Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
30 septembre 2022 5 30 /09 /septembre /2022 14:00
Devant la Cour pénale Old Bailey à Londres, une femme porte une pancarte « Truth is not a crime » suite à la décision rendue par la justice britannique de la non-extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, Londres, le 4 janvier 2021 / ©Henry Nicholls - Reuters

Devant la Cour pénale Old Bailey à Londres, une femme porte une pancarte « Truth is not a crime » suite à la décision rendue par la justice britannique de la non-extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, Londres, le 4 janvier 2021 / ©Henry Nicholls - Reuters

États-Unis, Grande-Bretagne, Australie et Suède - Nous nous battons depuis 2015 pour accéder à la documentation complète sur l’affaire Assange. Quatre gouvernements nous ont refusé l’accès, et certains ont mystérieusement détruit des documents clés. Maintenant, le tribunal d’appel administratif australien a décidé que le quatrième pouvoir n’y a pas droit. Le public n’a-t-il pas le droit de savoir ce qui s’est passé dans une affaire concernant un journaliste qui risque la prison à vie pour avoir révélé des crimes de guerre et que la CIA prévoyait de tuer ?

La presse n’a pas le droit d’accéder à la documentation sur Julian Assange car, s’ils étaient divulgués, les documents causeraient ou pourraient raisonnablement causer des dommages aux relations internationales de l’Australie et divulgueraient des informations communiquées à titre confidentiel. Telle est la décision récemment rendue par le Tribunal d’appel administratif australien en réponse à notre bataille juridique pour obtenir les documents auprès du ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT). Cette décision ne représente que la dernière brique du mur qui empêche le quatrième pouvoir de découvrir ce qui s’est passé dans les coulisses de l’affaire Julian Assange et WikiLeaks. Une affaire qui décidera des limites de la liberté de la presse dans les démocraties occidentales, mais aussi une affaire marquée par des violations flagrantes, comme la révélation qu’en 2017, la CIA, alors dirigée par Mike Pompeo, avait prévu d’enlever ou de tuer Assange.

Julian Assange reste dans la prison la plus dure de Grande-Bretagne, Belmarsh, en attendant que la justice britannique se prononce sur son appel contre son extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir obtenu et publié des dossiers classifiés du gouvernement américain sur les guerres en Afghanistan et en Irak, des câbles diplomatiques américains et des dossiers sur les détenus de Guantanamo. D’Amnesty International à la Fédération internationale des journalistes (FIJ), toutes les grandes organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse ont demandé l’abandon de la procédure d’extradition et la libération d’Assange.

Assange, qui est citoyen australien, a été détenu arbitrairement, selon le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Comme l’a documenté le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, il a été torturé psychologiquement. Il a également été espionné à l’intérieur de l’ambassade d’Équateur, où il est resté confiné jusqu’à son arrestation et son incarcération à Belmarsh. La CIA avait prévu de le tuer.

[...]

La suite sur le site du Grand Soir :

Partager cet article
Repost0
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 23:10
Julian Assange le 18 août 2014. AFP/JOHN STILLWELL

Julian Assange le 18 août 2014. AFP/JOHN STILLWELL

Le père et le frère de Julian Assange ont dit compter vendredi sur les Parlements de pays européens pour bloquer l'extradition du fondateur de WikiLeaks du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, se félicitant de la promesse de naturalisation faite par le leader de la gauche française Jean-Luc Mélenchon.

«Je pense qu'il y a de grandes chances d'arrêter cette extradition. Nous bénéficions d'un soutien important au sein des nations européennes», a déclaré Gabriel Shipton, frère de M. Assange, lors d'un point de presse à New York, en pleine rue, devant le consulat général britannique à Manhattan.

Gabriel Shipton s'est félicité du «soutien de groupes parlementaires à travers toute l'Europe» et que «Jean-Luc Mélenchon (ait) dit aujourd'hui que s'il était nommé Premier ministre lundi il donnerait la citoyenneté française à Julian» Assange, qui est Australien.

De fait, le leader de l'opposition de gauche en France a affirmé, au dernier jour de la campagne des législatives qu'il espère remporter, que Julian Assange «serait naturalisé Français et (que) nous demanderons qu'on l'évacue chez nous».

Aux côtés de son père John Shipton, Gabriel Shipton a également assuré que le dossier Assange «irait devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH)», à Strasbourg.

D'après John Shipton, «au sein de toutes les nations européennes, les Parlements ont des partisans de Julian Assange», ainsi que «dans toutes les nations d'Amérique du Sud conduites par le président mexicain (Andrés Manuel Lopez) Obrador».

Le gouvernement britannique a annoncé vendredi avoir signé le décret d'extradition vers les États-Unis du fondateur de WikiLeaks, qui va faire appel. L'Australien de 50 ans est poursuivi aux États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour une fuite massive de documents confidentiels.

Sa famille et ses partisans estiment qu'il a toujours été un journaliste et un défenseur des libertés de la presse et d'expression.

«Nous avons foi en les peuples du monde entier (qui) comprennent quels sont les principes en jeu dans cette affaire, en particulier aux États-Unis», a plaidé Gabriel Shipton. Il a jugé que la volonté de la justice américaine de voir Julian Assange jugé sur son sol se fondait sur une interprétation «large de la loi sur l'espionnage afin de s'attaquer au Premier amendement (de la Constitution) et limiter la liberté de la presse».

Source : https://www.tvanouvelles.ca/2022/06/17/la-famille-dassange-compte-sur-les-pays-europeens-pour-bloquer-son-extradition-1

En 2015, dans une lettre ouverte parue dans Le Monde, Julian Assange demandait l'asile à François Hollande. 

Puis son avocat, Eric Dupont-Moretti, annonça une demande du même type à E. Macron.

F. Hollande n'a rien fait.  Eric Dupont-Moretti, devenu garde des sceaux, n'a rien fait non plus.  E. Macron non plus.

Emmanuel Macron osera-t-il, au moins sur cette question, s'opposer aux Etats-Unis et la France accueillera-t-elle enfin Julien Assange ?

Partager cet article
Repost0
28 avril 2022 4 28 /04 /avril /2022 07:55

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost1
24 avril 2022 7 24 /04 /avril /2022 17:07
Liberté de la presse - Aux Etats-Unis, Julian Assange risque cent soixante-quinze ans de prison - La justice britannique a autorisé formellement son extradition vers le pays phare du monde "libre"

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, se rapproche un peu plus d’une extradition aux Etats-Unis, où il serait jugé pour espionnage. Après des années de bras de fer judiciaire, la justice britannique a autorisé formellement, mercredi 20 avril, l’extradition du fondateur de WikiLeaks.

Le tribunal de Westminster Magistrates, à Londres, a officiellement rendu une ordonnance d’extradition et il revient désormais à la ministre de l’intérieur britannique, Priti Patel, de l’approuver. « En termes simples, je suis tenu d’envoyer votre affaire à la ministre d’Etat pour décision », a déclaré le magistrat Paul Goldspring lors d’une courte audience de sept minutes.

[...]

La suite sur un article du Monde ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 14:46

Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, avait refusé de rendre visite à Julian Assange avant 2019. Il était totalement d'accord avec la version des médias, jusqu'à ce qu'il commence à y regarder de plus près, à lire les rapports et rende visite à Assange. Trois ans plus tard, il écrit "The Trial of Julian Assange - A Story of Persecution", un appel urgent à tous les journalistes. "Ce qui arrive à Assange vous concerne tous".

Nils Melzer est un universitaire de renom, spécialisé dans le droit international, professeur à l’Université de Glasgow et à l’Académie de Droit International Humanitaire de Genève. Il a publié plusieurs ouvrages concernant ces matières.

Depuis 2016, il est rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, ce qui lui confère le mandat d’enquêter et de faire rapport à l’ONU à la suite de plaintes déposées par des particuliers et des organisations concernant des pratiques de torture dans tous les États membres de l’ONU. Les États membres des Nations Unies sont tenus de l’aider dans ses investigations.

Un Suisse qui parle aussi suédois ...

Le citoyen suisse Nils Melzer est fils d’un père suisse et d’une mère suédoise, d’où son prénom suédois. Ce dernier détail familial va le conduire en 2019 à quelque chose qu’il n’aurait pu envisager trois ans plus tôt. Il avait rejeté pendant plusieurs années les demandes des avocats de Julian Assange d’enquêter sur son cas. Ils avaient fait valoir que les poursuites étaient politiques et que ses conditions de détention équivalaient à de la torture.

[...]

La suite sur le site du "Grand Soir" :

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 00:06
Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.
Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.

Les journalistes Dmitri Mouratov et Maria Ressa, prix nobel de la paix 2021. MIKHAIL METZEL/AARON FAVILA / AP et JULIAN ASSANGE qui vient d'être livré par le RU aux faucons US.

Il a été attribué à deux journalistes à la tête des journaux russe « Novaïa Gazeta » et philippin « Rappler ».

L'académie dit les récompenser pour « leur combat courageux pour la liberté d’expression ». Il s’agit du premier prix Nobel de la paix à récompenser la liberté d’information en tant que telle.

Julian Assange que la justice de Ben Johnson travaille à livrer aux faucons US ne bénéficie pas de la même mansuétude.

Pourtant ce qui met en fureur les gouvernements des USA ne relève-t-il pas plus encore du combat mondial pour la paix ?  Il semblerait que pour J. Assange la paix ait un prix qu'il paie au plus fort : celui de  sa liberté.

Canaille Lerouge

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 20:53

Lu sur "Le Grand Soir"

Un peu d’histoire de la BBC - comment le "bien national" le plus puissant de Grande-Bretagne aide à contrôler le peuple britannique tout en servant l’impérialisme.

Pour comprendre la position adoptée par la BBC à l’égard de Julian Assange, fondateur de Wikileaks, journaliste primé, éditeur, fiancé, père, fils, frère, être humain, il est utile de connaître quelques données élémentaires sur la BBC.

Les dirigeants de la BBC sont triés sur le volet par le gouvernement. Ils ont souvent des liens étroits et de longue date avec le Premier ministre, comme Chris Patten qui était membre du cabinet de Margaret Thatcher en 1989 et David Clementi, ancien directeur adjoint de la Banque d’Angleterre, conseiller de Margaret Thatcher dans les années 1980. Le chef actuel est Richard Sharp, ancien conseiller de Boris Johnson lorsque celui-ci était maire de Londres. Sharp était également le manager du milliardaire Rishi Sunak, Ministre de l’Economie, lorsque ce dernier travaillait à la banque Goldman Sachs. Allié politique du gouvernement, Sharp a fait don de £400 000 au Parti Conservateur. Il est si riche qu’il peut se permettre de travailler gratuitement pour la BBC.

En Grande-Bretagne, le fait d’avoir un téléviseur et de ne pas payer la redevance TV, qui constitue la principale source de revenus de la BBC, constitue toujours un délit. Des personnes ont été emprisonnées, et peuvent encore l’être, pour ne pas avoir payé la redevance.

En 2020, le revenu de la redevance s’élevait à £3.750.000.000, soit plus que ce que le Royaume-Uni a dépensé pour ses prisons en 2019. Ses activités commerciales génèrent davantage de revenus. La situation financière de la BBC, qualifiée de privilégiée par l’autorité de régulation OFCOM, permet aux journalistes de haut niveau, aux présentateurs de journaux télévisés et aux présentateurs d’actualités de toucher des salaires lucratifs.

Le Ministre des Affaires Etrangères contrôle les objectifs, les priorités, les cibles et les langues dans lesquelles le Service International [World Service] est fourni.

Le BBC World Service n’est pas réglementé, il est exempté de tout contrôle officiel, bien que la BBC ait une audience internationale bien plus importante que l’audience nationale. Le World Service de la BBC pourrait atteindre 500 millions de personnes par semaine d’ici 2022. [...]

La suite sur le site du Grand Soir :

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 15:57

Cet article est reposté depuis Réveil Communiste.

par Laurent Dauré,

Tour à tour calomnié et ignoré, le journaliste Julian Assange ne bénéficie pas du large mouvement de solidarité que son statut de prisonnier politique et de héros de la liberté de la presse aurait dû faire naître. Dans quelle mesure les médias peuvent-ils être tenus pour responsables de la relative indifférence face à la persécution du fondateur de WikiLeaks par Washington ? Pour Fabienne Sintes de France Inter, les causes du manque d’intérêt ne sont pas à chercher de ce côté-là. Retour sur son interview (31 mai 2021) de la compagne et de l’avocat français de celui qui croupit dans une geôle londonienne en attendant une éventuelle extradition vers les États-Unis.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 04:36
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 14:52
Manifestation i Stockholm 14 december.

Manifestation i Stockholm 14 december.

Une quarantaine d'organisation de défense des droits ont publié une lettre ouverte au gouvernement britannique pour exiger la libération de Julian Assange et le blocage de l'extradition étasunienne qui équivaut selon elles à une «condamnation à mort» Les pétitions et les lettres ouvertes se multiplient à travers le monde pour exiger la libération sans condition du fondateur de Wikileaks, emprisonné à Londres, dans l'attente de son procès en extradition vers les Etats-Unis où il risque 175 ans de prison pour avoir publié, par le truchement de lanceurs d'alerte, des documents de l'armée américaine, dans lesquels sont exposés ce qui s'apparente à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Dans une lettre ouverte adressée au gouvernement britannique et plus particulièrement à Robert Buckland, secrétaire d'Etat à la Justice, une quarantaine d'organisations de défense des droits appellent, ce 3 juillet, à la libération immédiate de Julian Assange et à bloquer son extradition vers les Etats-Unis. [...]

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/76547-40-organisations-demandent-liberation-immediate-julian-assange-gouvernement-britannique

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents