Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
21 mai 2022 6 21 /05 /mai /2022 16:25

Nous exhortons la France et l’UE à mettre fin à l’impunité dont bénéficie Israël en prenant des sanctions immédiates contre les crimes de guerre et pour protéger les libertés fondamentales d’expression et d’information.

>> Signez la pétition sur Change.org

Le mercredi 11 mai, à Jénine, Israël a franchi un pas supplémentaire dans les violations du droit et dans les crimes de guerre : Shireen Abu Akleh, journaliste américano-palestinienne de 51 ans, a été assassinée par l’armée israélienne d’une balle en pleine tête. Elle portait son gilet pare-balles barré du mot "PRESSE". Un autre journaliste, Ali Samoudi, a été touché d’une balle réelle dans le dos.

Shireen Abu Akleh, 51 ans, journaliste de terrain expérimentée, a été l’une des premières correspondantes d’Al-Jazeera en Palestine. Pendant 25 ans, elle a rendu compte de la résistance palestinienne en couvrant les guerres, les attaques et les agressions de l’occupation israélienne contre les Palestiniens. Le Premier ministre israélien a donné à ses soldats un permis de tuer. Ils en usent et en abusent y compris contre les journalistes. Les crimes de guerre israéliens sont connus, documentés, et durent depuis des décennies mais aucune sanction de la part de la communauté internationale. Jusqu’à quand ? L’Union européenne se déclare choquée par le meurtre de Shireen Abu Akleh. Prendra-t-elle enfin des sanctions contre Israël ?

Nous exhortons la France et l’UE à mettre fin à l’impunité dont bénéficie Israël en prenant des sanctions immédiates contre les crimes de guerre et pour protéger les libertés fondamentales d’expression et d’information.

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2022 3 18 /05 /mai /2022 16:42
Journaliste palestinienne assassinée par Israël : des sanctions s’imposent - Déclaration de l'AFPS

Ce matin, mercredi 11 mai, à Jénine, Israël a franchi un pas supplémentaire dans la violation permanente du droit et dans les crimes de guerre : Shireen Abu Aqleh, journaliste américano-palestinienne de 51 ans a été assassinée par l’armée israélienne d’une balle en pleine tête.

Un nombre important de soldats de l’armée d’occupation avaient pris d’assaut la ville de Jénine et bouclé une maison pour arrêter un jeune Palestinien. Des confrontations avec des dizaines de jeunes palestiniens s’en sont suivies.

Shireen Abu Aqleh qui portait un gilet pare-balle barré du mot « PRESS » a été touchée par une balle réelle à la tête. Elle est décédée.

Un autre journaliste, Ali Samoudi, a également été touché d’une balle réelle dans le dos. Il a précisé « les forces d’occupation ont ciblé directement les journalistes. »

Des témoins ont déclaré que les soldats ont tiré à balles réelles en direction de jeunes Palestiniens et des équipes de presse.

Le 25 avril 2018, le journaliste palestinien Ahmed Abu Hussein succombait à ses blessures dans la bande de Gaza. Un soldat israélien l’avait visé par balle. Un autre journaliste, Yasser Mortaja, était mort sur le coup de la même manière. Ces deux journalistes couvraient la “marche du retour.”

Les journalistes palestiniens (et parfois internationaux) sont soumis quotidiennement à des restrictions de déplacements et à des interdictions d’accès, à des confiscations ou destructions de leur matériel, à des arrestations. Selon un décompte de Reporters Sans Frontières, en quatre ans, au moins 144 journalistes palestiniens ont été victimes de violations de la part des forces de l’ordre israéliennes dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie : tirs de gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc, coups de matraques, grenades assourdissantes, tirs à balles réelles...

Shireen Abu Aqleh, 51 ans, journaliste de terrain expérimentée a été l’une des premières correspondantes d’Al Jazeera en Palestine. Pendant un quart de siècle, elle a été au cœur des actions de la résistance palestinienne pour en rendre compte. Faisant fi du danger, elle a couvert les guerres, les attaques et les agressions de l’occupation israélienne contre les Palestiniens.

Israël tente de bâillonner ceux qui documentent les crimes de guerre, comme il l’a fait en désignant comme terroristes les ONG de défenses des droits humains palestiniennes. Israël assassine les journalistes, celles et ceux qui résistent : 11 jeunes du village de Beita, village qui refuse la colonisation de ses terres ont été assassinés par l’armée israélienne en une année.

Le premier ministre israélien a donné à ses soldats un permis de tuer. Ils en usent et en abusent y compris contre les journalistes.

Les crimes de guerre israéliens sont connus, documentés. Ils durent depuis des décennies. Ils n’entrainent cependant aucune sanction de la part de la communauté internationale. Jusqu’à quand ? L’Union européenne se déclare choquée par le meurtre de Shireen Abu Aqleh. Prendra-t-elle enfin des sanctions contre Israël ?

L’AFPS transmet ses condoléances les plus sincères à la famille de Shireen Abu Aqleh. Elle transmet sa solidarité aux journalistes palestinien·nes et aux comités de résistances populaires qui la côtoyaient quotidiennement.

Elle exhorte la France, l’Union européenne de mettre fin à l’impunité dont bénéficie Israël depuis toujours en prenant des sanctions immédiates. Les crimes de guerres doivent être sanctionnés de la même manière où qu’ils soient perpétrés.

Le Bureau national de l’AFPS
Le 11 mai 2022

Photo : capture d’écran Al Jazeera

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 15:22
Manifestation, le 11 janvier 2013 à Paris, après l’assassinat des militantes. Manifestation, le 11 janvier 2013 à Paris, après l’assassinat des militantes.

Manifestation, le 11 janvier 2013 à Paris, après l’assassinat des militantes.

Par

Publié le

Dans la galaxie des crimes inexpliqués, il y a ces meurtres sans coupable. Énigmes humaines sur lesquelles les enquêteurs se brisent les dents durant de longues années. Et puis il y a ces autres affaires qui, même si l'auteur a bien été appréhendé, gardent tout leur mystère, des réelles motivations du tueur jusqu'aux identités d'éventuels complices. Comme cet encombrant dossier du triple assassinat de militantes kurdes, trois femmes froidement exécutées en plein cœur de la capitale il y a maintenant huit ans par Ömer Güney, un trentenaire de nationalité turc.

En 2015, il est renvoyé devant la Cour d’Assises spécialement composée pour "assassinat, participation à un groupement formé en vue de la préparation d'actes de terrorisme et tentative d'évasion". Dans son ordonnance de renvoi, la magistrate souligne "les accointances avec le service de renseignement turc (MIT) avec lequel il était en contact". Mais le procès n’aura jamais lieu. Ömer Güney meurt en prison à la fin de l'année 2016 d'une tumeur au cerveau emportant avec lui l’extinction de l’action publique à son égard ainsi que ses secrets.

"Un dossier explosif pour le pouvoir turc"

Suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 15:57

Au Havre (Seine-Maritime), la ville du Premier ministre, la mort d'un docker retrouvé sur un parking de l'agglomération sème l'inquiétude. Sa mort serait liée au trafic de drogue. Ces trois dernières années, une vingtaine de dockers auraient été kidnappés et menacés.

Partager cet article
Repost0

Articles Récents