Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 décembre 2017 5 22 /12 /décembre /2017 09:42

19 décembre 2017

Monsieur le président,

Ce mercredi 20 décembre, en conseil de discipline, vous allez devoir trancher : faut-il me sanctionner pour le “déshonorant” et “indigne” port du maillot d’Eaucourt-sur-Somme dans l’hémicycle ?
Avant que cette grave question ne soit tranchée, et mon martyr achevé, je viens vous en poser une seconde : de quoi, au fond, le maillot d’Eaucourt-sur-Somme est-il le nom ?
Je ne voudrais pas vous parler de sport.
Ni même d’associations, ou de subventions.
Mais de notre Assemblée, de notre Constitution.

Notre histoire s’est offert des crises parlementaires. Il ne nous reste que des crises vestimentaires. En quelques mois, j’en ai connu trois : le non-port de cravate, la chemise hors du pantalon, et donc le maillot d’Eaucourt-sur-Somme. A chaque fois, l’hystérie m’a surpris, l’emportement de collègues députés, des médias, ou de l’institution.
Et puis, enfin, aujourd’hui, j’ai compris.

De la “loi travail numéro 2” à celle sur “la moralisation de la vie publique”, de la “Sécurité intérieure” au “budget de la sécurité sociale”, en un semestre déjà, il ne faut pas être bien malin pour s’en rendre compte : l’Assemblée, supposée “législative”, ne fait pas la loi.
Ces textes nous tombent de l’Elysée, après un passage par les ministères, et le Parlement sert de chambre d’enregistrement, gavé de lois comme des oies, siégeant du lundi au vendredi, jusqu’à une heure du matin. Nous suggérons certes des milliers d’amendements, pour se donner l’air important. Nous affichons notre fierté, victorieux quasiment, lorsqu’avec l’assentiment du gouvernement une virgule d’un alinéa est déplacée.
Je le savais depuis longtemps, en théorie. Je l’avais observé de loin, comme simple citoyen, sous Hollande, sous Sarkozy, sous Chirac. Mais c’est autre chose, tout de même, de l’avoir sous le nez au quotidien, d’y être en butte chaque matin. A découvrir, comme ça, la toute puissance de l’exécutif, qui est en fait également le législatif, je retiens un cri : “Montesquieu, reviens !”
J’en ai causé, déjà, avec des dizaines de personnes, des juristes et des lambdas, de la majorité et de l’opposition, des députés et des administrateurs, des de gauche et des de droite, et pour tous, pour tous, c’est une évidence : la séparation des pouvoirs n’est qu’une fiction.

Mais c’est une évidence qui se chuchote.
Une évidence qui se murmure.
Une évidence qui ne se clame pas haut et fort.
Tel le jeune enfant qui, dans le conte d’Andersen, Les Habits neufs de l’Empereur, vient crier “Le roi est nu ! Le roi est nu !”, je me suis assigné ce rôle : crier “L’Assemblée est nue ! L’Assemblée est nue !” Non par plaisir, mais par regret. Par espoir, aussi, pour qu’elle obtienne un véritable pouvoir, qui lui revient de droit : faire la loi.
Aussi, tous les débats d’aujourd’hui, sur le nombre de députés, sur leurs notes de frais, sur les réformes que vous avez lancées, tous ces débats ne m’intéressent pas, ou peu. Ces discussions masquent la seule interrogation qui vaille à mes yeux : à quoi sert-on vraiment ? Quelle fonction nous attribue-t-on ? Va-t-on faire la loi, oui ou non ?
Et sinon tant qu’à enlever deux cents députés tant qu’à faire des économies, pourquoi ne pas y aller carrément ? Pourquoi ne pas supprimer le Parlement tout entier ? Pour conserver une apparence de démocratie ?

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 17:13

 

Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

100 insoumis de Corse réagissent en adressant une lettre à Jean-Luc Mélenchon, à la suite de propos outranciers, blessants, choquants et intolérables que ce dernier a cru bon devoir, sans nuance, déverser le 7 novembre, sur son blog. Au-delà de l'indignation, ces insoumis entendent poursuivre la lutte pour une autre France, une autre Corse, plus démocratiques, plus solidaires et plus fraternelles, sur la base d'un programme de rupture avec les politiques d'austérité et de régression sociale, menées par les différents pouvoirs, depuis des décennies. Programme de transition sociale, économique et écologique. C'est le sens de leur engagement dans la campagne des élections territoriales des 3 et 10 décembre 2017, avec la liste de rassemblement l'Avenir, la Corse en commun, l'Avvene, a Corsica in comunu.

 

" Depuis plus d’un an, nous nous sommes dépensés sans compter pour défendre et promouvoir « L’Avenir en commun » et votre candidature à la présidentielle, arrachant de haute lutte 21000 voix en Corse en votre faveur.

Visiblement, vous ignorez tout de la Corse et des enjeux propres à nos prochaines élections territoriales. Nous pensons être les mieux placés pour analyser la réalité sociale et politique de l’Ile, car nous militons depuis des décennies sur le terrain et au quotidien avec des citoyens et toutes les forces antilibérales, dont les militants communistes, les mêmes qui ont voté pour vous.

Notre démarche de rassemblement, sur la base de « L’Avenir en commun » est le fruit démocratique – et quasi unanime – de la volonté de militants sincères et dévoués, qui œuvrent sans relâche, afin que la Corse, région la plus pauvre de France, sorte enfin la tête de l’eau.

[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 16:48
Sur Filfax

On parle bien plus souvent des déserts médicaux à la campagne. Mais le phénomène prend également de l'ampleur en ville. Dans la métropole rouennaise, les généralistes vieillissent et nombre d'entre eux ne trouvent pas de remplaçants après leur départ en retraite...

Un document complémentaire émanant de Atoute.org, site spécialisé dans la santé et les forums médicaux.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 14:05

Le député En Marche de Rouen, Damien Adam, député de la 1ère circonscription de Seine-Maritime ( Rouen, Mont-Saint-Aignan ...). Damien  Adam était cadre supérieur du Crédit Agricole.  Il a séjourné en Chine, puis en Espagne.  Il a fait ses études à "Toulouse Business School".  Né en 1989.  

Il avait déclaré dans Paris-Normandie:  «Quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l'assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête!».  Devant les réactions de colère sur les réseaux sociaux, il s'est excusé récemment. D'une drôle de manière : "Evidemment, il est regrettable que les chômeurs se soient sentis visés par cette déclaration. Je ne voulais pas les stigmatiser Cette déclaration date d'avant les révélations sur les Paradise Papers, dans ce dossier des paradis fiscaux, nous devons être implacables".

1ère remarque : Sont-ils susceptibles ces chômeurs !"

2ème remarque : Damien Adam n'a jamais rien lu sur l'"optimisation fiscale".  Notre jeune cadre supérieur au Crédit agricole ignorait donc tout de cette pratique? N'était-ce pas le travail des banques, dans ce système capitaliste, de traquer l'optimisation fiscale pour leurs clients les plus riches ? Et puis, il faudrait qu'il soit plus prudent.  Avec son appel à être implacable contre les paradis fiscaux, pas sûr qu'il retrouve son poste au Crédit Agricole.  A moins que cet appel ne soit qu'une vaste farce ?

1re circonscription de Seine-Martime : Cantons de Mont-Saint-Aignan, Rouen I, Rouen II, Rouen III, Rouen IV, Rouen V, Rouen VII. 

 

 
Publié 09/11/2017 22:38

 

     

    Le Secours catholique vient de rendre public son rapport annuel sur la pauvreté. Constat à l’échelon national : les pauvres sont de plus en plus pauvres et toujours victimes de lourds préjugés. En Normandie, les personnes seules sont les plus nombreuses à demander de l’aide auprès des bénévoles. Elles veulent de l’écoute, des conseils mais aussi des aides matérielles. Aux yeux du Secours catholique, la région ne semble pas profiter pour l’instant de la relative embellie sur le plan économique.

    [...]

    Extraits :

     

    « Si on observe une diminution de la part des personnes au chômage, il s’agit le plus souvent de chômeurs sans droits reconnus, donc dans des situations encore plus précaires »,

    « Fait notable : en Normandie, 62 % des ménages rencontrés font face à des impayés. »

    « Dans son rapport publié hier, le Secours catholique montre que la pauvreté s’accroît lourdement. On compterait aujourd’hui neuf millions de pauvres en France. »

    « Les enfants sont désormais majoritaires dans nos accueils », souligne le secrétaire général du Secours catholique, Bernard Thibaud, qui signale une « précarisation croissante des familles ». La majorité de ces enfants (55 %) vivent au sein de familles monoparentales

    « La proportion des ménages sans aucune ressource est en augmentation : un ménage sur cinq accueillis par le Secours catholique en 2016 est concerné. Ces ménages sont pour 53 % d’entre eux des étrangers sans statut légal stable, qui n’ont pas le droit de travailler, ni de bénéficier des aides sociales. « Cela met à mal le préjugé selon lequel les étrangers présents sur le sol français viennent en France pour profiter des aides sociales »

    « Des aides non touchées : Selon l’association, 31 % des ménages français ou étrangers éligibles aux allocations familiales n’en touchent pas. Il y a également 40 % de non-recours au Revenu de solidarité active (RSA) en 2016, contre 38 % en 2015. Selon l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore), pour le seul RSA, 5,3 milliards d’euros ne sont pas versés à des ayants droit.»

    Lire l'intégralité de l'article en cliquant ci-dessous :

      Partager cet article
      Repost0
      9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 06:53

      par

       

      Ils sont près de 40 000 conseillers à suivre, au quotidien, les six millions de chômeurs inscrits au Pôle emploi. Mais ces agents, dont le métier évolue sans cesse au gré des décisions politiques, ne savent plus trop où ils en sont. Sommés de faire du chiffre sans en avoir les moyens, souvent au détriment du respect des droits des usagers, beaucoup s’interrogent sur le sens de leur travail, quand ils ne sont pas purement et simplement en grande souffrance. Bastamag les a rencontrés.

      « Hier soir quand j’ai quitté le travail, il y avait 200 mails en attente dans ma boîte, soupire Maya, conseillère au Pôle emploi à Rennes. Je suis censée répondre en 48 heures. Comment faire ? C’est impossible. Les demandeurs d’emploi s’impatientent, évidemment. Et je les comprends ! Plus le temps passe, moins les choses vont bien au Pôle emploi. » Arrivée en 2009, au moment de la fusion Assedics/ANPE qui donne naissance à Pôle emploi, Maya voit le sens de son travail lui échapper peu à peu. Pour elle, la dématérialisation, qui contraint les demandeurs d’emploi à s’inscrire par internet depuis début 2016, résume la politique globale de l’établissement : une mise à distance sans cesse renforcée des usagers, et plus particulièrement des plus vulnérables.

      « Comment font les gens qui n’ont pas d’Iphone ou de tablette ? Ou qui ne sont tout simplement pas à l’aise avec les nouvelles technologies ? C’est vite vu, ils ne s’inscrivent pas. » « On taille l’offre sur mesure pour les plus employables, et les autres, on les laisse sur le bord du chemin, voire on les pousse dans le fossé, enfonce Claude [1]. Pôle emploi, c’est vraiment devenu une machine de guerre. » [...]

      Lire la suite en cliquant ci-dessous :

      Partager cet article
      Repost0
      8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 15:18

      Libération semble privilégier le budget des Insoumis et y voit une filiation avec Georges Marchais ... Hommage posthume ?

      Partager cet article
      Repost0
      6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 06:41

      Dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 novembre, un coup historique a été porté au logement social : l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le budget du ministère de la Cohésion des territoires et avec lui, la baisse de 1,7 milliard d’euros des APL.

      C’est une journée noire pour le logement social et les locataires du parc HLM comme du parc privé. Dès l’année prochaine, le budget alloué aux aides au logement chutera de 1,7 milliard comme le prévoit l’article 52 du projet de loi de finances 2018. Présenté par le député LRM François Jolivet, et adopté hier, un amendement projette d’étaler la mise en œuvre de la réforme sur plusieurs années : les loyers du parc social baisseront donc de 800 millions d’euros en 2018, 1,2 milliard en 2019, puis 1,5 milliard par an dès 2020.

      Réalisant la colère des français et probablement pris au dépourvu par la virulence de la contestation, le Gouvernement cherche aujourd’hui une sortie de crise à tout prix. S’il pense l’avoir trouvé avec cet amendement, c’est qu’il n’a rien compris aux revendications des représentants des locataires, des mal-logés, des syndicats et de l’USH.

      Nous ne voulons pas d’un étalement de la baisse des loyers puisque cela ne résoudra en rien le problème budgétaire des organismes HLM. Il s’agit ni plus ni moins que de ralentir la mise à mort du logement social, avec au final la même conséquence fatale.

      La CNL appelle tous les citoyens à continuer leur mobilisation et à se rassembler le 9 décembre pour une grande manifestation.

       

      Partager cet article
      Repost0
      26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 22:31
       
      Je m’inquiète des inflexions données à la politique familiale à travers la baisse de l’allocation de base de la Paje (Prestation d’accueil du jeune enfant) et des projets dont le rapporteur général Olivier Véran (LREM) a fait état. Ce n’est pas un signe opportun alors que la natalité française décline fortement, elle est passée de 832 800 naissances en 2010 à 785 000 naissances en 2016 (chiffres de l’Insee). Le taux de fécondité qui était de 2 en 2014 est à 1,93 en 2016.

      La France risque de perdre l’avantage comparatif que lui donnait une démographie robuste en Europe par rapport à l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, la Pologne et même la Russie, déjà entrées dans un ‘hiver démographique’ lourd de conséquences à venir. Si la tendance française se confirme, seule la Grande-Bretagne semble pouvoir échapper à terme à un vieillissement rapide de la population européenne par rapport à celle des autres régions du monde.
      Partager cet article
      Repost0
      16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 02:23

       | 

      France Stratégie a pris l'habitude de publier des idées irréalistes, sans aucune impulsion politique, a déploré auprès de l'AFP un proche du Premier ministre Edouard Philippe.
      "France Stratégie a pris l'habitude de publier des idées irréalistes, sans aucune impulsion politique", a déploré auprès de l'AFP un proche du Premier ministre Edouard Philippe. (Crédits : Axel Schmidt)

       

      Dans ce rapport "irréaliste" pour Matignon, France Stratégie proposait une solidarité financière des Etats de la zone euro, un rachat de la dette publique des Etats par la BCE, ainsi qu'un impôt exceptionnel sur le capital immobilier.

      Edouard Philippe va annoncer vendredi une reprise en main de France Stratégie, l'organisme de réflexion économique dépendant de Matignon, après un rapport aux propositions jugées "farfelues", notamment un nouvel impôt immobilier, a-t-on appris jeudi de source proche du Premier ministre.

      La décision fait suite à la publication d'un rapport mercredi aux pistes volontairement "radicales" pour résorber les dettes publiques en Europe, aux propositions visiblement très éloignées de l'esprit de l'exécutif Macron-Philippe.

      [...]

      La suite ci-dessous

      Partager cet article
      Repost0
      4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 15:18

      En Allemagne, mais aussi en France, certains patrons - agence d'architecture par exemple - imposent à leurs salariés le statut de "travailleur indépendant". En toute illégalité. Ici c'est l'auto-entreprise qu'on veut imposer ... S'auto-exploiter et exploiter un ou deux de ses anciens collègues, c'est ce que refusent les chauffeurs des ambulances des Trois rivières.

      En matière d'exploitation, c'est l'imagination débridée sous l'ère Macron ! YG

      Les salariés des ambulances des Trois rivières occupaient hier, dans la zone d’activités de l’Alouette, l’un des deux sites de la société, avec Les Cantonales à Fourmies.

      "J e crois qu’on s’est mal compris. J’ai juste voulu expliquer comment ça se passe quand on décide de devenir indépendant... »

      – « Non, tu ne m’as pas tenu ce discours : tu m’as proposé d’être auto-entrepreneur. De choisir deux personnes et de monter mon auto-entreprise. »

      Greg, devant la grande majorité de sa cinquantaine de collègues, brise un à un les arguments de son nouveau directeur. Réunis dans le garage à ambulances de la zone d’activités de l’Alouette, devant lequel un piquet de grève est en place depuis 8 heures du matin, presque tous les salariés des Ambulances des Trois rivières écoutent attentivement l’échange. José, le directeur, est en nage. Greg, dans son gilet jaune fluo, fulmine. Comme beaucoup d’autres, il n’en revient pas. Le rachat de leur entreprise par un certain Ludovic Paresys date de cet été à peine. Et déjà, leur emploi est menacé.

      «Il faudrait faire un nombre d’heures énorme pour atteindre le chiffre d’affaires qu’on nous promet. Ça n’est pas pareil au niveau des retraites, congés, arrêts maladie...»

      La suite ci-dessous :

      http://www.lunion.fr/52088/article/2017-09-28/les-ambulanciers-refusent-l-auto-entrepreneuriat

      Partager cet article
      Repost0

      Articles Récents