Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 09:53

Dans Libération - Checknews

La militante d'Attac, Geneviève Legay, lors de la manifestation des gilets jaunes à Nice le 23 mars 2019. Photo Valery Hache. AFP

Lors de son hospitalisation au CHU de Nice, seule la famille de Geneviève Legay a pu pénétrer dans sa chambre, gardée par des agents de sécurité. Invoquant l'état de santé de la victime, le centre hospitalier a tenu à l'écart proches et journalistes, parfois contre l'avis de la famille.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 23:02

17 personnes, gilets jaunes ou sympathisants, comparaissaient ce matin devant le tribunal de police du Havre pour occupation illicite du domaine public. En janvier, ils avaient été contrôlés aux abords du rond-point de Saint-Romain-de-Colbosc.

Par Elise Laperdrix

Un "procès politique", pour "casser le mouvement des gilets jaunes", les mots sont de Sophie Haussetête, avocate de 16 des 17 prévenus poursuivis devant le tribunal de police. 

Le 6 janvier dernier, ses clients, gilets jaunes ou sympathisants du mouvement, avaient fait l'objet d'un contrôle d'identité par la gendarmerie - alors qu'ils étaient rassemblés aux abords du rond-point de Saint-Romain-de-Colbosc - puis de poursuites judiciaires pour occupation illicite du domaine public.

Une procédure jugée disproportionnée par l'avocate, qui a plaidé l'exception de nullité pour ces contrôles - "les gendarmes n'étaient pas habilités à faire des contrôles d'identité sur la D81" - mais aussi la dispense de peine. "Le trouble à l'ordre public a cessé, ils ne sont pas revenus sur les lieux pour manifester", explique Sophie Haussetête.[...]
La suite ici : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/havre/havre-gilets-jaunes-devant-justice-1648836.html
Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 12:53

Est-ce bien raisonnable de lancer de nouvelles privatisations alors que l'exaspération est à son comble chez les salariés, très nombreux, qui prennent chaque jour la route pour aller travailler et qui sont, pour beaucoup, sympathisants des gilets jaunes ?

Communiqué de presse


Privatisation des routes de France : Un scandale national !
Le Gouvernement au travers d’un plan de relance autoroutier sur la période 2014-2020, et dans le cadre contraint des dépenses publiques, lance un grand programme de privatisation des routes de France. « L’or gris » du bitume va continuer de couler à flots pour les concessionnaires d’autoroutes.


 La CGT s’oppose à toute forme de privatisation de réseaux et de transfert de personnels et réaffirme sa revendication d’une maîtrise publique du réseau routier national avec bien entendu des agents publics. Unanimement les fédérations syndicales du ministère de l’Ecologie et des Transports se sont prononcées contre de nouvelles privatisations.


Pourtant, un véritable plan de relance des investissements des infrastructures est nécessaire pour le développement multimodal et complémentaire des modes de transport, mais on s’en éloigne après le « grand oral » du Président de la République.


Après les scandaleuses privatisations des sociétés d’autoroutes en 2005, bradant le patrimoine routier à des grands groupes privés qui ont engrangé pas moins de 2 milliards d’€ de bénéfices net en 2011, le Gouvernement actuel poursuit cette politique dévastatrice en voulant céder de nouvelles routes nationales par de nouvelles concessions aux sociétés privées concessionnaires actuelles, au prétexte de ne pas avoir la volonté politique de mobiliser 3,7 milliards d’€ pour la modernisation et la mise à niveau de sécurité des infrastructures routières.


Ce qui va passer par un allongement des durées des concessions actuelles, sachant qu’un an supplémentaire de concession représente un chiffre d’affaire de plus 2 milliards d’€, source d’importants profits.
C’est la double peine pour l’usager contribuable, qui a, largement par ses impôts, financé les réseaux routiers et qui devra maintenant en payer l’usage à travers des péages en constante augmentation !
C’est la liquidation du patrimoine national et du service public routier qui est en marche !


 D’autres solutions de financement sont possibles, comme le propose la CGT, avec la création d’un pôle financier public, permettant de disposer de ressources nouvelles en dehors des contraintes du marché. Rappelons que le manque à gagner de la suspension par le Gouvernement de l’écotaxe poids lourds s’élève à plus d’1 milliards d’€


 La CGT revendique également le retour des autoroutes concédées sous la maitrise publique pour la garantie d’un service public routier.


Montreuil, le 17 janvier 2014.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 16:50

Petite géographie d’un géant de la construction

par Nicolas de La Casinière 

Le soleil ne se couche jamais sur l’empire Vinci

Extraits

Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), 2, cours Ferdinand-de-Lesseps. Siège du groupe.

"Derrière les baies vitrées, la climatisation ronronne. L’imposant bloc gris du siège de Vinci a été édifié en 1992 pour son ancêtre, la Société générale d’entreprises (SGE), qui, en 1908, avait succédé à la société en nom collectif Giros et Loucheur, fondée en 1899. L’immeuble abrite 1 200 salariés, sur un effectif global de plus de 185 000 personnes dans une centaine de pays. L’empire Vinci pèse lourd : 38,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014 et 2,5 milliards d’euros de résultat net.

Le succès mondial de l’entreprise tient à sa capacité à miser sur deux échelles de temps : le court terme, grâce à la construction, son cœur de métier, qui génère des retours sur investissement immédiats (mais avec de faibles marges, car le secteur est gourmand en main-d’œuvre) ; et le long terme, grâce aux rentes des concessions d’infrastructures que détient l’entreprise : aéroports, ponts, tunnels, autoroutes, etc. Dans ce type de contrat, les pouvoirs publics confient à la société concessionnaire le soin de financer et de réaliser de gros chantiers de construction ou de génie civil ; en échange, elle reçoit un montant forfaitaire ou peut se rémunérer pendant une durée contractuelle grâce aux recettes d’exploitation de l’ouvrage." [...]

La suite ici sur le site du Monde Diplomatique : https://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/DE_LA_CASINIERE/54958

Nicolas de La Casinière est en outre l'auteur de l'ouvrage suivant :

Créé en 2000, Vinci est vite devenu un champion du CAC 40 et l’un des leaders mondiaux du BTP. Autoroutes, parkings, aéroports (dont celui de Notre-Dame-des-Landes), voies ferrées, industrie nucléaire et réseaux d’eaux constituent les marchés de Vinci pour la phase construction et pour l’exploitation. Pour les partenariats public-privé et les grands chantiers, Vinci a constitué avec quelques autres majors une oligarchie très restreinte, surpuissante, imposant son ordre au monde économique et aux collectivités. Vinci incarne le capitalisme moderne avec un discours de façade écolo, une rhétorique bien rodée sur l’humain au cœur de l’entreprise, des œuvres de bienfaisance bien orchestrées. Ce qui n’empêche pas des pratiques de prédateur en profitant des opportunités ouvertes par la crise financière et économique, l’exploitation de la précarité des salariés, les proximités avec le pouvoir et quelques ennuis devant les tribunaux.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 16:57

Ils s'inquiètent de constater une "épidémie" inédite de blessures graves aux yeux et demandent un moratoire sur l'utilisation des lanceurs de balles de défense.

Un policier équipé d'un lanceur de balles de défense en marge d'une manifestation des "gilets jaunes" à Bordeaux, le 2 mars 2019. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Un mois après l'avoir envoyé à Emmanuel Macron, sans réponse, ils rendent leur message public : dans un courrier dévoilé par Le JDD, dimanche 10 mars, 35 ophtalmologistes d'hôpitaux prestigieux demandent au président de la République un "moratoire" sur l'utilisation des lanceurs de balles de défense. Ils disent avoir constaté un "nombre inédit de contusions oculaires graves" causées par des tirs de LBD "ces dernières semaines".

"Une telle 'épidémie' de blessures oculaires gravissimes ne s'est jamais rencontrée", affirment les médecins dans leur texte. "Nous, ophtalmologistes dont la profession est de prévenir et guérir les pathologies oculaires, demandons instamment un moratoire dans l'utilisation de ces armes invalidantes au cours des actions de maintien de l'ordre".

Pour eux, les blessures constatées "ne sont pas dues au hasard ou à l'inexpérience", car "le grand nombre de balles tirées avec une force cinétique conservée à longue distance et l'imprécision inhérente à cette arme devaient nécessairement entraîner un grand nombre de mutilations". [...]

La suite sur le site de France-Info ici : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/dans-un-courrier-a-emmanuel-macron-des-ophtalmologistes-s-alarment-du-nombre-de-blessures-oculaires-dues-aux-lbd_3226573.html

Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 18:06
par Pauline Perrenot,

 

« "Emmanuel Macron, le président des ultra-riches", c’est la thèse que vous défendez dans ce dernier livre, vous allez nous expliquer pourquoi » claironne en début d’émission Ali Baddou, animateur de l’émission « C l’hebdo » sur France 5, qui recevait comme invitée le 2 février Monique Pinçon-Charlot [1]. Le journaliste aurait pu se passer d’une telle promesse, car en réalité, Monique Pinçon-Charlot ne pourra guère expliquer quoi que ce soit : d’un tribunal médiatique à une discussion rigolarde entre amis journalistes, l’émission tenue par six chiens de garde va progressivement évincer l’invitée principale du plateau, et avec elle, les idées défendues dans son dernier livre.

C’est une émission cas d’école. Une émission qui est en actes la chronique du mépris que racontent justement les Pinçon-Charlot dans leur dernier livre. Une émission qui démontre – encore une fois – la difficulté d’exposer des idées radicales sur un plateau de télévision, gardé par des journalistes récidivistes dans leur hostilité aux travaux et idées des deux sociologues. Une émission de « débat » sur le service public, dont les dispositifs privilégient l’expression des éternels mêmes éditorialistes – une nouvelle fois – aux dépens des invités hétérodoxes. [...]

La suite ici : https://www.acrimed.org/C-l-hebdo-France-5-censure-et-concert-de-chiens

Et aussi pour visionner une partie de l'émission : https://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/jean-michel-aphatie-s-insurge-face-80847

 

Et la vidéo sur Youtube

Partager cet article
Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 18:03

VIDEO. Après deux années d'enquête, Yannick Kergoat et Denis Robert sortent un documentaire explosif sur l'évasion fiscale. Entretien exclusif.

Par Charlotte Cieslinski et Julien Bouisset

Sept ans après les "Nouveaux Chiens de garde", coréalisé avec Gilles Balbastre, Yannick Kergoat s'attaque à la finance. Cette fois, avec "la Très Grande Evasion" il s'allie au journaliste d'investigation Denis Robert (à l'origine du scandale Clearstream) pour réaliser un documentaire sur les Panama Papers, Paradise Papers et autres scandales d'évasion fiscale qui se succèdent depuis dix ans. Explosif,le sujet résonne en bien des points avec la mobilisation des "gilets jaunes": 

Aujourd'hui, Emmanuel Macron organise un grand débat national, mais il y a une question qui n'est pas posée, et qui pour nous, résoudrait toutes les autres : qu'est-ce qu'on fait de l'évasion fiscale ?

Après deux années d'enquête, Yannick Kergoat et Denis Robert se heurtent aujourd'hui à la frilosité des investisseurs. Pour financer la fin de leur travail, ils lancent un appel à crowdfunding. Entretien et vidéo.

Lire et voir la vidéo en cliquant ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 17:58

Affiche de l’association anticommuniste Paix et liberté, 1952.

On peut tenir pour l’un des symptômes les plus caractéristiques des crises organiques l’emballement des événements, et la survenue à haute fréquence de faits ou de déclarations parfaitement renversants. En moins de 24 heures, nous aurons eu les enregistrements Benalla, aussitôt enchaînés avec une rafale de propos à demi-« off » signés Macron, et la mesure du dérèglement général est donnée à ceci que, dans la compétition des deux, c’est Benalla qui fait figure de gnome. En fait, on n’arrive plus à suivre.

 

Il le faut pourtant, car tout est magnifique. Macron en « off », c’est chatoyant. C’est qu’il est l’époque en personne, son plus haut point de réalisation : managérial, ignorant de tout ce qui n’est pas sa classe, le racisme social jusque dans la moelle des os, le mépris en toute innocence, et surtout l’absence complète de limite, de censure, de reprise de soi. C’est une compulsion venue de trop loin : dans l’instant même où il annonce sa propre réforme et jure de faire désormais « très attention » à ses « petites phrases », il se scandalise que le premier « Jojo avec un gilet jaune » ait « le même statut qu’un ministre ou un député » — « les petites phrases, j’arrête quand je veux », d’ailleurs « je commence demain ». Et c’est cet individu dont les « analystes » des grands médias se demandent « dans quelle mesure il tiendra compte des résultats du grand débat »… Mais peu importe, c’est tellement beau qu’on en reste émerveillé. Même une fiction à petit budget n’oserait pas se donner un personnage aussi énorme, aussi « cogné » — mais c’est sans doute le propre de cette époque que la fiction, même débridée, peine à se tenir au niveau de la réalité.[...]

Lire la suite sur le blog de Frédéric Lordon : https://blog.mondediplo.net/le-complotiste-de-l-elysee

Partager cet article
Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 16:12

437.000 ruptures conventionnelles du contrat de travail ont été homologuées en 2018 contre 222.000 en 2009 selon une étude du ministère du Travail.

Le problème est : combien sont à l'initiative du salarié ? Et comme c'est noté "rupture conventionnelle", impossible à savoir, les deux parties étant théoriquement d'accord ... Il est bien sûr évident que les patrons ne font jamais pression sur les salariés ... Et que les poules dans le poulailler négocient librement avec le renard à quelle sauce celui-ci va les manger.  Et lorsque PSA et les magasins Pimkie utilisent les ruptures conventionnelles collectives, ça ressemble fort aux plans de licenciement !

 

Ci-dessous le point de vue de la CGT :

Rupture collective conventionnelle : la forfaiture apparaît au grand jour

15 janvier 2018

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 14:29

Fiorina, étudiante blessée lors de la manifestation des "Gilets jaunes" du 8 décembre

Laurent Thines, neurochirurgiendu CHU de Besançon :  "Quand on prend une balle de flash-ball dans le corps, on a une chance sur cinq de mourrir ou d'avoir des handicaps. Est-ce acceptable ? Nous sommes en France pas dans une dictature. La violence appelle la violence. La situation n'est plus tenable. "

Il précise dans une pétition intulée "Les soignants français pour un Moratoire sur l’utilisation des armes sub-létales »  que les 

 "lésions constatées et prises en charge par Nous, personnels soignants, dues à ces armes utilisées sur des personnes parfois très jeunes ou âgées, exerçant leur droit à manifester, sont choquantes et inacceptables : énucléation, amputation d’extrémité de membre, fracas maxillo-facial et dentaire, traumatisme cranio-cérébral engageant le pronostic vital… Tant de vies ont été ainsi sacrifiées…"

Il appelle les soignants à signer cette pétition.

Partager cet article
Repost0

Articles Récents