Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 13:11

ROUEN 10h au rectorat pour rejoindre le cortège interprofessionnel
LE HAVRE 10h00 à Franklin, AG éducation à 9h00
EVREUX 14h00 devant la gare

Face à un gouvernement déterminé : globaliser et faire converger les luttes

Mobilisation des retraités, des cheminots, des postiers, des éboueurs, des salariés de l’énergie… À cela s’ajoute dans les universités la mobilisation des étudiants face à la généralisation de la sélection et à l’annonce d’une réforme de la licence qui verrait les horaires d’enseignement diminuer et les frais d’inscription augmenter.

Les fonctionnaires, les agents et usagers du service public d’éducation doivent se faire entendre POUR DEFENDRE LE SERVICE PUBLIC.

  • L’accès à l’université doit être rendu possible pour tou.te.s les lycéen.ne.s titulaires du baccalauréat. Pour cela, ni tirage au sort ni sélection à l’entrée de l’université, nous demandons juste l’augmentation des capacités d’accueil dans les licences et l’attribution de moyens qui permettent, enfin, d’accueillir dignement les étudiants et de leur permettre de réussir ! Nous demandons l’arrêt de toutes les interventions policières dans les universités et la relaxe de tous les étudiants poursuivis pour avoir exercé leur droit de grève et de manifester.
  •  La réforme du lycée qui est en cours pour une application à la rentrée 2019 renforcerait encore l’autonomie des établissements, mettrait en cause la voie technologique, dénaturerait les disciplines et se traduirait par une perte d’horaires d’enseignement pour les élèves et la suppression à terme d’environ 7 000 postes.
  •  Le gouvernement projette de fermer les DRONISEP et les CIO. 13 CIO sont concernés dans l’académie. Ce serait la fin du service public national d’orientation gratuit pour les élèves et leur famille au profit des seules officines privées.
  • Dans le premier degré, la mise en place des CP dédoublés sur fond de diminution de 10 % du nombre de postes offerts par concours va mettre les collègues dans des situations difficiles, voire intenables en REP. Le manque de remplaçants ne permet plus depuis longtemps de répondre aux besoins réels du terrain.
  • Le rapport Calvez-Marcon met en avant le mixage des publics et la volonté de favoriser toujours et encore plus l’apprentissage, le regroupement des spécialités de bac pro en seconde, les blocs de compétences qui mettent à mal les diplômes et leur valeur , l’affaiblissement de l’enseignement général qui n’est plus vu qu’au service de l’entreprise et l’annualisation du temps de travail avec le risque de casse du statut. Il ne fait aucun doute que les conclusions du rapport Calvez-Marcon seront suivies par Mr Blanquer, et que la réforme de l’enseignement professionnel qui se profile est extrêmement dangereuse.
  • Dans l’académie : 10 postes d’administratifs (5 en établissements et 5 dans les services rectoraux et DASEN) et 62 postes d’enseignants dans les lycées généraux et technologiques ont été supprimés, 20 postes dans les lycées professionnels, 36 dans les collèges et 13 CIO.
Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 23:18

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 15:36

La quasi-totalité du barreau de Dieppe s'est mobilisée à Paris / © Emilie Leconte

Les avocats normands ont pris la route ce matin, direction Paris et la manifestation de ce mercredi 11 avril, en cette journée "Justice morte". Une centaine d'avocats sur les quatre cents que compte le barreau de Caen sont ainsi mobilisés ainsi qu'un peu plus de 200 avocats de l'ex-Haute Normandie

Par LA/CM

Partager cet article
Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 15:07
Partager cet article
Repost0
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 14:59

Simon Chodorge

Publié le

Face au rapport Spinetta qui a inspiré le projet de réforme de la SNCF, le cabinet Degest, expert auprès du comité d'entreprise du groupe, propose une contre-analyse. Déséquilibres financiers, coût du travail, investissements à perte... Le document scrute les dysfonctionnements reprochés et fait écho aux arguments des syndicats de cheminots.

En plein bras-de-fer entre les syndicats de cheminots et le gouvernement, le cabinet Degest publie une contre-analyse du rapport Spinetta sur la réforme de la SNCF. Spécialiste des questions ferroviaires et sociales, et mandaté par le passé par le comité d'entreprise de la SNCF, Degest offre un point de vue assez tranché et proche des grévistes en développant les arguments contre la réforme.

“Loin de l’approche dominante qui fait du réseau secondaire et du statut des cheminots les principales sources de dérives financières, nous montrons que c’est plutôt le coût du capital qui pose problème”, résume Arnaud Eymery, directeur associé de DegestL’endettement de SNCF Réseau a été provoqué par l’Etat, selon Degest

[...]

Lire la suite ici : https://www.usinenouvelle.com/article/sncf-une-contre-analyse-deboulonne-les-arguments-du-rapport-spinetta.N676204

Partager cet article
Repost0
4 avril 2018 3 04 /04 /avril /2018 16:01

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 17:39
 
Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 14:21
Lu sur le site de l'IHS-76
Le 5 avril prochain à la « Maison du Peuple  » de Sotteville les Rouen, BERNARD THIBAULT présente » LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE EST SOCIALE »

 

 

Extraits de la présentation lue sur le site de l'IHS-CGT de Seine-Maritime

 

"En Europe les droits sociaux sont fréquemment présentés comme des « privilèges » d’un autre temps.

La version néolibérale de la mondialisation a fait de la concurrence un absolu qui s’est étendu à la planète entière. Les dégâts humains de cette véritable guerre sociale mondiale sont énormes.

Pourquoi cette situation? Quelles sont les origines, qui est responsable et comment s’en sortir?

C’est le sujet de la rencontre débat que vous propose notre Institut Cgt d’ Histoire Sociale de Seine-Maritime avec Bernard THIBAULT le 5 avril prochain à 14 h 30 à « LA MAISON DU PEUPLE » de Sotteville les Rouen.

 

BERNARD THIBAULT est membre du Conseil d’administration de l’ organisation internationale du travail (OIT) et a été secrétaire général de la CGT de 1999 à 2013."

 

Commentaire : Nul doute que l'analyse de la situation, de ses origines et de ses responsables est essentielle pour penser une stratégie pour s'en sortir.  Nul doute également que le coeur du débat est, pour la France, et cela vaut pour chaque pays, l'analyse des moyens mis en oeuvre par le capitalisme mondialisé pour asservir les peuples.

 

En Amérique latine, c'est l'intervention des Etats-Unis dans les affaires intérieures de pays souverains.  En Afrique, au Moyen-Orient, c'est l'impérialisme et ses guerres.  Ce capitalisme est aussi l'objet d'un combat féroce des Etats-Unis et des pays de l’UE contre la Chine et la Russie qui entendent contrôler leur capitalisme national et s'opposer à la volonté hégémonique des premiers.

 

L'UE, dont l'ancêtre, la CEE, fut voulue et portée sur les fonts baptismaux par les Etats-Unis dans le contexte de la guerre froide et du plan Marshall, en est l'instrument en Europe.  On ne peut aborder ce débat sans réfléchir sur les institutions et organismes qui l'épaulent : UE, cour de justice européenne, euro, banque européenne, confédération européenne des syndicats ...  On doit aussi s'interroger sur la notion de "version néolibérale de la mondialisation".  Car parler de "version" suggère une autre "version".  Or cette autre version n’existe pas.  La dite "version néolibérale domine  toute la vie économique et sociale mondiale.  Disons les choses crûment : c'est la version XXIème siècle du capitalisme.  Cette expression suppose que ce serait autre chose et pire que le capitalisme.  Cela laisse le champ libre aux tenants d'un impossible  "capitalisme aménagé" ...  L'UE veut faire croire qu’elle le tente en taxant les GAFA et en dénonçant les paradis fiscaux - ce qui n'est pas à refuser, mais sans illusion - pendant qu'elle met toutes ses forces politiques et idéologiques dans la bataille pour la "concurrence libre et non faussée" de nos services publics qu'elle rêve de privatiser ? 

Ce débat sur la guerre sociale mondiale et comment s'en sortir survient au moment, justement, où se livre, en France, une bataille essentielle pour les services publics et le service public ferroviaire.  Et contre le dogme de la "libre concurrence".  Avoir la tête claire sur les enjeux et les moyens de s'en sortir ne peut que renforcer la détermination et la force des luttes.  Débattre de toutes ces questions peut y contribuer.  A condition qu’aucun sujet ne soit tabou.  Notamment la responsabilité de l’UE.

 

Yvette Genestal

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 14:14

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2018 3 28 /03 /mars /2018 16:01
Mercredi 28 Mars 2018 sur editoweb, le blog de Nicolas Maury
Amélie de Montchalin, députée La République en Marche de l’Essonne, membre de la commission des finances, remet en cause le monopole de la sécurité sociale. La prochaine offensive de casse est lancée des godillots de Macron, elle vise notre plus grand bien, la Sécurité sociale
 
Amélie de Montchalin (LREM) remet en cause le monopole de la sécurité sociale
 
 

Qui est Amélie de Montchalin, députée "En marche" de 33 ans ?

Elle travaille comme assistante-stagiaire de Valérie Pécresse à l'Assemblée nationale, chez Axa au Chili, puis comme analyste politique à la Commission européenne. Elle obtient un master en administration publique (MPA Master of Public Administration) à la Harvard Kennedy School en 2014.

Elle a été économiste junior chargée de l'Europe pendant la crise de la zone euro de 2009 à 2012 chez Exane et directrice de la prospective et du suivi des politiques publiques pour le groupe Axa de 2014 à 2017.

En parallèle, elle exerce une activité de conseil auprès des Républicains : Contexte relève qu'« elle a fait passer des notes sur ses sujets — investissement, conduite des réformes, budget ou encore logement — à la motion de centre droit « La Boîte à idées », au collectif de hauts fonctionnaires et de cadres Les Éclaireurs, puis à l’entourage d’Alain Juppé pendant la campagne pour la primaire ».

Elle fait partie des nouveaux députés LREM qui sont issus du milieu de l'entreprise et qui se sont engagés après avoir été séduits par le côté « start-up » d’En marche ! : ils ont eux-mêmes imprégné le fonctionnement de LREM de leurs méthodes managériales et de leur vocabulaire.

Amélie de Montchalin est la coordinatrice (whip - ?? - ) du groupe La République en marche pour la commission des finances. Elle est chargée de faire respecter les consignes de vote au sein de son parti et de s'assurer qu'il y ait toujours une majorité pour LREM lors de chaque vote.

Source et liens : Wikipédia

Partager cet article
Repost0

Articles Récents