Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 17:41
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 14:45
A l'Omnia-Cinéma à ROUEN - "1336 jours, des hauts, débats, mais debout" - Documentaire sur la victoire des Fralib
1336 jours, des hauts, débats, mais debout

1336 jours, des hauts, débats, mais debout
 

 

Réalisé par Claude Hirsch

Tous publics
Durée : 1h13. - Genre : Documentaire
Sortie nationale le 22/03/2017 - En salle depuis le 28 juin

Synopsis

L’aventure a duré 1336 jours ! 1336 jours pendant lesquels un noyau d’irréductibles se sont battus sans relâche contre Unilever. La grosse multinationale avait en effet décidé en 2010 de fermer son usine de conditionnement de thé et infusion à côté d’Aubagne, estimant qu’elle n’était pas rentable.

Film tous publics
Photos
Photo 1 pour 1336 jours, des hauts, débats, mais deboutPhoto 2 pour 1336 jours, des hauts, débats, mais deboutPhoto 3 pour 1336 jours, des hauts, débats, mais debout

Programmation du mercredi 28 juin au mardi 4 juillet 2017 en version française

Encore deux séances !

Mardi 4 juillet à 15 heures 40
Dimanche 2 juillet à 11 heures
 
 
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 14:16
Déclaration de l'Union Locale de la CGT Dieppe contre l'ouverture d'Auchan Dieppe le dimanche

 Déclaration de l'Union Locale de la CGT Dieppe contre l'ouverture d'Auchan Dieppe le dimanche
Lire l'article et voir le tract sur le site de l'UL-CGT de Dieppe
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 14:10
Jupiter appartient à la mythologie romaine - Hermès à la mythologie grecque - Hermès est le dieu des marchands et des voleurs ... C'est farce, non ?

Jupiter appartient à la mythologie romaine - Hermès à la mythologie grecque - Hermès est le dieu des marchands et des voleurs ... C'est farce, non ?

Comment le gouvernement veut nous vendre à la finance

À New York, Bruno Le Maire a garanti aux milieux d'affaires américains que le droit du travail français s'accorderait désormais à leurs intérêts.

 

Alors que Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, tentait encore hier, dans une laborieuse conférence de presse, de convaincre que la simplification radicale du code du travail ne nuirait en rien aux intérêts des salariés, c’est un tout autre discours qu’entonnait Bruno Le Maire. En déplacement auprès du gotha de Wall Street, le ministre de l’Économie a très crûment expliqué les raisons de sa visite dans le temple mondial de la finance.

Il s’agit d’« arracher des décisions aux institutions financières américaines et leur dire “vous êtes les bienvenues en France” ». Avec un argument que notre ministre VRP a cyniquement exposé :

Je vais leur dire “voilà, la France a changé, elle vous accueille, [...] n'ayez plus d'inquiétudes sur le droit du travail français, [...] n'ayez plus d'inquiétudes sur l'instabilité fiscale française”.

[...]

Source et article intégral : https://www.politis.fr/articles/2017/06/comment-le-gouvernement-veut-nous-vendre-a-la-finance-37261/


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 14:01

Florence Parly: "représentante" de la banque Edmond de Rotschild

C'est une fonction qui ne figure pas sur sa page Wikipédia, qui est éliminée de sa biographie officielle, que les médias ont donc omise. Y compris "la prise de bec" du Canard, aujourd'hui consacrée à la ministre des Armées.

[Dernière minute: lundi 26 à midi, nous appelions le cabinet de la ministre des Armées quant à ses mandats industriels oubliés. Dans la soirée, Mme Parly annonçait dans une dépêche Reuters la démission de ces fonctions...] 

Florence Parly vient de récupérer le ministère de la Défense. Et autant "les armées s'interrogent" (Les Echos, 23/06), autant les industriels sont ravis: « Au moins a-t-elle pleinement conscience du poids en France de l'industrie militaire et aéronautique... "Florence est une passionnée de technologie, d'aéronautique, de spatial, elle a volé en Mirage 2000, c'est un excellent choix", s'enthousiasme son ami Jean-Yves Le Gall, président du CNES. Les industriels, qui l'attendent aujourd'hui au Bourget avec le Premier ministre, semblent satisfaits. »

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 14:50

En Seine-Maritime l'association l'association ADEVA 76 a recensé  2500 victimes de l'amiante et se bat "pour faire reconnaître comme maladie professionnelle tous les cas d'exposition de salariés (mais aussi et surtout d'anciens salariés) qui, après avoir été exposé à l'amiante, ont eu des problèmes de santé…

Des secteurs entiers sont concernés comme les métiers de la pétrochimie, du bâtiment ou du portuaire. Mais aussi ceux (moins "identifiés) du domaine de l'automobile et des garages. "

"Perdre sa vie à la gagner" -  Amiante - En Seine-Maritime, à ce jour, 2500 victimes - Vers un non-lieu dans plusieurs dossiers ? - Que va répondre le gouvernement aux salariés et à leurs familles, doublement victimes, de la substance cancérigène et de la justice de classe ?

DRAME DE L’AMIANTE : Communiqué de la CGT

L’injustice sans fin...

mercredi 28 juin 2017

Les médias relayent, depuis ce matin, la demande du Parquet de Paris de mettre fin aux investigations dans plusieurs enquêtes pénales concernant le scandale de l’amiante, en France, mais cette affaire va bien au-delà de cette fibre tueuse.
Les juges du parquet considèrent qu’il est impossible de déterminer avec certitude quand les victimes ont été intoxiquées. Cette décision permet d’ouvrir une voie royale à des non-lieux dans de nombreux dossiers emblématiques en cours.
Plus de 20 années d’instructions, d’atermoiements, d’entraves, de mobilisations pour une ultime humiliation lancée à la face des milliers de victimes et de leur famille une infamie !
La réalité du travail ouvrier est-elle si éloignée de l’univers de ces gens-là ?
Est-il juste que les travailleurs perdent leur vie à la gagner, dans un pays où les inégalités d’espérance de vie sont les plus grandes ?
Cette décision inique, si elle est confirmée, participe de la banalisation du mauvais traitement des salariés et valide qu’aucun responsable exposant en toute connaissance de causes des travailleurs à des produits CMR ne peut être poursuivi pénalement uniquement par l’imprécision de la date de contamination, même si le lien de causalité est établi. C’est une impunité générale accordée aux industriels : un permis de tuer !
Aujourd’hui, plus de 2 millions de salariés sont exposés à ces produits.
Cette conclusion du parquet serait en totale opposition avec des années de discours d’incitation à la prévention.
Le nouveau gouvernement ne peut pas rester silencieux devant tant d’injustice et de tels enjeux. Ministre du Travail, ministre de la Santé et Premier ministre doivent s’exprimer pour rendre leur dignité aux victimes et à leurs familles et sécuriser la santé des salariés.
La valeur travail, le travail libéré, ce sont, avant tout, respecter celles et ceux qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour l’accomplir mais pas au péril de leur vie.

Montreuil, le 28 juin 2017

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 13:14

Les salariés se sont déplacés dans les Yvelines.

Les salariés se sont déplacés dans les Yvelines.
 

Après l’annonce de la suppression de 462 postes en France au sein des services administratifs de Simply Market, détenu par Auchan Retail France, filiale du groupe Auchan, les salariés du site d’Amiens organisent la riposte. Une cinquantaine d’entre eux se sont rendus ce jeudi dans les Yvelines, devant le siège social de leur direction, afin de réaffirmer leur volonté de combattre ce plan social dont les salariés ne veulent pas. «  Nous sommes également venus voir nos collègues pour leur montrer qu’ils ne sont pas seuls et leur dire que nous mènerons ensemble cette lutte partout en France. Si nos camarades du site de Strasbourg n’ont pas pu se joindre à nous aujourd’hui, ils ont en revanche rejoint le mouvement de grève lancé ce jeudi à Amiens dans les services concernés. Ce plan social n’est pas une fatalité, et aucun chèque ne remplacera jamais les emplois des salariés de l’entreprise. On se battra jusqu’au bout  », martèle Claude Leclercq, délégué syndical CGT qui évoque le petit village gaulois d’Amiens, prêt à mener la lutte au niveau national.[...]

La suite ci-dessous

http://www.courrier-picard.fr/35886/article/2017-06-08/les-salaries-de-simply-market-amiens-ripostent#

La première question écrite de François Ruffin : Simply Market

Ma première question : quand la famille Mulliez s'enrichit et licencie

Voici ma première question écrite adressée au gouvernement, à la ministre du Travail en l'occurrence. Il est possible que les services de l'Assemblée modifient, rectifient, y mettent des formes. Ca fait suite à nos rencontres avec les élus CGT-FO du site Simply-Market d'Amiens.

Monsieur François Ruffin alerte Madame la ministre d'Etat, ministre du travail, sur les licenciements en cours dans le groupe Mulliez.

Suite à une "réorganisation", à la fusion de Auchan et Atac, 70 postes vont être supprimés à Amiens, 870 au niveau français. Pour tous ces licenciements, pour l'instant, aucune prime supra-légale n'est prévue. (Sources FO et CGT.)

Le groupe de la famille Mulliez ne crie pourtant pas famine: "Auchan Holding a vu son bénéfice net progresser de 14% l'an dernier... " (L'Express, 10 mars 2017). Les dividendes ont augmenté de 75 % en ce printemps 2017, à hauteur de 350 millions d'euros. Avec 26 milliards d'euros, Gérard Mulliez est aujourd'hui la troisième fortune de "France". Entre guillemets, car la famille s'applique à déposer ses économies en Belgique: la Justice les a d'ailleurs perquisitionnés, les soupçonnant de fraude fiscale et de blanchiment. (Le Parisien, 10 mai 2016.)

Mais c'est un autre souci qu'on voudrait pointer: avec 84 millions d'€ (source entreprise), Auchan est, semble-t-il, le troisième plus gros bénéficiaire privé du Crédit Impôt Compétitivité Emploi (après Casino et Carrefour). L'année où ces aides étaient perçues pour la première fois, l'effectif a diminué de 1400 personnes... Mais les dividendes des actionnaires familiaux étaient triplés.

Ces aides ont été octroyées sans la moindre conditionnalité et, ajoutera-t-on, sans ciblage: la grande distribution n'est nullement soumise à la concurrence internationale.

Compte tenu de ces éléments, M. François Ruffin apprécierait que Madame la ministre fasse connaître les mesures qu'entend prendre le Gouvernement dans ce dossier, mais au-delà souhaite l'interroger sur ce que contiendrait la loi travail n°2 qui empêcherait les multinationales de licencier alors que leurs bénéfices grossissent.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 10:40
Pour l’ouverture du débat stratégique

, par  Marie-Christine Burricand ,

Intervention de Marie-Christine Burricand au Conseil National des 23 et 24 juin

L’expérience de la 14éme circonscription du Rhône confirme que nous avons buté sur deux obstacles essentiels : la perte d’identification nationale du PCF, la concurrence sauvage et le passage en force de FI de Mélenchon.
Localement, nous avions un accord pour que tous se rassemblent sur notre candidate ; nationalement, un candidat de la FI a été imposé.
Cette situation a aussi été permise par la réussite de Macron avec En Marche. Une tentative aboutie pour renouveler le personnel politique du système et effacer l’affrontement politique. Ce sont les méthodes patronales modernes appliquées à l’état, conduite de projet plutôt que débat sur les choix stratégiques.
La fracture politique et sociale s’aggrave avec l’abstention et la progression du FN qui s’ancre dans les territoires les plus délaissés.
C’est notre plus mauvais résultat aux législatives depuis 1958. Le groupe sera un point d’appui mais il n’efface pas l’échec. Beaucoup de camarades souhaitent que le mot communiste apparaisse dans son intitulé, ce serait déjà un progrès pour notre identification.
L’exigence d’un droit d’inventaire est très grande dans le parti. Le choix de l’effacement en 2012 et 2017 se paie cher. Nous nous sommes placés sous la dépendance des évènements et des autres forces politiques. Ces choix viennent de loin, dans l’abandon de notre rôle historique et du communisme, la prévalence donnée à notre place dans les institutions, le fossé avec la classe ouvrière.
L’examen stratégique est indispensable pour donner une chance au PCF de se relever !

Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 22:38

Non, il n’est pas difficile de licencier en France

Laurent Jeanneau et Laurence Dorman

Les patrons sont frileux. Ils ont « peur d’embaucher ». Emmanuel Macron comme Pierre Gattaz ne ratent pas une occasion de le rappeler : les contraintes qui pèsent sur les entreprises sont trop « rigides », notamment en matière de licenciements. Il y a trop de règles à respecter, trop de procédures à suivre, trop d’indemnités à payer. Et c’est parce qu’ils ne peuvent pas licencier comme bon leur semble que les employeurs y regarderaient à deux fois avant de recruter un nouveau salarié.

« Licencier plus pour embaucher plus... » : le slogan peut paraître caricatural, il n’est pourtant pas si éloigné des arguments que serinent les économistes libéraux et les responsables patronaux dès qu’il s’agit de « libérer » le travail. Sauf que le marché du travail français est beaucoup moins rigide qu’on ne le dit. Pour s’en convaincre, il suffit de se pencher sur les indicateurs de la « rigueur de la protection de l’emploi » publiés par l’OCDE, le club des pays riches, une institution que l’on ne peut pas soupçonner de complaisance à l’égard du modèle social hexagonal. Bien au contraire, depuis les années 1990, l’OCDE brandit à grand renfort de rapports l’étendard de la nécessaire « flexibilisation » du marché du travail.[...]

Lire la suite ci-dessous

Partager cet article
Repost0
28 juin 2017 3 28 /06 /juin /2017 16:37
Partager cet article
Repost0

Articles Récents