Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 05:15
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire (à droite) et le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux (à gauche), le 30 août 2022 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP) - Les superprofits ... Bruno Lemaire" ne sait pas ce que c'est" ... Et le président du Medef ajoute "le plus grand super profiteur", "c'est l'Etat."  Questions : des superprofits pour combien d'actionnaires ?  Des recettes fiscales pour combien de Français, pour combien d'hôpitaux, combien d'écoles ?

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire (à droite) et le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux (à gauche), le 30 août 2022 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP) - Les superprofits ... Bruno Lemaire" ne sait pas ce que c'est" ... Et le président du Medef ajoute "le plus grand super profiteur", "c'est l'Etat." Questions : des superprofits pour combien d'actionnaires ? Des recettes fiscales pour combien de Français, pour combien d'hôpitaux, combien d'écoles ?

jeudi 8 septembre 2022 par Guillaume Bernard

Emmanuel Macron l’a annoncé : dans ce contexte d’explosion des prix de l’énergie et des profits de certaines multinationales, il ne taxera que les « bénéfices indus ». Et si ce qualificatif cachait juste la volonté de soustraire à la taxation la plupart des entreprises qui profitent de la crise ?

Il est bien évident que le gouvernement ne fera rien qui nuise aux actionnaires. La seule solution étant la lutte résolue anti-capitaliste !(JP-ANC)

Nous ne sommes qu’au début du feuilleton des superprofits, mais déjà les rôles sont bien campés.
D’un côté, en la personne du ministre de l’économie Bruno Le Maire : la droite du gouvernement.
De l’autre, présentée comme telle du moins, sa gauche : la première ministre Elisabeth Borne.
Le premier rassure son auditoire lors de l’université d’été du MEDEF. Il « ne sait pas ce qu’est un superprofit ». Alors, forcément, il est bien impossible qu’il taxe quoi que ce soit.
La seconde, elle, ménage davantage son opposition et louvoie dans une interview donnée au Parisien. Elisabeth Borne ne veut pas « fermer la porte » à une taxation des « superprofits ». Le jeu du bon flic et du méchant flic aurait pu durer longtemps si un troisième protagoniste n’était intervenu pour y mettre fin.
Il s’agit bien-sûr d’Emmanuel Macron.

[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2022 1 05 /09 /septembre /2022 10:15
L’UE et le gouvernement font flamber les prix de l’énergie !

Tant qu’il y a du profit et du super profit à engranger, y’a de la vie ! Pour les bénéficiaires bien sûr ! Ils ne sont qu’une poignée dans le monde mais leur pouvoir a été propulsé et démultiplié grâce à des alliés de poids, en premier desquels figure l’Union européenne. Cet organisme supranational tient d’une main de fer les rênes du règne néolibéral sur les 27 pays qu’elle soumet sans vergogne. Une Union européenne qui manie avec succès (jusqu’alors) le chaud et le froid, le double discours. Une Union européenne qui agit cependant au nom d’une seule foi, avec ardeur : la mise en concurrence des activités de tous les secteurs, la mise sur le marché de toutes les activités. La production et la distribution de l’électricité ne lui ont pas échappées. Au nom de la rupture avec les « monopoles » (publics), l’Union européenne a brisé, entre autres, le service public de l’énergie français. Bien sûr cela ne s’est pas fait en un jour. L’UE maîtrise aussi le temps à moyen terme. Ainsi, après des années de déclarations, de pilonnage médiatique, de directives, de traités de libre-échange, l’UE a sacrifié EDF. Ses arguments ? Les mêmes que pour France Télécom ou La Poste : la concurrence est une « valeur » de l’UE, l’européanisation engendrera une baisse des prix pour les consommateurs… Plouf ! Le bec dans l’eau ! La vérité des prix est là, désormais bien nette, bien claire, dramatique et mortifère : les marchés dictent les prix, investissent, spéculent, se font un pognon de dingue, quitte à mettre en péril les conditions de vie de millions de personnes et déstabiliser les activités des entreprises de production. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi les gouvernements successifs français ont-ils accepté de tuer EDF, un grand service public de l’énergie profitable et efficace ? N’ont-ils qu’un petit pois dans le cerveau ? Sont-ils à ce point frappés de débilité, de cécité ? Ou sont-ils complices, responsables et coupables ?

[...]

