Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
11 juin 2022 6 11 /06 /juin /2022 23:04
Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre.

Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre.

Ils ont traversé de lourdes épreuves. À force de lutte, d’entraide et de complicité, ils ont sauvé leur usine. La Chapelle Darblay était la dernière de France à recycler 100 % du papier. Rencontre avec ces trois salariés, trois compères désormais liés.

Grand-Couronne (Seine-Maritime), reportage

« On avait la conviction qu’il fallait la sauver, cette putain d’usine. » L’espoir était infime, mais ils l’ont fait, à la sueur de leur front. Promise à la destruction, l’usine Chapelle Darblay, dernier site français à même de fabriquer du papier journal et d’emballage 100 % recyclé, vient d’être sauvée après 1 000 jours d’une lutte acharnée. Cette victoire, l’économie circulaire « made in France » la doit en grande partie à trois « Pap Chap », trois salariés qui ne voulaient pas voir disparaître les précieuses machines à papier de l’usine de Grand-Couronne : Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre.

Reporterre les a rencontrés auprès d’immenses machines, qui permettaient de recycler 480 000 tonnes de déchets papier et carton par an, l’équivalent du tri de 24 millions d’habitants. Ces « bécanes » — comme Julien, Cyril et Arnaud ont coutume de les appeler —, ils en connaissent par cœur la musique et les battements. Mais depuis la fermeture de l’usine en 2020, ces géantes métalliques sont muettes. Les papiers et cartons sont enfouis, brûlés ou envoyés en Belgique et en Allemagne. « Un gâchis », déplore Arnaud Dauxerre.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 15:30
Destruction de l'industrie papetière en France - Vu sur le site cgtchapelledarblayupm.unblog.fr -
Destruction de l'industrie papetière en France - Vu sur le site cgtchapelledarblayupm.unblog.fr -

Destruction de l'industrie papetière en France - Vu sur le site cgtchapelledarblayupm.unblog.fr -

Commentaire

Vive la mondialisation capitaliste !

Vive l'Union Européenne !

Citations :

« une partie de la pâte à papier arrive par bateau d’Amérique du Sud et d’Asie »

" la récente fermeture de la papeterie Chapelle-Darblay, à Grand Couronne, appartenant au groupe finlandais UPM. "

" le marché de la fabrication de papier de « concentré ». Les trois géants du secteur se nomment Stora Enso, Norske Skog et UPM."

Les imprimeurs, les éditeurs font face à une crise inédite pour l’approvisionnement de papier. En cause, les confinements qui ont chamboulé le marché mais pas seulement. Le marché de la pâte à papier est très concentré.

L'article intégral ci-dessous :

Lu sur cgtchapelledarblay et Ouest France

https://www.ouest-france.fr/culture/livres/pourquoi-le-papier-des-livres-et-des-journaux-vient-a-manquer-13c51404-3d5c-11ec-ae19-24374b064259

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 15:30
 Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre (de gauche à droite) se battent pour sauver l’usine la plus verte de la filière papier en France. EHD

Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre (de gauche à droite) se battent pour sauver l’usine la plus verte de la filière papier en France. EHD

Ouvriers et écolos unis dans le papier
Fermée depuis un an, la seule papeterie française à produire du papier 100% recyclé se bat pour sa survie. Avec les soutiens conjugués des syndicats et de mouvements écologistes de France et d’Uruguay.
 
A Chapelle Darblay, Arnaud Dauxerre feint de s’interroger:
 
«Quelle est la logique de faire de la pâte marchande de papier en Uruguay à destination de l’Asie? C’est sûr, ils vont produire deux millions de tonnes contre 250 000 tonnes ici. Mais il faut revenir sur ces inepties mondialisées si on veut faire une vraie transition écologique.»
 

Un silence de cathédrale règne dans la papeterie de Chapelle Darblay, magistrale usine ouverte il y a près d’un siècle à Grand-Couronne, en périphérie de Rouen, sur la rive de la Seine. «Avant, il fallait crier pour s’entendre, le bruit était à 90 décibels au minimum, la chaleur à au moins 30 degrés», rappelle Cyril Briffault. L’opérateur finition et délégué syndical CGT, âgé de 44 ans, se trouve devant la machine 6, un mastodonte industriel à l’intérieur duquel le papier était égoutté, essoré et séché à une vitesse de 90 km/h quand l’usine tournait aux trois-huit. «C’était un métier passionnant, toujours différent, il fallait s’y connaître en dynamique des fluides, en hydraulique, en condensation», raconte avec des étoiles dans les yeux ce père de trois enfants, entré à l’usine en 1998.

Passionnant, et surtout vertueux. Chapelle Darblay, c’était 350 000 tonnes de papier recyclé chaque année, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de Français·es. C’était aussi une chaudière biomasse qui permettait à l’usine d’avoir un bilan carbone positif et une station d’épuration capable de déminer l’eau et de la réutiliser au lieu de la rejeter dans la Seine. Bref, selon les mots de la députée En Marche Camille Galliard-­Minier, rapporteure d’une note d’information sur la filière recyclage du papier, c’était une «industrie du futur» que le groupe finlandais UPM a fermée l’an dernier.

[...]

Source et suite : http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/2021/05/21/ouvriers-et-ecolos-unis-dans-le-papier/

Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 03:28
Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Seule usine en France à produire du papier journal 100% recyclé et pionnière dans l'économie circulaire, Chapelle-Darblay est un fleuron de l'industrie de demain. Pourtant, dans le seul but d'accroître ses profits, le groupe finlandais UPM a décidé de fermer l’usine, sans la mettre en vente, afin de pouvoir la démanteler...

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Parce que s’il n’y a pas de repreneur avant le 15 juin pour l’ensemble de l’activité de Chapelle-Darblay, l’usine fermera définitivement ses portes. Ce sera la perte d’un savoir-faire unique et d’une activité qui ont fait prospérer la région depuis près de 100 ans. Il y a quelques mois encore, ce sont plus de 200 personnes qui travaillaient sur le site et 567 emplois indirects qui en dépendaient !

Parce que Chapelle-Darblay a déjà les deux pieds dans le monde d'après. Avec son raccordement au rail et son accès à la Seine, l’usine récupérait annuellement 350 000 tonnes de papiers, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de personnes. Elle produisait 240 000 tonnes de papiers recyclés par an, soit l’équivalent de 50% de la consommation française de papier journal. L’usine possède également une chaufferie biomasse capable de chauffer l’équivalent d’une ville de 20 000 habitants, ainsi qu’une station d’épuration pouvant subvenir aux besoins de 400 000 habitants. Elle est la démonstration qu’on peut concilier industrie et préservation de l’environnement.

Suite ci-dessous et signez la pétition :

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 22:45

Des générations d'ouvriers, de techniciens, d'ingénieurs ont fait Chapelle-Darblay.  C'est à eux et à leurs descendants, aux collectivités locales qui ont aidé à la collecte des papiers qu'appartient l'usine de Grand-Couronne.  Tous les dividendes que perçoivent les actionnaires sont le produit d'un holp-up dont nous sommes tous victimes, salariés et habitants de la métropole rouennaise.

UPM doit rendre l'argent ou rendre l'usine !

YG.

SAUVER CHAPELLE-DARBLAY !
Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 17:21

Vu sur le site de la CGT-Chapelle Darblay

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 18:10

Encore une trahison industrielle ?

Les Pap-Chap manifestent le 9 janvier 2020

Les Pap-Chap manifestent le 9 janvier 2020

Sur le blog de la CGT Chapelle Darblay

Rendez vous à 4 h 30  ce lundi 13 janvier

apour tous les élus et

tous les pap chap disponibles

au local CGT

Liquidation de l'industrie en France - URGENCE SOCIALE À CHAPELLE DARBLAY

Lu sur le site de la CGT Chapelle Darblay

Ce n’est pas dans les salons que l’on obtiendra satisfaction ! 

*

On ne peut pas se satisfaire de leur agenda, sinon ils vont écrire l’histoire sans nous.

 

Nous sommes allés rencontrer Mr le préfet vendredi 10 janvier (4 mois jour pour jour après l’annonce UPM) vers 15h, pour connaitre la réponse d’upm à sa question, s’il est accordé un délai aux pap chap pour que la commission industrielle puisse fonctionner normalement, dans un climat social le plus calme possible.

Malheureusement au bout d’une heure, le sous-préfet est venu nous dire dehors, que c’était à nous d’appeler la direction Chapelle.

Ça sent le foutage de gueules, les choses annoncées en réunion du 7 janvier ne sont pas respectées.

 C’est pourquoi, il nous faut vraiment prendre notre destin en mains, et ce lundi 13 janvier

2020 marque un tournant dans la lutte des Pap-Chap pour la sauvegarde de leur site et de leurs emplois. 

  Après plus de 4 mois de démonstration de leur savoir-faire, les salariés du site attendent autre chose que les belles paroles d’UPM ou les éventuelles offres non engageantes des repreneurs, ils veulent du concret, ils veulent des réponses écrites de la part de la direction qui doit s’engager au niveau du délai demandé par les représentants du personnel, par le Préfet et le représentant de la Région Normande, pour laisser le temps à la commission industrielle de faire son travail.

  Un projet XXL doit permettre la sauvegarde du site, de tous ses emplois (voir créateurs d’emplois) et doit maintenir la filière du recyclage papier, sinon à quoi bon être un exemple d’écologie, d’économie circulaire, de professionnalisme.

  Notre action symbolique de ce lundi date à laquelle UPM commence sa phase d’étude des offres envoyés par le cabinet Ernst and Young, montre notre détermination, notre syndicat CGT Chapelle Darblay ne va pas laisser tranquillement UPM dérouler son calendrier, son choix, son repreneur et pourquoi pas sa petite équipe et ses collaborateurs.

  Il y a une Urgence sociale à se défendre, aucune des offres ne parlent du périmètre social et de notre devenir, nous salariés, nous créateurs de richesse, il est plus que grand temps de rentrer dans le rapport de force contre le groupe UPM qui ne nous prend que pour un coût, on va leur rappeler que sans nous leurs poches sont vides.

 On a vraiment besoin de vous, parlons-nous franchement, si le rapport de force n’évolue pas, sachez-le, c’est nous rendre plus faible pour aller négocier.Annotation 2020-01-07 173342

  Notre vie de salariés (es) est faite de combat, de luttes, de doutes, d’espoir, de défaites, mais surtout de victoires, les pap chap en sont l’exemple parfait, Chapelle Darblay 91 ans et toujours là en route vers ses 100 ans.

 Et si nous sommes encore en vie en 2020, c’est grâce à nos anciens, à leurs combats, à la lutte, comme nous le sommes aujourd’hui, nous devons être tous unis, solidaire et continuer, ne rien lâcher, y croire jusqu’au bout.

00

  Seuls celles et ceux qui sont dans l’inaction ont déjà perdu, ils laissent leur destin entre les mains d’UPM (groupe qui s’en fout de chapelle et de la France, car il se barre), et de notre direction qui a mené ses dernières années le Titanic tout droit sur l’iceberg, faites leur confiance mais venez pas pleurer après.

 Tous conscient de l’enjeu, tous responsables de nos actes.

 Grève le mardi 14 janvier :  

pour notre retraite, on continue, on ne lâche rien,

on ne veut pas de la réforme qui va nous faire travailler plus longtemps et gagner moins,

nous voulons une réforme tirée vers le haut et pas son contraire.

 

Nous appelons à des arrêts de travail de 9h à 15h   

afin que toutes et tous puissiez aller à la manif pour crier haut et fort, de plus en plus nombreux

NON à la retraite à points – on n’en veut pas.

Partager cet article
Repost0

Articles Récents