Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 14:57

Pascal Acot

L’écologie de la libération

Les dégradations de l’environnement sont des crimes contre l’humanité.

Paru sur ce blog le 19 mai 2017

"L'écologie de la libération" par Pascal Acot est paru aux éditions " Le Temps des cerises"

Pascal Acot

L’écologie de la libération

Les dégradations de l’environnement sont des crimes contre l’humanité.

L’écologie de la libération est une critique radicale de la pensée dominante en matière de défense de l’environnement. Il s’agit d’un essai qui exprime la nécessité de comprendre pourquoi cette pensée a atteint la médiocrité à laquelle le public est désormais habitué et pourquoi elle nous conduit jour après jour plus près du désastre. Comme ces questions sont déjà anciennes, le début de l’ouvrage est consacré à une brève histoire de l’écologie scientifique et des problèmes éthiques soulevés par les rapports des êtres humains à leur environnement. Un chapitre est ensuite consacré au débat sur la question cruciale des limites à l’exploitation des ressources naturelles.
Les altérations des équilibres écologiques ont fait réagir des « spécialistes » médiatisés : politiciens, journalistes, animateurs de télévision, écrivains, vedettes de cinéma… Il apparaît hélas  ! que les solutions préconisées sont porteuses d’illusions ruineuses. C’est le cas de l’idée rassurante de régulations écologiques « naturelles ». C’est le cas surtout de « l’écologie des petits gestes  pour la planète » qui séduit tant les gens de bonne volonté, découragés par la stérilité de l’écologisme politicien. La signification profonde de cette illusion selon laquelle nous serions tous coupables fait l’objet d’un chapitre dans lequel il apparaît que sa fonction objective est de masquer la responsabilité majeure des grandes industries. Le « changement climatique » a suscité des critiques étrangement violentes à l’égard des « climatosceptiques ». Le point est donc fait sur la question climatique, sur les origines de la climatologie et sur les débats actuels que suscite cette discipline. Une approche sérieuse de la climatologie politique conduit toutefois à identifier les obstacles qui s’opposent à la popularisation d’analyses dignes de ce nom. Ainsi, le fait que le « capitalisme vert » – censé relancer les économies en crise – est une invention de la banque Goldman Sachs, mérite qu’on y réfléchisse.
Plus généralement, cet essai montre non seulement que le libéralisme en économie est un poison mortel pour notre planète, mais il invite aussi à jeter un regard nuancé sur les myriades de conférences internationales qui se sont tenues dans le monde entier depuis la fin des années 1960 : quelle fut leur utilité réelle ?
Enfin la question plus philosophique d’un rapport entre le souci écologique de l’environnement et la libération humaine est posée dans la perspective nécessaire d’un monde qui pourrait enfin devenir à terme, durable.

à propos de l'auteur

Author

L'auteur est chargé de recherche honoraire au CNRS à l’Institut d’histoire et philosophie des sciences et des techniques (CNRS, Université de Paris 1, ENS). Bibliographie sur l’écologie et les sciences environnementales : L’Écologie, Paris, PUF, 1977 (textes choisis et commentés), 157 p. Histoire de l’écologie, Paris, PUF, La maîtrise du milieu (ouvr. coll.), préface de Patrick Blandin, Paris, Librairie Philosophique Vrin – Institut Interdisciplinaire d'études épistémologiques, 1994, 151 p. Histoire de l’écologie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ? 1994, 128 p. The European Origins of Scientifc Ecology (1800-1901), 2 vols., cd-rom, introduction de P. Blandin, Amsterdam, 1998, Gordon & Breach, 932 p. The concept of biosphere, Detroit, USA, Farmington Hills, 2000. L’éthique environnementale (avec A. Fagot-Largeault, Collège de France), Chilly-Mazarin, Éditions SenS, 2000. Histoire du climat, Paris, Perrin, 2003, 309 p. Seconde édition revue et augmentée, 2003, édition de poche, 2004.Catastrophes climatiques, désastres sociaux, Paris, PUF, avril 2006, 205 p. Climat, un débat dévoyé ? Paris, Armand Colin, septembre 2010, 158 p. Certains de ses ouvrages ont été traduits en chinois, italien,  tchèque, espagnol, portugais, espagnol, allemand et grec.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents