Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 09:54

Nous reprenons ici un article de l'UL-CGT de Dieppe à propos des dangers du "tout route" auquel incite la loi Macron qui obéit aux injonctions de Bruxelles.  Car ce sont bien les réformes de libéralisation du rail, préconisées par Bruxelles avec l'aval des gouvernements français successifs, qui ont précipité sur les routes des milliers de poids lourds et maintenant des milliers d'autocars, beaucoup plus polluants et beaucoup plus dangereux.  Le trafic du fret  ferroviaire en France, tous opérateurs confondus, a chuté de 31% entre 2003 et 2013.  La loi Macron va jeter des milliers d'autocars sur les routes.  Bien sûr, il est des cas où on l'on ne peut éviter le transport par car et c'était peut-être le cas de cette excursion de personnes âgées.  Mais multiplier les transports par cars et par poids lourds amplifie les risques.  Sans compter les dérégulations successives des règles de transports et de sécurité : tonnage de plus en plus élevé, semi-remorques sur des départementales inadaptées à un tel type de véhicule, travail détaché, cabotage illégal d'entreprises de transports basées dans un autre pays européen ( plus d'une dizaine d'entreprises de transports routiers sont basées en Pologne, souvent des filiales de groupes d'autres pays européens, comme l'Allemagne par exemple ...). Action Communiste

Le danger des milliers d’autocars Macron

Lire l'intégralité de l'article sur le blog de l'UL CGT Dieppe Routes, Service public, Transports routiers 

26 oct. 2015

Le danger des milliers d’autocars Macron

Tout juste une semaine après la Une des Informations-dieppoises (le 16 octobre 2015), et une entière page 3 sur l'ouverture d'une ligne d'autocar Macron entre Dieppe et Paris, le 23 octobre — cassant les prix — l'accident de Puisseguin est venu remettre les pendules à l'heure et refroidir les ardeurs.

Car... et  si la même chose arrivait demain sur la D 915, route particulièrement accidentogène ?

Pas sûr que les 3 personnes interrogées dans ce numéro, se disant prêts à aller à Paris en Bus, répondraient aujourd'hui la même chose ! D'autant que des incidents se multiplient comme cette affaire de conducteur de bus sans permis que la Voix du Nord a révélé hier.

Au lieu d'ouvrir des lignes de bus sur des routes de plus en plus encombrées de semi-remorques et de poids lourds, et de mettre en danger les voyageurs, ne ferait-on pas mieux de développer le chemin de fer ?

 

Lire la suite sur le blog de l'UL-CGT de Dieppe

ptées à un tel type de transport

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 10:55

Accident de Puisseguin : un terrible drame

Lu sur le blog de l'UL CGT Dieppe Transports routiers 

23 oct. 2015

Accident de Puisseguin : un terrible drame

Communiqué de la Fédération CGT des cheminots

Ce matin, un terrible accident s’est produit avec l’entrée en collision d’un autocar et d’un poids-lourd sur la commune de Puisseguin (Gironde).

Nos pensées vont aux victimes, voyageurs et salariés ainsi qu’à leur famille.

A l’heure où ces lignes sont écrites, on ne peut présager de l’enquête en cours et de ses conclusions.

Mais, depuis des mois, les fédérations constitutives de l’UIT (Transports, Cheminots, Equipement, Marins et Officiers de Marine Marchande) alertent les pouvoirs publics -à tous les niveaux- sur les évolutions dans les transports qui sont les laboratoires d’un dumping social féroce, précurseur de la politique «low cost » qui lamine les emplois, les précarise, démantèle les organisations de travail, développe et amplifie la sous-traitance fragilisant toute la chaîne sécurité. Cette politique « low cost » qui se développe de par la précarisation des salariés actifs et retraités, conduit aussi au tourisme « low cost ».

D’ailleurs, la Loi Macron contribue de cette démarche en s’attaquant au socle social du travail, en libéralisant l’autocar en concurrence directe avec le rail –à l’image de ce qui se passe pour le transport de marchandises.

Cette politique du «bas coût» (low cost) … c’est «bas coût» sur les conditions sociales des salariés des transports, sur leurs conditions de travail, sur l’emploi, sur la formation professionnelle et au final sur la sécurité des personnels et des usagers !

La CGT va poursuivre son travail de sensibilisation pour gagner une véritable complémentarité entre les modes de transports dans un concept de multimodalité, un renforcement de la maîtrise publique et du service public répondant à l’intérêt général !

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 13:58

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

277 députés ont voté la partie recettes du budget de la rigueur 2016

Un seul député socialiste a voté contre, 18 députés dits frondeurs se sont abstenus. Ils étaient 47 à montrer leurs muscles en s'abstenant en 2014. Mais comme l'écrit Le Parisien, comment faire autrement quand tous voteront PS aux régionales et que nombre d'entre eux seront même candidats. Côté écolos, 9 députés ont voté pour, 1 a voté contre et 8 se sont courageusement abstenus.

Pour le Fg, avec qui faire l'union au premier tour des régionales du côté du parti du tournesol?  De toute façon, quelle salade politicienne pour constituer des listes.

Un exemple, pour les organisations affilées dans le FG: dans la nouvelle baronnie Auvergne-Rhône-Alpes, le parti de Jean-Luc Mélenchon s'en va avec les écolos contre le PC avec qui il a co-fondé le Front de gauche.

De quoi décourager au premier tour nombre de citoyens des couches populaires et ceux militant pour une politique de justice et de progrès social. Non?

Et au deuxième tour, que feront les listes se définissant à gauche de la gôche, s'uniront-elles au partisans du palais de l'Elysée? Mais ne faut-il pas appeler un chat un chat, et le PS un traitre aux intérêts du vrai monde du travail?

277 députés ont voté la partie recettes du budget de la rigueur 2016

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 13:33

Rouen En Normandie, la grève des avocats continue, malgré les concessions de Taubira

La garde des Sceaux a cédé, mercredi 21 octobre 2015, sur la participation des avocats au financement de l'aide juridictionnelle. En Normandie, la grève des audiences se poursuit.

Mise à jour : 21/10/2015 à 18:34 par Karine Lebrun

Extraits.  Sur Normandie-actu lire l'intégralité de l'article.

90 avocats du barreau de Rouen ont bloqué les accès du palais de justice, en soutien à leurs confrères de Lille (©D.R.).

90 avocats du barreau de Rouen ont bloqué les accès du palais de justice, en soutien à leurs confrères de Lille. (© DR)

Les avocats en révolte contre les projets du gouvernement au sujet du financement de l’aide juridictionnelle, qui facilite l’accès à la justice des plus démunis, font le choix, barreau après barreau, de voter en faveur d’un grève illimitée des audiences.
En Normandie, le barreau de Rouen (Seine-Maritime) et celui d’Évreux (Eure) ont ouvert le bal, lundi 19 octobre 2015. Ils ont été rejoints par le barreau du Havre (Seine-Maritime) qui a décidé d’une grève des audiences jusqu’au 28 octobre 2015, date d’étude à l’Assemblée nationale du budget de la Justice.

[...]

Les annonces de la ministre de la Justice ne changent rien à la donne. « Tant que nous n’avons aucune garantie sur le retrait pur et simple de la réforme de l’aide juridictionnelle, nous maintenons la grève des audiences », indique le bâtonnier du Havre.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 15:26

Signez la pétition pour l'abandon des poursuites et des sanctions disciplinaires contre les 6 d'Air France.

Vous pouvez signer la pétition en ligne en cliquant sur ce lien :

Ou encore en reproduisant le texte de la pétition ci-dessous et en l'envoyant à :


- courrier postal : CGT-Archives 56, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
- fax : 01 40 27 63 66
- courriel : cgt.archives@culture.gouv.fr

Signez la pétition : Levée immédiate des poursuites et procédures disciplinaires à l'encontre des salariés d'Air France

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 15:40

1500 manifestants se sont rassemblés devant le siège du PS à Rouen pour rappeler aux élus PS et au gouvernement Valls-Hollande les promesses trahies et apposer une banderole sur la devanture afin de rafraîchir les mémoires.  Pas trace d'élus du PS, même pas de frondeurs, dans la manifestation, eux qui étaient sinombreux le 1er Mai 2012 ...

Et dans toutes les têtes, il y avait cette insulte lancée par le premier ministre socialiste traitant de voyous les 2000 salariés d'Air France venus manifester contre les licenciements et les conditions de travail aggravées pour tous.  La violence patronale génère la colère.  Elle couve.  Que le patronat, les dirigeants d'entreprises et nos dirigeants politiques ne s'étonnent pas quand elle éclate et se manifeste.

Et les manifestants présents à Rouen étaient en colère.  

1500 manifestants à Rouen contre l'austérité le 8 Octobre 2015

Pascal Morel, secrétaire de l'UD-CGT a pris la parole.  Il dénonça les mesures prises par le gouvernement Hollande en étroit accord avec la finance, le Medef et l'Union Européenne, pour durcir encore davantage la remise en cause des acquis sociaux et de toutes les garanties collectives.  Puis il passa la parole au responsable CGT des territoriaux de Rouen en lutte pour l'amélioration de leur conditions de travail et des salaires, contre la précarisation grandissante. 

Le cortège emprunta ensuite la rue de la République jusqu'à la Préfecture.

1500 manifestants à Rouen contre l'austérité le 8 Octobre 2015
Décidés

Décidés

Déterminés

Déterminés

Dans le cortège salariés du privé  et du public.  Les salariés victimes des fonds vautours et en lutte contre les licenciements et la perte de production industrielle : Chapelle Darblay, Petroplus, Eiffage ( Martot)... D'autres menacées également par la chute de l'industrie en France et les menaces sur l'activité portuaire : Boréalis, Saipol, les dockers.  Les Renault étaient également présents.  Et le commerce avec une belle banderole du printemps portée par des salarié(e)s menacé(e)s par la loi Macron.  Et puis la fonction publique : nombre de territoriaux menacés par la réforme en cours et la précarisation, les hospitaliers, nombreux.  Et enfin une délégation d'étudiants portant une banderole :" Ma salle de cours va craquer".  Au milieu de très nombreux drapeaux de la CGT, on remarquait également  ceux de Solidaires, de FO et de la FSU.

Mais ces délégations nombreuses ne suffisent pas à traduire la colère qui reste encore trop enfermée entre les murs des entreprises et des bureaux et ne se traduit pas par des mobilisations d'ampleur.

Face au carnage et aux attaques gouvernementales tous azimuts les salariés n'ont pas d'autres solutions que se révolter tous ensemble.  Ce serait une illusion de croire que les vautours des multinationales, de la finance et de l'Union européenne vont en rester là.  Chaque contre-réforme et restructuration d'entreprises, chaque perte d'acquis social est la porte ouverte à une aggravation de la situation pour les travailleurs.  Le patronat et l'Union eurropéenne ne s'arrêteront que s'ils trouvent en face d'eux une opposition résolue et massive. Yvette Genestal.

Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen
Les manifestants dans les rues de Rouen

Les manifestants dans les rues de Rouen

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:48

8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe

Sur le blog de l'UL CGT de Dieppe,  Manifestations & actions revendicatives

08 oct. 2015
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe

C'est sous le soleil qu'ont eu lieu le rassemblement de Dieppe, puis la manifestation.

Parmi les 500 manifestants, on notait la présence de nombreuses délégations d'entreprises, comme Cégélec, EDF Paluel et Penly, l'Hôpital de Dieppe, Alpine Renault, Orange, Le Syndicat Mixte du Port, Autoliv, des enseignants du primaire et du secondaire, les professeurs d'éducation physique, les employés territoriaux, etc.

Après une prise de parole de Mathias Dupuis, pour la CGT et d'Isabelle Lavieuville, pour la FSU, le cortège se formait et prenait le quai Henri IV.

Après une halte au rond point des barrières, le cortège s'engageaut pour une boucle dans l'ile du Pollet, puis retour quai HenriIV, la grande rue, la rue Victor Hugo, le boulevard Général-de-Gaulle, et se dispersait à la Sous-préfecture.

Au coeur de la manif, les slogan les plus repris tournaient autour de la revalorisation des salaires, et de l'emploi.

8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
 
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
 
 
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
 
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe
8 octobre 2015: 500 manifestants à Dieppe

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 13:58
RTT: En Suède, on expérimente la journée de 6 heures sans perte de salaire

Trente heures en 5 jours, sans perte de salaire, c'est possible !

Source : Terrafemina.com

Trente heures: C'est désormais le nombre d'heures hebdomadaires qu'auront à travailler les fonctionnaires de Göteborg, à l'est de la Suède.

Déjà championne – tout comme le Danemark – de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, la Suède n'est pas frileuse en matière de décision radicale pour améliorer le quotidien de ses travailleurs.

Alors qu'en France, les gouvernements et les hommes politiques  — ceux qui sont au service des actionnaires et des plus riches —, s'écharpent sur la viabilité des 35 heures, la ville de Göteborg ne s'est pas posée la question a mis en place en 2014 la journée de six heures dans le secteur public et ce, sans baisse de salaire:

  • pour augmenter la productivité de ses fonctionnaires et garantir leur bien-être,
  • mais aussi pour limiter les coûts !

Moins de stress, plus de temps libre

L'expérience s'avère plutôt concluante.

Interrogées par le Guardian , des infirmières passées à la semaine de 30 heures en février dernier sont très enthousiastes. "J'avais l'habitude d'être épuisée tout le temps, quand je rentrais du travail je m'écroulais sur le canapé, raconte Lise-Lotte Pettersson, qui travaille à la maison de soins de Svartedalens, à Göteborg. Mais plus maintenant. Je suis beaucoup plus alerte : j'ai gagné en énergie dans mon travail, mais aussi pour ma vie de famille."

Même constat à l'hôpital universitaire de Sahlgrenska, où chirurgiens orthopédiques font désormais des journées de six heures pour leur bien-être... et celui de leurs patients, la qualité des soins étant bien meilleure depuis que les travailleurs travaillent trente heures par semaine.

"Depuis les années 1990, nous avons davantage de travail et moins de personnel - nous ne pouvons pas faire plus", explique Ann-Charlotte Dahlbom Larsson, chef de soins aux personnes âgées à la maison de soins de Svartedalens. "Il y a beaucoup de maladies et la dépression au sein du personnel dans le secteur des soins sont causés par l'épuisement. Le manque d'équilibre entre le travail et la vie personnelle n'est bon pour personne."

Non seulement bénéfique pour la santé, la journée de six heures a aussi permis de créer des emplois : à Svartedalens, 14 personnes supplémentaires ont été embauchées pour pallier aux journées de travail plus courtes.

Les effets positifs sont tels que le secteur privé s'est aussi mis à la journée de six heures. Dans l'usine Toyota de Göteborg, cela fait treize ans que les salariés – mécaniciens et employés de bureau – l'expérimentent. Et ce, pour leur plus grande satisfaction. "C'est merveilleux de terminer sa journée à midi, commente Sandra Andersson, 25 ans, qui a rejoint Toyota en 2008. Avant d'avoir une famille, je pouvais aller à la plage après le travail. Maintenant, je peux passer l'après-midi avec mon bébé."

Un modèle difficilement exportable ?

Les habitants de Göteborg ont-ils, en réduisant leur temps de travail hebdomadaire, trouvé la solution pour rester en meilleure santé et être plus productif au travail?

C'est ce qu'avance Roland Paulsen, chercheur en administration des affaires à l'Université de Lund.

Interrogé par le Guardian, il explique que réduire les heures de travail va de pair avec une augmentation progressive de la productivité des travailleurs ces quarante dernières années.

"Pendant longtemps, les politiciens ont été en compétition pour nous dire que nous devions créer davantage d'emplois avec de plus longues heures. Le travail était devenu une fin en soi. Mais la productivité des salariés a doublé depuis les années 1970 donc, techniquement, nous avons le même potentiel que si nous que pour une journée où nous travaillerions quatre heures. Reste désormais à savoir comment ces gains de productivité vont être distribués."

À l'heure où le "modèle scandinave" est érigé en exemple par de nombreux personnages politiques, le modèle de Göteborg devrait faire réfléchir. D'autant que, selon les chiffres d'Eurostat et de l'OCDE, la France est championne de la productivité devant l'Allemagne et le Royaume-Uni, avec un taux de 125,5.

Lorsque Philippe Martinez affirme qu'une réduction du temps de travail est incontournable en France pour créer des emplois estimant que parler d'un passage aux 32 heures ne serait "pas une absurdité", il est réaliste.

Alors, le 8 octobre, soyons dans l'action pour l'augmentation des salaires et la réduction du temps de travail !

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 13:45

[Démocratie Kaput 4] Voyez comment l’Europe est sous tutelle

Extraits

Nous reprenons ici, lu sur Les crises une série d'articles sur l'histoire de la mise sous tutelle des peuples européens et de la mort de leur souveraineté.  Une mine pour qui veut rappeler l'histoire de l'UE et se souvenir des trahisons de nos dirigeants, formes nouvelles de collaboration des "élites nationales" et du patronat européen.  Au moment où la Confédération européenne des syndicats, qui a appelé à voter tous les traités, ouvre son congrès à Paris, ce rappel est lourd de signification. Vous noterez que les objectifs fixés en 2015 sont uniquement au service du patronat européen.  Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez sur le titre ci-dessus[Démocratie Kaput 4].AC.

 

Suite du billet sur l’histoire de la mise sous tutelle de l’Europe… de notre dossier Démocratie Kaput :

  1. Comment Bruxelles a mis l’Europe sous tutelle (1992-2005)
  2. Comment Bruxelles a mis l’Europe sous tutelle (2006-…)
  3. Comment Bruxelles a mis l’Europe sous tutelle (Résumé)
  4. Voyez comment l’Europe est sous tutelle
  5. Voyez comment la France est sous administration de Bruxelles
  6. Épilogue

VIII. Europe 2020

Après l’échec lamentable de la “stratégie de Lisbonne”pour 2000-2010 (“faire de l’économie de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale”), l’UE a adopté la stratégie Europe 2020 (source).

[...]

Afin d’atteindre cette ambition, l’UE s’est fixé cinq grands objectifs à atteindre en 2020 au plus tard:

  • porter à 75 % au moins le taux d’emploi de la population âgée de 20 à 64 ans;
  • investir 3 % du produit intérieur brut dans la recherche et le développement;
  • réduire d’au moins 20 % les émissions de gaz à effet de serre, porter à 20 % la part des énergies renouvelables et accroître de 20 % l’efficacité énergétique;
  • réduire le taux d’abandon scolaire à moins de 10 % et augmenter à 40 % au moins le taux de diplômés de l’enseignement supérieur;
  • réduire de 20 millions le nombre de personnes menacées par la pauvreté ou l’exclusion sociale.

Les objectifs de la stratégie Europe 2020 sont également soutenus par sept initiatives phares au niveau européen et dans les pays de l’UE: Union pour l’innovation; Jeunesse en mouvement; la stratégie numérique pour l’Europe; une Europe efficace dans l’utilisation des ressources; une politique industrielle à l’ère de la mondialisation; la stratégie pour les nouvelles compétences et les nouveaux emplois; la Plateforme européenne contre la pauvreté.

Tout ceci figure dans les conclusions du Conseil européen de Bruxelles des 25 et 26 mars 2010.

[...]

IX. Les lignes directrices de 2010

La stratégie Europe 2020 est mise en œuvre à travers six grandes orientations de politiques économiques des États membres et de l’Union (recommandation du Conseil du 13 juillet 2010 ; source) et quatre lignes directrices pour les politiques de l’emploi des États membres (décision du Conseil du 21 octobre 2010 ; source), qui remplacent celles de la stratégie de Lisbonne. Elles ont été adoptées pour 5 ans.

[...]

Les lignes directrices pour les politiques de l’emploi sont :

X. Les lignes directrices économiques de 2015

En juillet 2015, le Conseil a modifié les lignes directrices des grandes orientations de politiques économiques. elles sont désormais pour 2015-2020 : (merci M. Valls)

  1.  favoriser les investissements
  2.  renforcer la croissance par la mise en œuvre de réformes structurelles dans les États membres
  3. éliminer les principales entraves à la croissance durable et à l’emploi au niveau de l’Union
  4. rendre les finances publiques plus viables et plus propices à la croissance

On note que les seuls intitulés sont déjà terriblement néolibéraux. Quelques extraits (24 fois le mot croissance dans ce petit document) :

Il est essentiel que les États membres mettent en œuvre des réformes structurelles ambitieuses, tant sur les marchés de produits que sur le marché du travail, ainsi que dans les systèmes de protection sociale et de retraites [...]

La réalisation de réformes visant à renforcer la concurrence, notamment dans le secteur non marchand, un meilleur fonctionnement des marchés du travail et l’amélioration de l’environnement des entreprises contribuent à supprimer les entraves à la croissance et à l’investissement et à accroître la capacité d’adaptation de l’économie.  [...]

Il est nécessaire de poursuivre les réformes des marchés du travail et des systèmes de sécurité sociale afin de promouvoir la croissance et l’emploi, tout en garantissant l’accès de tous à des prestations et services sociaux de grande qualité, abordables et durables. Les actions menées dans le domaine des réformes des marchés du travail, par exemple les mécanismes de fixation des salaires et l’augmentation des taux de participation, devraient l’être conformément aux orientations plus détaillées contenues dans les lignes directrices pour l’emploi. [...]

Il convient de poursuivre le processus de réforme et d’intégration des marchés des produits pour permettre aux consommateurs et aux entreprises de l’Union de bénéficier de prix plus bas et d’un choix plus vaste de biens et de services. L’intégration plus poussée des marchés ouvre aux entreprises un marché nettement plus grand que leur marché national, ce qui leur offre des possibilités d’expansion supplémentaires. L’amélioration de la compétitivité et de l’intégration des marchés de produits stimulera également l’innovation et peut aider à s’adapter et à réagir plus rapidement aux bouleversements économiques, tant dans les différents États membres que dans l’ensemble de l’Union. [...]

Il est essentiel de poursuivre l’intégration du marché unique, notamment d’éliminer les entraves qui subsistent, d’accroître la concurrence et d’améliorer l’environnement des entreprises afin que l’Europe reste attrayante pour les entreprises, tant nationales qu’étrangères. Il est nécessaire, pour reculer les limites de la productivité en Europe, d’accroître l’innovation et la formation du capital humain [...]

Un secteur financier performant est essentiel pour le bon fonctionnement de l’économie.  [...]

Il est nécessaire de prendre des mesures pour mettre en place un marché durable de la titrisation en Europe, ce qui contribuera à améliorer la capacité de financement effective des banques de l’Union. Il est nécessaire de créer une véritable Union des marchés de capitaux en exploitant l’acquis du marché unique des services financiers et des capitaux. [...]

Les politiques budgétaires doivent être menées dans le respect du cadre fondé sur les règles de l’Union, notamment le pacte de stabilité et de croissance, complété par des dispositions budgétaires nationales saines. [...] Les États membres de la zone euro sont invités à continuer de suivre de près et d’examiner la situation budgétaire globale de la zone euro, y compris l’orientation de l’action budgétaire.

Le passage à une fiscalité plus propice à la croissance, dans le respect du pacte de stabilité et de croissance, peut contribuer à remédier aux inefficacités du marché et à jeter les bases d’une croissance soutenue et de la création d’emplois.  [...] L’efficacité du système fiscal pourrait être améliorée par un élargissement des assiettes fiscales [...]

 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 09:18

Les taux de remboursement des médicaments vont-ils se réduire encore ?

UL CGT Dieppe Sécurité sociale

27 sept. 2015

Les taux de remboursement des médicaments vont-ils se réduire encore ?

L'Agence fédérale d'information mutualiste (AFIM) publie, dans sa livraison du 24 septembre 2015, un article inquiétant intitulé: "Médicaments: vers la remise à plat des critères d'évaluation".

Dans cette article l'Afim annonce que si Dominique Polton, la responsable du groupe de travail sur l'évaluation des médicaments, n'a pas encore rendu son rapport à la ministre de la santé Marisol Touraine, les "évolutions " qu'il préconise sont d'ores et déjà connues.

En fait, sous prétexte d'accroitre "la transparence, la rigueur, la reproductibilité des évaluations", et de créer un indicateur unique, il s'agit de créer les conditions pour justifier le déremboursement d'un nombre plus important encore de médicaments.

Rembourser une partie des médicaments à un taux unique, qui se situerait "autour de 60%", et dérembourser ceux qui ne sont remboursés aujord'hui qu'à 15%, serait un des scénarios proposés dans le projet final du rapport sur l'évaluation des médicaments.

Attention: la suppression du taux à 15%, aurait pour conséquence le déremboursement total de ces médicaments !

En effet, les mutuelles ne peuvent que complémenter un remboursement préalable de la Sécurité sociale. Un médicament qui n'est plus remboursé par la sécurité sociale ne sera donc plus remboursé du tout par les complémentaires !

On voit l'effet désastreux que le déremboursement des médicaments — (prétendument) "de confort" — provoque sur le pouvoir d'achat des patients à qui les médecins continuent de les prescrire. C'est 20€ à 30€, par mois et par traitement, que les patients doivent débourser sans remboursement pour, par exemple, les traitements de l'arthrose, ou des hémoroïdes, car ils ne seraient que des médicaments "de confort".  

Les maladies chroniques (ALD) continueraient, elles, — mais jusqu'à quand ? — à bénéficier d'un taux de prise en charge à 100%.

La "simplification" c'est contre vous !

Pour Dominique Polton, il s'agirait du "shéma le plus rationnel" pour "simplifier"  le système — toujours la simplification ! — et le rendre "plus cohérent" (avec quoi ? sans doute avec l'austérité !). Il présenterait également "l'avantage d'aligner la France sur la très grande majorité des pays européens", c'est à dire donc sur les pays où la sécurité sociale est la moins sociale. Où est donc l'avantage pour les assurés sociaux en France ? Nulle part !

Mais pourquoi font-ils cela ? Parce qu'il y a un tabou !  Celui des ressources de la Sécurité sociale.

Les gouvernements successifs ne cessent de réduirent ces ressources. Les exonérations de cotisations patronales (que les puissants appellent "les charges") atteignent aujourd'hui des niveaux gigantesques. Les 50 milliards du fameux "Pacte de Responsabilité" assèchent ces ressources, et tout est mis en oeuvre pour mettre en place et justifier de désastreuses restrictions, qui n'ont comme effet que de transférer les charges sur le malade !

Le dossier est si sensible que le gouvernement, que, s'il ne dément pas le projet, déclare qu'une telle réforme ne serait pas inscrite dans son agenda. Interrogé le 8 septembre sur Radio Classique, sur les différentes pistes proposées par Dominique Polton, la ministre de la Santé a indiqué que le remboursement n'était "absolument pas" le sujet du rapport quelle a commandé en début d'année. En effet, le gouvernement marche sur des charbons ardents !

Toujours est-il que les liquidateurs de la Sécurité sociale continuent leur sale boulot.

Si on ne les stoppe pas, leur travail de démolition n'aura jamais de fin !

D'où l'importance pour les salariés et les retraités de se mobiliser fortement et rapidement ! Et de mettre toutes leurs revendications dans la balance, car, on le voit bien, tout a des incidences sur leur pouvoir d'achat: blocage des salaires et des pensions, hausse de la TVA, pacte de responsabilité, hausse des impôts, déremboursements de médicaments, etc.

Retraités, le 1er octobre rassemblez-vous et manifestez votre mécontentement avec 9 de vos organisations CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, FSU, SOLIDAIRES. FGR-FP, LSR et UNRPA:

A Dieppe, rendez-vous le jeudi 1er octobre à 10h30 place Louis Vitet

Actifs, jeunes, retraités, rassemblez-vous et manifestez votre mécontentement à l'appel des syndicats CGT, FSU, FO, et Solidaires: le 8 octobre

Partager cet article

Repost0

Articles Récents