La suite sur le site du Pardem :

Partager cet article
Repost0
3 août 2022 3 03 /08 /août /2022 15:41
30 mars 2022 - Sur actu.fr - "C’est parti pour l’usine Siemens Gamesa au Havre (Seine-Maritime). (©Vinci Construction France, Jacques Basile)"

30 mars 2022 - Sur actu.fr - "C’est parti pour l’usine Siemens Gamesa au Havre (Seine-Maritime). (©Vinci Construction France, Jacques Basile)"

Le projet de parc éolien en mer ( offshore dans la langue dominante ) est gigantesque.  Au moment même où les premières fondations arrivent sur le site de Fécamp, le constructeur choisi pour la construction des éoliennes et qui a implanté une usine au Havre, Siemens Gamesa, envisage de supprimer 2500 emplois.  Dans quelle mesure le site du Havre est-il concerné ?  Ces projets d'éolien en mer sont titanesques.  Les multinationales choisies pour mener à bien ce projet d'intérêt public, dans un contexte de crise mondiale et de pénurie de matériaux, seront-elles à même de mener jusqu'au bout le projet dans lequel elles se sont engagées ?  Dans le monde capitaliste, le profit est roi.  Et c'est sur la base de profits jugés insuffisants par les actionnaires que Siemens Gamesa envisage de licencier 2500 salariés.

Partager cet article
Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 00:12

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Partager cet article
Repost1
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 14:27

"Il y a un conflit d’intérêts entre ce qui est bon pour le public et ce qui est bon pour Facebook, explique Frances Haugen. Le groupe choisit de privilégier son intérêt à lui, c’est-à-dire faire plus d’argent."

Sur France TVinfo

Frances Haugen, ex ingénieure chez Facebook et lanceuse d'alerte - L'argent, l'argent, c'est ce qui est bon pour Facebook

Frances Haugen, ex ingénieure chez Facebook et lanceuse d'alerte - L'argent, l'argent, c'est ce qui est bon pour Facebook

J’ai tout compris sur Facebook quand il m’a exclu pour huit jours pour pornographie à cause d’une image tirée d’un film de l’austère Bela Tarr alors que ce réseau “social” laissait se développer, mieux encourageait des dialogues immondes de stupidité et de vulgarité sur des sujets que l’on pouvait estimer secondaires comme le port du voile, le féminisme limité au bon usage du clitoris, le caractère prophétique du professeur Raoult, le vaccin avec le passe sanitaire et l’utilisation des prénoms étrangers. "Les pour - les contre" s’engouffrant dans les sujets avec une égale obsessionnelle véhémence. La seule question étant de savoir si la censure était fait de hasard ou voulue, il semble bien que ce soit le cas. Non seulement "Pandora papers" montre que les riches font sécession et s’abstraient de notre monde, mais il semble qu’ils font tout pour que nous nous entre-déchirions et nos adolescents sont une cible privilégiée, ça va sans doute avec “le jeunisme”proclamé comme le seul droit à la vie. (note de Danielle Bleitrach)

Par Arnaud Devillard le 05.10.2021 à 17h18 Lecture 4 min.

L’ancienne employée a révélé des documents internes accablants prouvant que Facebook sait très bien tout le mal que peut faire le réseau social. Après un témoignage sur CBS, Frances Haugen doit être entendue au Sénat américain ce mardi 5 octobre 2021. [... ]

Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 03:28
Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Papeterie UPM ex Chapelle d'Arblay à Grand Couronne en Seine-Maritime © Radio France - Yves René Tapon

Seule usine en France à produire du papier journal 100% recyclé et pionnière dans l'économie circulaire, Chapelle-Darblay est un fleuron de l'industrie de demain. Pourtant, dans le seul but d'accroître ses profits, le groupe finlandais UPM a décidé de fermer l’usine, sans la mettre en vente, afin de pouvoir la démanteler...

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Parce que s’il n’y a pas de repreneur avant le 15 juin pour l’ensemble de l’activité de Chapelle-Darblay, l’usine fermera définitivement ses portes. Ce sera la perte d’un savoir-faire unique et d’une activité qui ont fait prospérer la région depuis près de 100 ans. Il y a quelques mois encore, ce sont plus de 200 personnes qui travaillaient sur le site et 567 emplois indirects qui en dépendaient !

Parce que Chapelle-Darblay a déjà les deux pieds dans le monde d'après. Avec son raccordement au rail et son accès à la Seine, l’usine récupérait annuellement 350 000 tonnes de papiers, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de personnes. Elle produisait 240 000 tonnes de papiers recyclés par an, soit l’équivalent de 50% de la consommation française de papier journal. L’usine possède également une chaufferie biomasse capable de chauffer l’équivalent d’une ville de 20 000 habitants, ainsi qu’une station d’épuration pouvant subvenir aux besoins de 400 000 habitants. Elle est la démonstration qu’on peut concilier industrie et préservation de l’environnement.

Suite ci-dessous et signez la pétition :

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 23:54

par Guillaume Suing

« Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A vingt pour cent, il devient enthousiaste. A cinquante pour cent, il est téméraire. A cent pour cent, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à trois cent pour cent, il ne recule devant aucun crime. » Karl Marx, Le Capital, Livre 1, chapitre 22.

 

Une analyse marxiste est tout sauf "complotiste"

Identifier les conflits d’intérêt et les trafics d’influence qui traversent une crise donnée, qu’elle soit sanitaire, économique, géostratégique, environnementale, ce n’est pas verser dans le « complotisme ». Nul besoin d’imaginer la création délibérée d’un virus de synthèse pour s’expliquer que Big Pharma génère des plus-values exceptionnelles ou que les Etats capitalistes réduisent drastiquement nos droits démocratiques.

Au contraire, reconnaître que tout « accident » de l’histoire peut être pour la chaîne impérialiste mondiale agonisante l’opportunité d’une résurrection, d’une chasse au profit maximal inespérée, c’est articuler le « hasard et la nécessité » dans la très sinueuse lutte de classe internationale. C’est renouer avec une vision dialectique et matérialiste dans l’histoire, qu’on a tant décrié jadis.

Le capital n’a pas orchestré dans l’ombre la crise de 1929 pour soumettre une bonne partie des peuples européens au fascisme dans les années trente. Il a été frappé d’une crise congénitale, surgissant aussi sûrement qu’un tremblement de terre imminent dans une région sismique trop longtemps paisible, mais toujours au moment où l’on s’y attend le moins… Après la crise de 1929, le capital s’est adapté en cherchant à faire payer la crise aux travailleurs, quel qu’en soit le coût social. Le fascisme est la forme terroriste que prend le capital quand, touché mortellement, il prend peur et dissimule son désarroi stratégique (intimement lié à l’anarchie de la production qui le fonde) sous une politique de violence sociale tous azimut.[...]

La suite ci-dessous :

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 06:09

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Le virus du complotisme est-il chinois ou russe ? ... se demandent les anti-complotistes

Le virus du complotisme est-il chinois ou russe ? ... se demandent les anti-complotistes

Et ça ?  C'est complotiste ?
Et ça ?  C'est complotiste ?

Et ça ? C'est complotiste ?

Bizarre, bizarre, comme c'est bizarre ...

ou : C'est vraiment trop beau pour être vrai !

Extrait d'une émission de France Inter

"Il ressort également de cette étude une résistance au complotisme chez les Français qui ont voté Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, tandis que l’électorat de Jean-Luc Mélenchon, de Marine Le Pen ou de Nicolas Dupont-Aignan serait davantage sensible aux théories conspirationnistes."

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 17:49
Budgets : investissement public en IA d’ici ou financement public de multinationales ?

Dominique Lemoine - 26/03/2019

Canada - Les retombées économiques qui sont attendues du financement public du créneau de l’intelligence artificielle ne sont pas garanties, selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS).

Sur la base d’une note de recherche qu’il vient de rendre publique, l’Institut de recherche basé à Montréal affirme que « le créneau de l’intelligence artificielle suscite énormément d’intérêt, si bien que les gouvernements du Québec et du Canada y ont versé plus de 2 milliards de dollars depuis 2016, sans compter les dépenses fiscales sous forme de crédits d’impôt ».

Cependant, « il n’existe aucune garantie de retombées économiques liée à ce soutien financier » obtenu par l’industrie de l’intelligence intelligence (IA) auprès des États, soutient cet institut de recherche qui a été fondé en 2000.[...]

La suite ici : https://www.directioninformatique.com/budgets-investissement-public-dans-lia-dici-ou-financement-public-des-multinationales/68839

 

L'Union Européenne concernée également

https://fr.statista.com/infographie/9418/les-gafam-en-pleine-course-a-lintelligence-artificielle/

Les Gafam dépensent beaucoup d'argent à Bruxelles.  Sûrement pas pour rien ...

https://fr.statista.com/infographie/10836/les-millions-depenses-par-les-gafam-a-bruxelles/

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents