Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 10:24
Les CRS interviennent, près de Rouen - Les militants laissent un message sur la route :"Nous reviendrons.  49-3"

Les CRS sont intervenus, vendredi 20 mai 2016, pour déloger les manifestants qui bloquaient les dépôts de carburant Rubis, au Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime).

Mise à jour : 20/05/2016 à 20:42 par La Rédaction sur Normandie-actu. Extraits

 

Un dépôt de carburant du Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), évacué sous la pression des forces de l'ordre, vendredi 20 mai 2016. (photo ©CD/Normandie-actu)

Un dépôt de carburant du Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), évacué sous la pression des forces de l'ordre, vendredi 20 mai 2016. (photo ©CD/Normandie-actu)

Les militants anti-loi Travail qui bloquaient des dépôts de carburant près de Rouen (Seine-Maritime), ont été évacués sous la pression des forces de l’ordre. En milieu d’après-midi, vendredi 20 mai 2016, une quinzaine de fourgons de CRS se sont d’abord rendus à l’église Saint-Nicaise de Rouen, avant de partir vers les dépôts Rubis Terminal, au Grand-Quevilly. Une source judiciaire confirme l’opération d’évacuation des piquets de grève.

()

Vers 16h30, les policiers bloquaient l'accès au terminal Rubis au Grand-Quevilly. (photo ©EA/Normandie-actu)

[...]

« Une évacuation dans le calme »

Sous la pression de nombreux CRS déployés autour du barrage, près de la première entrée du dépôt, les militants ont quitté le point de blocage.
Le second point de blocage, rue de l’Ancienne Mare au Petit-Quevilly, a été évacué en début de soirée, sans toutefois recourir à l’usage de la force. Dans un communiqué, la préfecture indique que l’opération s’est déroulée sans heurt :

[...]

Les militants ont cependant laissé sur la route un message : « Nous reviendrons. 49-3. »

Une fumée noire visible à plusieurs kilomètres

Lors de l’intervention des CRS, une importante fumée noire était visible à des kilomètres dans l’agglomération de Rouen. Une fumée déclenchée par les grévistes pour prévenir de l’intervention imminente des forces de l’ordre.
En début d’après-midi, les syndicats de la raffinerie Total de Normandie, à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre (Seine-Maritime), ont voté l’arrêt de l’usine. L’arrêt et le redémarrage devrait prendre plusieurs jours.[...]

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 17:14
UD-CGT 76 - Loi Travail - Ni amendable, ni négocialble - Vous avez dit essouflement ???!!!  Mon oeil !!!

Lu sur le site de l'UD-CGT 76 dans Infos Luttes

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 08:59

La lutte paie à la clinique Mathilde.  Les salariés sortent vainqueurs du combat mené avec la CGT.  Le PDG a accepté jeudi soir :

- 160 euros nets avec la salaire de Mai

- 750 euros nets avec le salaire de Juin

- augmentation mensuelle pour tous de 50 euros nets

- paiement des jours de grève

- pas de sanctions

- promesse d'embauches

La CGT doit signer aujourd'hui.

Les salariés ont su s'inscrire dans les mobilisations interprofessionnelles en cours pour faire basculer le rapport des forces en leur faveur.

Une vraie joie de saluer une telle victoire. 

AC

Rouen : les salariés en grève de la clinique Mathilde obtiennent « une totale satisfaction »
Publié le 19/05/2016 á 23H03 sur Paris-Nie
 

Ils étaient tout contents hier en fin de journée. Au sortir d’un entretien avec leur PDG, les personnels grévistes de la clinique Mathilde assuraient de leur « totale satisfaction ». Et pour cause. Avec 50 € nets d’augmentation par mois, une prime annuelle de 750 € versée en juin et 160 € de plus dès le mois de mai, ils ont été plus qu’entendus. « Il nous a même dit que nous avions eu raison de faire grève », rapporte Corinne Larose, déléguée CGT encore toute étonnée d’avoir aussi obtenu le paiement de ces deux journées. De mémoire de syndicaliste, voilà un bail que de telles revendications avaient obtenu satisfaction...

Primes et salaires à la hausse

Outre ces augmentations, les personnels en grève, soit un quart des 400 salariés de la clinique, réclamaient une plus grande reconnaissance de leur travail et le recrutement de personnel « pour alléger nos charges de travail », expliquait hier matin Corinne Larose. L’affaire est aussi entendue, le PDG ayant satisfait cette demande. Il n’aura donc fallu que deux jours de grève, entamée mercredi, et le soutien visible des passants, patients, ambulanciers et visiteurs pour arriver à obtenir satisfaction.

« La santé, vous imaginez, ça parle à tout le monde », faisaient entendre des personnels en grève. Il s’avère que « la clinique est passée de 80 à 130 interventions par jours. Il y a eu une augmentation du nombre de chirurgiens mais, derrière, ça n’a pas suivi »,assuraient les personnels depuis deux jours. Le directeur de l’établissement confirmait cette hausse d’activité « mais surtout le traitement de pathologies plus lourdes comme les cancers », impliquant des séjours plus longs.

Ainsi, toutes les professions se sont senties concernées par ce mouvement qu’il s’agisse du personnel soignant comme les infirmièr(e)s ou sages-femmes mais aussi administratif. « Car la hausse d’activité impacte tout le monde », poursuivaient les salariés. L’argument a donc bien été entendu. Et dès hier soir, la clinique retrouvait son calme.

Durant ces deux jours, même si « un service minimum a été maintenu », une centaine d’interventions par jour ont été reportées.

P. B.

p.bertrand@presse-normande.com

Partager cet article
Repost0
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 07:28
Le Havre : la CGT reconduit la grève pour 24 heures

A l'issue de la manifestation de ce jeudi, contre la loi El Khomri, l'Union syndicale CGT du Havre (Seine-Maritime), réunie en assemblée gérale, a décidé de reconduire la grève pour une durée de 24 heures.

  • Par Jean-Luc Drouin sur FR3 Normandie
  • Publié le
 
© France 3 Normandie
Partager cet article
Repost0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 14:48

Photos reportage - Manifestation à Rouen

 

Photos Y.G.

Photos Y.G.

Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.
Photos YG.

Photos YG.

3e jour de mobilisation contre la loi Travail ce jeudi 19 mai. La ville du Havre est paralysée par les diverses actions en cours. Le centre-ville, lui, est vide 

  • CL
  • Publié le sur Fr3 Normandie
 

Un barrage, posté devant Exxon Mobil, empêche tout approvisionnement en carburant à Notre-Dame de Gravenchon © France 3 Baie de Seine

© France 3 Baie de Seine Un barrage, posté devant Exxon Mobil, empêche tout approvisionnement en carburant à Notre-Dame de Gravenchon

 

La mobilisation se poursuit au Havre, contre la loi Travail. 
Les manifestants ne relâchent pas la pression et entament une 3e journée d'action. 
Le Havre a même pris des allures de ville morte. 

Ce jeudi 19 mai, 26 points de blocage sont recencés dans l'agglomération havraise, d'après la préfecture de la Seine-Maritime. 
La circulation dans le centre-ville reste très difficile dans certaines zones. 

Le port maritime poursuit son mouvement social. 
L'accès à la zone industrielle reste toujours impossible, notament au pont 8, qui fait face à l'entreprise Aircelle.[...]

La suite sur Fr3 Normandie

L'accés au centre ville du Havre (Seine-Maritime) a été bloqué par les opposants à la loi El Khomri. Les dockers du Havre ont rejoint les manifestants dans la matinée

  • Par Jean-Luc Drouin
  • Publié le , mis à jour le
© France 3 Normandie

© France 3 Normandie

 
Forte mobilisation dans la région du Havre à l'appel de l'inytersyndicale CGT-FO.

Ce jeudi, dès le début de la matinée on dénombrait une trentaine de barrages dans l'agglomération. Notamment devant les raffineries Total de Gonfreville l'Orcher et Exxon Mobil à Notre-Dame de Gravenchon (Seine-Maritime).

Les transporteurs routiers ont également bloqué le carrefour de la Brèque à l'entrée du Havre.
17.000 manifestants, 5.000 selon la police, participent au défilé havrais.
La mobilisation se poursuit. 

Entre 2 000  et 5 000 personnes (selon les sources) se sont rassemblées ce jeudi matin à 11 heures, pour une nouvelle marche de contestation à travers la ville 

  • CL
  • Publié le
 

La marche est partie de la Place Carnot, Rive Gauche, pour rejoindre la préfecture, sur la Rive Droite © France 3 Normandie

© France 3 Normandie La marche est partie de la Place Carnot, Rive Gauche, pour rejoindre la préfecture, sur la Rive Droite

Les manifestants entament leur 7e journée de mobilisation en 2 mois
A Rouen, un rassemblement était organisé à 11 heures au départ de la place Carnot, sur la rive gauche. 
Syndicats et étudiants étaient sur la même longueur d'onde lors de cette marche dans les rues de la ville, jusqu'à la préfecture : le but est de montrer qu'ils ne lâchent rien. 

 

Rubis n'en a pas fini

Les salariés souhaitent en effet "taper là où ça fait mal" afin d'être entendus. 
Les étudiants eux, entendent durcir le mouvement, en restant toutefois, pacifistes. 

Sur la zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen, le terminal pétrolier Rubis est toujours hors d'accès
Là même où sont stockées les réserves de carburants destinées à la distribution vers l'agglomération rouennaise. 

Tous sont conviés à rejoindre les autres groupes de manifestants au terminal Rubis, en début d'après-midi. [...]  Lire la suite sur Fr3 Normandie

Partager cet article
Repost0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 22:46

Seine-Maritime et Eure - Les Rendez vous du 19 Mai déjà programmés :
 

Rouen 10 h 30 Cours Clemenceau
 

Dieppe 10 h 30 devant la Gare
 

Le Havre 11h00 Franklin
 

Evreux 10h00 au Bel Ebat
 

Fécamp 14 h 30 espace Dunant
 

Lillebonne 14h15 théâtre romain

Seine-Maritime et Eure - Pour le retrait de la loi Travail - Manifestations et rassemblements du 19 Mai 2016
Seine-Maritime et Eure - Pour le retrait de la loi Travail - Manifestations et rassemblements du 19 Mai 2016
Partager cet article
Repost0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 22:29

Sur Normandie-actu

[...] L’intersyndicale FO et CGT d’ExxonMobil a voté en faveur du blocage du dépôt de carburant du groupe pétrolier situé sur la zone industrielle de Port-Jérôme, près du Havre (Seine-Maritime), à compter du jeudi 19 mai, à 6h30.
« Depuis les blocages de la raffinerie Total, à Gonfreville-l’Orcher, c’est notre dépôt qui alimente le marché. Nous ne souhaitons pas que cette situation perdure », peste le représentant FO, Reynald Prévost.

[...]

 

L’intersyndicale entend maintenir le blocage « jusqu’à disparition totale de la loi El Khomri » :

"Nous avions en tête l’idée d’un blocage sans parvenir vraiment à nous décider mais face à l’intensification du mouvement de grève et à l’entêtement du gouvernement, nous choisissons d’entrer à notre tour dans la danse."
Partager cet article
Repost0
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 21:43

Deux usines de papier toilette et essuie-main du suédois SCA étaient en grève, totale pour l'une, partielle pour l'autre, ce jeudi dans l'Eure et en Seine-Maritime, pour protester contre la suppression de 214 postes, selon la CFDT. (134 à Saint-Etienne du Rouvray et 80 à Hondouville)

  • Avec Jean Luc Drouin et l'AFP
  • Publié le
 

Manifestation des salariés 

L'usine de Saint-Etienne-du Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen, était "totalement à l'arrêt", selon le syndicat et la direction. 134 postes sur 259 vont y être supprimés, en 2017, selon la CFDT, 130 sur 260 selon la direction.

Lire l'intégralité de l'article ci-dessous.

Qui est SCA ?

Svenska Cellulosa Aktiebolaget (SCA) est un groupe international suédois fondé en 1929 qui fabrique des produits d'hygiène et forestiers. L'entreprise a un chiffre d'affaires de 11 milliards de € en 2014.

Ses filiales françaises SCA Hygiene Products et SCA Tissue France exploitent actuellement les marques de produits Lotus, Okay, Demak-up et Tork, et les produits d'hygiène Nana et Tena. Tout le monde connait ces marques.  On les trouve dans tous les hypermarchés en France.  Le groupe fabrique et commercialise également du papier d'impression (SCA Graphic paper) et du bois massif pour la construction et la fabrication de meubles (marque PLF).

 

Le jeu de Monopoly de la multinationale

SCA possède actuellement six usines en France.

C'est aussi un groupe installé sur tous les continents et partout en Europe (Belgique, France, Allemagne, Danemark, Espagne, Pologne, Slovaquie, Russie, Suède, Pays-Bas, Royaume-Uni).  La stratégie affichée du groupe semblait être de produire près de ses lieux de vente.  Que signifie alors ces suppressions d'emplois ? S'agit-il d'un changement de stratégie ?

 

Processus de désindustrialisation

Ces 20 dernières années le groupe a supprimé plus de 2000 emplois en France.  Et pourtant le groupe est extrêmement rentable et reste leader sur tous ses marchés en France et en Europe.  Dans ces conditions que signifie la suppression d'emplois ? 

En 2014 le groupe écrivait dans son rapport annuel avoir dégagé le profit opérationnel le plus élevé de son histoire.  En 2015 ce même profit s'accroit encore de 10%!

 

Sources : Nous avons utilisé Wikipédia, le tract intersyndical distribué ce matin, jeudi 12 mai 2016, sur le boulevard industriel de l'agglomération rouennaise et le site du groupe SCA.

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 22:21

Jeudi 12 mai, se déroulera une journée d’action dont le principe a été retenu depuis plus d’une semaine.

L’intersyndicale interpellent les parlementaires

 

au Havre, 11 heures, Rassemblement Hôtel de ville (côté centre des impôts)

à Dieppe

et à Déville-les-Rouen, 11 heures, à la permanence de Valérie Fourneyron (PS)

sur FR3

Sept syndicats de salariés, lycéens et étudiants appellent à des manifestations contre l’adoption de la loi travail, ces prochains jours. La première aura lieu ce jeudi 12 mai devant les permanences des parlementaires. 

  • Avec Raphaël Deh et l'ANI
  • Publié le ,
 

Archive © Droits réservés

© Droits réservés Archive

 
Réactions motion de censure



VIDEO : le reportage de Raphaël Deh et Bruno Belamri, avec les interviews de : 


Devant les permanences des parlementaires 

Jeudi 12 mai, se déroulera une journée d’action dont le principe a été retenu depuis plus d’une semaine. L’intersyndicale a appelé à manifester devant les permanences de parlementaires au Havre, à Dieppe et à Déville-les-Rouen à la permanence de Valérie Fourneyron (PS) qui devaient se prononcer sur le texte avant la fin du mois.

"Les députés devaient être alertés avant leur vote sur les dangers de ce texte. Mais ce n’est pas parce que le 49-3 s’impose que le combat s’arrête. On continue d’exiger le retrait", explique Pascal Morel. 

Les "Nuit debout" aussi 

Une autre manifestation officiellement indépendante de l’intersyndicale est également prévue jeudi à Rouen en fin de matinée à l’initiative notamment des “Nuit debout“. Là encore les manifestants demanderont le retrait pur et simple du texte controversé. "Nuit debout vient en complément des demandes des syndicats. On espère seulement qu’il n’y aura pas de débordements de la part des manifestants ni de provocations des forces de police" s’inquiète Pascal Morel.
La remarque s’impose dans un contexte où "confronté à l’autoritarisme du gouvernement il devient de plus en plus compliqué d’avoir des cortèges calmes". 

Des manifestations les 17 et 19 mai

En Normandie, compte tenu de la "colère des salariés et les jeunes" l’intersyndicale espère une forte mobilisation dans les entreprises les 17 et 19 mai, indique Pascal Morel, secrétaire de l’UD-CGT de Seine-Maritime.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 12:38
Sur Fr3 Normandie
Le Havre : une unité de l'hôpital psychiatrique menacée de fermeture

Faute de personnel, le pavillon Equinoxe qui accueille, 24/24, des jeunes atteints de troubles psychiatriques pourrait fermer et être transformé en hôpital de jour. 

  • DM avec Hervé Guiraodoux
  • Publié le

© France 3 Baie de Seine

© France 3 Baie de Seine

Le pavillon Equinoxe de l'hôpital psychiatrique du Havre est une structure qui accueille jour et nuit des adolescents de 12 à 17 ans en souffrance psychique ou qui présentent des troubles psychiatriques graves. 
Suite à un congé maternité et à un arrêt longue maladie, il ne reste plus qu'un médecin à temps partiel dans ce pavillon. 
Faute d'une présence médicale suffisante, la structure pourrait être transformée en hôpital de jour le 1er juin prochain. 
Dans cette hypothèse, et selon un élu au CHSCT, les mineurs pourraient être transférés le soir dans des pavillons qui accueillent des adultes souffrant de graves troubles psychiatriques. 

 

Une pénurie de médecins psychiatriques au Havre 

De son côté la direction dément cette fermeture. Les enfants devraient être pris en charge dans d'autres services qui accueillent des adolescents. Par ailleurs, elle dit chercher activement les médecins psychiatriques qui font défaut au Havre. Trois d'entre eux devraient être recrutés prochainement. 
 

Les actions des salariés 

Après un courrier adressé à la ministre de la santé et des rencontres avec les députés, les salariés ont investi lundi soir (9 mai) le conseil municipal du Havre afin de se faire entendre.

 

Voir la vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous

VIDEO : le reportage d'Hervé Guiraodoux et Jérôme Bègue, avec les interviews de : 

  • Yann Adret, élu au CHSCT - Syndicat SUD 
  • Laurence Biard, directrice du pôle santé mentale de l'hôpital du Havre
Partager cet article
Repost0

Articles Récents