Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 10:53

Mis en ligne le 12/12/2015

 

 

"Le choc", titraient lundi le Figaro et l'Humanité.

Le FN est devant l'Union des droites et le PS, la seconde droite, dans 6 régions. En Normandie il rassemble plus de 27% des suffrages exprimés, derrière la droite et devant le PS largement distancé.  Aucune manifestation anti-FN n'a pu l'empêcher.

Il profite du désarroi des Français et surfe sur un discours anti-immigré et les peurs générée par les attentats. Il capte les voix de ceux dont la vie bascule, bousculée par la crise et les politiques européennes. Rien de tout cela n'était imprévisible.

 

Les salariés, les privés d'emploi, ne peuvent rien attendre ni du FN, ni du PS, ni de la droite.

 

Le PCF-Front de gauche, " un vent de colère, un souffle d'espoir" obtient la confiance de plus de 7% des électeurs en Normandie, plus de 10% en Seine-Maritime. Le PS, autoproclamé "Union de la gauche", subit un réel recul et la droite progresse moins qu'elle ne l'espérait.

Le plus grand parti de France est encore une fois celui des abstentionnistes, des votes blancs et nuls. Réunis, ils sont majoritaires. Ce qu'occultent les analystes, c'est qu'une majorité de Français ne veulent plus ni des socialistes, ni de la droite, c'est-à-dire des partis politiques qui soutiennent la politique d'austérité européenne, ceux qui ont voté pour la "concurrence libre et non faussée", pour les "réformes" voulues par Bruxelles, les deux partis qui en Normandie étaient soutenus par le MEDEF local et national. Les Français et les Normands, quelle que soit la manière dont ils l'expriment ne veulent plus de la politique dictée par Bruxelles et mise en oeuvre par les gouvernements successifs.

 

Beaucoup ne croient plus pouvoir peser sur les décisions politiques puisqu'au bout du compte ils sont appelés à voter pour des partis qui restent sourds à leurs demandes. C'est ainsi que le système électoral privilégie les unions factices de second tour et les deux grands partis européistes. Le suffrage universel est détourné au profit du PS et de la droite. C'est le système instauré par De Gaulle et prorogé par Mitterrand. Pour l'un comme pour l' autre, il s'agissait écarter, de marginaliser les communistes.

Seules les élections à la proportionnelle intégrale permettent de représenter tous les courants d'opinion. Et c'est bien pour préserver leur pouvoir, celui du Capital et de l'Union Européenne que le PS et la droite ont opté pour le bipartisme.

 

Aucune des listes du deuxième tour ne peut représenter les électeurs ouvriers et salariés. Aucune ne soutient les luttes des salariés contre les licenciements, pour l'augmentation des salaires, contre la course à la compétitivité dans les entreprises, contre la suppression des postes dans la fonction publique. Ni la droite, ni le FN, ni le PS. Aujourd'hui le FN rêve de profiter du système et ne met plus en avant la proportionnelle. De plus, il a mis une sourdine à ses revendications anti-européennes. Seul le pouvoir l'intéresse. Les socialistes en place n'ont rien fait pour s'opposer à la fermeture de Petroplus, aux licenciements à Chapelle Darblay et aujourd'hui aux licenciements des Sidel. Pire, après la droite ils votent des lois anti-salariés les unes après les autres : destruction du code du travail, travail du dimanche, allongement du temps de travail et de l'âge de la retraite... Ils appellent à la chasse aux militants syndicaux ou associatifs et les traînent devant les tribunaux. Sans compter leur action à Bruxelles : accord sur le travail détaché, sur le traité transatlantique ...

 

C'est pourquoi le PCF-Front de gauche ne peut prétendre représenter les intérêts des salariés en s'alliant, sur la même liste, aux socialistes et aux Verts. C'est donner à peu de frais une caution de gauche à un PS qui n'est plus à gauche depuis longtemps. C'est certainement une déception pour nombre d'électeurs communistes.

 

Les électeurs réellement de gauche savent ce qu'ils ont à faire. Nous ne prétendons pas leur dicter leur comportement. Nous donnons notre point de vue.

Aucune homme ou femme vraiment de gauche, aucun salarié ou ouvrier, aucun privé d'emploi n'a intérêt à voter ni pour le FN. Nicolas Bay, ni pour le socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, ni pour le candidat de la droite Hervé Morin.

C'est seulement en construisant des luttes unitaires pour la paix et contre l'OTAN, contre TAFTA et l'Union européenne, contre l'austérité et Bruxelles qu'ils pourront se faire entendre.


Action Communiste, 11 décembre 2015

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 18:20

A l'occasion des élections régionales, le MEDEF normand a récemment invité les têtes de file de deux partis politiques à débattre en son sein.
Pourquoi seulement "les républicains" et le parti socialiste?

D'abord parce que, pour le MEDEF, les partis politiques n'ont de valeur que s'ils servent celles du CAC 40.
Ensuite, et à partir du critère précédent,  parce que le souci de rentabilité immédiate pousse les patrons à jouer les favoris en fonction de la cote ( les sondages) et du terrain ( la région).
Enfin parce qu'il faut bien sauver un tant soit peu la prétendue indépendance syndicale  en donnant l'impression qu'on ne met pas tous ses œufs dans le même panier.

Cela étant, Hervé Morin et Nicolas Mayer Rossignol se sont livrés à un face à face dont la presse et le MEDEF ont relevé la courtoisie mais déploré le manque de vigueur!
 Bref, on était loin du combat de classe qui vous contraint parfois à " tomber la chemise".

Il est vrai que la contreverse était quasiment impossible pour qui sait que le programme des deux candidats est foncièrement favorable au patronat à qui ils promettent des subventions en échange de créations d'emploi qui ne voient jamais le jour.

Le pouvoir régional étant par ailleurs inopérant dans le domaine sociétal - qui est pouratnt le champ de bataille privilégié de ces deux partis  au détriment des problèmes sociaux - le débat ne pouvait que tomber dans la monotonie.

Le représentant du MEDEF a toutefois tenu à signaler qu'il y avait des aspects positifs dans chacun des deux programmes respectifs. Sous entendu, que le meilleur des deux gagne au premier tour des éliminatoires, il sera bien temps de faire un choix lors du deuxième tour.

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 18:15
Vidéos : Manifestation de soutien aux ouvriers d'Air France à Bobigny.  300 militants de Seine-Maritime y participaient à l'appel de la CGT
Vidéos : Manifestation de soutien aux ouvriers d’Air France à Bobigny
Publié le 03/12/2015 par Solidarité ouvrière
 

Vidéos du rassemblement du 2 décembre devant le tribunal de Bobigny en solidarité avec les ouvriers d’Air France face à la répression antisyndicale.

Dans la première vidéo, à 5'50", l'intervention de Pascal Morel, secrétaire de l'UD-CGT 76 débute bientôt.

ICI, en fin de video, l'intervention de Pascal Morel, secrétaire de l'UD-CGT 76

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 18:07

Jusqu'aux attentats terroristes du 13 novembre, personne n'imaginait que les élections régionales étaient de nature à pouvoir endiguer la vague abstentionniste des scrutins précédents. Au contraire, chacun s'attendait à un profond désintérêt. En effet, quand beaucoup de Français ont encore du mal à s'habituer au tracé des frontières régionales, la plupart d'entre eux est incapable de démêler, dans l'écheveau des stuctures territoriales, quels sont les attributions et les rôles respectifs des communes, des métropoles, des départements et des régions. Pour désorienter un peu plus l'électeur potentiel, s'ajoute à cela le fait que le mode de scrutin aux élections régionales diffère de celui des municipales et des départementales.

Par ailleurs, au delà des intérêts politiciens des partis et des ambitions personnelles qu'il suscite, l'enjeu des élections régionales n'apparaît pas clairement aux yeux des Français: ils savent que l'austérité dont ils souffrent découle des décisons prises à Bruxelles et du gouvernement, que le pouvoir régional sera quasiment incapable d'accroître les emplois, d'améliorer quelque peu leurs conditions de vie et de leur assurer plus de sécurité. En quelque sorte, ils savent que les pouvoirs locaux ne sont que des pouvoirs low cost!

En fin de compte, il n'y a pas de quoi susciter un quelconque intérêt nouveau chez les électeurs lassés des promesses électorales alternativement non tenues par une droite rebaptisée mais inchangée et par un PS qui après avoir prétendu vouloir " changer la vie" a changé d'avis et applique la même politique que la droite.

Or, si l'on en croit les médias et les sondages, tout a changé depuis le 13 novembre. François Hollande, jusqu'alors réputé hédoniste en privé et prudent conciliateur de tendances en public, serait subitement devenu un " tigre à la Clémenceau". Hier encore " capitaine de pédalo" aux yeux des siens, il serait miraculeusement promu " grand timonier" par l'opinion publique.

L'état de guerre proclamé et l'état d'urgence instauré ont certes conféré provisoirement une nouvelle stature au chef de l'état. Sa cote et celle de son premier ministre s'en trouvent sensiblement améliorées et F. Hollande compte bien entretenir ce climat favorable pour redorer son blason dans la perspective de la présidentielle future et pour limiter la casse dont pourrait être victime le PS aux régionales prochaines.

En entretenant la légitime émotion populaire et le climat d'insécurité actuels , le chef de l'état qui a déjà fait opérer un virage à 180 degrés à sa politique étrangère, entend étouffer la campagne électorale et les problèmes politiques de fond. De plus, il veut accroître la crainte du FN dans l'espoir de ranimer la tactique usée du "front républicain" à l'occasion de deuxième tour. Si la ficelle est un peu grosse, elle est en outre indécente. Se servir d'un deuil national à des fins bassement électoralistes relève de procédés honteux.

 

Michel Barrière
 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 18:34

Lionel Houck nous a quitté et un hommage lui sera rendu au crématorium d’Évreux demain jeudi 3  Décembre à 9h 15.  Le dépôt des cendres  se fera à 16h,  le3 Décembre, au jardin des souvenirs au cimetière de Cléon.
Lionel était malade depuis longtemps.  Il en parlait peu.  Depuis quelque temps, quoique très attaché à la CGT et aux luttes menées,  nous ne le voyions plus aux manifs.  Il ne pouvait plus.
Militant ouvrier, membre de la CGT et de la section Renault du PCF, je le connaissais depuis longtemps.  C’était un militant très actif, toujours au premier rang des luttes, n'hésitant pas à prendre des risques.

En désaccord profond avec la politique développée par Robert Hue avec la mutation, il a été depuis le début à nos côtés.  D'abord au PCF à la croisée des chemins, puis à Action communiste.  Il avait depuis quelque temps pris ses distances avec Action Communiste et rejoint le NPA. C’est ainsi.
Mais il est toujours resté fidèle à ses idées, droit, exigeant avec lui-même comme avec ses camarades.  C'était un militant de la classe ouvrière, un militant de toutes les initiatives, un militant de tous les jours. 
Ce qui comptait avant tout, c'était la lutte de classes.  C'était Lionel.
Et dans les manifs, nous le chercherons encore à côté du camion bleu.

Quand on pense à Lionel, on pense aussi à Danielle, sa femme, qui nous a quitté il y a déjà plusieurs années.  Lionel, comme Danielle, était très attaché  à ses enfants et petits-enfants. Un père et un grand-père comme ça, ces derniers peuvent en être fiers.   J' adresse à la famille de Lionel, au nom de mes camarades d'Action Communiste et de moi-même, nos très sincères condoléances. 

 

Yvette Genestal
 

Lionel, le 18 mars 2014

Lionel, le 18 mars 2014

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 22:50

 

Déclaration UD CGT 76 - FD Chimie et CGT Total

UL CGT Dieppe

TOTAL : Une nouvelle catastrophe AZF évitée de peu

 

Samedi 17 octobre 2015, la plateforme de Gonfreville a connu un incident majeur. Une fuite d’éthylène, d’environ 8000 m3 , est survenue sur l’échappement d’un compresseur.

La nappe de gaz s’est étendue sur plusieurs centaines de mètres et n’a heureusement rencontré aucun point chaud ou source d’énergie qui aurait pu provoquer une explosion qui aurait provoqué de nombreux dégâts, tant humains que matériels. Pourtant, ces sources d’énergie existent et sont nombreuses, comme par exemple les véhicules pouvant circuler, les travaux en cours, les fours avec leurs flammes nues…

Nous le redisons haut et fort, nous sommes passés très près d’une catastrophe

[...]

 

Lire la suite sur le site de l'UL-CGT de Diepppe

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 10:18

Lu sur le site de l'UD-CGT 76

Pendant l’état d’urgence, les patrons continuent leurs sales coups!

L’état d’urgence sert à museler le monde du travail, mais pas le MEDEF. Sur l’ensemble du pays, des milliers de salariés sont menacés de perdre leur emploi.
 

UD-CGT 76 : il n'est pas question d'accepter une trêve sociale !
UD-CGT 76 : il n'est pas question d'accepter une trêve sociale !
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 09:41
Des milliers de salariés sont menacés de perdre leur emploi, le chômage augmente, des salariés d'Air France sont traduits en justice ... : Appel de l'UL-CGT d'Elbeuf à manifester le 2 décembre à Bobigny

Pendant l’état d’urgence, les patrons continuent leurs sales coups !
L’état d’urgence sert à museler le monde du travail, mais pas le MEDEF !

 

Voici un tract de l'UL-CGT d'Elbeuf appelant à se rendre à Bobigny le 2 décembre
 

Sur l’ensemble du pays, des milliers de salariés sont menacés de perdre leur emploi. Chaque jour, les libertés syndicales sont bafouées dans les petites comme les grandes entreprises. Dans notre région, les plans de suppressions d’emploi s’additionnent (PAP. CHAP, SIDEL, COOP de Normandie, VALLOUREC…)
Créer une simple section syndicale se heurte immédiatement à la résistance de « patrons voyous » cherchant à criminaliser l’action syndicale.


Au niveau national, la lutte des salariés d’Air France est un symbole de ce que vit l’ensemble des salariés du pays.
Les 3 000 licenciements sont toujours en cours, les sanctions et licenciements ne sont toujours pas annulés !
Au-delà des attentats, la lutte des classes est toujours là !

Puisque patronat et gouvernement ne suspendent pas leurs plans de licenciements et d’austérité,
NE SUSPENDONS PAS NOS MOBILISATIONS !
Ne baissons pas la garde, car les mesures d’austérité qu’ils veulent imposer vont redoubler.

 

Manifestons tous ensemble le 2 décembre, jour du procès où 5 salariés d'Air France vont être trainés devant le tribunal de Bobigny comme de vulgaires voyous !
Leur faute ? Avoir manifesté le refus de perdre leurs emplois (3000 !) et parce que… la chemise d’un pauvre DRH a été déchirée !!!

TOUT CELA EST SCANDALEUX ET INACCEPTABLE !
TOUS EN GREVE ET MANIFESTATIONS
LE 2 DECEMBRE 2015


APPEL NATIONAL INTERPROFESSIONNEL

LE MERCREDI 2 DECEMBRE 2015, LA CGT APPELLE, LES SALARIE-ES A SE MOBILISER PARTOUT EN FRANCE !

EN GREVE ET MANIFESTATION, POUR DEFENDRE :

L’emploi - la retraite à 60 ans à taux plein – les libertés syndicales – les salaires – les minimas sociaux – la reconnaissance des métiers pénibles – le développement industriel et des services publics - et Contre la casse du code du travail…
MANIFESTATION A PARIS
LE 2 DECEMBRE à 12 h 00
(R.D.V.DEVANT LE TRIBUNAL DE BOBIGNY)


NON AUX LICENCIEMENTS A AIR FRANCE COMME AILLEURS !

RELAXE IMMEDIATE DE NOS 5 CAMARADES !
STOP A LA CRIMINALISATION DE L’ACTION SYNDICALE !


L’Union Locale CGT d ’Elbeuf appelle à la grève l’ensemble des salarié-es des entreprises de l’agglomération, afin de participer à la manifestation. Un préavis de grève est déposé par la CGT pour les salariés du secteur public.

Un transport collectif est organisé : Elbeuf, au départ du Champ de Foire
(Stationnement des bus côté Lycée A. Maurois)
Départ des bus : 9h00 - (Retour prévu 18h30 au plus tard)

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 15:24

Mise à jour : 26/11/2015  par Fabien Massin sur normandie-actu

 

Les mesures de sécurité prises après les attentats du 13 novembre 2015 sont inapplicables, selon le principal syndicat enseignant du premier degré. (photo d'illustration Fotolia)

Les mesures de sécurité prises après les attentats du 13 novembre 2015 sont inapplicables, selon le principal syndicat enseignant du premier degré. (Photo d'illustration Fotolia)

Les professeurs des écoles ne veulent pas se transformer en gendarmes. Jeudi 26 novembre 2015, sur son site internet, le syndicat SNUipp-FSU de Seine-Maritime, principal syndicat enseignant du premier degré, a poussé un coup de gueule contre les consignes de sécurité transmises aux directeurs d’école. Si le syndicat ne conteste évidemment pas le « besoin de vigilance citoyenne », que « tous doivent adopter », ils jugent les consignes « inapplicables ». Le syndicat propose aux directeurs et directrices d’école de faire part de leurs craintes à la Direction académique des services de l’éducation nationale (Dasen) de Rouen (Seine-Maritime).

Mesures « déconnectées de la vie des écoles »
Ce plan impose aux personnels via les directeurs et directrices d’école, « un contrôle visuel des sacs » et un « contrôle systématique de l’identité des personnes étrangères à l’école », indique le SNUipp-FSU. Ces préconisations sont purement impossibles à mettre en œuvre à l’échelle d’un établissement. Cela est complètement déconnecté de la réalité de la vie des écoles : les entrées et les sorties dans les écoles sont multiples (CMP, taxis, Rased, livreurs, psy, parents…).
« Ni concierge ni gendarme »

Pour le syndicat, les obligations de sécurité ne doivent pas faire dévier les directeurs d’école de leur mission première : enseigner.

Un directeur d’école est avant tout un enseignant responsable d’une classe ; ce n’est ni un concierge, ni un gendarme. C’est d’abord un enseignant qui doit garder une relation de confiance avec les usagers de l’école. Que ferait-il des soupçons forcément arbitraires qu’il pourrait porter sur un sac à la forme ou au contenu douteux ? Que fait le directeur d’école de sa classe quand il contrôle les identités du livreur, du chauffeur de taxi, de l’oncle, du cousin, de l’ami qui vient chercher, de façon inopinée, un enfant malade en pleine journée ?
« Pression accrue sur les équipes »

Autre risque, selon le syndicat, accroître encore un peu plus la pression que subissent les équipes enseignantes.

Ce plan marque une fois de plus une fracture entre les instances décisionnelles et la réalité du terrain ; il ne fait qu’accroître une pression déjà bien trop lourde portée sur les directions d’école et les équipes enseignantes qui en l’état ne pourront en appliquer le contenu et se sentiront, bien souvent, coupables de ne pas pouvoir le faire.

Commentaires : Il faut donc créer des emplois.  Justement le chômage est reparti à la hausse en Seine-Maritime.  Mais ni la droite, ni le PS, ni le FN ne le feront car ils sont tous d'accord pour réduire les emplois dans les collectivités territoriales.  

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 16:15
SIDEL, contre les licenciements : Opération Boycott au Carrefour Barentin le mardi 24 novembre à 17 heures
Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents