'est surtout l'organisation Reporters sans frontières qui a joué un rôle prépondérant dans la campagne mensongère. RSF se prétend une organisation indépendante défendant partout la liberté de la presse et les droits de l'homme. RSF a pas mal d'influence sur les médias occidentaux, même si, en tant qu'organisation, ce n'est qu'une usine à mensonges. RSF n'a cessé de publier des articles haineux et de tenter d'imputer à la Chine les troubles et les victimes. L'organisation lance un appel en vue de boycotter les JO (lisez ici). Reporters sans frontières est dirigée et cofinancée par le service américain de renseignements, la CIA. Son patron est Robert Ménard, un homme qui entretient d'étroits liens avec la mafia de Miami. RSF dit de Cuba que « c'est la plus grande prison de journalistes au monde ». Une allégation qui a quand même de quoi vous couper le souffle car, ces quarante dernières années, 791 journalistes ont été assassinés en Amérique latine, mais pas un seul à Cuba.
(lisez ici http://www.rsf.org/article.php3?id_article=26254 ).
 
Robert Ménard et son équipe sont aussi très actifs contre la Chine. Ménard est l'homme qui, la semaine dernière, a perturbé la cérémonie d'ignition de la flamme olympique. Si bien des médias tombent encore dans le panneau des mensonges de Ménard, l'Unesco ne s'y trompe plus : il y a peu, cette organisation a mis un terme à son soutien de RSF et a expliqué, dans une déclaration, que RSF avait fait preuve à plusieurs reprises d'une absence d'éthique en traitant certains pays de façon très peu objective.
Lisez ici un article sur la décision de l'Unesco. http://www.cubanews.ain.cu/2008/0313fracasaintento.htm
 
------------------------------------------------------------------------------
4. Le mouvement tibétain est-il spontané et indépendant ?
------------------------------------------------------------------------------
 
Quelque 5,4 millions de Tibétains vivent en Chine, soit 0,4 % de la population totale du pays. Le petit et courageux David contre le grand et méchant Goliath : voilà l'image que l'on propose à l'opinion publique. Ici aussi, la vérité est tout autre. Le principal soutien du mouvement tibétain, ce sont les États-Unis et plus spécifiquement la CIA et le ministère des Affaires étrangères. Depuis un demi-siècle, le dalaï-lama entretient des rapports très étroits avec ces deux piliers de la politique étrangère américaine. C'est sur l'insistance de la CIA et en échange d'un beau paquet de dollars que le damaï-lama quitte le pays pour l'Inde et ce, malgré un accord avec le gouvernement de Beijing. Depuis des années, la CIA s'emploie à mijoter une révolte armée au Tibet. Laquelle éclate en 1959. À l'époque, la CIA a un camp d'entraînement dans le Colorado et elle y initie des centaines de Tibétains à la guérilla et au terrorisme. Ce programme se poursuit jusqu'en 1961. Mais le conflit de faible intensité (LIC) qu'entretient la CIA au Tibet se poursuit aujourd'hui encore. Seules les méthodes et les tactiques de ce LIC ont été modifiées. On peut en apprendre plus ici :
http://www.atimes.com/atimes/China/JC26Ad02.html
 
Un financement via la CIA
 
L'emprise des États-Unis sur le mouvement tibétain est évidente quand on voit que ce sont principalement les Américains qui maintiennent financièrement ce mouvement. En 1998, le journaliste Jim Mann écrit dans le journal australien The Age un article intéressant qui s'appuie sur des documents des autorités américaines. Il y est entre autres révélé que, dans les années 1960, la CIA offrait 1,7 millions de dollars par an au mouvement tibétain à l'étranger. Le dalaï-lama lui-même recevait 180.000 dollars par an de la CIA
(lisez l'article http://listserv.muohio.edu/scripts/wa.exe?A2=ind9809c&L=archives&P=14058 ).
On peut naturellement se demander quelle est la teneur démocratique du dalaï-lama lorsque les assises financières de son mouvement sont assurées par une organisation dont le palmarès s'orne de millions de morts un peu partout sur la planète.
 
Un financement opéré via le NED
 
Dans la même période et celle qui suit, la CIA est mise en cause en raison de l'application au Vietnam du programme Phoenix, qui coûte la vie à 26.000 personnes, du coup d'État contre le président Allende au Chili et du soutien aux escadrons de la mort en Amérique latine. Il s'ensuit qu'une partie des activités de la CIA sont transférées à un nouvel organisme à l'appellation cynique de National Endowment for Democracy (NED, Dotation nationale en faveur de la démocratie). Une grande partie du soutien financier au mouvement tibétain émane désormais de cette source.
L'argent arrose entre autres l'International Campaign for Tibet (ICT), une organisation qui tente de gagner l'opinion mondiale aux points de vue du dalaï-lama. Au conseil d'adminsitration de l'ICT siègent entre autres l'agent de la CIA et président tchèque Vaclav Havel et l'ancien président de la Lituanie Vytautas Landsbergis. Les deux hommes sont également membres du Comité international pour la démocratie à Cuba, un club très huppé d'extrême droite. On peut admirer ce groupe ici : http://www.cubanismo.net/teksten_nl/democratie/eu_voor_cuba.htm
 
Un autre bénéficiaire de l'aide financière américaine est le Tibet Fund (Fonds Tibet). Cette organisation voulait convaincre les Tibétains et le monde entier de la légitimité du dalaï-lama. Il a également formé des journalistes dans la même vision. En 2001, Sharon Bush en était la directrice : elle n'est autre que la belle-sœur de l'actuel président des États-Unis.
Un autre groupe reçoit de l'argent du NED : le Tibet Information Network (Réseau d'information sur le Tibet), dont le siège est situé à Londres. Le groupe a également une vocation propagandiste. Il est dirigé par Richard Oppenheimer, un journaliste qui a travaillé pendant 22 ans pour la BBC.
De même, la Tibetan Literary Society (Société littéraire tibétaine) palpe les deniers du NED pour sa publication du journal Bod-Kyi-Dus-Bab (Tibet Times).
Le Tibet Multimedia Center figure lui aussi sur les feuilles de paie du NED : il diffuse des cassettes audio et vidéo avec les messages du dalaï-lama.
La Tibetan Review Trust Society a reçu de l'argent du NED pour la publication du mensuel Tibetan Review.
Depuis 1996, l'émetteur de radio Voice of Tibet est financé par le NED pour ses émissions en tibétain et en chinois.
Dans le rapport du NED pour 2006
(ici : http://www.ned.org/grants/06programs/grants-asia06.html#chinaTibet
, on peut lire que cinq organisations tibétaines reçoivent de l'argent pour un total de 173.000 dollars. La liste n'est pas complète en raison du « caractère confidentiel » de certaines donations.
 
Un financement via les Affaires étrangères
 
Le NED n'est pas le seul bailleur de fonds du mouvement tibétain. De l'argent américain arrose également le dalaï-lama et son entourage via le Bureau of Democracy, Human Rights and Labor (DRL - Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail) du ministère des Affaires étrangères. Ce DRL reçoit de l'État de l'argent qu'il peut utiliser afin de favoriser la « démocratie et les droits de l'homme » partout dans le monde. Un quart de tout cette manne va à des organisations qui s'intéressent à la « démocratie et aux droits de l'homme » en Chine. Il s'agit en grande partie d'organisations tibétaines. L'an dernier, le DRL a pu ainsi distribuer 23 millions de dollars. Un bon tiers de cet argent va au NED, le reste est distribué par le DRL même. Entre autres, au Tibet Fund déjà mentionné. Le rapport annuel le plus récent du Tibet Fund date de 2005
(lisez-le ici en PDF
http://tibetfund.org/annual_reports/2005report/2005_annualreport.pdf).
 
Il y est écrit qu'en 2005, le fonds avait un budget de 5 millions de dollars, dont une moitié en provenance du gouvernement américain, surtout du Bureau de la population, des réfugiés et de l'immigration du ministère des Affaires étrangères. Ce bureau est une composante du DRL. Cette année-là, le Fonds a offert 500.000 dollars au dalaï-lama en personne.
 
Un financement en provenance de l'Europe
 
Le gouvernement américain est le principal financier du mouvement tibétain. La prédilection du dalaï-lama pour la politique étrangère des États-Unis est donc très compréhensible. Mais les gouvernements européens n'hésitent pas non plus de mettre la main à la poche. Une grande partie du financement se fait non pas directement, mais par le biais de fondations dont, entre autres, la Friedrich Naumann Stiftung (fondation) et la Heinrich Böll Stiftung. Afin d'exprimer sa reconnaissance, le dalaï-lama a remis en 2005 le prix Light of Truth (Lumière de la vérité) au comte Otto Lambsdorff, président de la Friedrich Naumann Stiftung. Vous pouvez lire ici un rapport à ce sujet :
http://www.savetibet.org/nl/news/news.php?id=12
 
 
-----------------------------------------------------------------------------------------
5. Toute la communauté internationale condamne-t-elle la Chine ?
-----------------------------------------------------------------------------------------
 
S'il faut en croire les informations occidentales, la Chine est complètement isolée, désormais : le monde entier la condamne. En réalité, depuis le 14 mars, une bonne centaine de pays ont exprimé leur soutien à la Chine. Les mots de « communauté internationale », dans la bouche du président américain Bush, du président français Sarkozy et de la chancelière allemande Merkel, ne couvrent surtout qu'eux-mêmes. L'Asie, l'Amérique latine et l'Afrique n'entrent pas en ligne de compte, pas plus que les pays de l'ancienne URSS. On se souviendra de ce que la « communauté internationale » de George W. Bush avait également soutenu la guerre de ce dernier contre l'Irak. Mais, à y regarder de plus près, ce n'était absolument pas le cas.
 
Pour le Vietnam, le Cambodge, le Bangladesh, la Chine a agi correctement
 
Les gouvernements du Vietnam, du Cambodge et du Bangladesh ont été les premiers à exprimer leur soutien à la Chine. Le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères a déclaré : « Le Vietnam soutient pleinement le gouvernement chinois dans ses mesures en vue de stabiliser la situation au Tibet. »
(lisez l'article http://news.xinhuanet.com/english/2008-03/21/content_7832281.htm )
 
Hugo Chávez : soutien à la Chine et aux JO
 
Le président vénézuélien a exprimé sa répulsion pour ce que les incendiaires de Lhassa ont fait. Il est convaincu que les États-Unis sont coresponsables de ces événements.
(lisez l'article http://www.standaard.be/Artikel/Detail.aspx?artikelId=B080326 )
 
La Russie, la Biélorussie, le Pakistan, les nations arabes…
http://www.chinadaily.com.cn/china/2008-03/21/content_6554245.htm
 
Il n'y a pas que les voisins directs de la Chine qui ont exprimé leur soutien à Beijing.
(lisez l'article http://news.xinhuanet.com/english/2008-03/22/content_7836298.htm )
 
Les pays de l'Asie centrale, le Sierra Leone, le Bénin, la Syrie…
La Mongolie, le Népal, le Tadjikistan… La liste est longue. Le ministre syrien des Affaires étrangères a dit des émeutes à Lhassa : « la Syrie condamne ces événements et les milieux qui se trouvent derrière. Nous exprimons notre solidarité avec la Chine et nous rangeons aux côtés de la Chine. »
(lisez l'article http://news.xinhuanet.com/english/2008-03/22/content_7836298.htm )
 
Cuba condamne les séparatistes tibétains
C'est dans des termes très sévères que le gouvernement cubain a condamné le soulèvement de Lhassa. Cuba a également déclaré que les attentats contre les ambassades chinoises à l'étranger constituaient de graves infractions à la Convention de Vienne sur mes relations diplomatiques.
(lisez l'article http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90883/6379900.html )
Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 17:25

* Un document sur le Tibet. Au fait, en France, faute d'intellectuels médiatisés de la pointure de Noam Chomsky, on ne manque pas de belles âmes, n'est-ce pas Glucksmann ? n'est-ce pas B. H. Lévy ?  n'est-ce pas Reporters sans frontières ? Question : quand ces penseurs de droite s'attaqueront-ils de la même manière aux deux seuls pays dans le monde qui ont légalisé la torture : Israël et les USA ?

* Un texte d'AC sur les municipales en Seine-Maritime, en contrepoint du texte d'Hervé Bazire sur les municipales à Dieppe.
* L'article de Bruno Guigne sur Israël, qui a valu à ce sous-préfet d'être limogé par la ministre de l'Intérieur (ah s'il avait écrit contre la Chine, contre Cuba, ou contre Chavez !)
Partager cet article
Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 17:01
Glané sur le site de Michel Collon


L'AVIS ALTERNATIF D'ELISABETH MARTENS

 

Les faits

D’après des témoins occidentaux présents sur place, e.a. James Miles, journaliste pour « The Economist », les violences commises à Lhassa  ont été inaugurées par des Tibétains, dont des lamas qui encourageaient des groupes de jeunes à commettre des actes destructeurs.

Les manifestations de violence étaient organisées : les Tibétains portaient des sacs à dos remplis de pierres, de couteaux et de cocktails molotov. Les morts causés par ce drame sont tous des Chinois. Les dégâts matériels, destruction de commerces, incendie de véhicules, étaient clairement tournés contre les Chinois. Les manifestants tibétains s’en sont également pris à des écoles primaires, des hôpitaux et des hôtels.

De sorte que les Occidentaux présents sur place, pour la plupart des touristes, se demandaient quand la police allait intervenir. Rejointe par l’armée chinoise, elle est intervenue suite à deux jours de violence. Les autorités chinoises craignaient-elles la réaction des pays occidentaux ? … pays qui, en réalité, n’attendaient que cette intervention pour parler de « répression sauvage par l’armée chinoise et de chasse aux manifestants ». Comment lire ces faits ?

Y a-t-il lieu de parler d’un « génocide culturel » au Tibet ?

En Chine vivent six millions de Tibétains répartis sur différentes provinces, principalement le Tibet, le QingHai, le Gansu, le Sichuan et le Yunnan. Ces six millions de personnes sont bien loin de toutes désirer l’indépendance du Tibet. Il leur apparaît clairement, dans leur vie quotidienne, que la Chine leur a apporté beaucoup plus qu’elle ne leur a retiré. En 50 ans, la population tibétaine a triplé grâce aux soins de santé et aux améliorations dans les domaines agricole, économique et autres.

Depuis les années quatre-vingt, la culture et la religion du Tibet s’exercent librement, les enfants sont bilingues, des instituts de tibétologie ont été ouverts à l’intention des jeunes Tibétains, les monastères regorgent de lamas (même des jeunes enfants), et, en rue, les fidèles font allègrement tourner leurs moulins à prière. Il ne s’agit nullement d’un « génocide culturel », tel qu’on le présente chez nous. En réalité, la très grande majorité des six millions de Tibétains se méfie de la communauté tibétaine en exil qui représente pour eux un danger de déstabilisation.

Au sein de la communauté en exil, les avis sont d’ailleurs assez partagés, par exemple, Pangdung Rinpoché du monastère de Sera, actuellement exilé à Munich, dit textuellement que « le Dalaï Lama, en commercialisant le Bouddhisme tibétain, cause plus de dégâts à la culture tibétaine que le gouvernement chinois » . Il est pourtant évident que la Chine exerce un contrôle sur les provinces tibétaines, mais que vise ce contrôle chinois ? Il vise uniquement les « divisionnistes », qu’ils soient Tibétains, Chinois, Occidentaux, lamas, laïcs, vieux, jeunes, hommes ou femmes. Ces personnes, qui par leurs actes ou leurs paroles cherchent à en entraîner d’autres dans une lutte pour l’indépendance, sont sévèrement poursuivies et punies, tels les manifestants de cette semaine.

D’après le gouvernement chinois, cette lutte est poussée par la communauté en exil et soutenue par le discours ethnique que tient le Dalaï Lama. On ne peut nier qu’il existe des différences culturelles entre les Tibétains et les Chinois, on pourrait même parler d’un gouffre. Toutefois, les heurts qui ont lieu régulièrement au Tibet ne relèvent pas d’un conflit ethnique, mais sont l’expression de la tension existant entre la Chine et l’Occident depuis 50 ans.

A qui sert le discours ethnique ?

Mettre en avant un « conflit ethnique » en vue de diviser un pays est un procédé bien connu des gouvernements occidentaux. Rien que durant ces deux dernières décennies, on peut citer comme exemples : les Balkans, l’URSS et le Moyen Orient, sans oublier plusieurs conflits en Afrique. En ce qui concerne la Chine, les Etats-Unis se sont attelés à cette tâche dès le début de la Guerre Froide. Depuis 50 ans, le Tibet est un de leurs plus valeureux chevaux de bataille, dont le Dalaï Lama est le fier destrier.

Dès 1949, le ministère des Affaires étrangères des Etats-Unis déclarait que « ce qui nous importe n’est pas l’indépendance du Tibet, mais l’attitude à adopter vis-à-vis de la Chine » . Dix ans plus tard, le Dalaï Lama choisit clairement ses alliés et décide l’exil, moyennant gros financement et soutien logistique de la CIA . En 1989, Sa Sainteté perçoit le prix Nobel de la Paix, la même année que le mur de Berlin s’est vu chuté et que la Place TianAnMen s’est vue hantée par une statue de la liberté en papier mâché. En 2007, le Dalaï Lama est décoré du plus prestigieux insigne du Congrès américain et déclare que « Bush est désormais un membre de sa famille ».

Ce dernier événement n’a été que peu relayé par les médias européens : on comprend leur embarras face à cette alliance affichée du Dalaï Lama avec le gouvernement des Etats-Unis, alors que la politique extérieure de ce dernier est de plus en plus interpellée par l’Europe. L’enjeu du conflit Chine-Occident, exprimé à travers les violences de Lhassa, n’est pas un « petit Kosovo », mais il s’agit du tiers de la Chine, un territoire qui vaut cinq fois la France et qui ouvre l’accès au gigantesque marché économique chinois, de quoi faire basculer l’économie mondiale !

Mission de l’Occident bien pensant : imposer la démocratie, coûte que coûte

Les violences qui ont eu lieu à Lhassa cette semaine sont à lire dans la continuité : 1949-59-89. Sans doute, on peut les considérer comme un « feu vert » donné par les Etats-Unis, relayé par le Dalaï Lama et concrétisé par quelques jeunes Tibétains à qui on a dû promettre monts et merveilles occidentales en bout de course. Ils deviendront des héros nationaux, à moins qu’ils ne croupissent dans les prisons chinoises.

Espérons toutefois que ces incidents ne soient pas un « exercice de style », précurseurs d’une série d’autres violences dont il n’est pas difficile de prévoir les échéances : les JO de Pékin cet été 2008, la date anniversaire des 50 ans de la « Rébellion nationale » en mars 2009, et l’expo universelle à Shanghai en 2010. Autant d’événements médiatiques qui vont rassembler la presse internationale et sur lesquels compte l’Occident pour mettre la Chine au pas de sa « démocratie ». Mais peut-on réellement en vouloir à la Chine de mener sa barque indépendamment des exigences de notre marché et loin de notre éthique démocratique ? N’oublie-t-on pas trop facilement que c’est ce marché économique, mis en place par nous-même et enrobé dans nos « Droits universels de l’homme », par lequel meurent de faim et de soif des centaines de milliers de personnes par jour ?



1. www.economist.com: « Fire on the roof of the world » (14/3/08), « Lhasa under siege » (16/3/08)
2. Pangdung Rinpoché cité par Gerald Lehner dans « Zwischen Hitler und Himalaya, Die Gedächtnislücken des Heinrich Harrer », Czernin Verlag, 2007
3. dans les archives du « Foreign Relations of United States » : images.library.wisc.edu/FRUS/EFacs
4. voir les mémoires tibétaines des anciens agents de la CIA : Conboy K., Morrison J., « The CIA’s Secret War in Tibet », U.P.Kansas 2002

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 15:44
Quand le lobby pro-israélien
se déchaîne contre l’ONU


   DANS sa rubrique "Point de vue" du 27 février 2008, Le Monde a généreusement offert ses colonnes à un texte d’une hystérie verbale et d’une mauvaise foi insondables. Les accusations qu’il profère à l’égard du conseil des droits de l’homme de l’ONU sont si mensongères que même la liste des signataires ne tempère qu’à peine notre stupéfaction : Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Claude Lanzmann, Elie Wiesel, Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel .. On peut facilement compléter la liste tant l’omniprésence des intellectuels organiques du lobby pro-israélien nous est devenue familière.
   Le titre sans nuances de cette prose haineuse est déjà tout un programme : "L’ONU contre les droits de l’homme". Dès les premières lignes, on peut y lire cet appel angoissé : "L’année 2008 verra-t-elle simultanément le soixantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme par l’ONU et la destruction de ses principes par la même ONU ? Tout porte à le redouter, tant depuis un certain nombre d’années, par ses dérives, l’ONU s’est caricaturée". Inévitablement le lecteur non averti s’alarme : l’organisation internationale serait-elle brusquement devenue suicidaire ?
   Mais par bonheur la suite nous éclaire aussitôt sur les préoccupations profondes de nos signataires : "A Durban, en Afrique du Sud, s’est tenue en 2001 la conférence mondiale contre le racisme, à l’initiative des Nations-Unies. C’est au nom des droits des peuples que furent scandés des "mort à l’Amérique !" et "mort à Israël !" et c’est au nom du relativisme culturel qu’on fit silence sur les discriminations et violences commises contre les femmes".
Quel rapport entre la géopolitique du Moyen-Orient, manifestement en cause dans les appels à combattre les Etats-Unis et Israël, et l’oppression des femmes que viendrait cautionner le "relativisme culturel" ? Probablement aucun. Mais amalgamer les deux sujets présente l’intérêt polémique de suggérer une pernicieuse concurrence entre les victimes : vous qui condamnez Israël et l’Amérique, vous ne dites rien de la souffrance des femmes opprimées dans les pays musulmans. C’est une antienne dont la rhétorique lobbyiste est coutumière : elle permet de détourner le lecteur occidental de la critique de la politique américaine ou israélienne en fixant son attention sur un problème interne des sociétés moyen-orientales.
   Ce rapprochement polémique entre les deux sujets, pourtant, est particulièrement cocasse. L’Arabie saoudite, où le port du voile est obligatoire et les femmes interdites de conduite automobile, est l’alliée historique des Etats-Unis dans la région. Le régime obscurantiste des talibans, lui, a vu le jour sous les auspices d’une CIA qui a prêté ses camps d’entraînement sur le sol américain aux combattants du mollah Omar. En revanche, l’Irak et la Syrie baasistes, plus proches de la norme occidentale en matière de condition féminine, n’eurent pas droit aux mêmes égards. Le premier a été pulvérisé sous les bombes US, la seconde est rangée dans la catégorie des "Etats voyous". Mais peu importe : les partisans de la politique américaine au Moyen-Orient se croient fondés à donner des leçons en matière d’émancipation féminine.
   S’agissant de l’ONU, en outre, on ne s’étonnera guère d’un tel ressentiment de la part des porte-parole du néoconservatisme à la française. Car les résolutions du conseil des droits de l’homme, comme hier les déclarations de l’assemblée générale, ont osé mettre en cause la répression israélienne en Palestine occupée. Les 47 Etats élus par leurs pairs au CDH bénéficient de l’égalité de vote. La sensibilité qui s’y exprime reflète donc une opinion majoritaire qui n’a aucune raison de cautionner l’occupation militaire des territoires arabes. Que les thuriféraires d’Israël, cependant, se rassurent : ces résolutions demeurent symboliques à défaut d’être exécutoires. Mais ce n’est pas suffisant. Il leur faut aussi en stigmatiser le principe par un usage grossier de la calomnie.
   C’est à quoi s’emploient rageusement les signataires. "Par sa mécanique interne, les coalitions et les alliances qui s’y constituent, les discours qui s’y tiennent, les textes qui s’y négocient et la terminologie utilisée anéantissent la liberté d’expression, légitiment l’oppression des femmes et stigmatisent les démocraties occidentales .. Le CDH est devenu une machine de guerre idéologique à l’encontre de ses principes fondateurs. Ignorée des grands médias, jour après jour, session après session, résolution après résolution, une rhétorique politique est forgée pour légitimer les passages à l’acte et les violences de demain".
   Symptôme d’une psychose paranoïaque ou monument de la démonologie occidentale : on hésite sur le diagnostic. La seule certitude, c’est que ce réquisitoire contre des forfaits inexistants témoigne d’une inventivité hors du commun. Le conseil des droits de l’homme de l’ONU voudrait "anéantir la liberté d’expression" ? On se demande bien pourquoi et comment. Mais nos interrogations demeurent sans réponse. Nos polémistes annoncent "la mise à mort de l’universalité des droits" par l’ONU elle-même, mais cette mort annoncée reste nimbée de mystère. Aucune citation des résolutions du CDH ne vient étayer cette accusation, et les détracteurs de l’ONU condamnent ses idées supposées avec une violence inversement proportionnelle aux preuves de ce qu’ils avancent. Visiblement, ils préfèrent parler à sa place en procédant directement au commentaire de ce qu’elle est censée avoir dit.
   En guise de citations, on doit alors se contenter des propos résumés au style indirect, sans guillemets, qu’aurait tenus M. Doudou Diène, rapporteur spécial sur le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie auprès de l’ONU. L’intellectuel sénégalais aurait ainsi déclaré qu’"énoncer une critique contre le port de la burqa constitue une agression raciste, que la laïcité est ancrée dans une culture esclavagiste et colonialiste, et que la loi française contre le port des signes religieux à l’école participe du racisme antimusulman". Seul problème : ces citations sont introuvables. Si chacun de ces énoncés soulève évidemment des objections, encore faut-il qu’il ait été formulé. Une polémique grossière sur des citations qui n’en sont pas : le procédé condamne ses auteurs.
   Au demeurant, les seules citations que les idéologues publiés par Le Monde auraient dû produire à l’appui de leur propre thèse sont celles du CDH lui-même. Mais ils se gardèrent bien de le faire. Livrant leur interprétation tendancieuse en lieu et place de la pensée d’autrui, ils pérorent gravement en prenant leur fantasme pour la réalité : "La confusion est à son comble, affirment-ils, quand est dénoncée comme une attitude raciste toute critique de la religion". Mais d’où vient cette idée ? Qui l’a émise ? Nul ne le sait. N’importe qui, en revanche, peut vérifier ce qu’a énoncé le CDH sur la question religieuse. Il suffit de consulter les compte-rendus officiels des six sessions réunies depuis sa création en juin 2006.
   Le 30 mars 2007, le CDH a ainsi adopté une résolution " sur la lutte contre la diffamation des religions". Ce texte nuancé insiste sur "le droit de chacun à la liberté d’expression, qui devrait s’exercer de façon responsable et peut donc être soumis à de restrictions, prescrites par la loi et nécessaires pour le respect des droits ou de la réputation d’autrui, la protection de la sécurité nationale, de la santé ou de la morale publiques, et le respect des religions et des convictions". Sur le plan des principes, ce texte ne diffère guère du droit positif en vigueur dans la plupart des pays, les Etats occidentaux ayant eux aussi entouré l’exercice de la liberté d’expression de certaines limites juridiques. En France, la reconnaissance de la liberté d’expression n’entraîne aucun droit à diffamer son voisin, toute forme d’injure manifestant une discrimination raciale ou religieuse est punie par la loi, et certaines dispositions législatives ont même eu pour effet d’énoncer une vérité officielle sur des faits historiques.
   Naturellement, la teneur de cette résolution du CDH n’est pas indifférente au contexte politique lié à la "guerre contre le terrorisme" menée tambour battant par Washington. "Le Conseil se déclare préoccupé par les images stéréotypées négatives des religions et par les manifestations d’intolérance et de discrimination en matière de religion ou de conviction. Il se déclare en outre profondément préoccupé par les tentatives visant à associer l’islam avec le terrorisme, la violence et les violations des droits de l’homme. Il note avec une vive inquiétude l’intensification de la campagne de diffamation des religions, et la désignation des minorités musulmanes selon des caractéristiques ethniques et religieuses depuis les événements tragiques du 11 septembre 2001".
L’adoption de ce texte s’est heurtée à l’opposition des pays occidentaux, mis en minorité lors du vote final. Aucun d’entre eux n’y a vu, toutefois, le danger mortel pour la civilisation universelle que dénoncent les signataires de notre pamphlet antionusien. Au nom de l’Union européenne, la représentante de l’Allemagne "a fait remarquer que, comme l’a établi le rapport de M. Doudou Diène, la discrimination fondée sur la religion ne concerne pas uniquement l’islam, mais également le judaïsme, le christianisme et des religions et croyances venues d’Asie, ainsi que des personnes sans religion. Elle a également souligné qu’il est problématique de séparer la discrimination fondée sur la religion des autres formes de discrimination. Elle a aussi jugé l’utilisation du concept de diffamation contre-productive, préconisant plutôt un texte axé sur la liberté de religion ou de conviction".
   Que ce débat témoigne d’une différence de sensibilité sur les questions religieuses entre pays membres de l’organisation de la conférence islamique (OCI) et pays occidentaux est une évidence. Cela méritait une réflexion sur la sécularisation relative des sociétés concernées et la référence, explicite dans les pays musulmans, à des valeurs religieuses. Mais cette réflexion n’effleura même pas l’esprit de nos intrépides signataires qui, faute d’avoir lu les textes auxquels ils font vaguement allusion, en dénaturent volontairement la signification. Refusant de discuter rationnellement les arguments de l’autre, on préfère le stigmatiser en imaginant une dramaturgie grossière mettant en scène des personnages réels. Ce théâtre de marionnettes, du coup, tient lieu d’argumentaire.
   C’est ainsi que nos signataires s’en prennent violemment à Mme Louise Arbour, haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU. " Elle a participé à une conférence à Téhéran consacrée aux droits de l’homme et à la diversité culturelle, dénoncent-ils. Portant le voile, comme la loi de la république islamique l’exige, la haut-commissaire a été le témoin passif de l’énoncé de principes à venir, ainsi résumés : offense aux valeurs religieuses considérée comme raciste. Bien pire, dès le lendemain de cette visite, vingt et un Iraniens, dont plusieurs mineurs, furent pendus en public. C’est en sa présence que le président Ahmadinejad a renouvelé son appel à la destruction d’Israël".
   Encore une fois, l’art de l’amalgame intellectuel atteint des sommets. Mêlant tout et son contraire, le texte publié par Le Monde mise sur la confuse indignation du lecteur en anesthésiant au passage son jugement critique. Louise Arbour portait le voile à Téhéran, soit. Mais aurait-elle pu, en Israël, organiser une réunion pendant le shabbat ? Les régimes religieux ont des exigences que n’ont pas les autres. On peut le déplorer, mais ils sont chez eux. L’offense à la religion, dans certains pays, est considérée comme une forme de racisme. Faut-il que nous allions les convaincre du contraire, et de quelle manière ? La peine de mort, enfin, est cruellement appliquée en Iran. Mais les aspects odieux du régime de Téhéran ne le résument pas pour autant, et le régime saoudien n’a rien à lui envier. Surtout pas l’amitié des Etats-Unis, où un président texan a été élu sur sa réputation d’exécuteur intraitable des criminels supposés. Sans parler d’Israël, seul Etat au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles.
Les diatribes iraniennes contre l’Etat hébreu relèvent, elles, d’un affrontement géopolitique dont l’un des principaux paramètres est l’attitude d’Israël lui-même. S’il avait appliqué la peine de mort aux civils palestiniens avec davantage de discernement depuis soixante ans, il n’aurait pas suscité un tel rejet de la part de ses voisins proches ou éloignés. Sous occupation militaire, amputés d’une partie de leur territoire, ou régulièrement bombardés par son aviation, ces derniers ont d’excellentes raisons de le détester. Mais peu importe. Décidés à instruire à charge contre Mme Arbour pour son séjour à Téhéran, nos polémistes incriminent "son silence et sa passivité", qu’elle aurait justifiés par "le respect de la loi iranienne et le souci de ne pas offenser ses hôtes".
   "Charbonnier est maître chez soi", commentent-ils. C’est le docteur Goebbels qui utilisait cet argument d’opportunité, à la tribune de la Société des nations en 1933, pour se soustraire à toute critique d’une institution internationale impuissante". On croit rêver. Car, analogie pour analogie, frappante est la ressemblance entre le Reich qui s’assied sur la SDN en 1933 et l’Etat hébreu qui bafoue le droit international depuis 1967. Comme son lointain prédécesseur, Israël, lui aussi, se "soustrait à toute critique d’une institution internationale impuissante". Et s’il le fait, c’est pour mieux conquérir "son espace vital, de la mer au Jourdain", selon la belle formule employée par Effi Eitam, ministre d’Ariel Sharon, en 2002.
"Les grands crimes politiques ont toujours eu besoin de mots pour se légitimer. La parole annonce le passage à l’acte", philosophent nos signataires. Ils n’ont pas tort : le 29 février, le vice-ministre israélien de la Défense Matan Vilnaï a brandi la menace d’une "shoah" contre les Palestiniens avant de lancer à Gaza la sanglante opération qui fit 110 victimes palestiniennes en une semaine. Quitte à enfreindre un tabou religieux, l’Etat hébreu, manifestement, a franchi un cap sémantique avant de déchaîner sa puissance militaire : il est passé "de la parole à l’acte".
Mais le meilleur a été gardé pour la fin. "Les idéologies totalitaires avaient remplacé les religions. Leurs crimes, les promesses non tenues d’avenir radieux ont ouvert grande la porte au retour de Dieu en politique. Le 11 septembre 2001, quelques jours après la fin de la conférence de Durban, c’est bien au nom de Dieu que le plus grand crime terroriste de l’histoire fut commis". Lier dans une même trame le 11 septembre 2001 et les résolutions du CDH, il fallait oser. Il est vrai que nous avons affaire à des spécialistes.
"Retour de Dieu en politique", disent-ils. Nos intellectuels savent de quoi ils parlent : Israël n’est-il pas l’Etat confessionnel par excellence ? "Si la revendication d’un coin de terre est légitime, affirmait Theodor Herzl, alors tous les peuples qui croient en la Bible se doivent de reconnaître le droit des juifs". Bibliquement établie, la légitimité d’un Etat juif en Palestine va de soi : le texte sacré tient lieu de titre de propriété. Pour les sionistes religieux, le retour des juifs en Eretz Israël est inscrit dans le récit de l’Alliance lui-même. Prendre possession de la terre que Dieu a donnée aux juifs fait partie du plan divin, et ce serait le contrarier que de renoncer à cette offrande.
   Du coup, aucun compromis n’est possible avec les Arabes. En 1947, le grand rabbin de Palestine martelait le statut théologique du futur Etat juif : "C’est notre forte conviction que personne, ni individu, ni pouvoir institué, n’a le droit d’altérer le statut de la Palestine qui a été établi par droit divin". Chef du parti national-religieux, le général Effi Eitam expliquait à son tour en 2002 : " Nous sommes seuls au monde à entretenir un dialogue avec Dieu en tant que peuple. Un Etat réellement juif aura pour fondement le territoire, de la mer au Jourdain, qui constitue l’espace vital du peuple juif". Au moins, c’est limpide.
   Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que le lobby pro-israélien exècre l’ONU : son appétence pour le droit international est inversement proportionnelle à son engouement pour le droit divin. Il est vrai que l’un est infiniment plus favorable au Grand Israël que l’autre. Percuter les résolutions de l’ONU avec la Thora relève de l’exploit intellectuel et du prodige politique : Israël l’a fait. Pour nos signataires, "c’est au nom de Dieu que le plus grand crime terroriste de l’histoire fut commis". Ce n’est pas tout à fait faux, à condition d’inclure dans l’analyse l’Etat hébreu, cet artefact colonial bâti au forceps sur les ruines de la Palestine au nom de la Bible et de la Shoah.
   A propos de terrorisme, l’Etat d’Israël, qui plus est, peut se targuer d’un palmarès hors compétition. Les odieux attentats du 11 septembre 2001 ont fait dix fois moins de victimes que le siège de Beyrouh par Tsahal en 1982. Ses admirateurs occidentaux doivent certainement s’extasier sur les prouesses d’une armée capable de tuer aussi aisément des enfants avec des missiles. Ils doivent aussi se confondre d’admiration devant les geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s’interrompt de torturer durant le shabbat. L’Etat hébreu mérite bien ce concert de louanges que les intellectuels organiques lui décernent à longueur de colonnes. Et quelle outrecuidance, de la part de l’ONU, de vouloir fourrer son nez sale dans les affaires intérieures israéliennes !
   A l’instar des pires calomnies, les accusations publiées dans Le Monde du 27 février se sont répandues sur la toile. Elles suscitent sur certains blogs des commentaires haineux que l’on ose à peine citer. M. Doudou Diène y est qualifié de " défenseur de la secte du pédophile fou et des adorateurs du caillou". On y lit que "depuis les invasions musulmanes le croissant fertile est devenu le croissant stérile, et la civilisation a émigré en Occident". Sur l’ONU, un internaute déchaîné résume à sa façon l’article publié par Le Monde : "l’ONU, c’est un ramassis de la racaille islamiste et tiers-mondiste". Qu’attend-on pour supprimer l’ONU ? Ce sera encore plus simple. Islamophobie déclarée, haine du monde arabe, stupéfiante arrogance occidentale, tout y est. Opération réussie, mesdames et messieurs les intellectuels organiques.

                                                                                                                                                                                  Bruno Guigue

Partager cet article
Repost0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 14:58
LA POLITIQUE DE DROITE
N'A PAS ETE REMISE EN CAUSE



Désertées par un électeur sur trois, les urnes n’ont pas fait recette lors des dernières élections. La raison principale de cette abstention massive est simple : les problèmes majeurs auxquels sont confrontés les Français ( pouvoir d’achat, emplois, retraites, santé, éducation, services publics…) n’ont pas fait débat. La plupart des candidats s’étant cantonnés dans le local et les listes d’unions de la gauche s’étant la plupart du temps bornées à critiquer les intempérances de Sarkozy, on ne peut sérieusement prétendre que la politique de droite a été remise en cause et que les idées de progrès l’ont emporté.

L’UMP battue et le PS vainqueur, le capital n’a toujours rien à craindre et les travailleurs n’ont rien à espérer. Favorisé par les médias, profitant des divisions à droite, cautionné à gauche par le PCF, alors qu’un grand nombre de dirigeants socialistes s’étaient rendus à Sarkozy, le PS a tiré les marrons du feu. Il a raflé la mise non seulement au détriment de la droite mais aussi à celui du PCF qui a renoncé à ses positions de classe en poursuivant une stratégie d’union de la gauche contre nature et suicidaire. Cette victoire du PS par défaut ne laisse rien augurer de bon pour les Français, le passé récent en témoigne. Ces derniers ne doivent compter que sur leurs luttes s’ils veulent déjouer les mauvais coups du patronat et du pouvoir. C’est d’ailleurs aussi de leurs luttes que peuvent surgir les contours d’un projet de société résolument anti-capitaliste et non des décisions d’états majeurs politiques plus soucieux d’acquérir le « leadership » d’un nouveau parti de gauche que de servir les intérêts du peuple.
Action communiste
Partager cet article
Repost0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 18:33
L’Union de la Gauche : raison (d’une victoire)
ou

illusion pour l’avenir ?

 
    Les élections municipales et cantonales ont certes témoigné d’une condamnation de la politique de la droite au pouvoir, mais celle-ci ne s’est pas traduite de la même manière dans toutes les villes.
    Le rejet ou non d’équipes sortantes locales et le degré d’adhésion à un projet porteur des aspirations populaires ont induit des nuances non négligeables dans les résultats.
    L’abstention, plus ou moins importante selon les villes et les quartiers, a touché sans doute une partie des électeurs de Sarkozy ou ceux du Front National mais elle a aussi été le moyen d’expression de très nombreux travailleurs qui ne voient pas ou plus dans les élus des recours efficaces pour les défendre face aux coups portés par les politiques capitalistes qui détruisent les services publics, mettent à mal le pouvoir d’achat, cassent l’emploi….
    Dans notre département le succès de la liste conduite par Sébastien Jumel à Dieppe, et le succès aux élections cantonales n’échappent pas à toutes ces considérations générales mais l’ampleur des résultats et surtout le vote très massif dans les quartiers populaires (près de 90% au second tour des cantonales aux Bruyères et au Val Druel) montrent des spécificités qui ne peuvent trouver leur explication par la seule dynamique d’union de la « Gauche ».
    D’ailleurs les responsables du Parti Socialiste à Dieppe, conduits par un ancien élu communiste rallié depuis quelques années à Fabius et appuyé par quelques notables qui avaient applaudi à la défaite de 2001, n’était pas dans un état d’esprit différent de ceux qui ont fait perdre Bolbec, Maromme ou qui ont sérieusement entamé les chances de reconquérir le Havre…. Ces exemples très nombreux sur le territoire sont dans le droit fil de la stratégie initiée et annoncée par F Mitterand qui voulait prendre 5 millions de voix aux communistes et qui a durant l’essentiel de ses mandats favorisé les forces du capital au détriment de celles du travail.
    A Dieppe, si la division de la droite a été un motif de découragement et sans doute d’abstention pour son électorat, il faut voir dans la dynamique populaire la conjonction de plusieurs autres facteurs plus profonds : des traditions de luttes sociales avec une présence forte d’un syndicalisme de lutte avec la CGT (ou la FSU pour l’éducation) qui sont très majoritaires dans la plupart des secteurs, la présence active d’association comme la CNL dans les quartiers.Une lutte politique et une expression communiste régulière en direction des entreprises et des milieux populaires.
    Dans la campagne électorale une dynamique de réflexion a associé tous les communistes (adhérents ou non du PCF) et toutes les forces vives attachées à de réelles valeurs de progrès. L’idée qu’il fallait mettre en perspective le projet et ses propositions avec les résistances aux politiques anti-sociales du gouvernement s’est imposée durant tous ces mois de campagne.
    Dès les élections législatives c’est la volonté de faire prévaloir la gauche « de combat » porteuse de propositions de rupture avec les politiques et les pratiques de ceux qui gèrent le capitalisme au service des plus riches qui est devenue majoritaire.
    C’est bien un vote de classe qui s’est exprimé sur Dieppe d’abord aux législatives, puis aux cantonales et municipales, à l’image bureau par bureau, des scores obtenus lors du référendum sur la constitution européenne.
    L’union de la gauche s’est alors imposée pour le premier tour des municipales et le président de la région Alain Levern a dû renoncer à ses ambitions de candidature à Dieppe. Cette Union est venue témoigner d’une aspiration populaire forte et non la précéder.
    Ne pas oublier cela c’est aussi dire que le mouvement populaire sera indispensable pour mettre en œuvre les objectifs ambitieux énoncés par Sébastien Jumel.
    Les élus doivent rester les porte-parole d’une population consciente que trouver des solutions aux difficultés qu’elle rencontre nécessite aussi de profonds changements de société, une réappropriation de la souveraineté populaire pour soustraire aux forces du capital les moyens de domination économiques, financiers, institutionnels ou médiatiques dont ils usent pour asseoir leur domination sans partage.

Hervé Basire

Dieppe

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 09:44
Pourquoi Sarkozy devait attendre
que Lazare Ponticelli soit mort


Lundi, Nicolas Sarkozy rendra officiellement hommage à Lazare Ponticelli, dernier soldat survivant de la guerre 14 - 18. Pourquoi fallait-il attendre qu'il soit mort et ne puisse plus répondre ?

Parce que s'il arrivait aujourd'hui en France, immigré pauvre et sans papiers, il serait reconduit à la frontière entre deux gendarmes.

Parce que Lazare Ponticelli dénonçait l'absurdité de cette guerre que lui avaient imposée les Sarkozy de l'époque. « Tous ces jeunes tués, je ne peux pas les oublier. Quel gâchis ! » Et son camarade Louis de Cazenave, mort quelques semaines plus tôt à 110 ans, dénonçait la guerre et le patriotisme : « De la fumisterie, un moyen de faire gober n'importe quoi ! A quoi ça sert de massacrer des gens ? Rien ne peut le justifier, rien ! » Il avait refusé l'hommage proposé. (1)

Parce qu'en effet, comme disait le grand écrivain Anatole France, « on croit mourir pour la patrie, et on meurt pour des industriels ».

Parce que cette guerre 14 - 18 n'avait rien à voir avec la « défense de la patrie », comme disent les manuels scolaires. Les grandes puissances se battaient pour le contrôle de l'acier et du charbon (pétrole de l'époque), pour le contrôle stratégique des Balkans, pour la suprématie mondiale et la domination sur les colonies.

Parce que les Sarkozy de l'époque ont massacré dix millions de Lazare Ponticelli pour les intérêts des Bolloré, Bouygues, Lagardère et Albert Frère de l'époque.

Parce que le Sarkozy d'aujourd'hui s'en fout de sacrifier les Lazare Ponticelli d'aujourd'hui dans de nouvelles guerres coloniales prétendument humanitaires de la France, avec ou sans les Etats-Unis.

Lundi, Sarkozy sera donc le champion absolu de l'hypocrisie.

Article initialement publié sur le blog de Michel Collon (voir nos liens)

(1) Cité dans Adieu Lazare, par Michel Porcheron, http://www.tlaxcala.es/pp.asp?lg=fr&reference=4533

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents